Traçabilité et abattage rituel

Posté le 27 février , 2013, 10:42
3 mins

Réagissant au scandale de la viande chevaline, François Hollande a affirmé, au Salon de l’agriculture, son intention d’exiger un « étiquetage obligatoire » sur les viandes contenues dans les plats cuisinés, afin de leur assurer une traçabilité comparable à celle qui témoigne de la provenance des viandes vendues à la découpe.

Lorsque l’on sait que la traçabilité de la viande à la découpe est quasi nulle, on comprendra que nos élus, Président en tête, cherchent à noyer le poisson.

En effet, sur l’étal du boucher on ne peut lire que l’affichage réalisé par le boucher ! Où est le contrôle de l’État ? Les consommateurs refusent de se contenter de cela !

Ils exigent une information complète : la race de l’animal, sa zone d’élevage, le nom et la situation de l’abattoir, le mode d’abattage réalisé, le nom de la pièce de viande proposée, avec évidemment un affichage clair des prix ! Tout ceci devra concerner les viandes de consommation habituelle, comme les viandes rituelles !

Il faut rappeler :

1) Que les viandes rituelles proviennent souvent d’animaux égorgés sans étourdissement, procédé barbare qui leur occasionne des souffrances qui ne seraient pas tolérées si les lois françaises étaient appliquées.

2) Que ce procédé peut rendre les viandes impropres à la consommation, puisque les bactéries de l’estomac peuvent, en se déversant dans le cou, contaminer aussi les poumons (des médecins vétérinaires l’ont attesté et noté l’augmentation d’infection des voies digestives des enfants si les viandes ne sont pas très cuites !).

3) Que les viandes rituelles font l’objet d’une taxe, acquittée par l’acheteur, dont le montant est versé aux autorités religieuses concernées et sert à l’expansion sur notre territoire de religions tout à fait étrangères à notre culture.

4) Qu’il est regrettable que l’État français entretienne une confusion, dans l’abattage des animaux, qui amène des ci­toyens à consommer ces viandes, sans savoir qu’elles sont consacrées à des dieux qu’ils ne sont pas disposés à vénérer !

5) Qu’il serait temps que la visibilité soit complète en ce do­maine. Pour cela, les abattoirs pratiquant l’abattage rituel doivent être clairement identifiés et limités en nombre, pour ne pas affecter les consommateurs des circuits traditionnels.

6) Que les carcasses sortant de ces abattoirs ne doivent être commercialisées que sous le vocable de viande rituelle, même lorsqu’il s’agit de pièces déclarées non consommables, pour les fidèles de certaines religions. Elles ne doivent pas se retrouver dans les circuits traditionnels, simplement pour des raisons économiques. Les religions concernées doivent assumer les conséquences de leurs choix !

19 Commentaires sur : Traçabilité et abattage rituel

  1. jacky.a

    26 avril 2013

    Du hallal !

    Entre la vache folle et le hallal…
    je mange du cochon…
    car je sais…que nos porchers font très attention…
    de plus…c’est un devoir…
    face au hallal…c’est devenu un artisanat…
    la cochonnaille…!
    Dommage…j’aimais bien l’agneau…
    mon boucher…qui fait de la résistance…
    m’a confirmé…que son agneau est du coin…
    hors réseau…abattage hallal!!!
    Si cela continu…l’on devra faire la traversée de Paris…
    avec des valises…bourrées de cochonnaille.!
    Bon appétit.

    Répondre
  2. karim

    15 mars 2013

    je suis un consommateur de viandes dites “hallal” et je suis complétement d’accord avec vous sur le fait qu’il faut imposer un étiquetage sur chaque produits. En revanche, je ne comprends pas votre acharnement contre le hallal en général. Vous dites que les bouchers religieux doivent étourdir les animaux, etc… Mais qu’en est-il de l’élevage en masse allié de la mondialisation, des milliards d’insectes modifiés génétiquement disséminés dans les fruits et légumes… ? De toute façon, le musulman ou juif conscients sait qu’avec la mondialisation il ne risque plus de trouver du hallal quelque part, hormis l’étiquette.
    Bref, je suis musulman mais ça ne m’empêche pas d’aimer le pays où j’ai grandi et développer une attitude patriote sur certains points mais de là à vouloir qu’on supprime le hallal (oui, oui je l’ai lu…) du pays ça reste quand même idiot car les musulmans en France sont une vraie source de business, pourquoi les supermarchés l’ignoreraient “au nom de la culture judéo-chrétienne” ?

    Répondre
    • 15 mars 2013

      le problème que nous somme obliger de manger hallal là est le problème car nous mangeons tous du hallal sans le savoir

      Répondre
  3. IOSA

    9 mars 2013

    Après la viande de cheval, voilà la me*de qui se retrouve dans les plats.

    Mais bon, c’est étonnant qu’avant le règne socialocomunoverdatre, il n’y avait pas ce problème.

    Je pencherai plutôt vers la version que l’état sarko savait déjà et ne disait rien…et que maintenant sarko et sa clique se servent de ce qu’ils avaient laisser faire contre hollande pour faire revenir sarko.

    Preuve que l’on peut faire manger n’importe quoi depuis des lustres.

    Répondre
  4. IOSA

    1 mars 2013

    Tout à fait d’accord avec cet article plein de bon sens….Mais que les collabos gouvernementeux à la botte de l’industrie alimentaire n’entendront pas.

    Quinctius Là vous avez compris ?

    Oeildevraicon, il y a mieux a faire puisqu’en définitif les éleveurs en souffriront, tout du moins une partie…c’est d’acheter uniquement du porc et d’en manger tout les jours, jusqu’à l’effondrement du marché des races bovines, ovines et chevalines, le reste va couler de source quand tous les agriculteurs mettront le feu à l’ Elysée.

    IOSA

    IOSA

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      1 mars 2013

      pourquoi n’aurais je rien compris ?

      je me fous de l’industrie agro-alimentaire … je n’achète que du frais … de proximité !

      capito ?

      Répondre
    • le gentil

      1 mars 2013

      Très bonne idée, mais comment convaincre? La plupart des gens interrogés disent qu’après tout, ça ne les dérange pas car le goût est le même. Personnellement je privilégie le porc et la volaille; comment pourrait-on réveiller l’opinion publique?

      Répondre
  5. JEAN PN

    28 février 2013

    Quand allons-nous nous réveiller pour exiger qu’un étiquetage halal ou non halal signal ce que nous achetons ?
    C’est simple, moi je n’achète plus de viande car toute celle que nous trouvons en supermarchés et en boucheries est halal à part quelques très rares exceptions. Vous voulez des preuves ?… Allez sur internet et vous verrez !!!

    Répondre
    • Jack

      15 avril 2013

      Heureusement qu’on peut encore manger du porc…!!!

      Là, il y a quand même peu de chance que se soit Halal ou cacher !!!!

      …Dire qu’on en est là est quand même un drame !!!!

      Répondre
  6. le gentil

    28 février 2013

    La loi française, c’est l’étourdissement des animaux avant abattage. Appliquons cette loi, ou bien baissons notre froc une fois de plus…

    Répondre
  7. avatar67

    27 février 2013

    Il faut interdire l’abattage rituel hallal ou casher en France ils n’ont qu”a importer leur viande de chez eux ça leur reviendra plus cher mais en France plus d’abattage rituel respectons les animaux que tous ceux qui achètent hallal ou casher aillent dans les abattoirs je ne sais pas si il continuerons de manger de la viande

    Répondre
    • Pascal

      1 mars 2013

      Bonjour Avatar67, je ne pense pas que le pistolet electrique “respecte” plus un animal qu’un couteau. Certain sont dépecés sans être vraiment mort … Sache que pour être Cacher, l’animal ne doit pas souffrir. Et quand tu parles d’importer de la viande de “chez eux” ? Tu penses qu’un juif est moins Français que toi ?

      Répondre
      • avatar67

        1 mars 2013

        je n’ai pas dit que vous étiez moins français que moi mais la loi française dit il faut étourdissement de l’animal un point c’est tous donc pas casher ni hallal tous ces rite religieux n’ont plus raison d’être car la vrai religions c’est la religion du cœur l’amour du prochain

        Répondre
  8. Banro

    27 février 2013

    Bravo Yves, tout est dit et avec discrétion en parlant de “viandes rituelles” et de “certaines” religions, pour ne pas les nommer !
    Mais l’on a compris …

    Répondre
  9. Oeildevraicon

    27 février 2013

    On ne peut qu’être d’accord avec vous sur ce sujet.
    Mais que faire pour être entendu?
    Nous avons beau boycotter les viandes bovines et ovines,
    signer toutes les pétitions possibles, rien n’y fait.
    La seule chose encore faisable, est de mélanger dans les commerces, viandes de bœufs et porcs et infiltré toute la filière pour que le hallal soit mélangé à du porc, comme c’est le cas du cheval et du bœuf.

    Répondre
    • Banro

      27 février 2013

      Pourquoi ne parler que du hallal ? Il y a une autre viande “rituelle” tout aussi nocive dont on ne parle pas !
      Quant au scandale de la viande chevaline à la place de la bovine, c’est sûrement un scandale au niveau du prix puisque la viande chevaline coute 30% moins cher que la bovine, alors que c’était l’inverse il y a qq dizaines d’années, mais du point de vue sanitaire il n’y a aucun risque, au contraire la viande chevaline est bcp plus nourrissante et plus goûtée, contenant plus de protéines.

      Répondre
  10. Fautledire

    27 février 2013

    J’ai oublié le principal, « pour la religion catholique. » Pardon pour cet oubli.

    Répondre
  11. Fautledire

    27 février 2013

    Et si on mettait une petite redevance sur chaque porc abattu, disons 10 centimes sur chaque kilo vif. Ce serait la moindre égalité.

    Répondre
  12. quinctius cincinnatus

    27 février 2013

    le choix sera bientôt simple :

    1 – soit vous devenez végétalien ou végétarien

    2 – soit vous devenez cannibale ( club gastronomique qui semble recruter de plus en plus d’adeptes aux … U.S.A. ) ***

    *** Monsieur Guy Millière devrait se méfier

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)