Trois artifices pour « sauver » nos retraites

Posté le septembre 08, 2010, 12:00
4 mins

De la réforme des retraites en cours, les grands médias ne retiennent que l’affrontement entre le gouvernement, qui ose toucher au dogme de la retraite à 60 ans, et les syndicats, qui hurlent au blasphème.

Pourtant, derrière ce classique de l’esbroufe, le projet de réforme nous réserve une surprise qui mériterait beaucoup plus d’attention. D’ici à 2018, le système de retraite français sera revenu à l’équilibre, promet Éric Woerth. En l’état, cet engagement intenable repose sur trois supercheries majeures. Décryp­tage :

1) La liquidation des 35 milliards d’euros du Fonds de Réserve des Re­traites (FRR). Ce fonds créé en 2000 a pour mission d’amortir, à partir de 2020, le choc démographique qui frappera alors de plein fouet les régimes de retraite par répartition. L’astuce consiste donc simplement à griller les réserves avant l’heure. Après 2018 ? Le déluge…

2) Le recours à l’emprunt d’État. À la lecture du projet de réforme, il manque 15 milliards d’euros pour atteindre l’équilibre financier en 2018. Une paille ! Communiqué du gouvernement : « Entre 2000 et 2010, l’effort de l’État destiné à équilibrer le régime de pensions des fonctionnaires s’est accru de 15,6 milliards d’euros. » Autrement dit : l’État payait ? Eh bien, il continuera malgré ses déficits abyssaux !

3) Une promesse en bois. Enfin, à défaut de renoncer aux 15 milliards d’euros supplémentaires que l’État verse au régime de retraite des fonctionnaires, le ministre du Travail s’est engagé très clairement à geler cette dotation (cf. fiche n° 16 du projet de réforme présenté à la presse le 16 juin 2010). Cependant, à peine trois semaines plus tard, la direction du Budget, dans une circulaire du 6 juillet adressée à tous les ministres, a annoncé que le taux de contribution de l’État au régime des fonctionnaires passerait, l’an prochain, de 62,14 % à 65,39 % ; puis, en 2012, à 67,59 % et, en 2013, à 71,41 %. Une augmentation de près de 10 points en trois ans… Quel gel !

En voulant préserver coûte que coûte le système socialiste de la répartition et des pensions garanties, le gouvernement a renoncé à mener une réforme de fond et, ce faisant, à assurer l’avenir économique de notre pays. Il ne lui reste donc plus qu’un moyen pour apaiser l’électeur et feindre de sauver les retraites : l’illusion.

Pierre-Edouard du CRAY
Directeur des études à Sauvegarde retraites
http://www.sauvegarde-retraites.org/

Courrier des lecteurs des 4 Vérités Hebdo

13 réponses à l'article : Trois artifices pour « sauver » nos retraites

  1. IOSA

    12/09/2010

    [email protected]

    Donc, nous sommes d’accord que si dans l’équation de mon dernier commentaire, le paramètre "dépenses de l’ Etat" ne peut être supprimé…il reste comme seule alternative viable et durable pour sauvegarder la retraite, que l’unique ( voir ultime) solution de raccourcir la durée du versement des pensions, ce qui revient à laisser mourir les vieux.

    Juste pour dire, que je n’ai pas picolé asser pour ne pas entrevoir ce qui sera tôt ou tard sur la table….si les Français votent en 2012 comme à leur accoutumée, c’est à dire le choix entre avec ou sans vaseline par peur du FN.

    IOSA

    Répondre
  2. sas

    12/09/2010

    a iosa…..a bon je préfère…donc pas "de soleil vert"…et de passage au dôme…

    ….précision à ma solution : on égalise veritablement et pas à la façon gauche bobo…ET ON RETOURNE SUR 40 ANS DE VOLS PILLAGES ET PASSES DROITS……dans les poches de tous les enclumes initiées(GAUCHE ,DROITE, CENTRISTE, PC, VERT , PRG….) qui onT TRES LARGEMENT profités passivement ou activement de CES DYSFONCTIONNEMENTS CHRONIQUES COMMANDES, DE CES GABGIES PLANIFIEES, DE SES AVANTAGES HONTEUX ET PARTISANS VOIR CLANIQUES sans aucune reelles contre-parties de travail ou merite….on enchriste sytématiquement les bénéficiaires et les opérateurs douteux ou complices PARTICULIEREMENT CES MAGISTRATS qui sont à notre société ce qu etaient les colonels aux grècques…..de nombreux dossiers existent et sont encore la avec pièces et demonstration…..

    …..là on va récuper effectivemnt 100 milliards et plus encore…..plus assurément que les pseudos mesurettes et reformettes des raclures menteuses UMPS…..qui veulent nous faire croire qu ils pourront  eux trouver 48 milliards en 2010 et 100 en 2011….sans relever aucun impôts ????????????????????

    juste un seul commentaire….

    .ET MON CUL C EST DU POULET?????

    sas qui en a marre des menteurs, des voleurs et de l incompétence crasse…. sans parles des FM

     

    Répondre
  3. IOSA

    11/09/2010

    AVE [email protected]

    Pas besoin de picoler pour comprendre qu’aucun système ne pourra tenir sans une démographie positive de la masse laborieuse et associée à une durée X ( donc définie) du temps de retraite, parce que tout simplement le territoire Français n’est pas extensible.

    Après c’est vrai qu’il faut cotiser pour ceux qui sont retraités et en partie pour nous même….Mais tant que l’ Etat providence prodiguera à qui en veut, le fruit du labeur des autres, je ne vois aucune autre alternative (qui soit réellement viable) que raccourcir la durée de vie des vieux pour résoudre l’équation suivante :

    Nombre de cotisations/nombre de retraités/durée d’espérance de vie/dépenses étatiques et par essence inutiles…mais intouchables.

    Si le solde est positif en supprimant l ‘un ou l’ autre des paramètres, il convient tout simplement de le faire.

    Pour ma part, je serai plutôt pour votre solution et donc pour la Révolution en supprimant tout ce qui touche de près ou de loin à des avantages au détriment du peuple.

    IOSA

    ps: Homère, je vous ai répondu, il est fort possible que le léger retard soit du au week end

    Répondre
  4. pi31416

    11/09/2010

    La retraite par répartition c’est la justice, l’égalité, la fraternité et la solidarité entre les générations.

    Prenez Pierre et Paul, tous deux retraités.

    Prenez Jacques, qui travaille toujours.

    Jacques crache deux fois plus au bassinet pour Pierre que pour Paul. Pourquoi ?

    Parce que Pierre a gagné deux fois plus que Paul durant sa vie active.

    Comme je l’écrivais il y a un instant : justice, égalité, fraternité, solidarité.

    Il en a de la chance, Jacques !

    Répondre
  5. SAS

    10/09/2010

    a iosa…ta picolé ou quoi ?

    …même jean marie ne l aurait pas osé pour rire…CELLE LA

    La solution consiste a maitriser toutes les dépenses somptuaires la ou elles sont improductives et les les concentrer pour dégager de la marge qui viendra contribuer à la cagnotte et STOPPER NET LES INEGALITE DE LA FONCTION PUBLIQUE directe et indirecte privilères et connerie acquise par lacheté et chantage….. DONT LES RACAILLES REPRESENTATNTES ETAIENT SUR LES PLATEAUX ET MEDIAS: cgt, sud rail et les autres…) ces enclumes syndicales n ont pas plus bossé aue nos parlementaires ou ministres….la dernière fois qu ils ont produit quelque chose c’est de la merde ou des décibels…et souvent les 2 à la fois…

    Il y a parmis les poste coûteux et inutiles1 ° L IMIGRATION……commençons par la…ON SUPPRIME OU TAIILLE et on voit si la france va plus mal….2 ° SIRTONS DE SUITE DE LA PAC ET DE CETTE EUROPE DE COLLABOS MARXISTES…..3° RESPONSABILISONS TOUS NOS FONCTIOANIRES  4° REPARONS LES INJUSTICE FLAGRANTES ET INIQUITEES (pillage maçonnique) EN INDEMNISANT LES VICTIMES ET CREATEURS DE RICHESSES NON CLANIQUES  sur les budget regionnaux avec explication de texte…..5° CONTRE REVOLUTION IMMEDIATE….6° RESPECT DE L ORDRE NATUREL DES CHOSES mon frangin que mon voisin avant mon cousin et mon copain…7° RESPECT D UN CHEF NATUREL AUTOCHTONE …pas une merdouille apatride d 160 centimetres avocaillon de son etat…

    LE RESPECT ET L EXEMPLARITE DOIVENT ETRE DES VERTUES CARDINALES POUR CE RENOUVEAU DE LA FRANCE…… 

    sans cela point de salut….ca sera la guerre urbaine avant une générale puis la perte totale….

    cqfd

     

    Répondre
  6. HOMERE

    10/09/2010

    La madone des sleepings dorés Royal affirme sans sourciller d’un faux cil (faux cil et marteau) qu’elle rétablirait la retraite à 60 ans….qua va penser le pitbull de Lille de cette farce sans vergogne ? Le PS c’est qui ?

    Sa recette est simple : comme son ex, elle augmente les impôts sur les revenus à partir de 4000 €/mois en bidouillant les tranches, elle proclame que c’est la justice sociale et que les "riches" vont payer, et comme le pitbull de Lille, elle crée l’évènement qui va ruiner la France pour l’éternité.

    Quand à la solution de IOSA, très modérée, il va falloir venir me chercher chez moi, car j’ai 73 ans mais,comme ancien combattant, je sais manier l’explosif, la kalach et la quadrillée….alors on danse ? à mon avis il vaut mieux supprimer les jeunes afin qu’ils ne deviennent pas vieux…..les vieux c’est con, çà coûte cher et çà pue…mais ils vivent vieux…c’est même à celà qu’on les reconnaît.

    La solution c’est la capitalisation (les jeunes paient pour les vieux retraités actuels, ils payent aussi pour eux, et ils continuent de payer pour les enfants….) simple question de bon sens ….qu’en pense IOSA ???

    Répondre
  7. Jacques

    10/09/2010

    Le navire France continue à couler normalement, l’important est que l’orchestre gouvernemental et médiatique continue de jouer, et que les rameurs continuent de ramer, en payant, qui plus est.

    Dans quelques semaines, ou au mieux quelques mois, lorsque la note AAA du pays sautera, et qu’il sera nettement moins facile à l’état de sacrifier l’avenir pour sauver le présent, on en verra bien d’autres, aussi, des manifestations contre la réalité… 

    Répondre
  8. IOSA

    09/09/2010

    Depuis des années on vous bourre le citron sur la retraite et chacun va de l’avant pour annoncer une éinième mesure sensée redresser la barre.

    Faut arrêter net d’être con et de croire en tout ce qui se dit, parce qu’il n’existe aucune solution de renflouement et qu’il est inutile d’écoper sous l’eau.

    En vérité tout le monde sait parfaitement que l’allongement de la durée de vie pose problème et est d’ailleurs le seul véritable problème à notre système de retraite actuel…du moins tant que nos cotisations sont insuffisantes pour couvrir le nombre sans cesse croissant des retraités.

    D’ailleurs, nos cotisations même grandement augmentées ne pourront jamais stopper la masse grandissante des retraités.

    Regardons la réalité en face, la seule et unique solution pour sortir de l’impasse est de ne plus donner la pension de retraite lorsque les vieux vivent trop longtemps et en fin de compte on arrive obligatoirement à cette logique insensée de l’euthanasie pour palier effectivement et durablement au déséquilibre financier.

    C’est mon point de vue, même si il est con et arbitraire et je crois même que tous, au fond de vous même, vous arrivez à cette conclusion.

    Alors que font tous nos politiques avec leurs mesurettes ? Ils gagnent du temps pour eux, tant ils sont préoccupés à amasser du fric pour leur retraite…..nous ? ils en ont rien à battre !

    IOSA

    Répondre
  9. Jean-Pierre

    09/09/2010

    Mais où est donc passée la manne sensée payer nos retraites?, c’est à dire les millions d’immigrants dont la venue nous a été vendue par nos polititocards sous ce prétexte.

    Je me marre de voir tous ces cons gueulant dans la rue car artisan depuis 1971 je n’ai jamais cru à ces conneries.

    Répondre
  10. HOMERE

    09/09/2010

    Les poncifs présentés sans cesse par la gauche, ici représentée par Jaurès, sont éculés et sans imagination.Présenter la situation aux USA de cette manière est malhonnête et erronée.La façon dont vivent globalement les personnes est seule à considérer.De ce point de vue, on constate que les américains sont les mieux lotis au monde.Même en considérant les seules retraites, on s’aperçoit que les pensionnés US sont pas plus maltraités qu’en France notamment où le pays s’appauvrit par les prélèvements sociaux incommensurables.

    Taxer, taxer et retaxer….voilà le crédo lancinant des gauchiques…ils ne savent faire que celà…..j’invite notre Jaurès national à mieux s’informer sur les USA….plutôt que de répéter à l’envie sa chanson,ou mieux, sa rengaine……

    Répondre
  11. ozone

    08/09/2010

    En fait,l’heure de la VRAIE réforme des retraites n’a pas sonné,les previsions ont été contrariées,la "crise" à brouillée les projets.

    Ils avaient prévu de pousser la capitalisation,mais voilà,pas évident depuis octobre 2008,alors faudra attendre une meilleure conjoncture.

    Donc,il ne faut surtout pas resoudre le probléme,simplement le grignoter en posan des mines ça et là,deux ans par ci,une bidouille par là.

    Le plus important se fait en douce,avec méme des félicitations des interréssés,comme par exemple la possibilité de cumuler une retraite avec un emploi,G-é-n-i-a-l trouvent certains,pour un temps bien sur,quand la grande baisse du montant des pensions va se produire ils seront obligés de bosser jusqua ce que mort s’ensuive,autrment dit,la retraite telle qu’on la connait aura disparue.

    Des "confusion" entre pénibilitée et incapacitée,comme ils font maintenant avec une hypocrisie monumentale n’est pas un hasard,il n’y a aucune négociation sur les retraites non plus,alors quand ils nous lancent a la figure les autres pays ils feraient mieux d’aller se faire en…………

    Le but n’est pas de sauver les retraites mais de faire passer le magot entre les pattes des assureurs et des banques,et ce avec "l’aide" des marchés.

    Les mesures de bon sens ne sont jamais évoquées,et pour cause,le gros probléme est le celébre "papy boom",ensuite la situation se tasse,donc il est evident qu’il faudra pendant un temps un effort de la Nation hors du seul débat "actifs inactifs",toutes les études montrent que d’ici a 2050 cela concerne entre 1 et 2 pour cent de PIB,rien de bien insurmontable.

    Il ne faut pas oublier que l’argent qui est mis dans les retraites va immédiatement dans le circuit économique,bien mieux que toute mesure démagogique de relance,l’industrie de la bagnolle en est bien contente de ses clients retraités.

    En tous cas,les syndicats agissent comme des "manches a couilles" (sas),ils ne pensent qu’a se placer sur la ligne de futurs accords sur la representation syndicale avec le gouv;

    Alors si on veut faire de la prospective,en voila une bonne,qu’est ce qu’il en sera quand les "jeunes",dont un pourcentage de plus en plus grand ne travaillera pas avant d’arriver a l’age de la retraite ?,la "solution" que nos démographes ont préconiser auprés des gouvernements et des "autorités" de l’UE montrera son inanité,alors qui va payer?

    De toutes façons,a ce moment la France sera une ripoublique islamique,peut étre la solution.

    Hein….Mohammed…

    Répondre
  12. françois

    08/09/2010

     Ah! Taxer les revenus du capital! LA tarte à la crème de nos démagogues en chef! Les revenus du capital sont déjà taxés à plus de 30%. Augmentez cette taxe et les capitaux iront s’investir ailleurs ( pour ce qu’il en reste) . Résultat,plus de revenus du capital et plus de rentrées fiscales. Cela s’appelle tuer la poule aux oeufs d’or… Petite précision, les français sont champions de l’épargne. Enormément de français ( pas des "riches", des M. tout le monde) ont des placements. Ces gens qui parlent de taxer un maximum le capital se rendent ils compte que c’est EUX qui payeront? Les revenus du capital, ce ne sont pas que les "gros méchants riches", ce sont surtout les petits épargnants. Quelle avancée sociale ce sera quand tous ces petits épargnants qui ont économisé sou après sou seront taxés comme de " sales capitalistes"…Cela s’appelle l’économie socialiste: Tout le monde pauvre, pas de jaloux! Mais que d’envieux!

    Répondre
  13. Jaures

    08/09/2010

    Ce n’est pas parce que la réforme du système de retraite est mauvaise que le système lui-même n’est pas efficient.

    Regardez les pays comme l’Irlande, l’Angleterre ou les Etats-Unis où c’est le système par capitalisation qui prévaut: la situation des retraités moyens ou modeste est catastrophique et les septuagénaires viennent concurrencer leurs petits enfants sur le marché de l’emploi. Joli résultat !

    Qu’une réforme du financement des retraites soit nécessaire, personne ne le nie. La question à ce poser est quelle est la part de la richesse nationale que l’on estime nécessaire à ce financement puis, quel effort chacun doit consentir pour que cette répartition soit juste et pérenne.

    Actuellement, les salariés et les entreprises seuls participent au financement de ce régime. Il est évidemment nécessaire que d’autres revenus, notamment ceux du capital, prennent leurs responsabilités.

    Après l’extension de l’assiette, il est possible de réfléchir au niveau des cotisations et à la durée nécessaire en tenant compte sérieusement des spécificités des métiers.

    Quoiqu’il en soit, on voit qu’une telle réforme demande un véritable dialogue et non une oukase rédigée à la hâte à la demande express des lobbies financiers.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)