Sur les Roms et ceux qui nous gouvernent

Posté le 02 octobre , 2013, 8:30
7 mins

Disons les choses telles qu’elles sont : cette histoire de Roms, aussi grave soit-elle, est avant tout un révélateur.

Révélateur de notre absence de prise en compte sérieuse du problème migratoire, révélateur de l’obsolescence de l’angélisme béat dont font preuve nombre de nos gouvernants, de notre incapacité à nous doter d’un arsenal législatif garantissant nos intérêts et notre sécurité, de l’absurdité de l’actuelle construction européenne… enfin, révélateur de la duplicité et de la connivence de la classe politique française.

 Le double langage tenu par nos élus n’est plus un secret pour personne en France… certains professionnels de ce double langage ont d’ailleurs construit leur succès électoraux sur la dénonciation de ce même double langage ! En la matière Jean-François Copé vient de se fendre d’une déclaration qui pourrait passer pour un modèle du genre : « On ferme les yeux au Gouvernement français sur ce qui est en train de se passer dans le pays, la violence que l’on constate. Et c’est extrêmement grave et ça m’amène à vous dire la chose suivante : il est hors de question que la Bulgarie et la Roumanie entrent dans l’espace Schengen tant que ce problème ne sera pas résolu au niveau européen ».

 L’affaire est sérieuse ; la déclaration beaucoup moins lorsque l’on pense qu’elle vient du Président de l’UMP, lequel n’avait rien trouvé à dire lorsqu’en 2007 son parti au Gouvernement avait acté l’entrée de la Roumanie dans l’Union Européenne. Une entrée qui portait en elle le principe de libre circulation des hommes et donc les germes de maux que nous connaissons aujourd’hui dans nos villes avec la présence massive de Roms. Quant à l’intégration de ce pays à l’espace Schengen, c’est à dire à l’ouverture pure et simple des frontières, il est regrettable que Monsieur Copé, Madame Morizet, Monsieur Estrosi et autres démagogues du moment n’aient rien trouvé à dire en 2011, lorsque le Parlement Européen a eu à se prononcer sur cette question.

C’est à ce moment là en effet que l’UMP, membre du groupe PPE au Parlement européen, avait à donner son avis sur le rapport d’adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie à l’Espace Schengen. Malheureusement ce jour là tous furent aphones et participèrent de l’allégresse générale qui devait voir Gauche et Droite, tout partis dit « de Gouvernement » confondus, célébrer l’écrasante majorité (487 voix contre 77) venue parrainer ce nouveau pas vers l’avenir radieux de l’UE… tel fut en tout cas le message de Jerzy Buzek, le Président du Parlement Européen, lui aussi membre du PPE : « Schengen est l’une des plus grandes réalisations de l’Union Européenne. Il ne faut pas la détruire par des décisions irréfléchies. Le système de Schengen fournit les plus hauts standards de gestion des frontières. La Roumanie et la Bulgarie sont conformes à ces normes aujourd’hui. Par conséquent, nous ne devons pas retarder leur intégration. J’appelle le Conseil à suivre les recommandations du vote exprimé aujourd’hui par la grande majorité du Parlement européen. »

   Pire, Monsieur Copé et ses doctes amis européistes élus sur les listes UMP – Nouveau Centre ne trouvèrent rien non plus à objecter à leur collègue de groupe, rapporteur du projet, qui devait déclarer avec une emphase quasi-mystique : « Nous sommes en mesure d’accueillir la Bulgarie et la Roumanie dans l’Espace Schengen (…). Les citoyens de ces pays doivent être considérés comme des citoyens européens à part entière, et ne doivent pas être les otages du discours populiste. »

   « Discours populiste », ce terme que l’on aurait pu trouver dans la bouche d’un Mélenchon de circonstance fut porté par le groupe PPE, par l’UMP, par les amis de Monsieur Copé…

   Je n’ai rien contre les prises de conscience, fussent elles tardives ; pas plus d’ailleurs que contre les réveils douloureux. Pourtant n’y a-t-il pas quelque chose d’indécent à avoir porté, soutenu et réalisé l’adhésion à l’UE, puis à Schengen de la Roumanie, puis, à en regarder les conséquences comme tellement étrangères à sa propre action qu’on s’autoriserait à en dénoncer publiquement les effets ? 

   Il y a décidément un peu de Manuel Valls chez Jean-François Copé… une ressemblance troublante avec ce Ministre jouant les éclairés d’une majorité de lugubres dont il n’est pourtant que le fidèle exécutant.

   Ceux qui ont causé l’impardonnable hier, provoquant les problèmes d’aujourd’hui, sont-ils les mieux placés pour dénoncer maintenant ceux qui, adoptant la même tournure d’esprit, les mêmes choix et les mêmes maîtres, s’apprêtent à emprunter un chemin identique ? La duplicité de certains n’est-elle finalement le plus mauvais argument d’une bonne cause ? Car si chez ces gens là toutes les positions évoluent au grès des circonstances électorales, alors aucune dénonciation n’a véritablement de sens…

   Ma faible culture cinématographique me fait me rappeler qu’Audiard disait « les cons ça ose tout, c’est même à cela qu’on les reconnaît ». Je ne sais pas ce que font les cons, mais je vois ce que font les politiques, hélas…

http://www.gaelnofri.com/

5 Commentaires sur : Sur les Roms et ceux qui nous gouvernent

  1. 4 octobre 2013

    Merci de consulter mon blog. Tous mes articles sont à votre disposition. Très cordialement. Manuel Gomez

    Répondre
  2. cousin

    4 octobre 2013

    Je suis d’accords avec les précédents commentaires nous avons depuis 40 ans des partis politiques complices à notre destruction leur incapacité a gouverner est effarent mais bien volontaire car au service des tous puissants. l’Europe tel qui l’ont voulu fait des ravages dans les nations j’ai bien peur qu’ils vont payer cette machination du fédéralisme Européen sous l’impérialisme Américain .Les peuples prennent conscience de cette ignominie vouloir détruire les nations avec tout ce qui les représentent pour en faire une seule sans âme contraint a la servitude de ces technocrates que nous avons aucunement élus

    Répondre
  3. Claude Roland

    3 octobre 2013

    @ Laudance : J’approuve votre avis mais le principal problème dans notre pays est ce que vous dites : “Mais ils (les Français) semblent toujours en redemander !”

    Depuis des années, des décennies, les Français râlent, gueulent, mais c’est tout. or les dirigeants restent confiants car “chien qui aboie ne mord pas”. Et leur sabotage de la France continue paisiblement malgré les vociférations des Français…

    @Hector : juste une rectif. Je pense que vous vouliez parler des roms comme la partie émergée de l’Iceberg. la partie immergée étant la plus importante : L’immigration allogène.

    Répondre
  4. Laudance

    3 octobre 2013

    Comme bien d’autres sujets traités par les médias au service de l’Etat socialiste, le battage fait par la vraie gauche et la fausse droite à l’encontre des Roms n’est qu’un moyen de détourner l’attention des Français, de les enfumer davantage, eux qui sont pourtant habitués aux mensonges, aux diversions et aux mises en scène depuis une trentaine d’années. Mais ils semblent toujours en redemander !

    En effet, pendant que l’on traite ce groupe en bouc émissaire, on ne parle guère d’une autre communauté bien plus nombreuse et dangereuse pour la République que celle des gens du voyage incriminés à juste titre, certes, mais de manière excessive et disproportionnée par rapport à l’accueil réservé à la RATP (Religion d’Amour, de Tolérance et de Paix), au tapis rouge déroulé devant les “chances” pour la France.

    Quant à l’UMP, elle devrait au moins avoir la décence de ne pas utiliser ce prétexte pour tenter, de manière grossière, de se refaire une virginité et de redorer le blason qu’elle ne cesse de souiller, car elle ne vaut pas mieux que le PS, étant aussi responsable que lui de l’insécurité qui progresse dans le pays. Sans parler du reste allant de la dette à une immigration ratée, en passant par une idéologie dépassée, l’abandon des Français au profit de leurs assistés, l’omniprésence d’une police de la pensée et le blocage d’une société qui n’a plus rien d’une démocratie.

    Répondre
  5. 3 octobre 2013

    En vérité les roms c’est la partie immergé de l’iceberg qui doit couler le Titanic France et Europe . C’est pas que les roms qui détruisent notre identité , histoire , culture , religion catholique la base de notre identité mais l’immigration allogène de changement de peuple programmée par l’ UE . Les roms c’est la saleté sous nos yeux mais les autres se sont des hordes de sauvages qui vandalisent la France et tous nos systèmes sociaux et qui construisent des casernes chez nous avec la complicité de nos élus .

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)