Un chef-d'oeuvre vandalisé

Un chef-d'oeuvre vandalisé

Des indices laissent penser que les vandales sont entrés à moto dans ce chef d’œuvre de l’art roman.

Lundi matin, elle est d’abord longuement restée prostrée, en pleurs et en colère, dans ce qu’elle dit être sa résidence
secondaire.

En ouvrant la lourde porte de son paradis sur terre, la sacristine de l’église d’Echillais venait en fait de plonger en enfer. Un enfer souillé de
mégots et de traces de pneus de scooters, faisant de cette nef moyenâgeuse un véritable circuit de motocross.

Plus loin, Juliette Baudouin réalisera que le bénitier avait été jeté hors du monument, avant enfin de découvrir l’harmonium brisé et amputé de ses
touches, mais surtout le christ en croix du XVIIe siècle gisant au milieu du chœur, littéralement démantibulé.

« Regardez en l’air, il ne reste plus que ses bras accrochés à une corde. C’est monstrueux ce qu’ils ont fait », répète sans cesse depuis cette
grand-mère de 80 ans que tout le monde ici surnomme « Juju ».

Sud-Ouest

L’Église
d’Echillais
 vu ici

 

« On est en guerre » E Lévy  / Délit
d’Images « Le pays est livré aux racailles » Emulation entre les bandes à Grenoble… Le Maire de Perpignan préocuppé par la violence  /

Partager cette publication


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: