Une nette majorité pour l’entente à droite

Posté le février 18, 2015, 2:57
3 mins

À la veille des élections départementales et au lendemain de l’élection législative partielle du Doubs, un sondage TNS Sofres pour France Info fait grand bruit.

Ce sondage nous renseigne sur la perception du Front national qu’ont les Français. On y constate des forces et faiblesses dont nous avons fréquemment parlé dans les « 4 Vérités ».

En particulier, il est intéressant de noter que la seule thèse économique du FN qui soit testée dans ce sondage (la sortie de l’euro) convainc très peu de Français (seulement 25 %, largement moins que les 52 % de Français qui pensent qu’il y a trop d’immigrés, et même que les 36 % de Français favorables à la peine de mort).

Mais, elle est aussi la thèse qui convainc le moins les sympathisants du FN : seuls 52 % d’entre eux sont plutôt favorables à la sortie de l’euro et seuls 32 % y sont tout à fait favorables.

Notons aussi que, si 22 % des sondés disent avoir déjà voté FN, 29 % envisagent de le faire à l’avenir (dont 11 % ne l’ont jamais fait).

A contrario, il est également intéressant de noter que 54 % des sondés estiment que le FN a vocation à rassembler les votes d’opposition, quand 36 % estiment qu’il pourrait participer à un gouvernement.

En bref, les idées du FN se « ba­nalisent », comme dit la grosse presse, mais le parti reste assimilé à un vote contestataire. Pour dépasser le fameux « plafond de verre », Marine Le Pen doit donc montrer, d’une part, qu’elle est capable de compromis sur les sujets non essentiels de son programme, et, d’autre part, qu’elle est capable de nouer des alliances électorales.

Et c’est surtout sur ce dernier point que ce sondage a été abondamment commenté.

Car l’hypothèse d’une alliance UMP-FN a été testée dans ce sondage, avec des résultats qui ne surprennent que la caste politico-médiatique !

27 % des sondés estiment que l’UMP doit combattre le FN, quand 26 % estiment qu’elle doit nouer avec lui des alliances de circonstance et 10 % une alliance électorale générale.

Parmi les sympathisants UMP, seuls 22 % estiment que l’UMP doit combattre le FN, quand 41 % souhaitent des alliances conjoncturelles et 19 % une alliance globale.

Pour les sympathisants UMP, l’adversaire, c’est donc le PS et non le FN. Voilà un sondage bienvenu pour apprendre aux caciques parisiens de l’UMP que leurs électeurs leur demandent prioritairement d’en finir avec le socialisme – en s’alliant, pour cela, avec le FN.

Jean Rouxel

11 réponses à l'article : Une nette majorité pour l’entente à droite

  1. HOMERE

    19/02/2015

    Je persiste et signe : les chiffres du FN sont en étroite corrélation avec l’immigration qui a augmenté de 21% entre 2007 et 2012 selon l’OCDE !! dont acte !!

    Répondre
    • Jaures

      19/02/2015

      Homère, pourquoi falsifiez vous les données de l’OCDE.
      1) La période donnée est 2004-2012.
      2) L’OCDE précise: « cela s’explique par la forte augmentation d’immigrants européens, conséquence des différents élargissements au sein de l’Union. »
      3) Dans les années 60, les entrées étaient bien plus importantes: 800 000 en 1965 pour 230 000 en 2012.
      4) La part des immigrés en France est passée de 2006 à 2011 de 8,2% à 8,7% soit une augmentation de 6,1%

      Répondre
  2. IOSA

    19/02/2015

    Pour répondre à M.Jaurès au sujet de la base commune UMP/FN.

    Ben en fait il n’y en a pas pour l’ UMP ni pour le FN, mais par contre il y avait une base commune UMP/PS versus FN.

    Il y a un consensus pour éradiquer le PS malade d’avoir Hollande comme le plus mauvais Président et surtout que l’ UMP veut à tout prix « survivre » car atteint lui aussi de cette maladie vénérienne issue du PS et quoi de mieux que de se débarrasser une fois pour toute de cette image de la concupiscente UMPS ( hé oui, certains de l’ump ont enfin compris que le peuple pouvait lui aussi réfléchir, puisque ce dernier part dorénavant augmenter la masse FN au contrario de ce qui se faisait d’habitude…l’échange droite et gauche et vice versa).

    Bon c’est vrai, il faut admettre qu’un petit nombre dans les rangs du PS vont surement rejoindre le FN sitôt leur excommunication du PS.

    Je propose que le PS change de sigle et mette un Q à la place du S.

    Répondre
    • Jaures

      19/02/2015

      Il est vrai qu’il existe moins de différences entre le PS et l’UMP qu’entre l’UMP et le FN.
      Par contre, il y a plus de points communs entre le FN et le Front de Gauche qu’entre ce dernier et le PS.

      Répondre
  3. euréka

    19/02/2015

    Comment peut-on gober les promesses du FN ?

    Avec la droite de pleutres que nous avons, le seul parti qui a les mains libres pour gouverner en France, c’est le PS, avec les conséquences que cela implique : encore plus de redistribution et créations de faux emplois..
    On connait la chanson.
    La droite UMP est indigne. A gerber.

    Répondre
  4. HOMERE

    18/02/2015

    Bien entendu,il convient de noter que le FN apparaît comme un parti « neuf » n’ayant jamais été en responsabilité et qu’en conséquence il existe une attirance de ce fait.Par ailleurs,au plan social,il existe des similitudes avec les partis d’extrême gauche qui séduisent les classes laborieuses comme le fait aussi Syriza en Grèce.De même avec l’Europe qui se distingue par ses insuffisances et son incapacité à traiter les problèmes pratiques des gens.
    Mais surtout,le FN est d’abord un parti nationaliste qui propose des solutions « françaises » qui conviennent à une grande majorité de français qui en ont plein le dos de l’immigration et d’un certain racisme dont on leur rebat les oreilles pour les culpabiliser à outrance.Ajoutons l’insécurité, les attaques des cinglés et les zônes de non droit dans lesquelles la République est absente,et l’on a un ensemble de bonnes raisons de porter son vote au FN…..plus la pression migratoire sera forte et plus le FN sera puissant…c’est mathématique !!
    Maintenant,il appartient à l’UMP de clarifier sa position qui est,pour les dirigeants,en complet déphasage avec les adhérents et militants….nous pourrions avoir,à l’instar de la gauche,un parti de droite composé d’une base UMP et UDI auxquels s’ajouterai un autre parti similaire au Front de Gauche,et qui serait le porteur d’idées nationales et identitaires avec des positions sociales et économiques libérales….

    Répondre
    • Jaures

      18/02/2015

      Je ne suis pas certain que les résultats du FN soient proportionnels à la pression migratoire.
      Le FN a fait 10% en 2007 pour arriver à 25% en 2014. La pression migratoire s’est-elle accrue en proportion ? Bien sûr que non. C’est essentiellement la crise économique venue de la crise financière qui a abondé le score du FN lequel, en bon parti populiste, a troqué ses programmes libéraux pour des propositions néo-socialistes.
      Il existe une tendance de l’UMP  » La Droite Forte » qui essaie de lier libéralisme et éléments défendus par le FN (politique répressive, charte des musulmans,…) mais quitte à entendre ce discours, les électeurs se tournent vers le FN et préfèrent entendre qu’ils auront la retraite à 60 ans et des augmentations de salaire plutôt que le contraire.

      Répondre
      • HOMERE

        19/02/2015

        La droite forte n’est pas un parti;le Front de Gauche si !!

        Répondre
      • Oxydent75

        19/02/2015

        @Jaurès
        Erreur d’analyse Monsieur.
        Les électeurs qui se tournent vers le FN le font, non par adhésion au paradis socialiste de la retraite à 60 ans ou des augmentations de salaires mais pour les raisons que développe la Droite Forte, insuffisamment exprimées et parfois contestées au sein d’une UMP encore sous influence de la bien-pensance gauchisante (électoralisme oblige). Mais que vos protégés du vivre-ensemble continuent à sortir du bois et vous verrez que l’union à Droite se fera, pour une FRANCE FORTE!

        Répondre
        • Jaures

          19/02/2015

          Dans ce cas, si les électeurs du FN ne votent pas pour son programme économique, que le FN n’en adopte-t-il pas un autre ?
          Mais il faudra alors expliquer pourquoi Mme Le Pen qualifie la politique actuelle « d’ultra-libérale ».

          Répondre
  5. Jaures

    18/02/2015

    Les sympathisants UMP pense que l’adversaire est le PS parce que c’est lui qui est au pouvoir.
    Car sur le plan des programmes, le PS est bien plus proche de l’UMP que du FN.
    Rappelons que la base du programme économique du FN est la sortie de l’euro, voire de l’Europe avec le rétablissement des contrôles aux frontières et la préférence économique française. Jamais l’UMP n’a proposé cela.
    Rappelons que cette politique est censée relancer la croissance et faire baisser le chômage.
    Je rappelle que le FN promet également une augmentation générale des bas salaires (jusqu’à 1,3 fois le smic) de 200€ ainsi que des pensions retraite et du point d’indice des fonctionnaires.
    Si le PS proposait cela l’UMP crierait « au fou » !
    Même sur l’immigration l’UMP n’a absolument pas le même discours.
    Je pose alors la question à M Rouxel (même si je sais que les éditorialistes ne dialoguent pas avec la piétaille des lecteurs): sur quelle base commune une alliance entre l’UMP et le FN ?

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)