S'en prendre à ceux qui tirent sur la police

S'en prendre à ceux qui tirent sur la police

«Nicolas Sarkozy ne s’en prend pas à ceux qui tirent sur les
gendarmes à coups de fusil, il s’en prend aux automobilistes et aux Roms, c’est moins
risqué», a affirmé dimanche Jean-Marie Le Pen dans son discours de clôture de l’université d’été du Front national de la jeunesse. S’il approuve l’expulsion des Roms en situation
irrégulière, le fondateur du FN, qui quittera la présidence de son parti en janvier prochain, a qualifié cette décision du chef de l’État de «pathétique gesticulation » et de «coup de
menton».   

Jean-Marie Le Pen a reproché à Nicolas Sarkozy d’avoir choisi, pour administrer une preuve de sa fermeté, d’appliquer la loi à une catégorie de clandestins qui,
«eux, ne brûlent pas de voitures et ne font pas d’émeutes quand ils sont expulsés».

Partager cette publication


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: