Succès et échec des rencontres de Béziers

Succès et échec des rencontres de Béziers

Comme beaucoup de sympathisants de droite, j’ai suivi avec beaucoup d’intérêt les rencontres de Béziers, organisées le week-end dernier par le maire de la ville, Robert Ménard.

Il me semble extrêmement salubre que les représentants de la « droite hors les murs », selon l’excellente expression de l’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, Patrick Buisson, se parlent.

De ce point de vue, ce fut un succès. Plusieurs dizaines de personnalités ont pris la parole à Béziers.

Ce fut également un succès du point de vue de l’affluence. Près de 2 000 personnes ont participé à ces journées et, de l’avis général, l’immense majorité d’entre elles souhaitaient que cette « droite hors les murs » s’organise pour peser sur les prochaines échéances électorales.

En d’autres termes, Robert Ménard a montré à tous que l’intelligence et le dynamisme étaient très bien représentés à droite et que les électeurs attendaient quelque chose.

Au plan politique, il était également intéressant de parvenir à réunir des élus alliés des LR (notamment Jean-Frédéric Poisson, candidat à la primaire de droite) et des élus FN (comme Marion Maréchal).

Mais il faut bien reconnaître que l’initiative de Robert Ménard a aussi montré que l’union des droites n’était pas pour tout de suite.
Le départ précipité de Marion Maré­chal a été emblématique de cette difficulté.

à l’heure où j’écris ces lignes, on ne sait pas encore avec certitude pour quel motif la benjamine de l’As­semblée a quitté la salle.

En tout cas, le fait que Robert Ménard ait déclaré qu’il n’était pas question que cette réunion de Béziers serve de marchepied pour le FN a été l’occasion de cette rupture. Pourtant, ce n’était pas une nouveauté : Robert Ménard l’avait déclaré plusieurs fois au cours des jours précédents. Et c’était logique : on pouvait difficilement demander à des personnalités aussi diverses de s’engager aux côtés du FN, avant même de savoir à quoi ressemblera le programme de ce dernier pour 2017.

En réalité, ce que montrent les rencontres de Béziers, c’est surtout une incompréhension persistante et peut-être même croissante entre la « société civile » et le monde politique. Ce dernier exige une soumission inconditionnelle et semble hermétique à la logique d’une alliance temporaire et limitée. Les partis ont, qu’on le veuille ou non, une logique sectaire. On ne peut dire à un politicien qu’on l’approuve sur tel point, tout en ne le suivant pas sur tel autre.

C’est là le principal problème. Et, de ce point de vue, Robert Ménard et ses amis ont raison de refuser une allégeance inconditionnelle.

Mais il existe également un problème en sens contraire. La société civile ne semble pas comprendre les règles de la vie électorale.

Et, ici, Marion Maréchal a raison quand elle constate que le FN a été le marchepied de l’élection de Robert Ménard. Elle a également raison quand elle constate qu’il est absurde de prétendre défendre le souverainisme de droite en ignorant le FN.

Le problème, c’est que la logique électorale impose une logique de rapport de forces. C’est-à-dire que, si elle veut peser sur le débat politique, la droite hors les murs doit présenter un candidat.

La logique « gramsciste » que plusieurs personnalités présentes à Bé­ziers défendent est évidemment intéressante. Elle est même plus durablement utile que toutes les victoires électorales possibles. Mais elle ne peut pas déboucher, dans un avenir prévisible, dans le domaine politique. Et elle n’est accessible qu’aux médias ou aux think tanks, pas aux initiatives proprement politiques.

Il y a donc un profond malentendu. Robert Ménard réunissait des « voix » pour illustrer le foisonnement d’initiatives à droite. Mais beaucoup d’observateurs attendent que la droite hors les murs « se compte » et se prépare à l’affrontement, à la fois contre LR et contre le FN. Tandis que le FN attendait que cette réunion rallie derrière Marine Le Pen tout ce que la France compte d’anciens villiéristes ou d’anciens pasquaïens.

Toutes ces conceptions ont leur logique, mais elles sont incompatibles entre elles. C’est pourquoi l’incontestable succès des rencontres de Bé­ziers laisse un goût amer.

Pour ma part, je continue à défendre l’union des droites sur un programme, dans la logique « gramsciste » qu’il est logique d’avoir dans un journal. Tout en sachant bien que cela pourra difficilement aboutir électoralement pour les présidentielles mais un peu plus facilement pour les législatives, élections au moins aussi importantes et beaucoup moins personnalisées que les présidentielles…

Partager cette publication

(28) Commentaires

  • quinctius cincinnatus Répondre

    à tous ceux qui aspirent à l’ Homme Fort et Providentiel … militaire de préférence

     » Après le Venezuela, la France est le pays le plus … à gauche ***  »

    déclaration de François Hollande

    on peut dire ceci :

    heureusement que F.H. n’ était qu’ un petit bourgeois ( bien que haut fonctionnaire ) imaginez qu’ il fût … colonel avec un béret … rouge !

    *** comprendre le plus socialiste

    06/06/2016 à 14 h 18 min
  • Bezzina françoise Répondre

    Que de bla-bla- l’essentiel c’est que les gens de Béziers sont en majorité plus serins et heureux depuis qu’il est leur Maire!!
    le reste, vouloir permettre une réflexion sur l’ avenir avec des acteurs divers et varié, n’est pas une mauvaise idée. Après basta! a chacun de se prendre en charge sans oublier le bien commun! (car les partis nous font tous cocus!…)

    03/06/2016 à 13 h 14 min
  • Claude roland Répondre

    Je pense aussi que la droite « hors murs » a plus de chances d’élections aux législatives qu’aux présidentielles. Elle en aura que plus de bras de levier.
    C’est marrant, mais je vois dans les droite « hors murs » les mêmes difficultés en son sein au niveau des ententes que chez les écologistes…

    03/06/2016 à 9 h 24 min
  • Sancenay Répondre

    à Quinctius,

    Vous avez raison sur la forme, mais le but de Ménard pourrait bien être simplement de monnayer son auto- promotion -en passant au détriment de MLP, qui somme toute s’en est donné la peine–, au mieux placé des « républicains ». Dans ce cas là une purée de vagues recettes copiées-collées et une menace d’une quelconque candidature « spontanée » en 2017 sur un sujet qui pèse -tiens par hasard, » le grand remplacement »- et le tour est joué. Que cela incite ou non davantage plus d’un « touriste » ,comme vous dites, sur deux à venir aux urnes, n’ a pas plus d’importance que la cohérence ou non dudit « programme ».
    La « dédiabolisation » chère au petit Robert et à ses mandataires , ce n’est pas fait rien : on disperse façon puzzle , et on ramasse les quelques deniers convoités !
    Au-delà de cet aspect d’amateurisme candide  » on tâtonne, on cherche » dixit Ménard, il y a de la manoeuvre bien rôdée et du monde qui piaffe derrière en vue des présidentielles. On veut bien soutenir, offrir la logistique, mais on attend des résultats.
    Essayez pour voir de publier un critique étayée sur les palabres de Béziers sur certains sites de « réinformation » : vous risquez fort d’être censuré.
    Il faut en être reconnaissant en cela à Guillaume de Thieulloy qui , malgré son attrait pour l’union des droites, conserve sur le sujet une louable liberté , une grande ouverture d’esprit , autant qu’un sage recul.

    02/06/2016 à 1 h 31 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      j’ espère, sans en être pour autant convaincu, que les instances dirigeantes du F.N. mènent une véritable réflexion sur ce qu’ il est possible de faire si jamais elles arrivaient au pouvoir, et ne se contentent pas uniquement de  » se monter le bourrichon « , comme le fait Ménard, avec ce qu’ ils proposent de populiste dans le Media à leur électorat traditionnel et maintenant  » plébéien « , car ce dont nous avons urgemment besoin c’ est d’ une équipe solide, solidaire et qui ait la tête sur les épaules , pas de têtes brûlées et de grandes gueules … amen

      02/06/2016 à 8 h 08 min
  • vozuti Répondre

    Robert Ménard veut ménager la chèvre et le chou,comme tous ceux qui se plaignent de la politique menée depuis 40 ans par l’ump et le ps,mais qui finissent toujours par voter ump… par conformisme,par naïveté ou par lâcheté.
    Avant chaque élection,les candidats ump affichent un programme de droite (plus ou moins), puis ils appliquent consciencieusement le programme de la franc-maçonnerie (remplacement de population,impôts confiscatoires pour alimenter leur corruption généralisée, mondialisme…).
    Ceux qui pensent qu’il suffit d’agiter quelques propositions de droite et de revoter une nouvelle fois pour les manipulateurs de l’ump, pour obtenir un changement de politique, sont dans le déni.
    Avec 40 ans de recul ,ceux qui sont lucides savent que la seule solution pour changer de politique est de dégager le candidat ump à coups de pieds au cul.

    01/06/2016 à 19 h 26 min
    • Bistouille Poirot Répondre

      @vozuti
      « à coup de pied au cul »….J’aurais bien proposé: « Suivi d’une castration », mais il n’y avait pas de quoi mettre en oeuvre cette ablation….Rien à opérer ! La loi sur la parité n’était déjà pas respectée à cet étage…

      01/06/2016 à 21 h 31 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    réflexions

    comme nous sommes à 12 mois de l’ élection présidentielle, tout ce que compte de caïmans le marigot de LaDroite sort … ses dents, ouvre toute grande la gueule et fouette de la queue … pour attraper le touriste je veux dire l’ électeur …

    on ne fait pas un programme touristique avec CINQUANTE et UNE PROPOSITIONS mais avec quelques destinations marquantes , c’ est déjà la première erreur

    la seconde est de croire que comme LaGauche, LaDroite peut elle aussi s’ unir par ses sommets, c’ est ignorer des haines personnelles et partisanes aussi tenaces qu’ elles sont anciennes ; pour en être convaincu il suffit d’ observer le comportement des ténors républicains

    la seule solution est de choisir dès maintenant le plus petit commun dénominateur car je ne vois pas une génération spontanée régler la question du  » principat  » en seulement 12 mois et pour moi le p. p. c. d. c’ est encore Fillon

    31/05/2016 à 23 h 37 min
  • Yves Répondre

    Robert Ménard a de bonnes idées, il essaie de fédérer sans vouloir prendre la place de qui que se soit et sait bien que le FN est le parti qui représentera tous les patriotes. Le FN pour autant ne peut non plus donner des leçons, il a suffisamment renié une bonne parti des ses fondamentaux, mais il aura besoin pour cette victoire des autres mouvements identitaires pour le rassemblement des droites et sans eux le FN ne vaincra pas tout seul.

    31/05/2016 à 21 h 47 min
  • Yves Répondre

    Robert Ménard a de bonnes idées, il essaie de fédérer sans vouloir prendre la place de qui que se soit et sait bien que le FN est le parti qui représentera tous les patriotes mais il aura besoin pour cette victoire des autres mouvements identitaires pour le rassemblement des droites et sans cela le FN ne vaincra pas tout seul.

    31/05/2016 à 21 h 44 min
  • Le Ket Répondre

    Dans les 51 propositions de Béziers, je ne rencontre pas celle qui, à mon humble avis, paraît être primordiale depuis plus de 40 ans, celle de la défense de l’homme blanc !

    31/05/2016 à 16 h 54 min
    • Bistouille Poirot Répondre

      @ Le Ket
      Cher Ami,
      Qu’espériez-vous ? Il vous suffit pour y avoir assister de reconnaître dans les 51 propositions, celles qu’une cacophonie ambiante n’a pu établir pendant ces 3 jours et qui avaient dû être préparées à l’avance, qui ne sont pas le siège d’une malhonnêteté particulière mais le reflet d’un raz le bol généralisé en débordement du politiquement correct. C’est dans cette ambiance « Valmy » que nous puisons notre force quand Sancenay la voudrait dans la réflexion et l’ordre. Notre stratégie a toujours existé, elle ne réussissait pas à cause du Front Républicain mais le résultat du 1er tour nous montre chaque fois une progression à la recherche d’un effet de seuil qui sera fatal à ceux qui ont toujours compté sur son approche en contrôlant son franchissement.
      Ex: La gauche est battue au 1er tour des régionales. Au 2ème tour, Hollande impose un hara kiri à tous les candidats de gauche. L’UMP l’emporte pour une simple raison: l’appareil du PS est tout puissant sur ses candidats et même si le peuple de gauche décide de passer outre, SES candidats sont absents…
      A la Présidentielle, les égos A DROITE sont tels qu’il sera impossible de développer la même stratégie. Les consignes de Sarko ou Juppe ne seront pas suivies par leurs troupes lesquelles n’auront pas d’autre choix que celui de se rabattre sur Hollande ou Marion.
      (Marion, oui ! pourquoi pas ?).
      Je suis peut être bien seul à défendre cette thèse et encore plus isolé quand je prétends que la seule condition à satisfaire est de voir Hollande se qualifier pour le second
      tour. Mais ce danger j’accepte de le courir, sinon nous auront encore droit à des lamentations sur la proportionnelle, la loi électorale et bien d’autres choses auxquelles je ne participe jamais pour mieux me concentrer sur les réformes que nous imposerions à notre tour le jour où nous serons enfin arrivés au pouvoir…
      Maintenant pour répondre plus directement à votre question, les 51 propositions se répartissent en 10 châpitres OU LA DEFENSE DE L’HOMME BLANC se répartit sur 8 d’entre eux.
      1 proposition dans « DE L’EFFET »
      7 dans « DE L’ORDRE »
      4 dans « DE L’INDEPENDANCE »
      2 dans « DU SENS »
      2 dans « DE LA JUSTICE »
      4 dans « DE L’AVENIR »
      3 dans « DE LA REPUBLIQUE »
      2 dans « DU PLURALISME »
      Soit 27 propositions sur 51,(~ 54%)…
      Cherchez bien Le Ket.

      31/05/2016 à 22 h 22 min
  • Sancenay Répondre

    à QUINCTIUS,

    oh non, pour lui une fessée aurait suffi, mais c’est le principe et la méthode qui s’efforce de masquer l’arrière boutique qui justifie ce développement afin de dissuader également tous les cathos gogos habituels qui seraient tentés de lui emboîter le pas pour finir dans l’escarcelle du premier voyou présidentiable venu.

    31/05/2016 à 13 h 56 min
  • Sancenay Répondre

    à Oblabla, ( qui me répondait hier)

    Je ne considère pas avoir de « problème personnel » avec Robert Ménard parce que j’estime que ma modeste personne qui entame, au mieux le dernier quart de sa vie n’a nulle importance au regard de l’enjeu, de la fin ou de la survie de notre civilisation, qui se pose à nous.
    Cependant, je pourrais légitimement considérer en avoir un, à l’instar de toutes les personnes que les blanches colombes de la vaine « dédiabolisation », dont Robert Ménard, ont délibérément désignés comme autant de « diables » à l’opinion publique, collaborant en cela sans vergogne avec les médias du Système qu’ils prétendent combattre !
    Vous conviendrez, cher Monsieur, que pour le lancement d’un combat politique dit de « redressement », ce n’est pas un moyen des plus élégants, n’est-ce pas ?
    Mais, bien sincèrement, c’est très prioritairement la recherche du bien commun, qui me motive bien davantage et en particulier la libération de notre Patrie du carcan qui l’étrangle à petit feu depuis plus de deux siècles, et désormais à grands feux.
    Faites-moi la grâce de m’accorder cela, je n’ai pas donné près de 20 ans du temps de mes loisirs au combat politique pour aujourd’hui me contenter en me grattant le nombril.
    En ce qui concerne Robert Ménard, que je ne connais qu’à travers ses actes et déclarations politiques, je crois, et je sais par certains de ses collègues, que c’est un bon maire, d’une petite ville de province, Béziers. Cela n’en fait pas pour autant subitement, comme il se plaît à le croire avec, il est vrai , une fois encore , l’implicite et large soutien des média, un homme politique d’envergure nationale.
    Il prétend vouloir redresser la France en prenant soin toutefois d’éviter de remettre en cause les raisons profondes de son déclin. « On cherche, on tâtonne »dit-il, je le cite. La défense est un peu faible, non ?
    Est-ce cette apparente et candide approximation qui l’enjoint à reconduire, dès lors prioritairement les principes vitaux du Système ?
    Tel est le cas en premier lieu du perpétuel affrontement droite/ gauche imposé au peuple français depuis la révolution et qui est fondamentalement à l’origine de tous les maux qui accablent la France.
    Expliquez-moi , cher « Oblabla » , comment pourrait-on prétendre réconcilier, rassembler le peuple, l’inviter dans son ensemble à avoir un comportement patriotique si l’on considère qu’il convient de maintenir, comme règle de jeu, deux conception politiques totalement artificielles et qui plus est radicalement antagonistes ?
    La proposition est absurde dès le départ.
    Cette approche a d’ailleurs déjà été tentée par autant de « droites »plus ou moins courbes, bien avant Ménard. Les historiens en conviennent : à chaque fois cela a été un échec complet.
    Et ce sera le cas tant que l’on n’aura pas expurgé de la vie politique française, européenne et mondiales les racines révolutionnaires du mal. Toute tentative de « redressement » ou de sauvetage quelconque sera vaine.
    Hors, issu du sérail médiatique, Robert Ménard, quoiqu’il en dise, en possède –et agit avec- les vieux réflexes. Il est incapable de rompre avec ces références quasi religieuses à la révolution. N’a-t-il pas appelé son site : « Boulevard Voltaire ? » Cela a au moins le mérite d’être clair !
    Je ne le crois pas assez peu instruit et pas assez sot pour croire qu’il s’agit là de « tâtonnement ».
    Et il faut bien convenir que c’est là le genre de concession, si ce n’est d’aussweiss, qui conviennent parfaitement au Système et à ses « champions » qui partagent au demeurant, et revendiquent, les mêmes références, tel pour ne citer que lui, votre « réfugié politique de luxe », Monsieur Peillon. Curieux, non ?
    A partir du moment où l’on se plie devant le Système, sur un tel principe mortifère de fonctionnement, clef de sa survie, on plie sur tout.
    Tel par exemple le sujet de l’avortement, véritable génocide pratiqué depuis quarante ans et qui produit anaturellement, si j’ose dire, le vide propice et la pompe aspirante à l’immigration de masse.
    Là encore Ménard sur ce point critique se contente de dire « qu’il comprend ceux qui s’y opposent » Cher Robert, vous êtes trop bon ! Flatter le catho fidèle ça ne mange pas de pain ! On n’est pas loin là encore du syndrome du bonsaï !…de son « rival »- convenu ?- Philippot.
    Tel est encore le cas du sujet stratégique de la liberté d’expression. Robert Ménard entend défendre celle-ci…à l’intérieur des limites définies par le Système !
    Eh oui, c’est ainsi qu’il s’est porté volontaire dans le vain combat pour la « dédiabolisation ».Si Ménard prétendait ainsi définir -du haut du campanile de Béziers ?- une « droite » politiquement correcte, le Système, tout en feignant le contraire, ne pouvait que s’en frotter les mains, bien évidemment !
    Puisqu’en effet cela contribuait à tenter d’éliminer du champ politique la frange de la résistance la plus lucide et la plus déterminée envers le Système et en particulier, celui qui depuis plus de quarante ans l’avait entraînée, un certain Jean-Marie Le Pen.
    Il faut bien convenir que prétendre « rassembler » en commençant par « disperser façon puzzle », l’exercice paraît pour le moins étrange, si ce n’est compliqué !
    Il faut ajouter à cela que les électeurs en ont précisément plus qu’assez de ce jeu permanent de postures et de contorsions politiques destinées à se faire adouber par une obscure « élite » parfaitement frelatée que, toute honte bue, l’on prétendrait « combattre » !
    Or comment Robert Ménard a-t-il surgi sur la scène politique ?
    Eh bien, parfaitement conscient de la vague déferlante d’une opposition de plus en plus fondamentale du peuple contre ses élites, animée principalement jusqu’alors par le Front national, il a choisi de saisir le plus fort de la vague, le FN, et de surfer allègrement dessus.
    Il aurait pu faire plus « soft », aller chez l’habile Dupont-Aignan, ou le frais Poisson, si les « odeurs nauséabondes » le gênaient alors, c’eût été plus logique, certes plus ingrat aussi. Le succès n’était pas assuré.
    Mais le voilà donc élu Maire de Béziers avec l’étiquette FN manifestement un peu lourde pour ses frêles épaules.
    Qu’importe ! L’essentiel est acquis. Il a une tribune sensiblement amplifiée par la complaisance à peine déguisée des média qui appuient juste suffisamment sur la tête pour l’encourager à s’ « auto-dédiaboliser ».
    Et tant pis- voire tant mieux – si la « dédiabolisation » du FN à laquelle il aura activement aura conduit à l’échec de Marine Le Pen (qui en partage elle aussi largement la responsabilité) cela n’apparaît désormais que comme une simple étape dans le parcours conquérant du petit Napoléon de Béziers.
    Pour autant je conviens avec vous que cela fait les choux gras des média et du Système qui n’en seront pas pour autant reconnaissants à leur allié de circonstance et laisseront la baudruche se dégonfler doucement pour éteindre peu à peu les vérités dérangeantes qu’il a copiées –collées dans son discours.
    En conclusion, vous aurez saurez que je m’oppose à Robert Ménard pour la vanité certaine de sa démarche et accessoirement pour sa totale déloyauté déployée dans sa manière d’opérer.
    Car toutes deux ne sont ni conformes, ni utiles aux besoins et aux traditions de la France éternelle que les patriotes authentiquement libres entendent défendre sur le fond comme dans la forme.

    31/05/2016 à 12 h 12 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      Cher Monsieur,

      Croyez vous que l’ illustre Ménard *** valait un pareil développement ?

      *** allusion à un autre  » sudiste « , célèbre dans la littérature pour avoir été un grand chasseur de casquettes

      31/05/2016 à 12 h 35 min
      • Jean Yves Briend Répondre

        La critique est facile, qui ne fait rien…bref pour dire j’étais présent à Béziers et j’ai trouvé ces tables rondes intéressantes et les échanges fructueux , pour moi plus positifs que négatifs, même si il y a eux quelques couacs! les échanges entre personnes d’opinions divers et raisonnables en réel sont toujours plus intéressants que ces débats interminables sur les forums internet qui n’apportent rien!

        31/05/2016 à 14 h 22 min
  • Anne Charlotte Lundi Répondre

    Cher ami,
    Pourriez-vous m’éclairer sur cette allusion à Gramsci, le communiste ?
    Pronez-vous un « pouvoir culturel » ?

    amicalement
    Anne Charlotte

    31/05/2016 à 12 h 01 min
  • Olivier Monteil Répondre

    réunion utile pour rassembler des alliés possibles du camp national (de Villiers, DLF, Poisson, Zemmour, Rioufol, etc..), partiellement réussie de ce point de vue.
    mais réunion inutile s’il s’agit de trouver et promouvoir une voie « hors FN », ou de tenter de promouvoir un FN contre un autre FN supposé…
    …car c’est bien Marine et le FN qui représenteront la France patriote en 2017 et personne d’autre que je sache.
    les 3/4 des propositions de Béziers sont déjà celles du FN, il devrait être clair pour tous de concentrer les efforts vers la victoire du camp national, donc du FN, et non de se disperser « ailleurs »…

    31/05/2016 à 8 h 56 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      vous faites abstraction du  » pagus gallicus  » et on sait que cet état politique ancestral est incompatible avec une fédération victorieuse … ou bien l’ un des partis s’ impose à tous ou bien tous disparaissent sous les coups de la nouvelle Rome bicéphale … Bruxelles-Washington

      31/05/2016 à 10 h 16 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    socio-psychologie de base :

    Ménard est un homme du Media et à ce titre s’ estime ( c’ est bien le verbe approprié ) au-dessus des  » autres  » et comme en plus c’ est une grande gueule méridionale ….

    31/05/2016 à 8 h 03 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      N.B. ma remarque sur les  » hommes du Media  » ne s’ adresse évidement pas à Mr De Thieulloy qui bien qu’ à mon goût assez  » catho  » et même intégriste reste néanmoins  » élégant  » et de bonne compagnie

      31/05/2016 à 8 h 36 min
  • PIGIS Yves Répondre

    En plus, les propositions dont ont accouché ces rencontres
    ne sont ni plus, ni moins qu’un pillage des idées du FN.
    Pour arriver à un si piètre résultat, point n’était besoin de
    dépenser tant d’énergie pour un simple plagiat !

    31/05/2016 à 1 h 08 min
    • Caillou Répondre

      Si vous n’y étiez pas abstenez-vous donc d’en parler car comme beaucoup trop aujourd’hui et de plus en plus, vous faites un procès d’intention !

      31/05/2016 à 6 h 21 min
    • Jaures Répondre

      Ah bon ?? Les rencontres de Béziers demandent unanimement le retour de la retraite à 60 ans ? Le contrôle des prix ? La sortie de l’euro ? Les nationalisations ? L’augmentation générale des salaires, pensions et retraites ? La fin de la baisse des effectifs de fonctionnaires ? Le revenu familial ? Le protectionnisme ?…
      Tout cela est dans le programme du FN.

      31/05/2016 à 12 h 00 min
  • PIGIS Yves Répondre

    Robert Ménard a été maladroit dans son expression ( je ne servirai pas de marchepied même au FN) et ingrat car, qu’il le veuille ou non, sans les voix du FN il n’aurait pas été élu maire ! Il avait peut-être la grosse tête !
    Malheureusement, il n’a pas utilisé toutes les subtilités de la langue française !

    31/05/2016 à 0 h 59 min
    • Bistouille Poirot Répondre

      Sans aucun doute, tant dans le plagiat que dans la manière dont s’es déroulée l’élection municipale de Béziers. Combien de fois ai-je entendu dire que Ménard avait bénéficié de l’aide du Front sans jamais renvoyer ouvertement l’ascenseur.
      Mais un point positif cependant, le retournement d’une tendance contre la conjonction de critiques systématiques du Front National orchestrée en sous main par le Front Républicain, L’HERPES nouveau est arrivé…

      31/05/2016 à 6 h 12 min
      • {{''ALAMUT Répondre

        Ah ! ce détail de l’Histoire,transformé en Nazisme ?
        En Français, un détail est une partie d’un ensemble
        sans plus !
        Et si les Médias et autres crétins, apprenaient enfin
        à parler Français et cessaient d’accuser le PEN
        de tous les péchés d’Israel ? {{ Güte Shalom }}

        Et si les Français du 21ème Siècle, pensaient enfin
        à cesser cette guerre Idéologique GAULLO-MARXISTE,
        vieille de plus de 71 Ans.
        Vous l’avez peut-être remarqué ?
        de tous les Pays envahis par l’Allemagne Nazie ou
        L’Union Soviétique parfois alternativement, la France
        est le seul Pays à ne pas avoir instauré la Réconciliation Nationale, la faute à qui ?
        aux MEDIAS et aux Pöliticiens car cela rapportait gros !
        qui ont surtout comme préoccupations; leurs plans de
        Carrières Politiciennes qui rapportent gros ainsi que
        leurs Retraites accumulées !

        Et oui Camarades Citoyens c’est un fait, les Méchants
        Présumés désignés Collabos et les gentils Présumés
        proclamés Résistant, à l’heure actuelle, ils sont tous
        Morts, ou gâteux mais, les légendes antagonistes se
        perpétuent.

        Quant à moi qui l’ai fermée depuis prés d’un Siècle
        Je me suis farci quelques Cinq années de guerre
        contre les Fascistes et Nazies, sous trois uniformes
        dont deux étrangers; je vois des petits trous du C.
        de l’âge. où soldat, nous crapahutions, un fusil LEBEL
        de 14/18 en main, toujours à pieds et sans nous plaindre, puisque personne ne nous avait obligé à
        aller nous battre puisque Engagés Volontaires !
        Classe de recrutement 1943.non recruté car Engagé !
        Classe de rattachement 1939

        Anti Fa qui n’ont jamais vu aucun Fasciste de leur
        Vie, ce n’est pas leur faute, ils n’étaient pas encore nés.
        Et n’y connaissant rien, prétendent tout nous expliquer

        {{ Que la Paix soit avec vous! }}
        {{ Salam Allah y Koum *( P.S.L.) * }}
        {{ Shalom Adonaï }}

        31/05/2016 à 8 h 53 min
    • Marc Répondre

      En même temps si hollande n’avait pas eu les voix du fn il ne serait pas en train de détruire notre beau pays ! Alors…..

      31/05/2016 à 8 h 23 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: