Thomas Thévenoud, icône du socialisme

Posté le septembre 17, 2014, 11:19
6 mins

L‘affaire Thévenoud est une nouvelle « tuile » tombée sur la tête du fameux « président normal » qui avait fait de la « république ex­emplaire » un des axes de sa campagne de 2012 !

À vrai dire, cette « tuile » était bien facile à éviter : les socialistes détiennent l’intégralité de l’appareil d’État. Ils sont donc particulièrement bien placés pour repérer les défaillances ou fraudes fiscales de telle ou telle personnalité.

Même si l’administration fiscale, par impossible, n’avait pas fait son travail – ce serait vraiment une coïncidence extraordinaire que, précisément, ce député, pourtant repéré à Bercy comme membre de la commission Cahuzac, ait totalement échappé aux contrôles d’une administration à laquelle n’échappe aucun citoyen français –, il existe encore la DGSI (les anciens renseignements généraux).

Et, à supposer que ni le fisc et la DGSI n’aient fait leur travail, c’est aussi la mission du secrétariat général du gouvernement d’informer le Premier ministre sur ce genre de dossiers.

Bref, il est tout à fait invraisemblable que nul n’ait rien su des indélicatesses fiscales de l’éphémère secrétaire d’État.

Ou alors, cela signifie que l’appareil d’État ne contrôle plus rien et cela n’est pas beaucoup plus rassurant : imaginer que des milliers de djihadistes se promènent librement sur notre territoire n’est déjà pas très enthousiasmant. Mais, naturellement, ils sont plus enclins à se dissimuler qu’un politicien comme Thomas Thévenoud. Alors, si aucune administration n’arrive à suivre un personnage public, les djihadistes n’ont pas beaucoup de soucis à se faire !

Il n’existe donc que deux solutions : soit l’administration est peuplée d’incompétents, soit un certain nombre de dirigeants ont délibérément « couvert » les agissements de ce peu recommandable personnage.

Je serais plutôt enclin à croire la deuxième hypothèse.

Et la clémence avec laquelle ce qu’il faut bien appeler un voleur a été accueilli parmi ses collègues au Palais Bourbon n’est pas de nature à m’en dissuader.

Il est vrai que la voix de M. Thé­venoud est particulièrement utile à un moment où la majorité se craquelle de toutes parts. Et, tout comme l’argent (qu’affectionnent manifestement beaucoup ces braves « ennemis de la finance » qui peuplent les travées de gauche de l’hémicycle), les voix n’ont pas d’odeur…

En réalité, Thomas Thévenoud bénéficie de l’indulgence de ses collègues car il est, en quelque sorte, la pure – si j’ose dire – incarnation du parlementaire socialiste.

Claude Bartolone, président socialiste de l’Assemblée, déclarait aux universités de La Rochelle : « Thomas Thévenoud est le meilleur de sa génération ». Ce n’est pas flatteur pour ladite génération, mais, en un sens, c’est vrai : Thévenoud est la quintessence de l’hypocrisie socialiste.

En effet, de façon générale, être socialiste nécessite une solide dose d’hypocrisie.

Un député socialiste, c’est quelqu’un d’extraordinairement moraliste pour les autres, mais qui considère que cette morale n’est pas de son niveau à lui. Ainsi faut-il augmenter les impôts. Ainsi faut-il augmenter les contrôles fiscaux – comme M. Thé­venoud a eu l’incroyable culot de le demander publiquement à l’Assem­blée ! Mais seulement pour les autres, pour ces gueux de contribuables taillables et corvéables à merci.

On critique souvent – et souvent à juste titre – la fiscalité de l’Ancien Régime. Mais sait-on qu’en 1788, un travailleur moyen payait moins de 20 jours de revenus par an ? Aujour­d’hui, c’est plus de 10 fois plus – sans parler de la dette qu’il faudra bien finir par payer.

M. Thévenoud et les siens sont considérablement pires que les pires des fermiers généraux de 1788. Non seulement ils sont bien plus spoliateurs, non seulement ils s’estiment bien davantage au-dessus des lois, mais l’arbitraire fiscal et l’inquisition fiscale que le régime socialiste a installés auraient été de nature à faire prendre à nos aïeux des fourches il n’y a pas si longtemps.

M. Thévenoud incarne admirablement cette faillite de la justice fiscale. Même sa démission ne suffirait pas aux contribuables normaux que nous sommes. C’est la remise à plat complète du socialisme et de sa fiscalité que nous devrions exiger si nous étions encore Français (je rappelle que cela signifie « libres », quand Bercy nous considère – hélas à juste titre – comme « assujettis »).

Car la mollesse de nos réactions garantit l’impunité et le cynisme d’un Thévenoud qui pourra désormais continuer à pérorer à l’Assemblée en prétendant défendre les « pauvres », tout en se gavant sur le dos des « sans-dents » comme dirait son chef…

Guillaume de Thieulloy

14 réponses à l'article : Thomas Thévenoud, icône du socialisme

  1. BRENUS

    24/09/2014

    Je me doutais bien que le sieur cincinatus ne manquerait pas l’occasion de faire briller sa vaste culture et sa parfaite maitrise de la langue. But atteint : c’est fait.

    Répondre
  2. Rouletabille

    18/09/2014

    Si j’étais Flanby, je proposerais au sieur Thévenoud le poste de contrôleur général des impôts, en échange de sa démission comme député. Faut pas le laisser sur la paille, nous ne sommes pas des chiens, que diantre!

    Voyez avec Mosco. Incompétent, certes, mais fidèle, alors on lui a fait une bonne place dans ce dépotoir à rates de la politique qu’est le parlement européen.

    Répondre
  3. Boutté

    18/09/2014

    … comme dirait son Chef . . . qui lui même n’a pas pensé à faire une déclaration commune avec sa concubine comme le veut la règle de Bercy ni même à faire évaluer ses biens immobiliers à leur juste prix pour échapper à l’ISF .

    Répondre
  4. Alain HAUMESSER

    17/09/2014

    Le Caudillo Vals n’a pas dû s’inquiéter -en demandant la confiance en son gouvern&ment – de la présence d’un député tellement irresponsable qu’il oublie de tout payer.576 députés devraient refuser qu’un tel malhonnête soit dans leurs rangs…mais comme ils se gobergent tous sur le dos du citoyen, aucun homme d’honneur n’osera se lever pour demander l’éviction de l’escroc ou alors, la dissolution de l’assemblée nationale qui en l’état, accepte de siéger en complicité totale avec ce malandrin.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      20/09/2014

      Thévenoud n’ a pas pris par au vote de confiance , mais par contre sa loi sur le conflit des taxis et des voitures de place a été adoptée ( sans lui ) … ce qui ajoute quelques grammes de plus au code du travail ! essentiel !

      Répondre
  5. BRENUS

    17/09/2014

    Ce Thévenoud : un beau modèle de socialiste, membre de l »intelligentia » autoproclamée. Pas de doute qu’en fouillant un peu nous en trouverions encore des meilleurs dans ce milieu de pignoufs. Jusqu’au Macron qui se permet d’insulter le peuple en parlant de femmes « ilétrées » mais qui oublie bien de préciser que ces dites ilétrées et autres sont les manards qui ont gratter dur et pour pas cher pour créer ce que ce zigoto n’a jamais produit : de la valeur. Car même d’origine « ilétrée » la valeur est autre chose que la prise en charge gratis de tous ces glandeurs qui n’ont eu que la chance de naitre avec une tête un peu plus facile que celle de la moyenne. Sur que ses parents enseignants qui ne devaient pas trop se soucier des prolos – comme tout bon gauchiste d’ailleurs- lui ont en plus bien savoné la planche. De sorte que ce zèbre se croit sans doute sorti de la cuisse de Jupiter. Un nouvel Alexandre, a n’en pas douter, qui porte sur sa gueule tout le mépris du monde et dont le pays n’a rien a attendre.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      18/09/2014

       » illettrées  » à moins que votre orthographe soit elle aussi une forme de dérision … mais cette sortie ( de route du politiquement correct ) met surtout et cruellement en évidence les résultats de l’ E.N.

      P.S. à noter que Sapin avait usé du même adjectif pour désigner les  » plumeuses  » de l’ abattoir !

      Répondre
    • quinctius cincinnatus

      19/09/2014

      Thomas Thévenoud est un enfant, un misérable gagne-petit, un minable, un, tenez pour parler franc , un  » sans dents  » , à côté des rutilants amis de Sarko … les Balkany !

      Répondre
  6. zézé

    17/09/2014

    Très bonne analyse, cher Monsieur, comme d’habitude d’ailleurs, mais nous n’avons plus de fourche et je pense qu’il en faut ENCORE PLUS pour que le « sans dent » aille dans la rue et aille livrer bataille…. vu qu’à la moindre manif anti gouvernementale, gazolito et ses sbires oeuvrent à tour de bras..;

    Répondre
  7. Dut

    17/09/2014

    Grève des impôts jusqu’à la démission de ce sinistre personnage THEVENOUD !

    Répondre
    • orldiabolo

      18/09/2014

      Attention : appeler à la grève de l’impôt est un délit ! (Le système a tout prévu…)

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        20/09/2014

        mais pas de les régler en pièces de un cent !

        Répondre
        • Dr H.

          20/09/2014

          Ca a été vrai, mais je ne jurerais pas que c’est encore le cas…

          Répondre
          • quinctius cincinnatus

            21/09/2014

            on peut toujours … à condition de ne pas se tromper d’ une seule pièce … en moins … sinon c’ est le … redressement ! le comptage doit donc être effectué par les deux parties en présence d’ un … huissier ! et toujours avoir des  » ressources  » en  » coins  » ,comme disent les Anglais, dans sa poche … revolver !

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)