Une formidable occasion manquée

Une formidable occasion manquée

Au lendemain de ce 6 mai 2012, deux sentiments dominent mon esprit : l’inquiétude et l’amertume.
L’inquiétude, d’abord : confier les destinées de la France à un « capitaine de pédalo », associé à des panégyristes des assassins communistes et à des propagandistes du retour à l’âge des cavernes, me paraît singulièrement dangereux en temps « normal ». Et carrément suicidaire en temps de crise !

L’amertume, ensuite. Car ce n’est pas la gauche qui a gagné ; c’est la droite qui a perdu, alors qu’elle était majoritaire. Pour le dire brutalement, j’ai le sentiment que le « peuple de droite » et, plus généralement, le peuple de France avaient été trahis par les états-majors partisans.
Certes, cette impression vient de loin. L’ouverture à gauche ou la signature du traité de Lisbonne malgré le vote populaire, me semblaient déjà des trahisons.

Mais la campagne a déchaîné les intérêts partisans contre l’intérêt national.
Pourquoi les cadres de l’UMP n’ont-ils pas dit que, si le PS s’alliait avec Mélenchon, a fortiori (je dis a fortiori, car, enfin, le FN ne se revendique pas, que je sache, d’une idéologie d’assassins) Nicolas Sarkozy pouvait s’allier avec Marine Le Pen ?

Au lieu de quoi, nous entendîmes les Kosciusko-Morizet, les Juppé ou les Jouanno faire la fine bouche devant la « droitisation » de la campagne et dire qu’ils préféraient voter PS que FN. Alors que, sans cette droitisation, Nicolas Sarkozy n’aurait même pas été au second tour !
Et pourquoi les cadres du FN ont-ils fait comme s’il était équivalent d’avoir le droit de vote des étrangers dans son programme et de ne pas l’avoir ? Quand on note que l’écart de voix entre Hollande et Sarkozy est de l’ordre du million de voix, on ne peut que mesurer le poids des 2,1 millions de bulletins blancs et nuls, souvent issus des électeurs FN.

Le pire est que ces calculs n’auront servi à rien. Le plus vraisemblable, c’est que les législatives consacrent l’hégémonie de la gauche et le fait que l’UMP soit le « seul » parti d’opposition. Le FN pourra certes empêcher de nombreux députés UMP d’être réélus, mais il est peu probable qu’il parvienne à faire élire plus d’une poignée de députés sous ses couleurs.
Malgré le rejet de Nicolas Sarkozy, nous sommes passés à deux doigts de la victoire et de l’entente à droite. À la place, nous avons la division et la défaite, quand la droite est majoritaire en France, et quand les électeurs des deux partis sont majoritairement favorables à l’alliance. Brillant résultat !

Partager cette publication

(25) Commentaires

  • ozone Répondre

    Le jour ou vont commencer a s’appliquer les traités qu’il a signé avec Merkel et les eurocràtes son étoile de "grand président" va recevoir un méchant coup.

    Sa gestion des crises de la zone euro tourne au plantage de plusieurs pays qui ont commis l’erreur de méttre en oeuvre les "conseils" du Merkozy.

    L’Histoire ne sera pas tendre avec lui dans cette affaire qui ne fait que commencer

    16/05/2012 à 19 h 07 min
  • Benzaquen Pino Répondre

    Nicolas Sarkozy a certes de grandes qualités que nous devrions être unanimes à lui reconnaître.Son bilan n’a pu été décrypté durant la campagne présidentielle comme cela aurait dû l’être.Nous ne devons pas oublier que le peuple de France dans sa grande majorité est intelligent,mais que tous n’ont pas les notions suffisantes en économie,leur permettant de mesurer les effets à long terme,produits par les réformes courageuses de Nicolas Sarkozy. Durant son quinquennat,rendu particulièrement difficile,par une crise mondiale à nulle autre pareille,nous avons pu nous rendre compte que les médias dans leur grande majorité, lui furent défavorables.Peu de présidents avant lui ont essuyé autant d’insultes outrageantes, qui lui étaient dirigées,ainsi qu’à sa famille.Malgré cela,Nicolas Sarkozy fit preuve d’un courage et d’une pugnacité que bien peu de présidents surent démontrer avant lui. Je fais partie de ceux qui tout en reconnaissant l’intelligence de JM Lepen,l’ont banni à vie et même combattu.Mais rien n’indique aujourd’hui que son parti sous la bannière de sa fille Marine,ne soit devenu,un parti démocratique,ayant toute sa place dans notre société.En dehors de certains positionnements appelant à voter contre ce parti,il n’était nul besoin de faire des appels du pied à leurs adhérents,qui regroupent toutes les tendances,incluant celles de la droite et de la gauche.Ceux de droite auraient voté systématiquement pour Nicolas Sarkozy,sans pour cela que soit stigmatisée l’invitation à le faire.Nul en France n’ignore que Patrick Buisson,proche conseiller de Nicolas Sarkozy est un transfuge du FN. L’une des causes principales de cette défaite,peut s’attribuer au démarrage tardif de Nicolas Sarkozy,dans cette campagne, ainsi qu’aux manques de débats.Il n’y en eut hélas qu’un, qui nous offrit l’image d’un homme serein,confronté à un président sortant marqué par la fatigue,mais toujours aussi combattif. Si la droite gagne aux législatives,elle se retrouvera au pouvoir,assurée que leur omni président,un peu requinqué,sera là pour les diriger.

    16/05/2012 à 10 h 54 min
  • ozone Répondre

    milna

    "Comment peut-on encore, au XXIème siècle, après des décennies et des siècles de réflexion et d’expériences, croire à des recettes qui relèvent plus de la magie incantatoire que de la science ? "

    Le prospectus de ces économistes en est un bel exemple…..

    15/05/2012 à 18 h 52 min
  • jayjay Répondre

    Je viens de recevoir une photo de François Hollande où on voit le futur président jeter un coup d’oeil sur le bracelet de sa montre. Le capitaine de pédalo navigue sans montre et sans boussole c’est clair: il ne sait ni où il va ni quand il se met en route. Mais ce qui m’inquiète le plus, ce sont les ténors de l’UMP qui appellent à s’allier localement au PS pour faire barrage aux candidats patriotes de MLP. Avec une telle stratégie ils sont sûrs de faire battre la droite. Quand je vois Juppé accorder dans sa bonne ville de Bordeaux, un immense terrain pour la construction d’un centre culturel islamiste, ou Fillon inaugurant une mosquée aux côtes d’une fillette voilée, je me dis qu’ils ne sont pas si loin des thèses de Terra Nova. En tous cas ils font partie de ceux qui en moins de trente ans ont réussi méthodiquement et sournoisement à changer la population française contre la volonté générale; leurs ennemis à eux sont les ennemis de l’islam. Les régimes politiques étant ephémère et l’islam éternel, je préférerais voter pour un communiste islamo-vigilant qui veut freiner l’immigration comme André Gérin(rapporteur de la commission d’enquête sur le voile intégral) plutôt que pour un UMP dhimmi et immigrationniste à genoux devant les imams. Ma préférence allant bien entendu aux Patriotes Bleu-Marine.

    15/05/2012 à 12 h 51 min
  • yecud Répondre

    Sûr que le petit père Hollande qui ne doit pas manquer de lire les 4 vérités a eu l’idée de créer des postes d’enseignants supplémentaires pour apprendre aux intervenants un petit brin de grammaire supplémentaire, ce qui semble faire sérieusement défaut!

    14/05/2012 à 19 h 16 min
  • Jaures Répondre

    Petrachi, l’Espagne et l’Irlande étaient à l’équilibre en 2007. Les libéraux citaient ces deux pays en exemple. Pour quels résultats 5 ans après ?

    14/05/2012 à 13 h 34 min
  • feri Répondre

    Marie Curie « Ce sont des créatures humainement parfaites. En elles, tout a atteint la perfection, excepté leur esprit qui a régressé toujours plus, jusqu’à devenir un embryon d’esprit. Elles ont un génie parfait, un sérieux parfait. Leur vertu est une flamme qui ne réchauffe pas. C’est un feu froid. Il n’a pas de valeur pour moi. Je préfère une spiritualité imparfaite à une humanité parfaite. Une si grande splendeur de perfection humaine est comme la luminosité de cent, de mille lampes. Elles produisent de la lumière; c’est indéniable. Mais c’est une lumière artificielle, laquelle, advenant une panne du moindre mécanisme, meurt aussitôt, et il n’en reste rien. Tandis que l’esprit, même imparfait, est toujours un petit soleil vivant de sa propre lumière, jaillie de la Grâce qui réside en lui. Je parle de l’esprit vivant, c’est-à-dire qui vit en moi, vivifié par la Grâce. Le fait de posséder une intelligence supérieure, qui leur a permis de pénétrer les mystères de la nature, aurait dû aussi les amener à voir la puissance de Dieu et son existence, dont l’être est inscrit dans toutes les choses créées. Mais rien de cela ne s’est produit. Ce sont des êtres pleins de science, mais à qui il manque le fil qui conduit à la connaissance exacte de ce qui est. Inventeurs de nouveau, mais négateurs de l’éternel; découvreurs de forces secrètes, mais indifférents à la force des forces, Dieu. Ils ne le cherchent pas, mais au contraire, le nient délibérément. Tout au moins, ils le négligent. C’est pour cela que la science humaine, indéniablement avancée, ne porte pas de bons fruits, mais des fruits empoisonnés. Il manque dans le coeur et dans l’esprit des scientifiques le feu de l’amour qui fait respecter et aimer Dieu, qui fait respecter et aimer le prochain. Dans le cas particulier qui nous intéresse, cette femme ne fit aucun tort à son prochain; au contraire, elle lui fit du bien. C’est déjà beaucoup. Mais réfléchis un peu à l’importance de l’impulsion qu’elle aurait donnée à son école, à ses disciples et aux disciples des disciples si, à la fascination de son moi, elle avait uni une religiosité profonde. Tu peux croire, ma chère âme, qu’à l’heure du jugement, de petites créatures illettrées paraîtront plus grandes que les luminaires de la science. Les premières, allumées par l’amour, seront des étoiles vivantes dans mon ciel. Les autres, même si je ne les condamnerai pas pas à cause du bien qu’ils ont fait sur le plan humain, les autres seront des corps nébuleux dans mon Paradis. Ils seront sauvés par ma miséricorde sans aucun mérite de leur part, sauvés davantage par les prières de ceux à qui ils ont fait du bien que par eux-mêmes. Maintenant, dis-moi : préfères-tu être une petite nullité dans le domaine du savoir et m’appartenir toute à moi dans cette vie et dans l’autre, ou aurais-tu aimé être un astre ici-bas et opaque nébuleuse là-haut ? Je connais déjà ta réponse et je te dis donc : Tu as répondu sagement, va en paix. »

    14/05/2012 à 9 h 47 min
  • Anonyme Répondre

    à propos du " Figaro " son propriétaire vient d’annoncer que Dassault Aviation va créer un " site de production " de ses avions d’affaire en Chine ( curieusement après la défaite de N.S. pas avant ) , alors que l’on sait que :
    – 70% des produits chinois importés sont défectueux
    – Boeing qui reprend le dessus sur Airbus vient de prendre la décision que tous les composants ainsi que l’assemblage de ses " aéronefs " se feront sur le sol américain

    bon vol Serges !

    14/05/2012 à 9 h 21 min
  • Anonyme Répondre

    Depuis 40 ans la France n’apas eu d’équilibre budgétaire, Droite et Gauche sont résponsable, ils ne sont plus digne de confiance.

    C’est donc un problème politique.

    On ne voit personne emmerger qui soit capable de rétablir la situation.

    La constitution d’une nouvelle classe politique s’impose pour rétablir l’hadésion et la confiance.

    Dans les Médiat la vérité est absente, c’est pourtant ‘ ELLE ‘ qui est le plus attendu.

    Cette vérité va sortir maintenant. La Grèce en est un exemple nous prenons le même chemin, il se produira les mêmes effets.

    Hollande ne pourra pas tenir ses promesses, pour la simple raison qu’en état de déficite la croissance est impossible, ce qui va entrainer une grande d’ésilusion,et un éfondrement de la classe politique. (la grèce)

    Méssieurs les Libéraux et conservateurs vous avez du pain sur la planche, mais il faut vous rassembler !

    13/05/2012 à 17 h 35 min
  • oula Répondre

    Au SarköFig succède le CopéFig. Comprendre que Copé est le plus beau. » Mais Fillon… » On vous dit que Copé est bellissime, vous ne voulez pas comprendre ?

    13/05/2012 à 9 h 22 min
  • oumla Répondre

    A l’UMP, on entend répéter « On a manqué de quelques jours de campagne ». …autant d’intérêt que si au PS on disait « 8 jours plus tôt, François Hollande faisait un plus beau score encore ». On doit surtout constater que cinq ans n’ont pas suffi à Sarközy pour se faire prendre au sérieux par une majorité de Français.

    12/05/2012 à 10 h 52 min
  • milna Répondre

    Les personnes intéressées par les économistes libéraux sont invitées à aller sur le site de l’ALEPS (Jacques Garello) qui est http://www.libres.org Le site permet d’envoyer rapidement un message à l’association.

    11/05/2012 à 21 h 26 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    @ milna

    l’appel des économistes " libéraux " restera , je le crains , comme un écho !
    pouvez vous nous donner la référence pour que je puisse transmettre ce texte aussi lucide qu’il est clair à mes " amis " politiques qui ne jurent que par la " relance " publique

    11/05/2012 à 9 h 21 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    Nous allons avoir pendant 5 ans l’occasion d’observer le déroulement d’un fiasco annoncé. Chacune et chacun est prié de commuter sur sa mémoire d’éléphant, si toutefois il en reste des vestiges, pour enregistrer les faits et gestes de la clique socialiste aux manettes de l’appareil entier de l’état français. Les moyens d’enregistrement ne manquent pas à notre époque.
    Nul doute que le socialisme va être à la hauteur du pronostic prévu et peut-être même le surpasser. Les preuves enregistrées par les observateurs permettront après les 5 ans révolus à réléguer cette doctrine et ses dérivés toxiques dans la poubelle de l’histoire où elle achèvera de se composter. Pour les cas plus graves, si d’emblée il y en aurait, un mini tribunal de Nuremberg avec sanctions appropriées devra être créé.
    S’il reste quelque chose de la France, je propose de donner aux régions encore viables  leur liberté, pour qu’elles puissent s’intégrer à qui bon leur semble.

    11/05/2012 à 8 h 26 min
  • milna Répondre

    5 mai 2012 Economistes libéraux Le programme de François Hollande et de ses amis socialistes procède de motivations démagogiques, mais qui sont illusoires et destructrices : augmenter le SMIC au lieu de libérer les énergies, punir les riches au lieu d’inciter tout le monde à l’effort productif, dépenser pour stimuler la croissance (en fait pour acheter des clientèles) au lieu d’utiliser au mieux les ressources. Le socialisme n’a jamais réussi, sous sa forme extrême – le communisme – comme sous sa forme plus modérée – la social-démocratie. Il est en effet incontestable que la prospérité est étroitement corrélée au degré de liberté économique. Comment peut-on encore, au XXIème siècle, après des décennies et des siècles de réflexion et d’expériences, croire à des recettes qui relèvent plus de la magie incantatoire que de la science ? Comment peut-on croire que l’Etat peut manipuler l’économie comme le ferait un conducteur de locomotive en poussant quelques manettes ? Comment peut-on imaginer qu’il suffirait de fabriquer ex nihilo des unités monétaires irréelles pour que les hommes se mettent à produire plus ? Comment croire qu’un Etat peut promouvoir la croissance par le seul fait qu’il dépense plus, sans se rendre compte qu’il prélève par l’impôt ou par l’emprunt les ressources nécessaires à ses gaspillages et à ses dépenses démagogiques? La croissance ne se décrète pas, elle est le résultat non planifiable des décisions et des actes innombrables d’individus capables d’efforts et d’imagination. Mais pour cela il est indispensable de ne pas freiner leurs élans par des contraintes règlementaires paralysantes ou des impôts spoliateurs. C’est dire que la politique socialiste qu’un François Hollande ferait si, malheureusement, il accédait au pouvoir suprême, avec le soutien de ses alliés inévitables – communistes et écologistes – ne pourrait produire que la stagnation économique, un chômage et une pauvreté accrus, un endettement public insupportable. Il est tragique qu’on puisse penser qu’on va améliorer le sort de certains en punissant et en spoliant les autres. Nous sommes tous solidaires dans une société humaine et il est dans l’intérêt de tous d’inciter chacun à donner le meilleur de lui-même. La France souffre depuis des décennies d’une faible croissance, d’un chômage élevé, mais aussi du manque d’espoir qui frappe en particulier les plus jeunes. Malheureusement, nous ne sommes pas sortis du socialisme, des étatistes de droite ayant succédé aux étatistes de gauche. Pour rendre l’espoir aux Français il n’y a qu’une solution : sortir du socialisme. Y rentrer plus profondément ne pourrait être qu’une funeste erreur… Les signataires s’engagent en tant qu’économistes professionnels et n’appartiennent à aucun parti politique Florin Aftalion (ESSEC), Charles Arnoux (Univ. Aix-Marseille), Jacques Bichot (Univ.Lyon-3), Gérard Bramoullé (Univ. Aix-Marseille), Jean Pierre Centi (Univ. Aix-Marseille), Liliane Debroas (Univ. Aix-Marseille), André Foursans (ESSEC), Georges Gallais-Hamonno (Univ. Orléans), Jacques Garello (Univ. Aix-Marseille), Guido Hülsmann (Univ. Angers), Georges Lane (Univ. Paris-Dauphine), Jacques Lecaillon (Univ. Paris-2-Assas), Jean-Didier Lecaillon (Univ. Paris-2-Assas), Bertrand Lemennicier (Univ. Paris-2-Assas), Henri Lepage (Institut Turgot), Jean-Yves Naudet (Univ. Aix-Marseille), Patrice Poncet (ESSEC), Alain Redslob (Univ. Paris-2-Assas) Pascal Salin (Univ. Paris-Dauphine), Anne Tassy (Univ. Aix-Marseille), Alain Wolfelsperger (Science-Po Paris) ***

    10/05/2012 à 21 h 03 min
  • Laudance Répondre

    Comme je l’ai déjà expliqué en d’autres lieux, je ne tiens pas à me mêler de la querelle entre les partisans de l’UMP et du FN, car je ne vote pas en France. Je suis tout simplement, comme de nombreux Français, un homme résolument de droite sans autre tendance, c’est-à-dire sans entrer dans les nuances qui font un tort immense à la vôtre. Je me permets toutefois de déplorer la situation dans laquelle votre droite divisée, au point d’être qualifiée de plus bête du monde, a plongé votre pays, lui dont le peuple, qui penche plutôt de son côté, vit sous la coupe de l’aristocratie et de la grande bourgeoisie de gauche, toutes deux servies par des médias qui sont la honte d’une profession. Cette contradiction préjudiciable peut sembler invraisemblable, mais elle est tout sauf ça. En effet, elle est la conséquence logique d’une attitude vieille de plus de trente ans et du comportement de la droite qui se dit républicaine, une attitude et un comportement qui lui ont été dictés… par la gauche et dont elle ne s’est jamais affranchie. Pendant tout ce temps, la gauche moralisatrice lui a interdit tout rapprochement avec l’autre droite étiquetée extrême et frappée d’anathème. La droite représentée par l’UMP, l’une des composantes de l’UMPS, s’est donc interdit à son tour de franchir le Rubicon. Elle s’est ainsi laissée enfermer – passez moi l’expression – dans un piège à cons. L’ennui, c’est que cette pratique de la vertu (?) inspirée par la gauche n’a jamais empêché cette dernière de courir elle-même après les extrêmes. De l’union avec les communistes à l’époque de François Mitterrand jusqu’à maintenant avec la bande à Mélenchon, elle ne s’est jamais imposé la soi-disant éthique que la droite traîne comme un boulet rouge. Tout cela n’a aucun sens, mais trop de Français conditionnés depuis leur enfance trouvent ça normal, aussi « normal » que leur nouveau président, à commencer par une série d’élus de l’UMP dont je me demande en quoi ils sont de droite. En tout cas, aussi longtemps que cette droite-là se prêtera à ce jeu de dupes, rien ne changera.

    10/05/2012 à 13 h 33 min
  • trump Répondre

    L’ump n’est pas de droite:elle défend a peine les frontières et ses programmes de subventions aux entreprises suitent le socialisme
    Le FN est certes populiste ,souverainetiste mais ses options économiques sont plus proches du mélanchon que des idées de Mrs Thatcher

    Conclusion: la Droite libérale n’existe plus en France !

    10/05/2012 à 11 h 48 min
  • Anonyme Répondre

    @ à tous

    Un seul  " P " suffit à CoPé … le second est superfétatoire voire redondant

    10/05/2012 à 8 h 53 min
  • feri Répondre

    En choisissant de voter pour François Hollande pour la raison qu’il a donnée, François Bayrou a aussi choisi le président qu’il préférait avoir à combattre après le 6 mai. Il a réussi, ou si l’on préfère il a contribué à réaliser son souhait. François Hollande sait qu’il aura en François Bayrou un opposant aussi déterminé qu’entendu. Lui opposer un candidat PS aux législatives, alors que l’UMP vengeresse lui en opposera aussi un, c’est augmenter la probabilité qu’il ne revienne pas à l’Assemblée nationale et donc l’affaiblir en le privant d’un important moyen d’action. Ceci dit, réélu ou pas, François Bayrou ne se taira pas, et ce qu’il dira ne se perdra pas dans le désert.

    09/05/2012 à 20 h 41 min
  • ozone Répondre

    La faute a qui?

    Faudrait en finir avec les "accords" voulus par l’UMP,genre "on veut bien les voix,mais pas les cadres",donc pas leur programme politique,mais de qui se moque t’on?

    Et Coppé remet ça.

    09/05/2012 à 20 h 08 min
  • Jaures Répondre

    Pourquoi affirmer que Marine Le Pen serait à droite alors qu’elle même le dénie ?
    J’ai déjà ici listé les nombreuses propositions du FN qui auraient pu trouver écho au Front de Gauche lui-même.
    Ainsi, le retour de la retraite à 60 ans pour 40 années de cotisation, l’indexation des salaires sur les prix, la défense des services publics, la nationalisation de banques,…
    Sans parler de la sortie de l’euro qu’aucun parti en dehors du FN ne défend.
    Il semblerait que le refus du droit de vote des immigrés, pour certains, prime sur tout. Ils en viendraient à accepter la dictature du prolétariat ! Pour d’autres, cela ne semble pas si terrible: de nombreux exilés fiscaux s’installent en Belgique où ce droit existe.
    Que certains prône le rassemblement d’entités aussi différentes sur des bases aussi frêles montre l’agonie idéologique d’une certaine droite.

    09/05/2012 à 16 h 54 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    François Mitterand disait ( en son temps , déjà un autre siècle ! ) que la " gauche " en France ne représentait que 47% des citoyens …  ce pourcentage s’est incontestablement modifié et c’est une fausse sécurité que d’affirmer que la " droite " reste majoritaire … On peut même dire qu’il s’agit là d’un faux problème si on considère que les Français sont dans leur grande majorité des CONSERVATEURS  ( @ Jaurès est un conservateur syndicaliste , Monsieur Tremaux un conservateur "rentier " etc … et moi même un conservateur " calviniste" )
    La solution à nos problèmes est dans le dépassement de NOS CONSERVATISMES et cela demande à la fois de l’imagination et du courage politique ce qu’on ne peut reprocher au Président sortant …  mais encore fallait il y ajouter de la pédagogie , du respect de l’autre, de la droiture envers son électorat , de la classe et puis et surtout de la persévérance tout ce qui a manqué à N.S.
    voilà qui pourrait suffire à expliquer les résultats du 6 Mai 2012

    09/05/2012 à 16 h 43 min
  • MarcB Répondre

    Bonsoir, Donc nous revoila à un début dont on ne verra pas la fin. Trop de différence en France et pas assez de déférence. Dommage, le siècle des lumiéres n’est plus. Le siècle de l’intelligence, de la liberté la vraie, tout cela est mort il y a cinq ans déja, pourquoi de nouveau perpétré le meutre? Une victoire ? Oui assurément pour Hollande et son parti, mais les français ont-ils votes Hollande ou contre Sarkozy? Une défaite ? Assurément , celle du peuple français et de la France (au sens large du terme) Car comme le disait mon vieux  » Nous sommes à une époque où l’on confond cynisme avec intelligence et manque de scrupule avec débrouillardise » Je crois que cela est vrai de plus en plus. J’ai plutot tendance à avoir les idées à gauche, mais mon coeur lui reste à la France. Celle des jardins ouvriers, celle des bals musette, pas celle qui se gave de caviar. Cette françe la gardez elle ne me manquera pas. Le vote contre Sarkozy était nécessaire, dommage que la seule alternative à Sarko est été Hollande. Car qui dit Hollande, dit Fabius et le sang contamine, dit Harlem désir et SOS racisme ( rires ), dit Segolene, dit, trop d’autres ayant fait preuves de leurs incompétences notoires. Car s’ il faut relever la France coute que coute il faut faire attention à ce que cela ne soit pas à tout prix, et surtout pas a n’importe quel prix. Voir Hollande à peine élu, Noah arrivé a la Bastille me géne, ou alors est-il a ce point épris d’équité qu’il vient tel Vercingétorix jettant ses armes aux pieds de César, déposé le montant de ses impots impayés ? La françe de l’égalité et de l’équité n’est plus, et elle ne reviendra que si les francais le veulent et le disent. Ce soir l’euphorie, et c’est bien les francais en ont besoin, que cela n’empeche pas les gens d’etre vigilant. Personellement pour moi ce soir, c’est la defaite du peuple face a un pouvoir et si cela vous rassure de vous dire que c’est democratique ou le choix du peuple, tant mieux. N’oubliez pas cependant que la democratie est telle que si nous avons dix imbeciles d’un cote et trois philosophes de l’autre , ce sont les imbeciles qui l’emportent. Bonne soiree Marc B Prague le 6/5/2012 21h00

    09/05/2012 à 16 h 13 min
  • Dubucque Répondre

    Belles paroles ! Un oubli de taille : les français sont tout à fait représentés par les deux guignols ! Ils ont la vue courte et l’esprit du clocher ! 50 à droite, 50 à gauche ! Ralliez-vous à mon panache blanc ! Les vociférations de Bouboule et les mea-culpa du Nain les font frémir ! Ils sont incapables de voir  le précipice vers lequel ils courent comme les moutons de Panurge !
    L’europe totalitaire et l’Islam envahissant ne les préccupent pas ! Ils ont des euros dans la poche et préfèrent subventionner les mosquées que réparer les églises et surtout qu’on ne touche pas aux salaires des footeux ! Le Nain évacué ils vont chanter l’internationale socialiste et mettront cinq ans à comprendre ce qui est arrivé aux espagnols ! S’il n’y a pas un groupe FN à l’assemblée en juin prochain on va en baver sous la coupe de l’idéologie Aubry- Mélanchon-Joly , et il y en a toute une charette comme ça ! Allez ! l’UMPs sera toujours là pour votre bonheur !

    09/05/2012 à 15 h 47 min
  • Blanc Répondre

    Monsieur catastrophes est arrivé. Quand on connaît bien son fils et qu’on l’aime on lui évite de le laisser faire toute une série de conneries « nationales ». Georges Hollande, le papa… ce type est normal, c’est un type bien… je suis persuadé qu’il n’a pas voté pour son fils… c’est impossible, il le connaît trop !

    09/05/2012 à 12 h 47 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *