Une nouvelle mode : le viol

Une nouvelle mode : le viol

Il n’est pas de jour où la presse ne rapporte qu’un viol a été commis, mais pas par n’importe qui : par un haut responsable politique. Le ministre de l’Intérieur lui-même n’a pas été épargné. Je rappelle que le viol est un crime puni par les articles 222-23 du Code pénal.

Aujourd’hui, c’est Damien Abad, ministre des Solidarités, qui est accusé de viol par le site Mediapart.

Je n’ai pas d’expérience en ce domaine. Mais je crois savoir que, pour violer une jeune femme, il faut au préalable la brutaliser. À dire vrai, étant donné le relâchement des mœurs, il y a aujourd’hui beaucoup plus d’agressions sexuelles que naguère, mais les accusations calomnieuses sont encore plus nombreuses !

Si votre voisine de palier a quelque animosité contre vous, rien ne l’empêche de vous dénoncer à la police et la police marchera aussitôt comme un seul homme. Vous serez interpellé, arrêté, placé en garde en vue, éventuellement dans une cellule crasseuse, où vous rejoindrez un migrant qui vient de poignarder un chrétien. Dans la meilleure hypothèse vous serez innocenté et relâché le jour même, mais le mal sera fait. Votre nom restera aux archives et votre réputation sera entachée. « Vous savez, il aurait commis un viol … »

Ces dénonciations calomnieuses étant efficaces et sans conséquence pour la dénonciatrice sont devenues légion. C’est tellement simple, pourquoi s’en priver, même au « pays des droits de l’homme » ? À ce sujet, parmi d’autres, voici ci-après un témoignage qui en dit long sur la réalité :

« Je m’appelle Virginie Madeira. J’ai 22 ans et je suis étudiante. Quand j’avais 14 ans, j’ai dit à une camarade de classe que mon père avait abusé de moi. Ce n’était pas vrai. Mon livre aujourd’hui raconte comment à l’école, au commissariat, au palais de justice, au foyer de l’enfance, dans ma famille, personne n’a pensé que ce n’était qu’un mensonge. Mon père a été condamné à 12 ans de prison. Je voudrais aujourd’hui que tout le monde sache la vérité : mon père est innocent ! »

Pour en revenir à Damien Abad, le ministre, pour se défendre, s’est cru obligé d’aller très loin dans ses révélations sur sa vie intime :

« Souffrant d’une arthro-grypose congénitale, je suis très limité dans mes gestes. Je suis contraint aujourd’hui de préciser que, dans ma situation, l’acte sexuel ne peut survenir qu’avec l’assistance et la bienveillance de ma partenaire … » Voilà ce qu’a publié la presse, ce qui me paraît pour le moins choquant. Doit-on maintenant attendre une confirmation télévisée ?

Disons les choses telles qu’elles sont : c’est là une sorte de scandale résultant de la malveillance tolérée par la loi !

Quel sera le prochain ministre accusé de viol ? Faudra-t-il alors que, pour se défendre, le ministre déclare : « Ce n’est pas possible, j’ai le sexe en tire-bouchon » !

Partager cette publication

(3) Commentaires

  • Sansillusions Répondre

    D’après ce que j’ai retenu des infos lâchées par nos chers média sur l’affaire de « viol » Abad, il s’agirait d’une plainte portée par une femme anonyme et dévoilée par Médiapart ou un torchon du genre. S’il en est bien ainsi, n’importe qui, y compris des hommes, peuvent balancer des accusations sans nom d’auteur pour pourrir la vie de n’importe qui. Et qu’en est il dans les cas où les accusations – signées cette fois – se révèlent mensongères et l’accusateur – trice un – une – menteur -euse- congénital – e- ? Pour moi, ce doit être au moins 2 ans de taule directe pour l’auteur -re. Après tout je peux dire que madame Michu m’a fait des avances poussées et que devant mon refus, elle m’a mis la main au paquet en me serrant trop fort les testicules, d’où une incapacité de procréation transitoire. Avec demande d’indemnités comme il se doit.

    23/06/2022 à 0 h 41 min
  • Laure Tograf Répondre

    Nous allons lire et entendre tout et n’importe quoi avec ces histoires, réelles ou supposées, de viol. Vous verrez que demain, on va même accuser un eunuque, oubliant que pour violer ou simplement s’accoupler (même avec une chèvre : methode dite du Légionnaire) il faut être capable d’érection. Les macaronis trop cuits doivent être d’emblée innocentés.

    22/06/2022 à 0 h 53 min
  • Gérard Pierre Répondre

    Monsieur Christian Lambert décrit fort bien L’UNE DES FACES de ce problème, qui, rappelons le, … en a tout de même une deuxième, à savoir : … QUAND LA PLAIGNANTE ESTRÉELLEMENT VICTIME.

    Lorsqu’a démarré l’affaire du Sofitel de New York, … toute la classe politique, dans un même ensemble vocal, a accompagné la tessiture métallique du sieur Valls se répandant sur les plateaux de télévision pour rappeler et chanter à l’ancan le sacro saint principe de … PRÉSOMPTION D’INNOCENCE ! …

    Dont acte !

    Mais qui s’est déjà rendu compte que ce principe a automatiquement pour corollaire son principe inverse, celui de … PRÉSOMPTION DE MENSONGE, … forcément dévolue à la plaignante !

    Ainsi donc, dans l’affaire du Sofitel de Nex York, dame Nafissatou Diallo, fut elle longtemps PRÉSUMÉE MENTEUSE, … jusqu’à ce que la Justice établisse à son profit qu’il n’en était rien !

    Tout étant dans tout, et réciproquement, peut-être conviendrait-il de ne médiatiser ce type d’affaire que lorsque la Justice a tranché !

    … Sinon comment peut-on sérieusement convaincre les vraies victimes de … libérer enfin leur parole ?

    21/06/2022 à 11 h 40 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *