Une grave crise morale

Posté le mai 16, 2012, 12:00
13 mins

N’ayons pas peur des mots, la France depuis des décennies est en proie à une crise morale telle que la malhonnêteté s’est infiltrée partout.

La première anomalie grave dans le fonctionnement de l’État est l’accumulation de la dette. À qui fera-t-on croire que cette dette (à ce jour de 1 718 milliards d’euros), personne ne l’a vue venir ? En réalité, cette somme faramineuse résulte du manque d’honnêteté de politiciens qui ont distribué l’argent public par démagogie pour conserver fonctions et privilèges. Les budgets dépensiers ne sont pas sortis de terre comme les champignons après la pluie. Ils ont été approuvés et votés par les parlementaires de gauche et de droite depuis des années.

Aujourd’hui, près des deux tiers des emprunts (500 millions d’euros par jour) viennent de l’étranger, ce qui, en réalité, a fait perdre à la France son indépendance. Je rappelle que les presque 1 000 parlementaires français perçoivent chacun une indemnité de 5 200 euros par mois, plus une indemnité représentative de frais de mandat de 6 300 euros, plus de nombreux avantages, tels que le Parlement coûte aux contribuables 2,4 millions d’euros par jour et je ne dirai rien des divins cumuls et des magnifiques hôtels de fonction des présidents de conseils généraux et régionaux, comme François Hollande en Corrèze, Ségolène Royal en Poitou-Charente et Arnaud Monte­bourg, l’égalitaire, en Saône et Loire. Ils vivent, « ces pauvres socialistes », comme au temps de la haute noblesse de l’ancien régime. Les députés européens, comme Mélenchon, sont encore mieux traités.

En 1981, la dette publique était à 20 % du PIB. Elle est aujourd’hui à 85 %. Le déficit était de 1 %. Il est actuellement de 5,5 %. Tout cela pour entretenir l’État-providence, avec, pour horizon proche, une ponction fiscale supplémentaire de 40 milliards d’euros et pour conséquence inéluctable une hausse du chômage et une baisse du pouvoir d’achat.

Une autre image significative du monde politique français a été donnée par Dominique Strauss-Kahn, ancien ministre, directeur général du FMI avec rang de chef d’État, mis en examen pour proxénétisme en bande organisée et accusé de viol aux États-Unis. Sans doute, m’a-t-on dit, s’agit-il d’un cas isolé réprouvé par les « camarades ». Eh bien, c’est faux. Toute la nomenklatura socialiste était parfaitement informée du comportement de DSK, phare et modèle du parti, et tous le voyaient portant les couleurs du PS comme président de la République. Aussi bien, ça n’aurait nullement gêné les camarades qu’une fois élu, Strauss-Kahn transforme l’Élysée en une sorte de bordel, avec Dodo la Saumure grand intendant du palais et fournisseur de « matériel », c’est-à-dire de femmes selon le langage du camarade Dominique – à l’exception, il faut le dire, de François Hollande.
Les deux hommes se détestent. Il reste que, pour fêter l’anniversaire du camarade Julien Dray, amateur de montres de grand prix, l’équipe de Hollande et, en premier lieu, Moscovici, directeur de sa campagne, s’est retrouvée rue St-Denis, haut lieu de la prostitution, dans un ancien sex shop, converti en restaurant très spécial, avec DSK qui présidait. Dire pour autant que le PS est une bande organisée de proxénètes ne serait ni vrai, ni gentil. Mais, enfin, on peut s’interroger sur la complicité de proxénétisme formulée par beaucoup comme sur la complicité de crime contre l’humanité des militants communistes (cf. ma chronique du n° 840). Tout ceci est consternant et fort peu conforme à l’honnêteté, ni à ce qu’on est en droit d’attendre d’élus du peuple qui se réclament en permanence des « valeurs républicaines ». On pourrait parler aussi des fédérations socialistes des Bouches du Rhône et du Pas de Calais et de leurs pratiques financières…

Dans un tout autre domaine, est-il bien honnête de régler ses factures avec des chèques sans provision ? « On ne peut plus accepter les chèques, m’ont dit des commerçants, car il y a, désormais, trop d’impayés. » Pourquoi ? Parce qu’on veut tout avoir de la société de consommation. Alors, 700 000 foyers sont surendettés et, comme nul ne l’ignore, des millions d’immigrés ont déferlé sur la France et ne peuvent vivre que par le vol, la fraude et l’assistanat que leur offre un régime suicidaire et décadent. Consultez les statistiques officielles relatives à la délinquance et vous verrez ! Le 6 mai au soir, la place de la Bastille était colorée non seulement de drapeaux rouges, mais aussi, et nombreux, algériens et palestiniens…

Est-il bien honnête aussi d’encourager les salariés à travailler le moins possible avec les 35 heures inventées par Aubry et Strauss-Kahn, avec les 32 heures qui se profilent, les RTT, les congés maladie, les vacances à répétition, et l’absentéisme. Et l’on voudrait, avec ces désordres, que la croissance revienne !

Est-il bien honnête encore de couvrir les syndicats de subventions venues des impôts, alors qu’ils ne représentent que 7 % des salariés et que leur stratégie consiste à démolir ce qui a été construit dans l’intérêt national. Ces syndicats qui, comme la CGT, ne sont que les courroies de transmission des partis politiques. On se souvient du président d’un syndicat bien connu, avec voiture et chauffeur payé par la mairie de Paris, c’est-à-dire les impôts locaux, et ses cigares de riche parvenu.

Est-il bien honnête d’accepter qu’une importante fraction de la magistrature soit syndiquée et politisée ?
La justice est le fondement de la société. Elle doit être au-dessus de la mêlée et observer une scrupuleuse neutralité, sinon elle n’est rien et on ne peut que s’en méfier.
« Mon quinquennat aura une double mission, au service de la justice et de la jeunesse », avez-vous dit, M. le Président. La justice, on n’y croit plus. Je viens de dire pour quoi. Quant à la jeunesse, c’est 25 % des jeunes au chômage. Néanmoins, des garçons et des filles de valeur, j’en ai trouvé… En Californie ou à Shanghai, où ils sont des milliers. Pas en France !

Pour le cas très improbable où vous liriez ces lignes, je vais vous rappeler, M. le Président, après les interminables bavardages d’une campagne qui a coûté près d’un demi-milliard d’euros aux contribuables, qu’en France, une personne sur deux vit avec moins de 1 700 euros par mois, que 7 millions de salariés gagnent entre 1000 et 1400 euros nets, que 8 millions d’habitants survivent au-dessous du seuil de pauvreté, dont des millions d’immigrés, que la dette approche les 1 800 milliards pour atteindre 92,5 % du PIB en 2013, que la balance commerciale est déficitaire de 70 milliards, parce que nos produits sont trop chers à cause des impôts, que 5 millions d’habitants sont au chômage ou en emploi précaire, que le seul championnat gagné par la France est celui de la fiscalité la plus élevée du monde, avec, chaque jour et depuis longtemps, 3 patrimoines importants qui se délocalisent…
Bonne chance, M. Hollande !

12 réponses à l'article : Une grave crise morale

  1. Daniel

    19/05/2012

    goufio:   "La définition du capitalisme est la propriété des moyens de production (individus ou Etat). Attention à vos simplismes"

    Votre remarque est à prendre en compte.  Cependant, le dictionnaire donne aussi cette définition pour capitalisme:  "régime économique fondé sur la primauté des détenteurs de capitaux dans l’entreprise."
    Or actuellement,  beaucoup  d’entrepreneurs propriétaires de leur moyen de production manquent précisément de capitaux !. ….et ceci de plus en plus parce que ce système reconnait et récompense celui qui possède des finances,   mais méprise et punit celui qui produit du concrêt que vous consommez chaque jour.  Le milieu des agriculteurs est le plus représentatif des citoyens qui possèdent en titre des moyens de production de grande valeur, travaillent beaucoup, vivent de peu, mais enrichissent de fait le Crédit Agricole pour l’essentiel. Qui donc correspond au mot "capitaliste"?.  
    Le capitalisme n’est pas bon ou mauvais en soi, il le devient par le niveau de valeur qu’on lui attribue et ce qu’on en fait. J’ai donc parlé de capitalisme déviant. 

    Quant au simplisme,  le pire simplisme qui soit ne serait-il pas celui qui consisterait  à chercher  les mots précis pour qualifier une violence pendant que les autres la subissent ?.

    Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    19/05/2012

    Valls vient de déclarer que " la police ne se ferait plus au faciès " je ne puis que m’en réjouir ; ainsi :

    – ma vieille voiture parfaitement entretenue et techniquement vérifiée et sure ne sera plus contrôlée par les jeunes " Rambos " de  la Gendarmerie National à coups de sirènes hurlantes et agressions verbales parce que son conducteur est de type européen , a une chevelure grisonnante et est " âgé"

    – par contre on peut espérer que les contrôles seront  vraisemblablement faits sur des données " scientifiques "en fonction de la fréquence des populations carcérales ( ou passées devant les tribunaux )

    Répondre
  3. goufio

    19/05/2012

    A Daniel-Je suis obligé de vous contrarié mais vous ne pouvez dire que le capitalisme est…tout ce que vous écrivez. La définition du capitalisme est la propriété des moyens de production (individus ou Etat). Attention à vos simplismes. Ainsi le capitalisme est aussi bien socialiste lorsque l’Etat est propriétaire des moyens de production.

    Répondre
  4. goufio

    19/05/2012

    A quinctius cincinnatus
    J’espère que F Hollande lira Jean-Batiste Say et Robert Solow sans oublier Joseph Schumpeter, car sa présentation des eurobonds transformables en project bonds n’est pas évoquée par les trois auteurs qui ont écris des études remarquables sur les origines de la croissance.

    Répondre
  5. Daniel

    19/05/2012

    Excellent article regroupant les principales données chiffrées qui démontrent ce qu’est la pensée en France sous le régime de la religion établie par l’Education Nationale, laquelle a défini le système de valeurs que les Français ingurgite depuis leur petite enfance jusqu’à l’ENA et autres écoles du mensonge.

    La destruction des valeurs qui ont fondé la "France" dont la "franchise", être "franc" relevait de la recherche de vérité dans les rapports à autrui sur les bases enseignées par l’exemple de Jésus Christ qui restait la référence même quand les religions chrétiennes dérapaient. La morale aussi imparfaite qu’elle ait pu être servait de barrière aux idiots qui ne connaissaient pas le doute par eux mêmes et elle constituait surtout la référence culturelle générale qui permettait d’isoler et de contenir les plus prétentieux face la masse.
    Mais la masse issue de mai 68 a bien enregistré que le mensonge permettait d’arriver au détriment de son voisin et qu’une promesse n’engageait que ceux…  Et quand le mensonge est ainsi minimisé jusqu’aux plus hautes sphères de l’Etat bien dans la lignée des valeurs que les enseignants ont mis en place pour justifier leurs privilèges totalement opposés de fait aux Droits de l’Homme constituant pourtant leur référence, allez donc trouver le sens d’une vérité qui pourrait être commune!.
          
    On peut pousser l’analyse de Monsieur Lambert  un peu plus loin ,
    1/ vers l’origine:  au niveau de l’incohérence des valeurs culturelles actuelles générées  par l’Education Nationale. Au niveau de la psychologie individuelle et collective qui les a "valorisées" relevant de la maladie mentale
    2/ vers les conséquences:  nous sommes dans une forme moderne d’esclavagisme très performant où les citoyens du bas qui veulent assumer une famille dans la dignité sont pris de force dans une compétition qui les épuise pour une sécurité qui fuit au fur et à mesure qu’ils s’approchent. De plus en plus d’auteurs font la comparaison au Nazisme, encore une fois associé au principe socialiste dans les causes mais largement concurrencé par un capitalisme qui s’est fortement nourri du manque de morale des dogmes socialistes. Capitalisme déviant et permis aussi par des cerveaux malades à la dérive.

     Capitalisme et Socialisme sont devenus 2 formes d’expression  et d’exploitation d’un racisme qui ne se reconnait pas comme tel. Racisme que ces 2 extrémismes cachent derrière un "mérite" imaginaire (la couleur de peau n’étant plus exploitable, ils ont du en inventer d’autres).
    Les socialistes veulent être payés en droits acquis et  protecteurs jusqu’à la fin de leurs jours ceci afin de ne plus avoir à faire un choix, même pour leurs vacances. Ils produisent une dette publique honteuse:  d’autres l’assument et beaucoup disparaissent dans une mort prématurée. 
    Les capitalistes veulent pouvoir faire de l’argent avec l’argent, toujours plus pour être protégés jusqu’à la fin de leurs jours. Quand leur machine s’emballe, d’autres assument et beaucoup disparaissent dans une mort prématurée et artificiellement provoquée. 
    L’outil commun à ces 2 systèmes criminels  est celui qui est créé pour empêcher les excès: le Droit.
    Or la morale est précisément fondé sur le Devoir!.
    Moralité,  le Droit est l’inverse de ce qu’il prétend être et c’est encore une de ces aberrations qui nourrit le monde politique ainsi que l’institution mal nommée "Justice", organise le gaspillage des vies sous la contrainte,  et bloque tout retour du bon sens pour vivre nos vies qui n’appartiennent à personne.
      

    Répondre
  6. Franfran

    18/05/2012

    A la vitesse ou la situation se dégrade, la seule industrie LOURDE qui va nous rester, ça va être des associations de chômeurs réparant des mobilettes d’occasion destinées à être vendues à d’autres chômeurs afin que ceux ci puissent se rendre chez le copain Paul qui n’a pas d’emploi à leur fournir…

    Répondre
  7. RaLeBolHenri

    18/05/2012

    Pauvre France . J’ai honte d’être Français , le principal RESPONSABLE,,,c’est l’état …. droite et gauche confondu,c’est la pensé unique dictatoriale staliniène qui commande la France ; ILS ONT DILAPIDE NOS RECHESSES DEPUIS DES DIZAINES D’ANNES  ( à grédit ) POUR CONSERVER LE POUVOIR ET ASSISTER LES FEIGNASSES GAUCHOS , ET FONTIONNAIRES , naturellement le vôte est là !!!!! MAIS ….. la crise " c’est la faute aux capitalistes " l’islam est là , " c’est la faute à qui ??? " il s’est introduit dans les tous les rouages de la soit disant république ,,,, regardez les naissances,,,,leur noms……louis , alfred , jean ,,,,, ?????? ,  lisez vos torchons de journaux à 90% gauchistes , c’est de la bravda déguisé , et maintenant hollande …… !!!!!! LA CERISE SUR LE GATEAU , vous allez pleurer des larmes de sang , encore une fois PAUVRE FRANCE , cette immigration envahissante ,c’est loin d’être l’amour pour notre pays et ces habitants ,,,,, c’est uniquement notre système social qui les attire ,,,,, UNE BOMBE EN RETARDEMANT ,,,,, et c’est pas nos flics qui vont nous défendre ,,,, de toute façon à par les prunes à 51,2 Km/H !!!!!  , les cons qui bossent se la boite , personne les soutient ,  LE RACAILLEUX LUI EST RESPECTE ( la majorité des immigrés ,tout confondut ), IL EST PROTEGE , des milliers d’asocs,derriere ce beau monde ,,,,,CHUT , on vole , on brûle , on pille …… C’EST NORMAL , ILS SONT PAUVRES , une façon commme une autre de redistribuer les richesses de ses cons de capitalistes , …… et puis les blancs FDS sont racistes ; je suis de Nîmes et nous avons un maire Ump !!!!! , et bien dans cette bonne vielle ville il y a tout les résultats  des  commentaires de l’article  de Mr Lamber Christian ,merci Mr Lambert et bravo de tout coeur avec vous . MAIS …….. ça court pas les rues les hommes lucides et droit ,,,,AH…..j’oubliais ,,,,, le conseil général  du Gard est de gauche !!!!! ,,,,, et aux présidentielles Marine est arrivé en tête,ainsi que dans beaucoup de nos villages environnants , enfin je vous invite a venir vous promener dans nos quartiers !!!!!!!! Vous serrez étonné de sentir les regards d’amour qui vous sont adressé ,,,,, mais n’insistez pas trop , il faut pas regarder dans les yeux ces amoureur , ils sonr jaloux ,,,,,, une bagarre , c’est si vite arrivé et vous aurez tort . Bien le bonjour à l’inquisiteur controleur de nos pensés , les dindons hollandés font les beaux , ils draguent pour chercher les dindes a plumer , planquez vous , …..  et vous les jeunes cassez vous …… ET VITE  . RALEBOL  

    Répondre
  8. SMALL BARTHOLDI

    18/05/2012

    Cet état de fait porte un nom : la sortie de l’histoire. Ce n’est pas une affaire nouvelle.

    Notre pays a commencé sa sortie de scène après la déroute terrible de Sedan. Relisez Maupassant et vous comprendrez ce que cette première raclée militaire a représenté pour des Français déjà très fatigués.

    Les évènements ultérieurs n’ont fait que confirmer cette tendance à l’abandon. Un peuple sorti de l’histoire n’est même pas à plaindre ou à réveiller : cette absence au monde est tout à fait volontaire, tel le Bartleby de Melville. Chaque fois que les Français ont eu l’occasion de revenir dans le grand jeu, ils ont préféré leur potager, leur guinguette et leurs RTT. Etre spectateur est plus simple, bien moins fatigant, infiniment plus doux. On regarde les autres, on critique, on fait le tri et surtout on se laisse aller. On fait semblant d’aimer tout le monde et on ferme sa porte à double tour passé 20h.

    Certaines périodes de l’histoire n’ont laissé aucune trace, car les peuples ont choisi le confort du canapé et la paix à tout prix, à n’importe quel prix. Plusieurs décennies peuvent passer aux oubliettes des livres d’histoire, cela s’est déjà vu (regardez la monarchie de Juillet). Nous sommes dans une de ces périodes, peut-être n’en sortirons-nous plus.

    Répondre
  9. MINUX75

    18/05/2012

    Bonjour Non seulement la France détient le triste record des prélèvements obligatoires les plus élevés au monde ce que tout le monde sait mais elle détient aussi le triste record du taux de chômage de longue durée le plus élevé au monde ce que l’on sait moins. Je croix aussi que nous somme aussi le pays le plus corrompu d’Europe si l’on en croit le journal le monde. à l’évidence, il y a un problème de moralité….

    Répondre
  10. HOMERE

    17/05/2012

    Comme ses glorieux aînés,la France rejoint les civilisations englouties par le vice, l’immoralité et la décadence…Sodome, Rome, Sparte, Constantinople, Babel…….nous y sommes !!

    De la diversité aura jailli la lumière qui illumine notre monde ….plus de noirs, de blancs, d’intelligents, de beaux, de riches, de vieux……que des formatés aux technologies de pointe, que des penseurs normalisés à la minimale nullitude, que des enflés de la jouissance matérielle, que des camés aux fumées et seringues jetables, que des enfants lobotomisés à la pensée unique totalitaire (PUT)….

    Et vous voulez faire un monde avec çà Monsieur Lambert ? bon courage

    Viva la muerte……viva la Dolce Vita…….Hummmmm….c’est bon !!

    Répondre
  11. Bernard

    17/05/2012

    Au train où vont les choses, dans peu de temps, c’est la moitié de la France qui sera dans la misère, aux restos du coeur ou dans la rue. Les jeunes ont raison de quitter la France où l’avenir se conjugue seulement au passé. (Livre original « les corps indécents ») d’autant que l’immigration-invasion est une véritable bombe à retardement. Quitter la France pour échapper au suicide collectif. Car chaos il y aura.

    Répondre
  12. quinctius cincinnatus

    16/05/2012

    Monsieur Lambert est un Cassandre … François Hollande l’a bafouillé à son pupitre berlinois : la croissance en Europe c’est lui et lui seul … mais comme on voit que la formation de son premier gouvernement est d’un tel grotesque façon quatrième République qu’on peut douter que son volontarisme fortement martelé devant la Chancelière allemande donne des fruits dans le nouveau Jardin d’Eden … d’ailleurs les images télé étaient cruelles : c’est Merkel qui guidait les pas hésitants sur le tapis rouge de notre Président

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)