Strasbourg : l’extrême gauche en action

Posté le avril 07, 2009, 12:00
4 mins

Le sommet de l’OTAN s’est achevé dimanche dernier à Strasbourg et, depuis, la capitale alsacienne panse ses plaies.

Quoi que l’on pense de la décision française de rejoindre le commandement intégré de l’OTAN (et nous avons vu, dans nos colonnes, que la droite française n’était pas unanime sur ce sujet), il est au moins un sujet sur lequel nous serons tous d’accord : la condamnation claire et ferme des actes de guérilla urbaine et d’émeute dont Strasbourg a été le théâtre.

Bien sûr, la gauche s’est aussitôt empressée de se désolidariser : non, ces actes n’étaient pas le fait de militants politiques.

Jean-Luc Mélenchon a parlé d’actes de vandalisme sans « signification politique ». Doit-on comprendre que les assassinats des Brigades rouges dans les années 1970 ou d’Action directe dans les années 1980 qui, eux, avaient une signification politique, étaient parfaitement pardonnables ?
Certes, il est possible que ces actes d’émeute à Strasbourg n’aient effectivement aucune portée politique. Mais, même si cette violence n’était pas politique, l’extrême gauche en porte tout de même la plus lourde responsabilité.

En effet, depuis des semaines, la gauche radicale en France encourage la guérilla aux Antilles, en Corse et partout. Elle se félicite des « actions syndicales fortes », comme dit encore Mélenchon – c’est-à-dire des rapts, séquestrations et molestations de patrons. Qui pourra dire sérieusement que la gauche est profondément pacifiste ?

Frédéric Lefebvre, porte-parole de l’UMP, qui s’est souvent fait remarquer par ses prises de position provocatrices, est sans nul doute plus proche de la réalité quand il dit que le NPA de Besancenot est « la vitrine légale des casseurs ».

Le plus clair de l’histoire, c’est que l’extrême gauche joue la stratégie de la tension. Et la joue avec le soutien discret de l’Élysée qui ne cesse de valoriser Besancenot pour enfoncer le PS. Et qui prépare ainsi l’accession de Besancenot au pouvoir.

Cette accession n’est nullement un fantasme morbide d’éditorialiste « d’extrême droite ». Elle est maintenant parfaitement envisageable : une fraction de plus en plus importante d’électeurs socialistes n’hésiterait plus à voter Besancenot si un second tour opposait ce dernier à Sarkozy.
Il est de plus en plus urgent de condamner sans faiblesse les actes criminels, commis ou non sous étiquette politique ou syndicale. Sans faire l’éloge paradoxal du NPA !

22 réponses à l'article : Strasbourg : l’extrême gauche en action

  1. Barthélémy

    13/04/2009

    Le " grand " philosophe maître à penser  en question est Alain Badiou.

    Répondre
  2. Barthélémy

    13/04/2009
    Psychopathologie du gauchisme.
     
    Le gauchisme n’est pas une conviction politique mais une maladie de l’esprit de l’homme privé du sens du réel. Le gauchisme touche pariculièrement l’homme des villes mais beaucoup moins l’homme des campagnes plus proche du réel.
     

     
    Le gauchiste " prêche la révolution sociale parce qu’il est incapable de révolution personnelle: il est révolutionnaire à l’extérieur pour se dispenser de l’être en lui-même. La fièvre révolutionnaire surgit ainsi comme une sorte d’ersatz dans l’âme altérée d’une impossible conversion". ( Gustave Thibon.) et Gustave Thibon, ce vieux paysan ardéchois ajoute " Combien en ai-je connu de ces idéalistes, qui n’on jamais incliné leur coeur sur une vraie misère et dont " l’amour " consiste uniquement à réclamer des réformes généreuses!" ( Retour au Réel- Ed. Lardanchet 1943 )
     
    Pour le gauchiste, le peuple ne peut-être que bon parce qu’il est malheureux et que la raison du plus faible est toujours la meilleure. 
     
    " Un nouvel homme est né dans l’homme… Demain ne ressemblera pas à aujourd’hui…" Ces phrases qui symbolisent à merveille l’optimisme démocratique sont cueillies entre dix mille dans la littérature d’extrême gauche. Ce messianisme politique est un signe profond de décrépitude. Parce qu’ils sont mécontents d’eux-mêmes et de leur sort, les gauchistes désirent que tout change. Parce qu’ils sont incapables de vrais et simples bonheurs personnels, ils ont une soif illimitée de bonheur collectif.
     
    Ils cherchent le paradis terrestre dans l’éclatement et la reconstruction des cadres sociaux.  Pour le gauchiste, la recherche du bien suprême est devenue une " Question sociale ". Il croit que les réformes d’ordre purement politique( donc aussi administratives ) sont à même de guérir les maux profonds de l’humanité.
     
    Si la société est cause première dans le mal " c’est la faute à la société ", elle est aussi dès lors cause première dans le bien. Quand s’accomplira la grande révolution conversion politique, tous les bonheurs pourront enfin crouler sur l’homme. ( mythes du " grand soir ", "de la ville future " )
     
    Gustave Thibon  a dit  ces paroles terribles " C’est une réaction commune à tous les incapables, à tous les ratés que d’accuser le destin ( et cette forme proche du destin: la société ) de leurs échecs personnels…on veut bien être sauvé, on ne demande que cela, mais sans peine, sans cassure intérieure, sans prendre sur soi; on a besoin d’une "grâce" qui fasse tout ". ( Retour au Réel )
     
    Toutes les couches de la société française en sont plus ou moins arrivées là, puisque selon un sondage, 35% de la population trouvent Besancenot sympathique. Un  " grand " philosophe français très en vue considéré comme un maître à penser et professeur à la Sorbonne ainsi que dans d’autres universités a affirmé récemment dans la journal Libération ces paroles d’une profondeur abbyssale " Sarkosy doit être chassé par la rue ".
     
    Le gauchiste lynche, excommunie et pratique le terrorisme intellectuel sur toutes personnes n’ayant pas une pensée conforme à ses dogmes. Mais d’où vient, me direz-vous, son relatif succès? Et bien  Soljénitsine en a donné la réponse " Pour qu’un mal puisse se développer complètement, il faut qu’il puisse passer pour un bien ".
    Barthélémy.
    A Chevalier Teutonique: voici mon classement.
    Nicolas Sarkozy est à gauche
    Jacques Chirac à gauche
    François Bayrou à gauche
    Ségolène Royal à gauche
    Jean-Luc Mélenchon à l’extrême gauche
    Noël Mamère à l’extrême gauche
    Arlette Laguiller à l’extrême-gauche.

    Il est bien connu que "tout homme mécontent de soi s’évade dans le culte d’un bonheur collectif."
    Répondre
  3. SAS

    12/04/2009

    Vite Mr BAUEUR……mettons une caméra devant chaque importateurs de cagoules de france…

    sas

    arf arf arf….sacrés MAC

    Répondre
  4. chevalier teutonique

    12/04/2009

    Pour la prétendue Extrême-Gauche : un geste à caractère gauchiste ! – – – – – – – – – – –

    Répondre
  5. sas

    11/04/2009

    Les manches à couilles de l ump ont réfléchis…….super

    LORSQUE L ON VIENT DANS UNE MANIFESTATION AVEC DES CAGOULES DES HACHES ET AUTRES OBJET CONTONDANTS C EST QUE L ON EST ARME DE MAUVAISES INTENTIONS….

    "….super "…….

    ON VA DONC INTERDIR LES CAGOULES……

    Question d un citoyen de base: est-ce pareil lorsque les d’jeunes se rend’ à l ecole dite nationnale ????

    harf, harf,harf…..

    Au lieux d interdir les cagoule….autorisez le tir a balle reelle sur ces émeutiers terroristes….

    le résultat sera là assuré….

    oU ALLEZ VOUS EMMERDER LES IMPORTATEUR DE CAGOULES DE FRANCE ET IMPOSER DES DETENTIONS POUR CAGOULE???? de 1 ere 2 ou 4 eme catégories…

    sas

    Répondre
  6. Magny

    11/04/2009

    Pas mal vu Chevalier teutonique , mais si Sarko est à l’extrême droite où se situe Le pen ? ( l’extrême extrême droite ? Deux encablures à droite avant Mussolini , sur la route Pinochet … ? ) .

    De toute manière les idéologies fluctuent en fonction des époques , et des effets de mode ( dans les années trente le fascisme était tendance , dans les années cinquante c’était plutôt le communisme , etc )

    Pouvons nous encore d’ailleurs parler d’idéologie ( sauf au sens éthymologique du terme ) quand on observe autant de porosité , de connivences entre les représentants de mouvements qui normalement devraient être antagonistes ?

    Croient-ils réellement encore à ce qu’ils nous disent ? Ou se contentent-ils de nous domestiquer avec nos espoirs , et de nous acheter avec notre propre argent …

    Répondre
  7. UN chouka

    11/04/2009

    En fin de compte, que pouvons nous faire contre la" mafia du fric de bois " ?

    Elles ont les usines d’armes de munitions, etc……  ,mais aussi les industries stratégiques les plus divèrses,cette fois ci dicéminées a la surface du monde;  le fric pour acheter tous les mèrcenaires ,qu’ils soient armés ou législatifs,elles ont tout ce qu’elles veulent pour défendre leurs rapines ,elles peuvent donc détruir n’importe quelle opposition "d’état" comme nous le voyons ?

    C’est une arnaque trés bien montée ,qui a pour but de tout privatiser ce qui a de la valeur !

    Répondre
  8. Richa83

    10/04/2009

    comment, ce ne sont pas des casseurs d’extrême (ultra) droite???
    nous aurait on menti?

    Répondre
  9. chevalier teutonique

    10/04/2009

    Je vous livre une simple analyse que j’ai faite sur la situation politique française des années 2000, qui n’est pas forcément la juste et bonne analyse, mais qui reflète mon point de vue : Nicolas Sarkozy est à l’extrême-droite Jacques Chirac à droite François Bayrou au centre-droit Ségolène Royal au centre Jean-Luc Mélenchon au centre-gauche Noël Mamère à gauche Arlette Laguiller à l’extrême-gauche

    Répondre
  10. HansImSchnoggeloch

    09/04/2009

    Jaures <<N’oublions pas que l’essentiel des troupes de casseurs était constitué d’Allemands, d’Anglais et d’Italiens.>>

    Entièrement d’accord avec vous Jaures,  mais pour rester honnête pourquoi n’avez-vous pas précisé que ces casseurs font partie d’une des tribus qui constituent la gauche, la tribu d’extrême-gauche militante pour être plus exact.
    "Die Chaoten", comme on les appelle en Allemagne sont toujours présents quand il s’agit de casser quelque chose. Du NPA ils ont la doctrine avec en prime la volonté d’en découdre physiquement sur le terrain. La présence du petit facteur de Neuilly *) sur les lieux est d’ailleurs plus qu’inquiétante, serait-il venu pour apprendre les techniques de la guerilla urbaine? Toute ressemblance avec son séjour en Guadeloupe serait-elle fortuite?
    Que n’aurait-on du entendre de vous si des skinheads de Droite avaient commis quelque chose d’identique?

    Je rejoins l’opinion de l’auteur de l’article en ce qui concerne la réaction de la police française. Il est assez surprenant qu’à Kehl, sur la rive droite du Rhin les dégats soient insignifiants comparés aux dépradations commises sur le côté français. Sur ce point, j’ai comme tout le monde ma petite idée.

    *) c’est assez bizarre tout ce qui nous vient de Neuilly…

    Répondre
  11. Guillaume

    09/04/2009

    Le message précédent, n’ayant pas un lien direct avec l’article, est ce que veut nous mener l’extrème gauche..

    Répondre
  12. Guillaume

    09/04/2009

    Une reproduction d’un CP réagissant à la vidéo relative à l’agression d’un jeune par des ‘jeunes’ le traitant et le frappant  (une pétition pour le soutien du policier qui a fait un geste d’urgence démocratique en communiquant cette vidéo que le politiquement correct voulait vouer à l’omerta de l’intégration loupé, par l’Institut pour la Justice : http://www.nationspresse.info/?p=37215):

    09/04/2009 – 15h00
    PARIS (NOVOpress) – Dans le cadre de la mise en ligne sur internet de la vidéo du lynchage d’un jeune français le 7 décembre dernier par une bande multiethnique dans un Noctilien (bus de nuit parisien de la RATP), le journal Le Parisien consacre un long article jeudi à cette affaire, révélée par des « blogs d’extrême droite », selon le titre du groupe Amaury. Une vidéo très dérangeante, où les agresseurs traitent leur victime de « sale Français » et « fils de pute », vidéo censurée sur les sites de partage de vidéos tels Dailymotion et YouTube (sur YouTube actuellement elle n’est plus censurée que pour les internautes connectés depuis la France ! ), mais visible sur l’hébergeur russe RuTube qui, lui, n’a pas de comptes à rendre à la police de la pensée française (voir Novopress).

    Le Parisien a interviewé un policier qui confirme que ce « type d’agression est loin d’être rare dans les transports en commun » et évoque pudiquement des « jeunes » agissant en « meute et de façon ultraviolente », en se gardant bien d’évoquer leur origine ethnique ou la couleur de peau de la majorité de leurs victimes.

    Le fonctionnaire apporte ce conseil édifiant : « Quant au Noctilien, c’est souvent chaud, à l’image des trains de nuit. Si vous n’avez pas d’argent pour un taxi le samedi soir, mieux vaut rester en boîte et attendre le matin ». Ca se passe en France, en 2009, à l’heure de la « diversité »

     

    Répondre
  13. Jaures

    09/04/2009

    N’oublions pas que l’essentiel des troupes de casseurs était constitué d’Allemands, d’Anglais et d’Italiens. Il s’agit souvent d’étudiants issus de "bonne famille" qui se raconteront dans quelques années leurs explits entre notaires "au bar de l’hôtel des 3 faisans".

    Rien à voir avec la lutte légitime des travailleurs d’entreprises sabordées par des patrons surtout soucieux de récupérer leur mise dans la tourmente. Le résultat des séquestrations ? Des emplois sauvés, des indemnités doublées, des jours de grêve payés, …alors que, la veille, rien n’était négociable. Les patrons français ont perdu l’habitude de négocier. On peut considérer les récentes rétentions comme des cours de rattrapage accélérés. Une formation sans doute plus utile que "la gestion participative par délégation avec évaluation par objectifs".

    Répondre
  14. Lambda

    09/04/2009

    >>Laissons notre bon président jouer avec Besancenot pour mieux couler les socialistes , et anticipons le temps à la fois tragique et burlesque où tout ce beau monde sera emporté par le fond . <<

    En attendant que le beau monde soit emporté par le fond, il a certainement encore de beaux jours devant lui, et pour vivre à nos dépens…
    Je ne suis pas dans les secrets des dieux de la politique, mais je suis d’avis qu’ils ont tous besoin les uns des autres, car, comme dans une pièce de théâtre, même la bonne qui apporte une simple lettre, est indispensable à la pièce !
    Et par ailleurs, ces personnages, même si, à mon  humble avis, ils ne sont guère recommandables et se moquent royalement des naïfs qui les élisent, ils sont somme toute assez intelligents, et fort bien formés en tous cas, pour voir où est leur centre d’intérêt. La politique est une vaste mascarade, un grand spectacle, et chacun s’efforce de jouer sa prestation avec le maximum de persuasion. Et quand on voit les privilèges de ces nantis, on conçoit que si Paris valait bien une messe, un siège d’élu vaut bien un petit effort pour paraître crédible…

    Répondre
  15. sas

    09/04/2009

    On surprotege les trouduc de l otan…..avec frontière et toutime……

    a paris dans un bus…..le gaulouis de base est traité comme de la merde….

    Laissez moi deviner…..il etait chrétien ?????

    j’ai honte de cette france et de nos édiles…honte

     

    sas

    Répondre
  16. alf007

    09/04/2009

    Avant tout  l’OTAN est en guerre a Kaboul,  la confrérie GAUCHO-islamiste n’aime pas,mais pas du tout cette orientation.

    L’Etat francais est trop tiède envers les voyous et autres casseurs.Mais  en cherchant bien on ne  trouve  pas dans la majorité actuelle une envie d’en finir  avec ces provocateurs.

    Répondre
  17. Magny

    08/04/2009

    Bien vu Luc Sembour : comment avec un tel déploiement de forces peut-on constater une telle durée entre les dépravations et les interventions de la police ? De qui se moque-t’on ? Sans être paranoïaque ou adepte des complots ça fait quand même bien gros à avaler ! Ou alors il s’agit d’une très grosse erreur humaine ( mais dans ce cas on aimerait des explications , si c’est pas trop demander ) .

    La stratégie de l’ennemi de mon ennemi est mon copain a toujours autant d’adepte , malgré les nombreux effets boomerang observés tout au long de l’histoire . Ces bons nobles qui étaient ravis que le bon peuple soutienne leurs prérogatives , comme ils étaient loin d’imaginer que leurs têtes tomberaient en conséquence de l’affaiblissement de la monarchie qu’ils attisaient … Cette gauche si morale pouvait-elle imaginer que son instrument anti-droite préférée allait la sortir du jeu au premier tour de la présidentielle de 2002 ?

    Laissons notre bon président jouer avec Besancenot pour mieux couler les socialistes , et anticipons le temps à la fois tragique et burlesque où tout ce beau monde sera emporté par le fond . 

    Répondre
  18. SAS

    08/04/2009

    Voilà où en est la france avec cette gauche et ultragauche…..

    je conseille vivement aux internautes de ce site d’aller voir cette vidéo interdite….le policier qui la mise en ligne est poursuivit lui et convoqué par L IGS…..

    le titre c’est chasse aux blancs dans un bus de la ratp…..a diffuser sans modération…

    http://www.fdesouche.com/

    La situation est catastrophique….qui sera le prochain ?

    Lepen a largement raison…et depuis longtemps.

    SAS

     

    Répondre
  19. HansImSchnoggeloch

    08/04/2009

    Le choix de Strasbourg pour le sommet de l’OTAN a été malencontreux, le choix de tout autre ville l’aurait aussi été.
    Pour le prochain G8 Berlusconi a opté pour un bateau quelque part en Méditerrannée. Pourquoi ne pas aller plus loin, par exemple en choisissant soit l’île de Ste Hélène ou celle de l’Ascension, toutes deux situées au milieu de l’Atlantique Sud?
    Ni les "Chaoten" ni le NPA ne se risqueraient à nager aussi loin et si oui les requins se chargeraient d’eux ce qui n’attristerait certainement personne.

    Répondre
  20. Lambda

    08/04/2009

    Il n’y a pas eu que la gauche pour protester contre l’OTAN, Dupont Aignan s’est aussi mis de la partie….
    J’ai immédiatement envoyé un mail à ce monsieur pour qu’il me précise si oui ou non, il a fait "cause commune" avec les nostalgiques du goulag. Je pense que j’aurai une réponse, mais pas avant 8 jours.

    Sarkozy sait très bien qu’il ne contrôle plus rien. Couper l’herbe sous le pied des socialistes ne me paraît pas une idée à creuser, le "système" a mis en place le verrou qui fait que le président ne peut plus être que du PS ou de l’UMP. Changer la donne serait aussi stupide pour les uns comme pour les autres.
    Promouvoir le facteur ? J’ai des doutes. La seule explication serait de donner temporairement à la populace un droit illimité à la casse, et ensuite, les esprits seraient calmés, et il faudrait reconstruire, ce qui occuperait des gens. Encore que je me demande si ceux qui cassent auraient bien les bonnes dispositions pour reconstruire : j’en doute, il me semble que ce n’est pas dans leur culutre.
    Par ailleurs, un tel scénario pourrait être fort dangereux, pour la raison que les aspirants au modernisme ne manqueraient pas de se mêler à la situation, ce qui ajouterait à la confusion.
    Maintenant, imaginons un instant le facteur aux manettes, toute l’économie française sombre dans la semaine…

    Répondre
  21. Florin

    08/04/2009

    Laisser les vandales s’exprimer dans leur barbarie, ou au contraire leur tirer dessus au AK-47, ne change rien au vote-facteur. Ne mélangeons pas tout. Pour un sauvage qui crame des boutiques, il y a dix mille êtres pacifiques qui souffrent en silence, mais qui votent, eux …

    Aux US, d’après ce que l’on peut lire sur des sites de droite, Barack veut rapatrier 80 000 militaires pour les placer "en attente" sur le futur potentiel "front intérieur" … Hé oui, si jamais on en arrive là, l’Américain de base brûlera bien plus qu’un hôtel et deux dépôts d’aspirines …

    Répondre
  22. Luc SEMBOUR

    08/04/2009

     

    Selon mes sources d’information, directement dans la population de "Strasbourg", il est tout à fait impossible qu’il n’y ait pas eu volonté calculée de laisser faire les casseurs.

    Ceci résulte de l’ampleur sans précédent des déploiements policiers (on a parlé de 25 000 hommes), de la relative petitesse de la ville, du faible nombre et de l’inexpérience des casseurs, de l’importance incroyable de la casse, et du fait qu’il s’est écoulé 1h30 entre le début des déprédations et l’arrivée des forces de l’ordre.

    Or il faut normalement moins de 3 mn pour arriver, et encore moins ce jour-là, dans une ville de cette taille truffée de policiers.

    Sarkozy connait personnellement très bien Strasbourg et ses autorités, puisqu’en tant que ministre de l’intérieur, il avait décidé que le quartier chaud de Hautepierre (où la mode de brûler les voitures avait été lancée en France), serait la vitrine de ce qu’il était capable de faire pour rétablir l’ordre. Le ministre Sarkozy s‘est rendu plusieurs fois à Hautepierre en grande pompe pour y suivre et y célébrer sa «reprise en mains ».

    Strasbourg est à sa botte, et neutraliser immédiatement les casseurs où qu’ils aillent aurait été un exercice sans difficulté particulière pour les policiers s’ils en avaient eu l’ordre.   

    LS

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)