Tout ça pour ça !

Tout ça pour ça !

Après des mois de discours, de rassemblements, et des pages innombrables dans les journaux et magazines, et donc des milliards d’euros dépensés de tous les côtés, on en est au même point qu’au départ.

Cette campagne électorale a été sans intérêt mais elle a mis au grand jour la confusion qui caractérise la vie politique de la France. Le ridicule lui-même n’a pas été épargné avec les scores de certains des 12 candidats : 0,6 % à Nathalie Arthaud, sa faucille et son marteau, 0,7 % à Poutou et 1,7 % à Madame le maire de Paris, notre Andalouse espagnole qui portait les couleurs du PS. Elle n’a plus qu’à retourner exercer ses talents à Cadix.

Une seule certitude à souligner : l’extrême gauche marxiste et stalinienne, favorable à Poutine, remporte finalement, tout compte fait, quelque 25 % des suffrages, avec l’espoir que le prochain président de la République française soit communiste.

Et maintenant, que va faire Macron ? Que peut-il faire ? Réélu, grâce aux voix de la gauche et de l’extrême gauche, il ne mènera pas une politique de droite. Il fera ce qu’il a fait au cours du premier quinquennat en accentuant sa politique sur la gauche. Qu’est-ce que cela veut dire ? La réponse est simple. Elle est contenue dans le bilan du premier quinquennat. Mais ce bilan, au fil des ans, pourrait s’alourdir.

En tout cas, je n’ai rien trouvé qui soit de nature à alléger nos charges fiscales et à renforcer notre pouvoir d’achat. La France, en raison de sa gestion précédente, ayant une dette de 2 813 milliards d’euros, j’ai quelques doutes sur ce qui pourrait être fait en faveur du citoyen, d’autant que les flux migratoires enregistrés en 2021 n’ont jamais été aussi élevés qu’en 2021, malgré les promesses antérieures qui, évidemment, n’ont pas été tenues. Au moment même où j’écris ces lignes, j’apprends qu’un prêtre catholique a été poignardé à plusieurs reprises dans son église à Nice, ainsi qu’une religieuse qui tentait de s’interposer. Le seul candidat qui ait publié des chiffres précis sur la diminution de la dépense publique est Éric Zemmour, dont le programme comportait 26 milliards d’euros gagnés par la suppression des aides aux migrants extra-européens, mais Éric Zemmour arrive en 4e position, derrière Mélenchon, avec 7,2 % seulement des voix. Défenseur de l’arrêt total de l’immigration, seul susceptible d’enrayer l’islamisation de la France, il serait étonnant que Macron le désigne comme Premier ministre.

Le Premier ministre du nouveau quinquennat sera de centre gauche et, une nouvelle fois, les Français seront les dindons de cette farce à laquelle ils viennent de participer – avec, en fin de course, des perspectives plus mauvaises qu’au début de l’opération.

Partager cette publication

(2) Commentaires

  • quinctius cincinnatus Répondre

    Quand  » on a de la bouteille « , Monsieur Lambert, on ne soutient pas un inexpérimenté en politique comme Eric Zemmour !
    Ce qui prouve une fois encore que nombreux sont les électeurs et militants de droite qui n’ ont pas une estimation saine et lucide de leur  » champion  » mais seulement des coups de tête ou de coeur … heureusement pas de poings comme chez L.F.I. !
    à Droite IL VOUS FAUT MÛRIR comme devrait le faire la Rédaction des  » Les 4 Vérités  » !

    11/05/2022 à 11 h 20 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

       » inexpérimenté  » n’ est pas le mot exact ,  » immature  » serait plus approprié !
      Comme pour Emmanuel Macron !

      11/05/2022 à 15 h 42 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *