Une nouvelle avancée du totalitarisme

Posté le mars 23, 2021, 10:14
5 mins

Mon ami Jean-Pierre Maugendre, directeur de Renaissance catholique, est poursuivi en justice pour avoir publié un texte de cardinaux commentant une note de la Congrégation pour la doctrine de la foi (alors dirigée par le cardinal Ratzinger, devenu depuis Benoît XVI) sur les unions homosexuelles.

L’association Stop homophobie (largement subventionnée par nos impôts) a jugé qu’un tel article était discriminatoire.

Cette affaire est intéressante à plus d’un titre.

Le premier, c’est bien sûr que ces poursuites judiciaires prouvent une nouvelle fois à quel point sont nuisibles les législations dites «anti-discriminatoires».

Je continue à penser qu’il faut abroger la loi Pleven et d’innombrables lois ultérieures.

Non pas, bien sûr, pour autoriser les insultes et les voies de fait. Mais, que je sache, elles étaient déjà interdites avant 1972.

Non, le problème de la législation «anti-discriminatoire» est qu’elle ne vise pas le respect de la personne humaine, mais la défense de «minorité».

Il faut dire et redire que l’on n’a pas attendu 1789 pour défendre la dignité de la personne humaine et, d’autre part, que la logique des «droits de l’homme» a été profondément bouleversée avec l’introduction par la gauche déconstructiviste du « droit des minorités».

Il me semble que l’on peut fort bien à la fois respecter la dignité des personnes homosexuelles, sans autoriser la propagande LGBT à l’école. Ou que l’on peut fort bien respecter la dignité des personnes immigrées, tout en les obligeant à vivre selon nos lois et nos coutumes en France. Le deuxième élément d’intérêt dans cette affaire tient au silence assourdissant de l’Église de France.

Tout se passe comme si, «en haut lieu», on se disait en substance: tant que ça touche des «tradis» comme Maugendre, surtout n’en parlons pas.

Mais qui ne voit que c’est la possibilité même de défendre l’enseignement de l’Église (au-delà même de sa morale) qui est en question dans cette affaire?

Jean-Pierre Maugendre n’est pas poursuivi pour avoir été insultant; il est poursuivi pour avoir publié un texte de défense de la morale biblique la plus commune.

L’étape suivante, s’il n’y a pas de réaction, est évidemment la censure du Catéchisme de l’Église catholique, puis de la Bible.

Il serait ahurissant que l’Église de France n’oppose à cette dangereuse dérive liberticide que son silence.

Enfin, un troisième élément retient mon attention dans cette affaire.

J’avais dit, au moment du vote de la loi Taubira, qu’il ne s’agissait pas – selon le mot des propagandistes – de « donner des droits à quelques-uns sans en retirer aucun aux autres».

Mais qu’au contraire, cette loi aurait de graves conséquences sur les droits de nombreuses personnes (des enfants, des femmes, et je pensais aussi, bien sûr, aux droits des croyants de s’opposer à cette loi).

Nous y sommes: s’opposer à la loi Taubira est désormais assimilable à de la «discrimination».

Mais c’est logique: c’est la loi elle-même qui est totalitaire.

L’État n’a que deux raisons de se mêler de mariage: la protection des individus (en particulier en s’opposant – ce qu’il fait d’ailleurs assez mal – à la polygamie ou aux mariages forcés) et l’avenir de la nation. L’autoriser à légiférer sur les unions homosexuelles, qui naturellement sont par construction indifférentes pour l’avenir de la nation, c’était lui donner le droit de réglementer notre vie la plus intime.

Que l’on ait pu promouvoir cette loi totalitaire comme une loi de liberté passe l’entendement.

Peut-on espérer que le procès de Jean-Pierre Maugendre dessille enfin les yeux?

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

2 réponses à l'article : Une nouvelle avancée du totalitarisme

  1. ELEVENTH

    29/03/2021

    Dans la foulée des « droits » pour certains, nous avons eu « droit » aux déclarations de Odret Carglass qui semble considérer que certains groupes d’individus pouvaient se permettre de stigmatiser (le mot est à la mode, employons le) les autres et leur enjoindre de SE TAIRE dans les réunions racisées , comme ils disent.
    Que n’aurait on dit si les rôles avaient été inversés ? Une dénonciation de notre délateur préféré, sans doute. Un nouveau procès de Nuremberg pour punir les zeurlesplussombres, etc…
    Il est vrai qu’en 1998, après la victoire de l’équipe de France dans laquelle jouait son « chéri » des iles, le beau Thuram à l’esprit ouvert et grand donneur de leçons, ce dernier prétendait prendre une photo de l’équipe victorieuse, en excluant les blancs. Le vivrensemble est bien mal barré.

    Répondre
  2. Philippe Mangé

    23/03/2021

    La loi Taubira est, pour moi, une loi scélérate . Cette Guyanaise qui va aussi jusqu’à minimiser les traites barbaresques et africaines musulmanes pour ne pas « traumatiser » les soumis au coran est une calamité nationale et qui dépasse même nos frontières.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)