Un cirque qui commence à lasser

Un cirque qui commence à lasser

Vous l’avez deviné : le cirque en question, c’est la campagne présidentielle. Elle dure pratiquement depuis des années et doit aboutir en avril 2022. Ce mois-là, la France aura un nouveau président qui, au demeurant, pourrait être le même que précédemment.

Contre lui, on compte une douzaine de candidats et il pourrait y en avoir d’autres, tous n’étant pas encore déclarés, mais tous étant en campagne. Discours, programmes et promesses sont dispensés dans toute la presse, sur toutes les ondes, partout. Le sauveur apparaîtra en avril prochain.

En attendant, ce qui est tout à fait surprenant, c’est que des candidats dont il est absolument sûr qu’ils ne seront pas élus persévèrent allègrement, dépensant beaucoup d’énergie, de fatigue, d’argent et parfois beaucoup de ridicule. Pourquoi se lancent-ils ainsi à grands frais dans l’arène avec la certitude d’un échec ? Anne Hidalgo, Andalouse maire de Paris, fait partie du nombre.

Et Éric Zemmour, que faut-il en penser ? Éric Zemmour pourrait être élu. C’est le favori du moment. Mais, s’il était élu président, avec qui gouvernerait-il ? Comment mettrait-il en œuvre son programme portant sur les flux migratoires ?

La France abrite, nourrit, soigne et loge des millions de musulmans, parmi bien d’autres. Il en arrive de partout, du Maghreb et de Turquie. Lorsqu’on sait comment se comportent les talibans en Afghanistan, ainsi que leurs concurrents djihadistes, on peut se poser des questions. Ces djihadistes étant encore plus extrémistes qu’eux. En Afghanistan, ce ne sont plus que tueries, viols et destructions. Or, nous avons en France des millions d’individus qui se déclarent frères et partisans de ces extrémistes ! Je pose la question à Éric Zemmour et à tous les autres candidats. En attendant la réponse, on peut éprouver quelques craintes.

Cette campagne électorale, c’est le grand bal des mots. On danse et on espère, mais danser, même avec de bonnes pensées républicaines, ne résout aucun problème.

La presse nous dit que la gauche est en miettes et que la droite va gagner. Très bien, mais la droite, c’est qui, c’est quoi ? On peut avancer une douzaine de noms, et après ? Le « Figaro » du 22 novembre nous en présente une belle brochette : Michel Barnier, Éric Ciotti, Xavier Bertrand, Valérie Pécresse, Philippe Juvin, celui-ci totalement inconnu, bien que maire d’une petite commune.

Le candidat de droite étant élu, les impôts diminueraient-ils ? La sécurité sera-t-elle partout assurée, la drogue éliminée ? Pour le moment, on en reste aux mots, ces mots qui génèrent tant de déceptions.

Ma conviction est que, si Jacques, Paul ou Éric, était élu, rien ne changerait. La France, depuis des décennies, est soumise au régime socialo-communiste ; c’est ce régime qu’il faut changer.

S’il ne change pas, les promesses passeront, comme passent les courants d’air et on restera avec une gouvernance délibérément impuissante et mensongère. Aucun des problèmes qui nous assaillent dans la vie quotidienne ne sera résolu.

Voici quelques réformes nécessaires : Baisse de tous les prélèvements obligatoires de 50 % pour tous les ménages, à compter de mai 2022. Internement de tous les clandestins, diminution très sensible du nombre des visas. Toute aide officieuse aux migrants étant un délit, des cours de justice seraient créées pour traiter de cette délinquance.

On a le droit de rêver et l’espoir fait vivre. La réalité s’arrête là !

Un ami vient de me confier que, certain que rien ne changera après l’élection présidentielle, il ne se déplacera pas au printemps prochain. – Et le devoir électoral, qu’en faites-vous ? lui ai-je dit. – Lorsque l’État et son administration feront leur devoir d’aider le citoyen, et non de le spolier et de le tourmenter, je ferai mon devoir électoral, m’a-t-il répondu. Pas avant. Je suis un citoyen informé, respectueux du bon sens et de la justice. Je ne suis pas une oie bonne à plumer !

En tout cas, pour le moment, de ce que je sais du programme des candidats, les impôts ne baisseront pas et la chasse aux contribuables restera ouverte.

Partager cette publication

(3) Commentaires

  • quinctius cincinnatus Répondre

    la France n’ est pas une Démocratie c’ est une Nation Administrative !
    d’ où ce  » stigmate  » pathognomonique : pour devenir Président de la République ou Premier Ministre il est préférable de sortir de l’ E.N.A.
    comme c’ est aussi le Pays des Lois , comme nous définissent les Chinois , avoir exercé la profession d’ avocat peut être suffisant

    9 décembre 2021 à 9 h 11 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    lorsque les élections vous sont constamment défavorables forcément elles vous lassent !
    et si vous changiez de corpus idéologique ?

    9 décembre 2021 à 7 h 56 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    second tour : vous aurez à choisir entre Pécron et Mac’ ress

    8 décembre 2021 à 21 h 51 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *