Soutien aux policiers en colère

Posté le novembre 02, 2016, 9:52
3 mins

Partout en France, se multiplient, depuis plusieurs jours, des manifestations et des rassemblements de policiers en colère.

Ce ras-le-bol est légitime.

Depuis plusieurs mois, tous les avertisseurs sont au rouge. Jusqu’au plus haut niveau de la hiérarchie, policiers et gendarmes avertissent de la lassitude et de la colère qui montent.

Présent à plusieurs manifestations des policiers, je veux redire tout mon soutien et mon res­pect aux forces de l’ordre qui sont, tous les jours, en première ligne pour défendre notre sécurité et nos libertés.

Policiers, gendarmes et militaires engagés sur le territoire national doivent savoir que les Français et les responsables politiques les soutiennent.

Le manque d’écoute constaté depuis plusieurs années et la baisse des moyens alloués sont en totale contradiction avec les objectifs affichés de lutte contre l’insécurité et le terrorisme islamiste.

Pire encore, c’est le manque de cohérence dans la chaîne pénale qui provoque aujourd’hui ce sentiment d’abandon et de découragement des fonctionnaires de police et des gendarmes.

Multirécidivistes, les délinquants et criminels franchissent progressivement tous les stades de la violence, sans être vraiment condamnés ni incarcérés, bénéficiant systématiquement de remises de peine qui les remettent en liberté.

Huit mois avant l’élection présidentielle – car sentant la tension augmenter –, le gouvernement annonce en catastrophe un grand plan de création de places de prison, alors qu’il avait interrompu l’action énergique de Nicolas Sarkozy pour faire en sorte de régler la situation des 100 000 peines toujours en attente d’exécution.

Il faut regarder les faits : le gouvernement s’est bercé d’illusions laxistes, notamment avec le funeste texte de « réforme pénale » défendu par Mme Tau­bira et que j’ai combattu pied à pied à l’Assemblée nationale en déposant plus de 100 amendements.

Je plaide ainsi pour une modification des règles de légitime défense. La philosophie socialiste ne protège pas nos forces de l’ordre. Il est urgent de changer cela. La force et le respect de l’ordre public doivent revenir aux représentants de la loi. Plus que jamais, la force doit revenir à la loi. La France n’est pas le pays de la loi du plus fort, mais celui de l’État de droit.

8 réponses à l'article : Soutien aux policiers en colère

  1. Claude roland

    07/11/2016

    arrêtez de rester devant vos écrans d’ordi, vos télépéhones et vos TV. Il est l’heure d’agir et de descendre dans la rue, courageusement. La rue appartient à ceux qui y descendent.
    Le reste n’est que bla bla et lâcheté. Vous allez payer très cher votre laxisme.
    L’heure est à l’action démocratique par les manifestations dans la ligne des policiers qu’il faut rallier et soutenir PHYSIQUEMENT. Si au moins un million de Français descendaient dans la rue, le gouvernement tomberait. Le concret est la seule chose qui changera la situation. Moi je suis descendu et je continuerai à la prochaine occasion.
    Assez de bavardages. De l’action.

    Répondre
  2. Oxydent75

    03/11/2016

    @Jaurès
    …//Et le prétendu « laxisme » de la loi Taubira est une supercherie: il y a plus de détenus sous Hollande que sous Sarkozy//….
    Normal, mr Jaurès.
    Combien de « migrants », « réfugiés », « clandestins », « chances-pour-laFrance », « ex-colonisés », « sans-papiers », « touristes maghrébins », « immigrés », et autres « envahisseurs » ont été « accueillis » de 2012 à 2016 ???
    Vous qui aimez les démonstrations statistiques, donnez-nous les origines ethno-religieuses de ces détenus et les taux d’augmentation du même ordre sur cette période !!!
    Vous devez bien avoir cela dans vos archives Terra Nova ou PS ?
    Encore votre technique de l’enfumage qui consisterait à nous faire croire que la grogne de nos policiers provient d’un manque de moyens alors qu’il s’agit par le NOMBRE et la NATURE des agressions, d’une augmentation des populations (jeunes) hostiles à notre mode de vie, notre culture, nos traditions.
    Et cette ampleur s’est accrûe de 2012 à 2016

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      03/11/2016

      c’ est bien pourquoi les chiffres statistiques sur l’ origine ethnique et l’ appartenance religieuse sont interdites ( illégales ) en France … continuons à  » ghettotiser « , mais surtout ne stigmatisons pas : l’ identité heureuse du vivre ensemble est en marche que dis je en course

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        03/11/2016

        P.S. sous le règne de Louis XIV , les sénéchaussées avaient constaté , chiffres à l’ appuis, que ceux qui appartenaient à la Religion Prétendument Réformée ( R.P.R. ) était très rarement des criminels

        Répondre
  3. betsynette

    03/11/2016

    Aujourd’hui, un policier est convoqué par ….ses chefs…pourquoi un, il serait peut être temps que tous ceux qui perçoivent la fin de notre civilisation, et dans le même cas que la police, montrent en premier l’exemple de sauver ce qui reste à sauver en France, donc gendarmes, pompiers vigiles et certains ….fonctionnaires, les Français qui en ont ras le bol de ce gouvernement suivront.

    Répondre
  4. lepelblanc

    02/11/2016

    Qu’attendent les gendarmes, les pompiers, les médecins, les infirmières etc, pour se joindre aux policiers?. Il faut dégommer cette pourriture qui nous gouverne depuis 40 ans

    Répondre
  5. Jaures

    02/11/2016

    « il avait interrompu l’action énergique de Nicolas Sarkozy ».
    On croit rêver ! Sarkozy, c’est 12 000 policiers en moins.
    Et le prétendu « laxisme » de la loi Taubira est une supercherie: il y a plus de détenus sous Hollande que sous Sarkozy.
    Un changement de la loi sur la légitime défense (qui n’est pas une loi socialiste) ne protègerait pas plus nos policiers: il y a 10 fois plus de policiers tués aux Etats-Unis où la légitime défense est considérée a priori et plus de 1000 personnes abattues chaque année par les forces de l’ordre dans des conditions que les nouvelles techniques d’enregistrement montrent qu’elles sont bien souvent troubles.
    La priorité n’est donc pas un changement de cette loi mais un meilleur équipement et surtout un renforcement des effectifs.
    Mais cela, Y.Moreau, n’est peut-être pas compatible avec les suppressions drastiques de postes de fonctionnaires proposées par la droite.

    Répondre
    • Hilarion

      03/11/2016

      Vous comparez à chaque occasion la délinquance américaine à la délinquance française. Or ces deux sociétés n’ont rien à voir, le taux de crime est au USA de 5,6 pour 100 000 il « n’est » que de 1,7 pour 100 000 en France.
      Par contre, le nombre de détenus pour 100 000 est de 702 aux USA contre 85/100 000 en France. Vous prônez un meilleur équipement. Mais pourquoi faire, puisque s’agissant de l’armement il est implicitement interdit de l’utiliser comme l’ont démontré des cas récents d’incendie de véhicule dont le dernier à failli coûter la vie à deux policiers dans des conditions atroces. La légitime défense qui ne protégerait pas mieux ! A votre avis la meilleure défense est de se laisser immoler ? En fait vous restez dans le cadre l’idéologie de la gaucho/racaillosphère trosko/soixantehuitarde: pour démolir la société, au nombre des actions à mener, il faut d’abord éliminer ses moyens de défense au nombre desquels se trouvent les forces de l’ordre. Et il faut admettre que vous êtes considérablement aidé par un gouvernement qui a laissé ravager plusieurs villes dont Rennes et Nantes par des hordes de la gaucho/racaillosphère interdisant à la police de réagir. Et pour finir, vous prônez une augmentation du nombre de policiers, mais pourquoi faire, là encore puisqu’il leur est interdit de faire leur métier. Le général de gendarmerie Favier a été sanctionné pour avoir déclaré dans le cadre d’une enquête parlementaire que multiplier par deux le nombre des gendarmes serait inutile, puisque aucune suite pénale pertinente n’est donnée à leur action.
      Le cheptel gouvernant UMP/PS/LR est intoxiqué d’une pensée rousseau /marxiste qui imprègne toute la pensée française et ressassée sous toutes ses formes par l’enseignement, du primaire au supérieur et suivant laquelle le délinquant est une victime, victime d’une société mauvaise qu’en conséquence il faut détruire. Et la destruction est en bonne voie.

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)