Un modèle pour la France : la Suisse

Posté le décembre 19, 2012, 7:39
7 mins

La situation actuelle de la France n’est pas bonne, tout le monde le sait. Elle sera plus mauvaise encore dans un proche avenir. En Suisse, la situation est florissante. Elle est en tout cas infiniment meilleure qu’en France. Pourquoi cette différence considérable entre deux pays frontaliers ?

La France, depuis longtemps, a été engagée par ses dirigeants sur une mauvaise voie, celle du marxisme-léninisme, influencé par la Révolution de 1789 et ses utopies sanglantes. Étant en Chine pendant la Révo­lution culturelle, j’ai lu sur les murs de Pé­kin : « Inspirons-nous de la grande Révolu­tion française et de la Commune de Paris. Longue vie au camarade Mao ! » Cet état d’esprit prend appui sur la mentalité dominante dans notre pays qui est souvent – n’ayons pas peur de la vérité – haineuse, envieuse, égalisatrice, pour tout dire destructrice. Les syndicats sont là pour cela, tout-puissants et entretenus par l’argent public.

Le mot d’ordre de la France « démocratique et républicaine », c’est « mort aux riches ». Créons la misère pour la partager. Le bilan, on le connaît pour le ressentir chaque jour : déclin économique et financier, dette énorme, chômage et immigration de masse, précarité générale, 8 millions d’habitants sous le seuil de pauvreté, une délinquance généralisée, des milliers de gens qui ont faim, des mendiants partout, malgré un impôt (social) écrasant, stupide et dévastateur. C’est l’instauration sournoise de la dictature du prolétariat avec la lutte des classes pour ligne directrice et le renforcement du prolétariat par les immigrés venus d’Afrique – avec évidemment une exception globale pour les « camarades » au pouvoir. Qui vient d’acheter avenue de Breteuil, à Paris, un appartement de 6,2 millions d’euros ? J’ai entendu dire qu’il s’agissait du ministre du Budget…

Alors que faut-il choisir ? L’enfer fiscal français ou le paradis fiscal suisse ? Les Suisses, qui ne sont pas des Martiens, mais de bons Jurassiens, montagnards sérieux, travailleurs, épargnants et, de surcroît, de vrais démocrates, n’expédient pas en pure perte des milliards de francs suisses à l’étranger. Ils reçoivent de l’étranger des milliers de milliards de dollars et d’euros. La Suisse, c’est le coffre-fort du monde, nul ne l’ignore, dont la location rapporte des sommes colossales. Pourquoi ce miracle ? Tout simplement parce qu’en Suisse, l’impôt est raisonnable. Dans les cantons alémaniques, le taux moyen de l’impôt est, à ma connaissance, de 7 % et, très logiquement, le niveau de vie en Suisse est sensiblement supérieur à celui de la France. En France, le taux d’imposition est souvent 10 fois supérieur. Sans parler des 75 % du camarade Hollande qui reviennent pratiquement à 100 % de confiscation. Comment peut-on être aussi bête ?

La Suisse ne se lance pas dans des guerres dramatiquement onéreuses et perdues d’avance. Elle ne s’englue pas dans les restes d’un empire disparu comme la France, avec ses « Indes occidentales » et ses Kanaks du Pacifique. Du sucre et du rhum, on en trouve ailleurs qu’aux Antilles et on n’a pas besoin de la vanille de Mayotte. On n’est plus au XVIIIe siècle. Toutes ces « isles » aux rivages enchanteurs, avec leurs privilèges et leurs typhons annuels, coûtent aux contribuables français près de 10 milliards d’euros par an. Les privilèges accordés à la Corse et autres Wallis et Futuna, ça coûte cher !

Ceci étant, la Suisse est, elle aussi, menacée par l’immigration de toute la misère du monde. Mais les Suisses, l’État comme les cantons, savent l’endiguer. 68 % des délinquants condamnés en 2009 étaient Turcs et Yougoslaves, sans papier. « Pas d’étrangers dans notre système social comme en France, écrit l’hebdomadaire Die Welt­woche. » Et, pourtant, de nombreux immigrés en Suisse ne sont pas des Bantous analphabètes et autres Bambaras. Ce sont souvent des Allemands de haut niveau qui occupent des postes-clés dans les entreprises helvétiques.

Tout ceci explique que bien des Suisses n’aiment pas les Français. Bien des Suisses redoutent de se trouver un jour frontaliers d’une sorte de prolongement de l’Algérie, une « république musulmane francaouie », qui, déjà, compte 8 millions de musulmans et 2 000 mosquées et lieux de culte islamistes, et où la population musulmane s’accroît chaque année de plusieurs centaines de milliers de fidèles par l’immigration et la démographie – cette invasion étant encouragée de multiples façons par l’État-providence, dont on dit qu’il est laïc (contre le christianisme, mais pas contre l’islam).

La France, devenue un paradis fiscal de type helvétique, sans minaret, ni misère, c’est bien sûr un rêve. Un jour, un socialiste, bien de chez nous, militant du nivellement par le bas, m’a dit : « La Suisse, c’est rien ; Qu’est-ce qu’ils ont inventé les Suisses ? Le coucou, c’est tout. » Je lui ai répondu : « La France n’a pas inventé le coucou, Monsieur, c’est vrai. Elle a fait beaucoup mieux, elle a inventé la guillotine ! »   

9 réponses à l'article : Un modèle pour la France : la Suisse

  1. brossard

    03/02/2015

    Je suis étonner de voir des commentaires aussi haineux a l’égard des Français
    et encore plus navré des propos que les Helvètes tiennent sur nous .
    franchement je vous croyais plus « open minded » que cela , ainsi nous avons les pires défauts du monde : fénéant , sale ,hautains .
    mais vous avez-vous vu la paille que vous avez dans l’oeuil , elle vous cache la vue .
    à croire qu’en France il y à 60 millions de fénéants ,sales et hautains .
    d’abord commencez par ouvrir les coffres de vos banques qui sont plein de fric sale de dictateurs du monde entier ,et de financiers magouilleurs qui ruinent des peuples dans le monde entier .
    on verra si vous êtes aussi glorieux après ça !!!
    tout les jours des millions de pauvres restent sur le bord de la route , ça vous faitpas chier ça ? refléchissez avant de sortir des conneries immondes sur les Français
    vous êtes xénophobes ,retrécie d’esprit et mal informé sur la France !
    comment pouvez -vous vous permettre de dire que la situation de la France sera encore plus mauvaise dans un proche avenir ?
    qu’en savez -vous ,vous voilà voyant médium maintenant , on aura tout entendu .
    nous n’avons pas nous Français a recevoir de critiques de votre part .
    vous êtes mal placer avec votre ni oui ni non de neutralité .
    Je suis dans l’ouest de la France et franchement ici la Suisse on ne connait pas , aucun attraits , mise à part dormir sur un matelas de pognon qui pue .
    la France un pays maxiste léniniste encore une belle connerie , et encore pire avec « mort aux riches » , ou allez -vous prendre vos infos ?
    j’avais une bonne image d votre pays elle l’est nettement moins maintenant .
    bye bye les Helvètes je ne ferais pas de pub pour vous .
    domez en paix dans votre beau paradis fiscale .

    Répondre
  2. HansImSchnoggeLoch

    22/12/2012

    Bois-Guisbert,, je connais bien les chansons des Oesch’s die Dritten et les aime bien. ainsi que d’autres Suissesses comme Francine Jordi,
    Mes origines sont autrichiennes, l’ennemi d’autrefois des Suisses et ne suis qu’Alsacien d’adoption.
    Oui l’avenir du Sundgau et de Mulhouse aurait été tout autre si le destin les avait placé du côté suisse ou les avait laissé dans le Vorland autrichien.
    Pour le coucou allez donc visiter le musée à Furtwangen en Forêt Noire.

    Répondre
    • thizy

      24/12/2012

      tres bien!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

      Répondre
  3. HansImSchnoggeLoch

    20/12/2012

    Bois-Guisbert, si vous aimez la musique, une belle chanson de Gabi Seitz de la Forêt-Noire qui immortalise l’horloge à coucou.

    ci-joint le link sur youtube, en espérant qu’il passe la censure des 4V:
    https://www.youtube.com/watch?v=I226voJrvrU

    Répondre
    • Bois-Guisbert

      22/12/2012

      HansImSchnoggeLoch : « L’Alsace y est un peu considérée comme une région sous-développée, mais sans aucune méchanceté. »

      Ma famille côté paternel est du Sundgau et je n’ai jamais eu cette impression… Je me demande si on ne vous charrie pas gentiment, sachant que vous êtes Alsacien. J’ajoute que vos vins sont très appréciés en Suisse, j’ai pu le constater (Riesling et Gewürztraminer d’abord évidemment, mais aussi Sylvaner, Pinot gris…)…
      Mulhouse et les cantons suisses furent des alliés fidèles pendant plus d’un siècle, et si son territoire avait eu une frontière commune avec Bâle, la petite république serait certainement entrée dans la Confédération. Ce qui, entre nous soit dit, lui aurait évité de devenir à 60 % musulmane comme s’en enorgueillit la députée UMP Grosskost (DNA, 26.02.2011).
      Pour ce qui est de l’origine du coucou, elle permet de constater non seulement que les socialistes ne savent rien mais que, quand ils savent néanmoins quelque chose, c’est inexact.

      Et pour rester dans les coucous, en voici « une autre » :

      http://www.youtube.com/watch?v=mL_giB5wCAw

      Répondre
  4. HansImSchnoggeLoch

    20/12/2012

    Bois-Guisbert, votre analyse sur la situation en Suisse est fort pertinente.
    Mais ne vous attirez pas les foudres des habitants de la Forêt-Noire qui eux ont inventé le coucou. (Schwarzwälder Kuckucksuhr) pas les Suisses.
    Étant Alsacien limitrophe de la Forêt-Noire et de la Suisse je parle couramment l’Allemand et le Schwyzerdütsch et connais aussi la situation qui régne dans les deux pays. L’Alsace y est un peu considérée comme une région sous.développée, mais sans aucune méchanceté. Les voisins comprennent notre situation.

    Répondre
  5. Bois-Guisbert

    20/12/2012

    Modèle suédois, modèle allemand, modèle suisse…, personnellement, je ne crois pas aux modèles. Tout pays est l’expression de sa population et le produit de son histoire. Ainsi, les Suisses ne profitent pas seulement de la démocratie directe pour interdire la construction de minarets.

    Le 11 mars de cette année, 1’530’000 votants contre 770’000 ont rejeté, principalement pour des raisons de compétitivité des PME/PMI, une initiative qui proposait de faire passer la durée des vacances annuelles de 4 à 6 semaines. Serait-ce imaginable en France ? J’ai de sérieux doutes.

    Quant au socialiste qui ne connaît de la Suisse que l’invention du coucou, si vous le revoyez, vous pourriez attirer son attention sur le fait qu’au début de cette année le tableau de bord européen de l’innovation 2011 classait la Suisse en tête des nations européennes, devant la Suède, et ce pour la quatrième année consécutive. »

    Vous pourriez ajouter que cette performance complétait opportunément celle que le World Economic Forum avait rendue public en septembre 2011, à savoir que « pour la troisième année consécutive, la Suisse se classait à la première place du Rapport Global sur la Compétitivité 2011-2012… »

    Répondre
  6. quinctius cincinnatus

    20/12/2012

    pour moi c’est la Russie de Vladimir POUTINE !

    Répondre
  7. thizy

    20/12/2012

    article tres bien

    votre revue est une bonne source !!!!!!!!!!!!

    continuez

    thizy gilbert 42800

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)