Suicide de Venner et désinformation

Posté le mai 29, 2013, 9:37
6 mins

L’événement marquant de cette première se­maine après la Pente­côte, a été le suicide héroïque de Dominique Venner à Notre-Dame de Paris.

Cet événement est concomitant avec les émeutes de Stockholm et l’exécution à la machette du soldat Lee Rigby à Woolwich (Angleterre). Autant d’événements embarrassants pour les pouvoirs publics, symptomatiques de la crise civilisationnelle que traverse notre Europe. Le roman-feuilleton des démêlés judiciaires de Christine Lagarde est certes plus facile à traiter par les médias officiels !

Les grands quotidiens français se sont montrés implacables à l’égard de Dominique Venner. La présentation du personnage a été sans appel ! Un « essayiste, militant de l’extrême droite radicale ». Aurait-on titré, à la mort de Jean-Paul Sartre : « un théâtreux, militant de l’extrême gauche radicale » ? Non. Pourtant, l’extrémisme de Sartre fut bien réel, puisqu’il soutint publiquement les pires dictateurs de la planète : Castro, Khomeyni, Mao et le sanguinaire Pol Pot, sans parler du FLN algérien.

Militant politique, Sartre le fut aussi, fondant la « Gauche Prolétarienne » en 1968, creuset du gauchisme soixante-huitard qui allait s’emparer du pouvoir pendant plus de 45 ans et faire renaître, par le biais du « politiquement correct », une épuration plus subtile, mais non moins efficace, que celle de 1945. Malgré ses prises de positions sulfureuses, Sartre fut ovationné après sa mort.

Il n’en va pas de même pour M. Venner. Son travail d’historien est passé sous silence, alors qu’il reçut, pour son « Histoire de l’Armée Rouge », le prix Bro­quette-Gonin d’histoire de l’Aca­démie française en 1981.

Rien sur l’œuvre remarquable qu’il a laissée en tant qu’historien et écrivain. On passera notamment sous silence son « Histoire critique de la résistance », écrite avec l’aide de son ami François de Grossouvre, conseiller du Président Mitter­rand.

Se limitant à du « copier-coller » à partir de Wikipédia, on se demande si la médiocrité du traitement médiatique relève de l’ignorance, de l’aveuglement idéologique, d’un manque de déontologie journalistique, ou des trois à la fois…

La presse de Pierre Bergé n’a rien trouvé de mieux que d’y déceler une soi-disant « preuve par neuf » du fait que Mme Le Pen devait donc bien être d’extrême droite, puisqu’elle avait osé rendre un court hommage à l’historien !

On oublie l’engagement de Dominique Venner dans l’armée, dès l’âge de dix-huit ans et le fait qu’il fut décoré de la Croix du combattant.

On oublie encore que Domini­que Venner a particulièrement travaillé sur l’histoire politique de l’Allemagne notamment de l’entre-deux guerres.

Influencé, comme M. Sartre d’ailleurs, par Heiddeger, il écrivit une remarquable biographie de l’écrivain Ernst Jünger, contribuant à une meilleure connaissance (et compréhension), en France, de la pensée allemande. Militant européen déclaré et convaincu, on ne peut que comprendre son désespoir de voir cette Europe des banques et de la bureaucratie bruxelloise se déliter sous nos yeux et se montrer incapable de résister à un mondialisme invasif et destructeur.

On reproche à Dominique Venner ses sympathies pour l’OAS. C’est oublier un peu vite la division de l’opinion publique française sur la question algérienne en cette fin des années 50. Contrairement à ce qu’on a laissé entendre, Dominique Venner a quitté la politique à sa sortie de prison pour se consacrer à l’histoire, estimant que seul un véritable travail de mémoire éviterait à la France de se couper de ses racines millénaires.

C’est ainsi qu’il fonda la « Nouvelle Revue d’Histoire », en 2002, alors qu’il devait braver les atteintes à la liberté d’expression et la censure du politiquement correct, alliées à une justice partisane, qui faillirent avoir raison de la revue dans les années 2005-2006, malgré le soutien que lui apportèrent de nombreux intellectuels de renom.

Pour Dominique Venner, le travail de mémoire est essentiel pour que la France puisse espérer se reconstruire. Démarche à l’opposé du programme de l’oligarchie au pouvoir, qui s’ingénie à faire table rase de tous repères historiques. En cela, effectivement Dominique Venner était un vrai militant !

Puisse son testament politique être entendu et compris !

15 réponses à l'article : Suicide de Venner et désinformation

  1. Jeanne

    3 juin 2013

    @quintius cicinnatus

    merci pour vos explications concernant le “seppuku”…..
    et votre culture ……….
    Difficile dans notre société de comprendre ce geste de code d’honneur……. puisse les consciences se réveiller….. et les pensées se purifier …….

    Répondre
  2. Galmet

    1 juin 2013

    Le dernier acte de Dominique Venner n’est ni admirable ni exemplaire. Ayons pitié de son âme !

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      1 juin 2013

      Pour un judéo-chrétien peut être ( encore que le martyre soit un… suicide ) pour un païen certainement pas …
      ce soldat ( et cet intellectuel ) a fait seppuku … pour témoigner de son Honneur !
      pouvez vous en dire autant ?

      Répondre
      • Aragorn

        1 juin 2013

        Le seppuku est utilisé pour laver un déshonneur personnel.

        Rien de tel en la circonstance.

        Et ça ne se fait pas dans une cathédrale.

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          2 juin 2013

          le seppuku se fait pour bien des raisons par exemple suivre un chef bien-aimé dans la mort,pour venger son ” honneur “, ce qui est justement le cas ici … la mort de la France

          d’autre part rien il était fréquent qu’ un samouraï ou un daimyô le fasse dans l’enceinte d’un …temple ( à défaut d’une église jésuite hollandaise, qu’il ne fréquentait certainement pas ! )

          Répondre
          • Aragorn

            2 juin 2013

            Dac.

            La prochaine fois, s’il peut faire ça au Japon, ça sera peut-être mieux compris.

            C’est quand même le top d’avoir des ennemis qui se suicident… nos adversaires ont du fêter ça.

  3. Jeanne

    30 mai 2013

    Merci pour votre article …..Dominique Venner est mort en sacrifice comme un chevalier …Le suicide est un péché dans l’Eglise catholique…..mais les bases de la foi : Pardon et Amour….
    Les catholiques n’ont pas le monopole de toutes les pensées et certains n’ont pas compris le message de Mr Venner qui pourtant leur était adressé….en partie… L’Eglise disparaîtra si on n’y prend pas garde…..
    Que de lynchage alors que l’on devrait se serrer les coudes !
    Cet homme a dû se trouver bien seul avant d’accomplir son geste, il lui a fallu une certaine dose de courage ….
    “Même si la neige est profonde. Je veux aller aussi loin que possible. Afin de contempler le paysage blanc”
    Poète Japonais

    Répondre
    • Aragorn

      31 mai 2013

      Désolé Jeanne, mais je ne connais pas de chevalier qui se soit suicidé. Le chevalier meurt à l’ennemi.

      Même le samouraï ne se suicide que pour ne pas perdre la face, ou dans une action kamikaze.

      Là c’est du grand n’importe quoi.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        1 juin 2013

        vous devriez étudier d’un peu plus près la Civilisation et l’Histoire du Japon , cela vous éviterait d’affirmer n’importe quoi !
        d’autre part, lorsqu’un Chevalier se ” sacrifiait ” il se suicidait … ainsi, les Francs devant mes ancêtres près de Poitiers ( comme le chante Grégoire ) ou les 15.000 soldats d’origine allemande ( dont de très nombreux ex-S.S. ) pendant la guerre d’Indochine …
        le Monde n’est pas uniquement mu par un ” idéal ” ” franchouillard ” !

        Répondre
    • quinctius cincinnatus

      1 juin 2013

      très beau poème

      Répondre
  4. Aragorn

    30 mai 2013

    Parfaitement d’accord avec le Panégyrique sur l’œuvre de DV.

    Par contre je ne comprends pas l’adjectif héroïque concernant son suicide. On peut dire absurde, sacrilège, profanatoire mais surement pas héroïque quelles que soient les qualités du personnage.

    Répondre
  5. Jean-Claude SACERDOT

    30 mai 2013

    De cœur et d’esprit la plupart du temps, je ne peux m’empêcher de réagir quand vous vous laissez déborder à user des termes des médias ordinaires… Vous parlez “d’exécution” de ce malheureux soldat Anglais quand il s’agit d’un assassinat perpétré par un sous-produit de cet islam d’un autre temps et d’autres latitudes. C’est horripilant. Je vous rappelle qu’une “exécution” découle d’une sentence proférée par une cour de justice, voire une cour même illégitime mais donnant au moins le simulacre d’une décision collégiale;

    Répondre
  6. pommeret

    30 mai 2013

    “a été le suicide héroïque de Dominique Venner”

    N’en faisons pas un martyr non plus car le suicide reste un péché contre l’Espérance.
    Quelle tristesse…

    Répondre
  7. Janko54

    29 mai 2013

    RIP Dominique Venner ! 🙁

    Répondre
  8. mariedefrance

    29 mai 2013

    *****Alors que tant d’hommes se font les esclaves de leur vie, mon geste incarne une éthique de la volonté.
    Je me donne la mort afin de réveiller les consciences assoupies.
    Je m’insurge contre la fatalité.
    Je m’insurge contre les poisons de l’âme et contre les désirs individuels envahissants qui détruisent nos ancrages identitaires et notamment la famille, socle intime de notre civilisation multimillénaire.

    Alors que je défends l’identité de tous les peuples chez eux, je m’insurge aussi contre le crime visant au remplacement de nos populations.*****

    Hommage public à Dominique Venner : vendredi 31 mai à 15h30

    http://www.bvoltaire.fr/jeanyveslegallou/hommage-public-a-dominique-venner-vendredi-31-mai-a-15h30,24734?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=78a67ed101-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-78a67ed101-20987221

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)