Un gouvernement formidable

Un gouvernement formidable

On nous avait promis une rupture tranquille, nous aurons la tranquillité sans rupture. Rarement gouvernement aura autant déçu les aspirations au changement politique dans cette France du IIIe millénaire, qu’on appelait aux plus grandes destinées sous les auspices sarkozyennes. Je dis déçu, certains seront peut-être ravis. Revoir Juppé, le vaincu de 97, ou bien Borloo pour la vingtième fois, compagnon de fortune de l’inévitable Tapie, gaspilleur des fonds publics dans la politique de la ville, ou bien revoir Kouchner, insatiable bateleur d’estrade du mondialisme politique le plus niais, tout cela ne peut qu’emplir de bonheur le ravi de la crèche de droite qui s’attendait à des mesures libérales ou nationalistes.

En réalité, on a l’impression d’un remake des raffarinades ou de l’époque la plus rose de notre histoire récente, quand le Mitterrand réélu de 88 pouvait convier qui il voulait à sa table d’hôtes, sur le dos de la France et de son avenir.

Ce qui frappe avant tout dans cette fine équipe, c’est son manque, au moins théorique, de compétences. On nous avait promis des compétences, plein de compétences : de compétent, il n’y a que Christine Lagarde, belle et brillante avocate internationale, ancienne membre de l’équipe de France de natation synchronisée, et évidemment mise sur la touche à l’Agriculture et à la Pêche (4,5 % du PNB ?).

Elle a vécu la moitié de sa vie à Chicago. Les autres n’ont pas fait l’ENA, souvent même pas Sciences-Po (Hortefeux a arrêté en 86), et il semble que cette absence de diplômes soit un gage de compétence. On va nous dire qu’il était temps d’en finir avec l’ENA, et on est bien d’accord. Mais de là à recruter les banlieusards diplômés des filières parallèles, il y avait un pas que même les socialistes n’avaient pas franchi.

Les socialistes s’étaient d’ailleurs ouverts à la société civile en 1988, et on nous refait le coup vingt ans après, en ayant le culot de nous parler de rupture. Sauf qu’à la place de Guy Drut, d’Alain Calmat ou de l’autre médaillé olympique Jean-François Lamour, nous avons récolté la grosse comique Roselyne Bachelot, pharmacienne de son état, fille et héritière de député, quelque part dans le Grand Ouest qui a donné ses voix à la gauche.
Bachelot présidait aussi les amitiés franco-irakiennes : cela choque moins que Védrine, qui lui aussi était pro-arabe, mais a été jugé trop compétent. Il a d’ailleurs bien dit que Sarkozy ne voulait visiblement pas d’un ministère trop fort. Mais à part celui des Affaires sociales, quel ministère sera fort ?

Tous ensemble. Mais où ?

Il faut reconnaître que cela est bel et bon : on ne nous a pas promis moins de clandestins ou moins d’impôts : on nous a promis d’être tous ensemble, même si cela ne sera pas sur le yacht de Bolloré.

On notera aussi que, dans ce défilé de compétences, on a bien des amis et bien des fils de notables ; c’est le cas de Fillon, estampillé gaulliste social, séguiniste et sans doute aussi héritier de Chaban et de son imbécile société bloquée… ou l’on retrouvait Delors. On a aussi Pécresse, fille de notable ami des Chirac ; et Alliot-Marie, infatigable harpie de la Chiraquie fatiguée (Vous vous souvenez : « La France, c’est Jacques Chirac et la tour Eiffel ! »)…

On a vu aussi que le président fraîchement élu s’est empressé d’aller rassurer l’Allemagne et l’Europe, qui ont si bien contribué à saccager notre appareil industriel. En bref, on peut dire qu’il y a dans ce gouvernement constitué comme une espèce de sans-faute de mauvais goût. Pour un peu, on ferait ses paquets, comme Manaudou ou bien Johnny.

C’est Devedjian qui a bien dit qu’être sarkozyste ce n’est pas être incompétent ; mais qu’est-ce que le sarkozysme, finalement ? Un gaullisme social de nouveau riche pas très bien élevé, et pas très bien entouré du point de vue culturel ? Ou un foutage de gueule supplémentaire de l’électeur de droite ?

Et l’électeur de droite, qu’est-ce que c’est après tout ? Sinon un cocu magnifique qui a donné sa voix à un autre bateleur, fils prodigue de la Chiraquie qu’on croyait enterrée ?

Recommander cet article sur les sites de syndication d’information :

Partager cette publication

(8) Commentaires

  • EIFF Répondre

    http://www.reichmantv.com/actualite1p.html

    Le nouveau gouvernement n’a qu’une semaine, et déjà la déception se fait jour. Avec Claude Reichman et Jean-Christophe Mounicq.

    28/05/2007 à 15 h 27 min
  • EcranBleu Répondre

    J’ai bien peur que ce qui se passe est exactement ce que j’écrivais il y a quelques temps. Ce gouvernement ne changera pas grand chose. C’est encore un ramassis de maçons, dont les seuls objectifs sont:

    – Les Etats-Unis d’Europe
    – Poursuivre le projet Eurabia
    – Détruire ce qui reste de la civilisation judéo-chrétienne

    Sarko le maçon ne fera pas grand chose si ce n’est poursuivre les projets maçonniques. Ce sera une montagne qui accouchera d’une souris, comme Chirac en 95.

    26/05/2007 à 0 h 12 min
  • Jean-Claude THIALET Répondre

    25/05/07    – "Les 4 Vérités" –

    Après avoir relu le "post" de Pierre LANCE, je comprends encore moins sa "sortie" à l’égard de son "cher collègue". Surtout lorsque je lis sous sa plume que, selon lui, Nicolas BONNAL semble exprimer l’amertume et le dépit du FRONT NATIONAL" (sic !). Sans être dans les pensées des dirigeants du FONT NATIONAL, je ne vois pas comment la composition du premier gouvernement constitué par Nicolas SARKÖZY pourrait être pour eux une source "d’amertume" et/ou de "dépit", une fois passés, certes, l’amertume et le dépit ressentis au soir des résultats du 22 avril dernier.

    Je pense au contraire que, à l’énoncé des ministres (ils ne seront sans doute que des "commis" cornaqués plus ou moins dans l’ombre par les "sherpas" du Président) du "gouvernement FILLON", les chefs frontistes ont au contraire jubilé…. Cette "liste de SARKÖZY" ne donne-t-elle pas raison par avance aux mises en garde qu’ils avaient adressées aux électeurs frontistes séduits par la "dynamique sarközienne" ? 

    Et si "amertume" et  "dépit" il y a, ne serait-ce pas plutôt dans le camp de François BAYROU ? Pas seulement à voir son ancien bras droit (son "éminence grise" ?)  – Hervé MORIN – parader aux côtés de "MAM" sur le front des troupes dont il est devenu officiellement le patron (1). Hervé MORIN ? l’homme qui serrait de près le Pyérénéen pour mieux se trouver sous l’oeil des caméras, l’homme qui servait de porte-parole pour expliquer que BAYROU c’était le seul vérritable  "changement’" ! En voyant son "homme-lige" figurer dans le "15 ministériel", il est probable que François BAYROU a éprouvé plus que de l’amertume et du dépit. Du désespoir sans doute à constater (après avoir rêvé entre les deux tours que tout était encore possible) que les rats avaient quitté le navire béarnais, et que ses espoirs de de Présidence, ou même d’être amené à former, sous l’égide de Madame le Président ROYAL, s’étaient effondrés comme un chateau de cartes.

    Certes, François BAYROU est suffisamment jeune pour espérer rebondir, mais il est aujourd’hui comme un "roi nu" qui doit reconstruire (un lustre lui suffira-t-il ?) avec patience son "MODEM". Souhaitons lui (même si je ne suis pas un de ses partisans, pas même un électeur potentiel) de ne pas voir son "MODEM" connaître trop de" bugs"  En tout cas, je ne pense pas qu’il ait intérêt à critiquer la composition du gouvernement sarközien. En politique, il faut savoir attendre. Et les présidents de la République tant de "droite" que de gauche qui se sont succédés pendant la Cinquième république (pour ne parler que d’elle) ont sufisamment montré leur incapacité non pas à tenir leurs "promesses électorales", mais bien plutôt à résoudre les problèmes de la FRANCE dont ils étaient (sont encore) largement responsables… Et cela dans tous les domaines. A commencer par celui de la Sécurité (ne pas confondre avec la "sécurité routière" !) dont le nouvel hôte de l’Elysée a eu la charge(2) durant quatre des années du dernier quinquennat….

    Et comme je n’ai pas l’esprit partisan, bien que m’étant abstenu le 6 mai après avoir vote Jean-Marie LE PEN au premier tour, je jugerai l’ancien avocat SARKÖZY non sur ses effets de manchettes, ses beaux discours et ses déplacement que j’oserai qualifier "d’ ubiquitaires", MAIS SUR CE QU’IL FERA DE BIEN POUR CETTE FRANCE à laquelle il a promis de "rendre tout" ce qu’elle lui a donné … Cette FRANCE qui m’est chère même si, après y été expulsé sur son territoire, elle m’avait laissé tomber faute d’avoir une tête exotique, une tête d’allogène. Elle ? plutôt les paltoquuets de la défunte Quatrième République qui gouvernaient la France il y aura cinquante-et-un ans cette année.  Ceux dont  des clones ont pris la relève sous la Cinquième République, et que j’ai l’impression de retrouver dans le "gouvernement dit Fillon" ! L’avenir proche dira si je me suis trompé … Et si c’est le cas,  les habituels cocus de la "droite" qui, d’élections en élections font confiance au promesses du RPF,  de l’UNR, du RPR ou de l’UMP (en ai-je oublié  ?), auront eu raison de persévérer. Faisant mentir ainsi le fameux adage romain "ERRARE HUMANUM EST, DIABOLICUM PERSEVERARE", et le condamnant à disparaître à jamais (si ce n’est déjà fait) des "pages roses" !

       Cordialement, Jean-Claude THIALET

    (1) un "patron" des Armées qui a préféré ne pas risquer d’affronter le courroux sarközien en faisant l’école buissonnière lors du premier Conseil des Ministres, pour aller rendre hommage – comme c’était son devoir –  aux 9 militaires tués récemment en Egypte. Il est vrai qu’il avait aussi la charge urgente de constituer sa propre liste électoralo-familiale pour affronter des candidats du MODEM aux prochaines légistatives !

    (2) je n’ose utiliser l’américanisme  "en charge" dont la radio et la TV   – avec l’instauration du "gouvernement FILLON" –    viennent de nous rebattre (nous rebattent encore) les oreilles ! 

    25/05/2007 à 23 h 13 min
  • EIFF Répondre

    Mr Bonnal, ce que vous dites est malheureusement tellement vrai ! Comment se réjouir de voir la vieille garde chiraquo-RPR constituer la moitié de ce gouvernement prétendument en rupture et l’autre moitié issue des rangs de la gauche humanitaire ?

    25/05/2007 à 13 h 54 min
  • Jean-Claude THIALET Répondre

    25/05/07    – "Les 4-Vérités"

    Même si je partage l’avis de Pierre LANCE (1) sur le fait qu’il faut avoir l’honnêteté de laisser au Ministère SARKÖZY (2) les cent jours de grâce traditionnels, on ne peut reprocher à Nicolas BONNAL de manifester ses inquiétudes à l’énumération des paltoquets (et paltoquettes !) qui se sont vu attribuer les différents maroquins.

    Il y a par exemple de quoi s’inquiéter à voir l’imposante Roselyne BACHELOT à la tête d’un Ministère de la Santé(3), doublé d’un Ministère de la Jeunesse et des Sports, elle qui a déjà prouvé largement son incompétence au simple Ministère de l’Ecologie, domaine cher à Pierre LANCE. Tout comme il est permis de se demander comment Nicolas SARKÖZY pourra faire régler par Bernard KOUCHNER, partisan de l’entrée de la TURQUIE dans l’UNION EUROPEENNE, la question de la TURQUIE à BRUXELLES, lui qui a déclaré, tout au lon de la campagne présidentielle, son hostilité à cette adhésion, etc.

    Ce qui permet au moin de supposer que Nicolas SARKÖZY, le Monsieur je sais-tout, j’ai-réponse-à-tout, je-m’occupe-de-tout et je fais-tout de la Politique a l’intention de transformer ses "Ministres" en simples exécutants. La question se posant de savoir combien de temps cette situation inédite pourra durer, combien de temps les nerfs et la santé de Nicolas SARKÖZY tiendront, lui qui prétend s’occuper de la libération d’Ingrid Bétancourt, du sort des toutes les femmes maltraitées dans le mondre, et résoudre en même temps les graves problèmes de la France… Il devrait méditer le fameux "de minimis non curat praetor". A moins qu’il n’ait l’intention de continuer à faire à l’Elysée ce qu’il n’a cessé de faire pendant les quatre ans qu’il a passé à BEAUVAU, continuer à croire à la force du Verbe, en se gardant bien de passer à l"action. Notamment dans certaines banlieues !

       Dormez en paix, braves citoyens, Nicolas SARKÖZY veille sur vous, veille sur la FRANCE à laquelle il a promis de ‘"tout rendre". A commencer, j’imagine, par rendre des comptes, disons… d’ici la fin de l’année … Nota : j’écris cela non pour faire plaisir à Pierre LANCE, mais par pu souci d’objectivité.

       Cordialement, Jean-Claude THIALET

    (1) l’intervention de Pierre LANCE montre qu’il est dans la droite ligne de l’esprit d’ouverture auto-proclamé par François BAYROU et pour lequel il avait appelé à voter. Dommage que le Pyérénéen n’ait pas continué sur cette voie après sa défaite. Et pourqoi Pierre LANCE profite-t-il de son intrusion dans ce forum pour donner un coup de patte aux "nationalistes" qui , selon lui, démoliraient, ou serait portés à démolir la statue de commandeur de Nicolas SARKÖZY, "meilleur moyen, selon lui, de passer pour des ringards"(3) ? Alors même que les seules critiques apportées véritablement au "Ministère SARKÖZY" l’ont été par le P.S., le P.C., les Verts ou le … MODEM ! Sans parler des réserves manifestées par la chère Corinne LEPAGE devant la nomination du "superécologiste" Alain JUPPE à la tête du Ministère souhaité par Nicolas HULOT.  Pour l’instant, que je sache, le FRONT NATIONAL panse ses plaies en silence, en sachant qu’une part appréciable de son électorat avait choisi Nicolas SARKÖZY dès le premier tour, et que le meilleur moyen de récupérer les voix "égarées’" n’est pas forcément de leur montrer qu’elles se sont trompées alors que les sondage tendent à démontrer que 90% des Français seraient satisfaits des premiers choix et des premières orientations de Nicolas SARKÖZY !

    (2) il est à noter que la pétulante Roslyne BACHELOT s’est bien gardée de se montrer face aux infirmières et infirmiers qui manifestaiet hier dans Paris pour réclamer des "signes de reconnaissance" (comme on dit dans le jargon de l’Analyse transactionnelle) du genre "sonnnants et trébuchants". Elle ne s’est décidée que tardivement à promettre que son Directeur de Cabinet (pourquoi pas elle-même ?) recevrait une délégation… dans 15 jours (pourquoi pas après les Législatives, au cas où elle perdrait et les élections et son portefeuille ?) . Sans doute attendait-elle les instructions de Nicolas SARKÖZY qui avait ce jour-là d’autres chats à fouetter, ou de celui qui, depuis l’Elysée, assume dans l’ombre la véritable responsabilité du Ministère de la Santé, qui attendait lui-même les ordres de … Nicolas SARKÖZY !. A moins, que, plus simplement, Madame BACHELOT n’ait considéré qu’elle n’avait pas sous la main le tailleur qui convienne pour recevoir des gens mécontents…

    (3) ne le sont-ils pas déjà, dans son esprit ?

    25/05/2007 à 11 h 22 min
  • gaius Répondre

    En effet un trés bon article de Nicolas Bonnal , mais pourquoi être déçu … c’était couru d’avance , sarko ou ségo , c’est le gouffre de toute façon , avec ségo la vitesse de la chute aurait été plus rapide mais avec sarko cela va prendre encore une ou deux années … je prévois 2008  pour que tout se casse la figure .

    24/05/2007 à 11 h 22 min
  • Pierre LANCE Répondre

    Je me demandais combien de semaines de grâce, c’est-à-dire d’observation patiente, les éternels ronchonneurs allaient accorder au nouveau gouvernement pour nous montrer ce qu’il voulait et savait faire. Eh bien je vois que je me faisais encore des illusions. Nicolas Bonnal ne lui a même pas laissé quelques jours, même pas le temps d’ouvrir ses dossiers pour le couler par le fond, en paroles du moins. Franchement, vous ne croyez pas que vous exagérez un peu, cher collègue ? Votre article n’est que procès d’intention, préjugés tenaces et rancunes recuites. Ce n’est pas sérieux ! Sarkozy nous décevra peut-être, mais se montrer déjà déçu, ce n’est pas une analyse objective, c’est exprimer seulement l’amertume et le dépit du FN. Je peux les comprendre. Mais se montrer à ce point partial et vissé sur ses préjugés, cela ne peut en rien servir la France. Sarkozy a été élu et bien élu. Il faut l’accepter et observer honnêtement sa conduite quelque temps avant de la juger et, le cas échéant, de la critiquer. Mais démolir le Président avant même que sa photo soit dans les mairies, ce sera pour les nationalistes le meilleur moyen de passer pour des ringards et de se couler définitivement. Du moins est-ce mon opinion. Nous verrons si je me trompe avec les résultats des législatives. Cordialement. PL

    24/05/2007 à 0 h 25 min
  • Pierre Répondre

    Un tres bon article de Nicolas Bonnal.  En effet, Fillon, c’est Raffarin III et Sarkosy, Chirac III.  Avec en plus le voleur-menteur Juppe et les pro-immigrationistes-islamistes-pro-turques Kouchner, Borloo, Bachelot, Pecresse, Besson,….!

    Pour cantoner la France et Sarkosy a droite, il faut voter FN aux legislatives.  A moins que l’on souhaite la perpetuite socialo-chiraquienne avec Raffarin III…

     

    Cordialement

     

    23/05/2007 à 11 h 29 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *