Une polémique absurde

Une polémique absurde

Dimanche 27 mars, Éric Zemmour réunissait ses partisans au Trocadéro.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce fut une démonstration de force : peut-être n’y avait-il pas les 100 000 participants annoncés par le candidat, mais à coup sûr des dizaines de milliers.

Ce qui fait de cette journée, de loin, le plus important meeting de la campagne.

D’autant que, par ailleurs, près d’un million de personnes ont suivi cette réunion publique sur la seule chaîne YouTube d’Éric Zemmour en direct ou dans les 24 heures qui ont suivi – sans parler des autres retransmissions.

Pour un candidat que les sondeurs et les commentateurs donnent en chute libre, c’est, pour le moins, un succès remarquable.

Pourtant, les médias n’ont retenu qu’une chose de cette journée : une partie de la foule a scandé pendant quelques secondes « Macron assassin ».

Aussitôt, chacun des concurrents y a été de sa petite larme sur la « république en danger », sur « l’irresponsabilité » d’Éric Zemmour, sur la « montée de la violence » en politique.

Mais tout ceci est absurde.

Il est évident que les foules ne sont pas des modèles de subtilité. C’est même précisément pour cela que les politiciens les affectionnent.

Cependant, il faut tout ignorer de l’histoire pour considérer qu’un slogan aussi insignifiant soit la marque d’une montée de la violence en politique.

A-t-on oublié que la république est née de la terreur ? Et combien de duels entre parlementaires sous la IIIe République ?

D’ailleurs, les commentateurs étaient moins prompts à la dénonciation quand, dans les manifestations de l’extrême gauche, on criait « mort aux juifs » – ce qui semble tout de même un tantinet plus agressif que « Macron assassin ».

Mais, surtout, ce slogan a émergé de la foule quand Éric Zemmour évoquait les assassinats de nombreux Français par des islamistes. Il pointait du doigt la responsabilité de l’État. Et, bien sûr, il a raison.

Oui, il est bel et bien criminel de faire entrer des centaines de milliers d’immigrés sur notre sol, sans discernement (rappelons que Manuel Valls s’indignait que l’on pût songer à distinguer les terroristes des autres « réfugiés » !).

Admettons qu’1 % seulement des 2 millions d’immigrés qui sont entrés sur le territoire français durant le quinquennat Macron soient des djihadistes, cela ferait tout de même 20 000 djihadistes de plus chez nous en 5 ans !

Alors, à la place des médias macronistes, j’éviterais ce genre de polémique : cela pourrait ouvrir les yeux des Français !

Partager cette publication

(3) Commentaires

  • micheletti Répondre

    quand quelqu’un demande de mettre une balle dans la tête de ZEM ou souhaiter que son avion se crash ( le gendre de macron) là aucun problème, mais 3 idiots qui disent macron assassin cela fait les choux gras des journaleux et des islamo-gauchistes

    01/04/2022 à 14 h 44 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    Il est intellectuellement réconfortant de lire sous la plume de Mr Roussel que la foule ( la Plèbe devrait on dire ) ne brille pas par sa subtllité ! Mais alors pourquoi flatter si souvent ici son épaisse bêtise par des articles sinon spécieux et mensongers du moins qui ne portent pas à une réflexion logique mais qui caressent seulement des convictions purement reptiliennes ?

    30/03/2022 à 21 h 06 min
    • Laure Tograf Répondre

      Roussel et Rouxel même combat. Tous ensemble, la la la …. Au PC camarades.

      02/04/2022 à 0 h 06 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *