Un capitalisme trop peu responsable

Un capitalisme trop peu responsable

Dans notre hebdomadaire les 4
Vérités
, Guillaume de Thieulloy souligne l’une des principales faiblesses du capitalisme français : l’irresponsabilité. En effet, les grandes entreprises françaises sont
dirigées par des « managers » qui ne détiennent qu’une bien faible part du capital, avec le risque suivant :

« si vous pouviez gagner beaucou d’argent en
prenant beaucoup de risques, et que ces risques soient garantis par les contribuables ou par les petits actionnaires, il vous serait difficile de résister à la tentation. Si, au contraire, c’est
votre argent que vous risquez, il y a des chances que vous y regardiez à deux fois ! »

Ce phénomène est plus marqué en France qu’en Allemagne où beaucoup de grands groupes sont détenus par un capitalisme familial, local (avec les Länders comme actionnaires) et national.
La France, elle, fait le choix d’attirer l’épargne des actionnaires du monde entier avec un discours implicite : « l’Etat, c’est-à-dire les contribuables paieront si l’entreprise est en danger ».
C’est attractif pour les capitaux, plus risqués pour les contribuables !

La conclusion est sans appel :

Conséquence mécanique :le CAC 40, vitrine la plus visible du capitalisme français, n’est pour l’essentiel ni capitaliste, ni français
! Et, puisqu’il n’y a pas de capitalistes français, il n’y a que des dirigeants non propriétaires et irresponsables, qui aggravent encore l’image du capitalisme dans l’esprit des Français,
facilitant la mise en application des doctrines de l’ultra-gauche… Un vrai cercle vicieux, dont il faut sortir auplus vite pour l’avenir du pays !

Partager cette publication


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: