Spéculation : l'AMF menace…

Spéculation : l'AMF menace…

Alors que la finance internationale menace de déclencher une seconde crise pour éponger les
pertes qu’elle a subi lors de la crise de 2008-2009, les instances publiques, tel le corbeau de la fable, promettent qu’on ne les y reprendra plus
:

 

La France va enquêter « par tous les moyens » sur « les rumeurs infondées » qui ont visé l’Espagne et l’Italie et
prendra des sanctions contre les spéculateurs, a affirmé vendredi Jean-Pierre Jouyet, président de l’Autorité des Marchés financiers (AMF).

« Que ce soit des banques françaises, que ce soit des banques étrangères qui opèrent à Paris, que ce soit des fonds à Paris, à Berlin, à Londres, peu m’importe. Dès que j’aurai des
informations de spéculation, dès que j’aurais, par tous moyens, des comportements de marchés anormaux, il y aura enquête et sanctions
« , a affirmé M. Jouyet sur i-TELE.

« En plus, s’il s’agit d’établissements aidés par l’Etat, je ne peux pas l’imaginer. Ce serait un pur scandale », a-t-il ajouté.
« Le secrétaire général de l’AMF Thierry Frank, qui est en contact avec ses collègues régulateurs (NDLR : européens), aujourd’hui ouvrira les enquêtes nécessaires. On tapera sur
les doigts de tous ceux qui se sont mal comportés », a-t-il poursuivi.
« Il y a eu ces derniers jours des rumeurs infondées qui ont eu lieu, et sur l’Espagne et sur l’Italie. Il y a eu des mouvements spéculatifs qui ont été repérés », a-t-il
dénoncé.

« Au niveau européen et au niveau national, en tant qu’autorités françaises, nous allons demander à la police des marchés européenne, le CESR-pol, de nous faire le point sur toutes les rumeurs,
a-t-il encore dit. Sur la base de ces informations, nous ouvrirons des enquêtes sur toutes les rumeurs de cette semaine, sur tous les opérateurs qui ont pu être concernés, que ce soit des
opérateurs français, des opérateurs étrangers opérant à Paris, des opérateurs opérant en Europe
« .

« Et nous demandons à nos collègues américains de nous aider la-dessus », a-t-il encore ajouté.
La ministre de l’Economie, Christine Lagarde, avait précisé jeudi qu’elle avait demandé à M. Jouyet « d’être extrêmement rigoureux sur ces questions-là, et de lancer des enquêtes chaque fois qu’il
aura le moindre soupçon d’une rumeur ». AFP

Mais n’est-ce pas déjà un peu tard ?

Partager cette publication


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: