Une promenade à Paris et dans sa banlieue

Une promenade à Paris et dans sa banlieue

Voilà des années que l’on entend Nicolas Sarkozy prononcer ses discours. Il a tout promis, du nettoyage des « quartiers sensibles » jusqu’à la baisse des impôts, la maîtrise de l’immigration, l’amélioration des finances publiques. Pour quel bilan ? Nul.

Alors les honnêtes gens subissent, résignés. Ils grognent dans leur coin, mais ils ne font rien. Ils savent que critiquer les politiciens au pouvoir, c’est être anti-républicain, donc fasciste, donc impardonnable ; que déplorer une immigration qui, inexorablement, fait disparaître la France, c’est être raciste ; que souligner l’impuissance d’une gouvernance démagogique qui dilapide la richesse nationale pour rester au pouvoir, c’est être Cassandre qui ferait mieux de se taire.
Donc je vais me taire, mais en racontant tout de même une promenade à Paris et dans ses environs qui en dira plus long que de grands développements.

Je sors de chez moi. Sur le trottoir, des motos et des bicyclettes roulent à vive allure. Si vous êtes renversé par un motocycliste, bien sûr, il ne s’arrête pas. Tant pis pour vous. Attention aussi aux planches à roulettes. Si vous en recevez une dans le bas du tibia, vous pouvez être immobilisé pendant deux mois, mais les gamins s’en moquent. Au passage pour piétons, j’observe que toujours, une ou deux voitures passent au rouge en accélérant, généralement le portable collé à l’oreille. De tout cela, je me suis ouvert à un officier de police et voici ce qu’il m’a répondu : « Monsieur, on n’y peut rien. C’est comme cela. La pagaille est générale. Nous n’avons pas assez d’effectifs. Alors faites attention, soyez prudent, c’est tout ce que je peux vous dire. »

Je continue ma route. Un chien fait ses besoins devant la boulangerie, ce qui s’inscrit sans doute dans le Grenelle de l’environnement et le grand mouvement verdoyant de l’écologie, donc pas un mot au chien. C’est le retour au Moyen âge. Sympa, non ?
Un peu plus loin, je tombe sur un campement de jeunes Afghans. Le long du canal St-Martin, s’enchevêtrent une douzaine de tentes et autant de matelas si serrés qu’ils se chevauchent dans une forte odeur d’urine et de rats en décomposition. Comment sont-ils arrivés là ? Par hélicoptère ? En attendant de passer en Angleterre, ils volent et attrapent la gale et la tuberculose. Que font les pouvoirs publics devant une telle situation aussi lamentable que scandaleuse, en plein Paris ? Rien.

J’arrive dans le XIXe arrondissement que je connais mal. Je demande mon chemin dans un magasin. On ne me répond pas. Les Maghrébins qui tiennent la boutique ne veulent pas me répondre. Dans un autre magasin, des Turcs me paraissent mieux disposés, mais ils ne me comprennent pas. Il faut que j’apprenne l’arabe et le turc ! Finalement, j’aborde un passant qui paraît français. « Pardon Monsieur, pour se rendre place de Stalingrad, par où faut-il passer ? – Par le Parti communiste, Monsieur. Ah Staline, c’était un grand et bon camarade. On le regrette, vous savez… »

Finalement j’arrive en Seine St-Denis. En franchissant la « frontière », je suis hélé par un vieux monsieur :

« Oh jeune homme, où allez-vous comme cela, en veste et cravate, vous ne savez pas qu’on est en zone de guerre ici. N’allez pas plus avant sans gilet pare-balles. Là où vous êtes, l’autre jour, un passant a été poignardé à mort. Il avait 41 ans. Vous allez où ?

– à la préfecture monsieur.
– Ah, je vous dirais bien de prendre la ligne n° 1 mais le bus est constamment caillassé et vous risqueriez de prendre un pavé en pleine figure. Ce sont des « jeunes » qui attaquent. Ils viennent des colonies. Quant au bus n° 2, il ne marche pas car hier deux conducteurs ont été grièvement blessés. Je comprends le personnel de l’entreprise qui en a assez de se faire insulter et agresser, par les « jeunes ». Les chauffeurs ont exercé leur droit de retrait et ils ont bien fait. Quand j’étais jeune, Monsieur, j’ai été commandant de char dans la division Leclerc. Si j’avais mon Sherman, 40 tonnes, je vous aurais bien pris à bord et déposé à la préfecture. Sans doute aurait-on été caillassé par la « diversité » mais pas longtemps. 2-3 rafales de mitrailleuse et on aurait été tranquille. Il y a bien encore, mon bon monsieur, un moyen plus simple pour atteindre la préfecture : obtenir la protection d’un caïd. J’en connais un qui commande le quartier. C’est un grossiste.
– Un grossiste en quoi, Monsieur ?
– Quelle question ? En cocaïne et héroïne. C’est un homme d’affaires d’envergure. Si vous voyez sa voiture, une Ferrari rouge ; ça, c’est de la bagnole, 500 000 euros et il perçoit aussi le RMI. Il dit que c’est pour ses « petits frères » et il en a, des « petits frères » qui d’ailleurs sont tous au RMI. Voyez donc avec lui…
– Ce que vous dites là, Monsieur, est grave. Il faut que j’en parle au président Sarkozy.
– C’est une bonne idée. Vous lui direz de ma part que le coût de la délinquance et de l’immigration, c’est 115 milliards par an, plus de deux fois l’impôt sur le revenu.
Et que « les atteintes volontaires à l’intégrité physique des personnes » ont augmenté de 27,6 % en 2009 (chiffre officiel non publié). C’est la preuve aveuglante de l’impuissance de ce gouvernement. Allez-y Monsieur, puisqu’il semble que vous ayez du temps à per­dre… »

Christian Lambert
Ancien Ambassadeur de France

Partager cette publication

(19) Commentaires

  • sas Répondre

     

    ……5 mots kate et 1 certitude…….lâcheté, eucumenisme, facilité, débilité……et franc maçonnerie

    la quête du veau d or c’est répendu….

     

    LE PAYS EST PLIE…….l europe en passe de l  être……le monde suit…

    SAS

    06/06/2010 à 21 h 25 min
  • kate Répondre

    Pendant de nombreuses années, j’ ai bien profité de Paris, j’ avais la ville dans la peau et je l’ adorais. Apres un long séjour aux Etats Unis, je suis maintenant installée  en Normandie, et aussi incroyable que cela puisse paraitre, je n’ ai plus aucune, mais aucune envie de retourner à Paris meme pour une balade tant la ville me dégoute et tant ma ville m’ a été volée!!!!!!!!!!!!!!!!!! Tout ce que dit C. Lambert est si juste ici, mais c’ est peut être même encore pire. Lors de mon dernier arrêt dans la capitale, j’ en ai vu de ttes les couleurs!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Et s’ il n’ y avait que la vue d’ aggressée, mais il y a aussi l’ odorat et l’ ouie. |paris racaille maintenant, plus rien à voir d’ interessant, ni d’ agréable………… Mais au moins j’ en ai vraiment profité, car je savais déjà que cela ne durerait pas. des 1980 les premiers signes de pourritures étaient visibles…

     Quelle tristesse, et que raconter à ces étrangers pour leur expliquer la crasse………………. 

    22/05/2010 à 19 h 42 min
  • jayjay Répondre

    Nous avons vu Paris changer en quelques décennies, l’univers du parisien avec sa culture, son argot, ses bistrots , sa gouaille, et son accent inimitable est devenu en 2010 le bastion avancé d’Eurabia. Les parisiens qui l’ont pu ont fui leur capitale.

    L’invasion accélérée par la volonté des tenants de la mondialisation et de l’hyper libéralisme est un fait.

    Pour l’instant nous sommes encore environ 65% des français à la refuser, mais pour combien de temps. Ceux qui nous gouvernent pressés par le gros capital et les idiots utiles accélèrent le rythme et mettent les bouchées doubles  – En 2009 ce sont 200.000 nouveaux arrivants, dont bon nombre d’inintégrables, qui ont franchi nos frontières-  C’est maintenant la course contre la montre.  Il leur faut noyer l’identité nationale avant que le peuple ne se réveille. En attendant les chaînes nationales diffusent à longueur de programmes des émissions qui nous démontrent le bienfaits du multiculturalisme et la nécessité d’adapter la laïcité aux exigences de l’islam.

    Christian Lambert nous le dit, l’immigration nous coûte annuellement 115 milliards d’euros,  soit deux années d’impôts, alors invitons  les autruches les sourds et les aveugles à se poser la question: pourquoi le peuple de France n’est-il pas consulté sur la question cruciale de l’immigration?

    17/05/2010 à 21 h 24 min
  • Jean-Luc ESCOFFIER Répondre

    Monsieur l’Ambassadeur,

    Même si tout n’était pas prévisible au niveau du détail, la situation que vous évoquez une fois de plus avait fait dans ses grandes lignes l’objet de prévisions, d’avertissements et de mises en garde par un mouvement qui fut immédiatement qualifié « d’extrémiste » et ce depuis l’opération de lancement du processus connue sous le nom de « regroupement familial ».

     En réponse aux pronostics clairvoyants du FN combinés avec le magistral déni de démocratie à son égard venu des élus en place, les Français qui avaient encore la chance de pouvoir crier à temps leur indignation dans le secret des isoloirs ont malgré tout majoritairement réagi durant 35 ans comme des marins fous qui décideraient de supprimer en bloc les Services de la météo, des phares et du sauvetage en mer.

     Quel que soit donc le niveau d’humour avec lequel vous décrivez l’état de décomposition du noyé « France », ne pensez-vous pas que votre érudition serait mieux employée à conseiller et encourager les quelques compatriotes qui essaient encore de nager plutôt que de leur livrer de façon quasi hebdomadaire ces rapports morbides de médecin légiste ?

     Jean-Luc ESCOFFIER ( LYON )

    17/05/2010 à 15 h 44 min
  • grepon Répondre

    "Passons aux choses sérieuses : qui de nous deux devrait acheter ??? Vous, des euros, ou bien moi, des dollars ??? J’ai comme l’impression que la tempête arrive, et nos bar(a)ques sont bien fragiles …
    "

    Il y a un montant  record de positions courte sur l’euro actuellment, tellement que on peut se demander si ce n’est pas une condition pour voir un short squeeze monumental opere par les banques centraux, mais jtoujours est-il que crois que la direction, sur les prochaines trois mois, c’est l’euro a la baisse.   Plusieurs pays de la zone ne peuvent en aucun cas tenir.    Les Etats-Unis n’ont que a revoir les depenses publique massivement a la baisse, et le sentiment publique ici et pret pour ce genre de reaction logique, je crois.   Nous verrons si les Keynesiens continueront a voir leur recettes stupides appliques, ou si les Autrichiens retrouveront le respect qui leur est due.   Ceci est un conflit entre le pouvoir du gouvernement d’un cote, qui cherche toujours a aller en croissant, et le pouvoir productif et creatrice du prive, seule force capable de resoudre problemes bien plus vite qu;elle n’en produise.

    15/05/2010 à 16 h 43 min
  • ozone Répondre

    Situation previsible pour 2012

    Droite sarkozyste TOTALEMENT discréditée

    Gauche  en général TOTALEMENT discréditée

    Centre……..centre ?. c’est quoi ça……ça se mange ça ?

    Ecolo mondialistes….Euh….La chasse bordel….

    15/05/2010 à 15 h 47 min
  • Anonyme Répondre

    Il y a bien longtemps qu’un certain intervenant désirant manier l’ humour n’ a pas mis ses roses petons sur les trottoirs de certains quartiers de Paris.

    Qu’il s’ arrête à la station Château Rouge, il se sentira comme au marché Sandaga surtout si le soleil se met de la partie. On peut passer du continent africain à l’ extrême orient en faisant un petit par le sous continent indien en prenant le métropolitain, une nouvelle de tourisme écolo; " visiter le monde sans prendre l’ avion" mais ces mêmes écolos surtout pour les plus aisés , eux évitent ces quartiers colorés et continuent à parfaire leur bronzage au soleil des Maldives.

    Il oublie aussi les batailles rangées des bandes de banlieue comme celle qui eut lieu entre celle de la Gare du Nord et les gentils garçons de la Défense devant le Moulin Rouge. Un spectacle sons et lumières organisait par le comité des fêtes de l’intégration des minorités opprimées.

    Il oublie les settings de sans papiers venus demander un logement en hurlant au mégaphone qu’ ils ont des droits mais oublient les devoirs envers la nation qui les accueille. Ce qui n’empêche pas certains de ces pauvres immigrés de portent des blousons de grand marque d’ une valeur de 1000 € pièce.

    Il oublie le taux des agressions physiques en perpétuelle augmentation, pour exemple celle dont fut victime une ami dans le XIV vers 22 heures en sortant simplement d’ un restaurant mais il est vrai que pour les mâles représentant d’ une certaine religion, c’est une heure où les êtres inférieurs que sont les femmes doivent être enfermées chez elles dans une cage en lourd tissu en attendant le retour du maître en ses logis.

    Il oublie tout cela et encore beaucoup nôtre rose visiteur, pourquoi ?

    Il aimerait tant que la capitale dirigé par le roi socialiste Bertrand 1er soit la vitrine d’ un gouvernement tel qu’il le désire, altermondialistes pour les autres mais élitiste pour les grands personnages que sont les têtes pensantes du PS qui préfèrent mettre leur progéniture à l’ école Alsacienne que dans les ZEP de banlieue.

    Être socialiste, c’est ainsi imposé aux autres ce que l’ on refuse pour soi même.

    15/05/2010 à 8 h 57 min
  • Anonyme Répondre

    Merci pour ce regard à peine biaisé d’une journé à Paris !

    Et les choses ne vont pas en s’arrangeant, il n’est pas rare de traverser un quartier de Paris en se croyant dans une zone de non droit, prêt à riposter à la moindre interpellation, non d’un policier, mais d’un groupe de voyous (oui, car seuls, ils la ramènent déjà moins…), de se dire qu’il serait préférable de ne pas emprumter tel ou tel ligne de metro pour éviter une mauvaise surprise ou d’être obliger d’aller chercher sa copine à son gymnase parce que l’heure pousse les charognards à sortir de leurs terriers !

    Et encore, le fait de démenager du, pourtant sympathique, XIeme pour un arrondissement plus "sûr" n’apporte pas pour autant de solution au probleme et ne change pas le quotidient de ceux qui y restent (et encore ! Il s’agit d’un quartier plutot épargné…) !

    Pour l’anecdote, mes parents, à peine la cinquantaine et parisien expatriés pour raison professionnelle, sont revenus dans leur cher capitale il y a peu, le temps d’un week-end. Leur première réflexion a était de me dire : "L’espace d’un instant, on a crû s’être trompé d’avion et avoir prit celui pour Bamako ! Mais il n’y a plus un seul français à Paris ?!" Tout juste avant de se faire agresser par une armada de roms en haillons (avec leurs maris guettant au coin de la rue dans une Mercedès neuve…). Du coup, on se dit que de nombreux touristes doivent être déçus de leur séjour dans la "Ville des Lumières", tant celles-ci n’éclairent que la fin d’une civilisation, la crasse et les barbares qui la rongent…

    Et le pire dans tout ça, c’est que l’on ne peut rien y faire ! Dès que l’on aborde le sujet avec quelqu’un, tout de suite, cette personne vous taxe de racisme, de facisme et de tout un tas de mot en "isme", histoire de vous rappeler à quel point les "humanistes" ont pourris ce pays avec leur valeurs qui font chaud au coeur et à l’ego, mais qui relève de l’utopie la plus naive. Et quand on voit ce qu’il advient des utopies…

    A part une crise populaire, une guerre civile (ce qui semble nous pendre au nez, cela dit…), je ne vois pas bien ce qui pourrait ouvrir les yeux des gens, leurs montrer à quel point ils sont endoctrinés dans un but purement politique et financier…

    Ah ! Douce France…Tu piques, tu rap(pes), mais décidement, tu n’es plus le pays de mon enfance… (et encore !)

    14/05/2010 à 23 h 26 min
  • Florin Répondre

    @grépon : "Il y a encore des etrangers qui imaginent des vacances romantiques et tranquilles a Paris"

    Ami Grépon, si votre Gold est bien blindée, je peux vous concocter un voyage-éclair à Paris où vous serez à l’aise et en aurez pour votre argent … sans tomber nez à nez avec les zyvas de service.

    (Bon, je l’avoue, moi aussi à New York j’ai mon périmètre préféré qui me permet d’éviter les clodos et la racaille, pareil à Miami et dans toute autre ville aux US. Vive le GPS sans frontières : il y a quelques années, je me suis égaré en voiture dans un certain quartier à D.C. … pas triste du tout. Piéton, j’aurais eu besoin d’une kalach’ ,un gilet et un lance-flammes).

    Passons aux choses sérieuses : qui de nous deux devrait acheter ??? Vous, des euros, ou bien moi, des dollars ??? J’ai comme l’impression que la tempête arrive, et nos bar(a)ques sont bien fragiles …

    14/05/2010 à 22 h 47 min
  • Florin Répondre

    @Pierre : "Il est vrai que la-bas la classe politique y est beaucoup moins immigrationiste q’en France!"

    Vous m’en direz tant … n’oubliez pas les attentats dans le métro, dans les bus, les morts ramassés à la petite cuillère, les barbus qui jouissent de la "liberté de parole" (tout le contraire de l’angliche de base, prompt à se faire cueillir par la Halde locale) et qui hurlent leur haine de l’Occident, les femmes voilées à la pelle, les ghettos compacts de pakis, hindous, afghans j’en passe et des meilleurs…

    faut voyager un peu, cher Monsieur, l’Eurostar fait des promos …

    14/05/2010 à 22 h 30 min
  • Anonyme Répondre

    Pour une fois tout ce que Jaurès écrit est juste.

    Je ne vois pas d’erreur factuelle. Il n’exagère pas, ne cite aucune fausse statistique, ne sort aucun argument sophistiqué mais faux tiré du bréviaire maçonnique de gauche, ne cache rien de l’horrible réalité anarco-communisante parisienne. Bref Jaurès semble enfin converti au parti le plus élitiste et le moins connu du paysage politique: celui de la vérité. Bravo.

    Une petite réserve cependant sur le "bergamasque", qui, braillé par un gosier éthylique, peut être parfois confondu avec le "neuf troissque" de Seine Saint Denis. Les gens de Bergame ne doivent pas être "pointés du doigt", ni "caricaturés". Ils pourraient retrouver Jaurès et lui faire rendre gorge sur ce "dérapage".

    Je continue en disant qu’il faut aussi "faire attention à l’amalgame" ou à la "discrimination négative". Car le jeune musulman n’est pas un inculte: il sait qu’il a un "droit imprescriptible" à la beuverie, garanti par l’Etat. En dépit du « saint » Coran, Il apprécie en connaisseur les effets secondaires des alcools populaires. Il "profite" avant le "grand soir" islamique, où il n’y aura plus que de l’eau polluée dans une Europe dévastée.

    Vidéo d’un caricaturiste pris à partie en Suède: on y voit les blondinets suédois assis bien sagement dans leur amphithéâtre pendant qu’un mètre à l’avant, les combattants d’Allah sèment les germes prémédités de la guerre civile européenne. Cette vidéo est emblématique des cultures ici juxtaposées.

    http://www.youtube.com/watch?v=5wHuvmZV7KA

    14/05/2010 à 21 h 08 min
  • Pierre Répondre

    Bravo, Christian Lambert.  C’est un article qui resume bien la situation catastrophique dans laquelle nous ont plonges Sarkosy et ses amis/collegues socialo-communistes "caviar".

    De l’autre cote de la Manche, les Britanniques peuvent parler d’immigration sans se voir insulter de racistes. Il est vrai que la-bas la classe politique y est beaucoup moins immigrationiste q’en France! 80% des immigres qui entrent en Grande-Bretagne sont europeens (union europeene), il y a certes des problemes economiques mais les immigres europeens causent peu de problemes d’identite, de securite,…et ne souhaitent pas imposer leurs diktats, religions… aux Britanniques.

    Le parti conservateur va encore reduire l’immigration extra-europeenne en Grande-Bretagne. De plus, comme en Italie, le mode de scrutin a venir sera la proportionelle.

    Sarkosy  et ses amis/collegues socialo-communistes "caviar" font tout le contraire: discrimination dite "positive" (preference etrangere afro-musulmane), islamisation forcee, immigration incontrolee, non-expulsion des delinquants etrangers, impots et insecurite qui explosent, magouillage du mode de scrutin pour faire disparaitre ceux qui votent "mal", etc.

     

    14/05/2010 à 19 h 39 min
  • R. Ed. Répondre

    Droit du sol (jus solis)

     

    Un chameau qui naît dans une écurie, c’est un cheval

    14/05/2010 à 14 h 04 min
  • Anonyme Répondre

    Excellent article réaliste, hélas, pour qui sait observer et ne vit pas avec un sac sur la tête.

    J’adhère à ce que dis judicieusement CANDIDE, notamment à propos de Joresse l’aveugle.

    Quant à AGUAZIL, je lui dirais qu’il faut attendre que les Français pètent les diodes et lancent la guerre civile en espérant que ce ne sera pas après les musulmans car eux n’attendent que ça et sont fins prêts puisque pour eux, c’est incontournable.  (Votre char n’irait pas loin avec leurs RPG9…)

    Il reste l’entraînement au tir en attendant…

    14/05/2010 à 13 h 26 min
  • Aguazil Répondre

    Ah ! Un char ! Avec une mitrailleuse ! Et un lance-flammes. On a droit aussi au lance-flammes ?  Hélas, si vous vous risquiez à vaporiser toutes ces crapules, vous auriez rapidement des comptes à rendre à la halde, le mrap, sos racisme (racisme sans " s "), la ldh, le ps, le npa j’en passe et des meilleurs. La liste des complices et autres idiots utiles est longue.

    ps : l’abscence de majuscule est voulue. Je n’en mets qu’aux noms propres…

    13/05/2010 à 22 h 44 min
  • Jaures Répondre

    Et encore ! Je trouve votre après-midi bien paisible, M Lambert !

    Vous auriez pu, de surcroit, croiser des couples homos aux gestes ostentatoires.
    Des SDF ivrognes qui vous insultent en bergamasque.
    Des femmes enceintes de leur prochain avortement tapinant sans complexe.
    Des vendeurs à la sauvette d’objets en recel.
    Des terroristes basques déguisés en Bretons.
    Des syndicalistes virulents remontant leur manif.
    Des paysans ruinés vous éclaboussant de lisier.
    Des intermiteux bruyants mendiant leur allocation.
    Des taxis mécontents en opération escargot.
    Des journalistes avides de votre opinion.
    Des VRP lorgnant sur votre carte de crédit
    Des touristes en perdition qui cherchent leur hôtel,…

    Bref, je trouve que vous ne vous en tirez pas mal.

    Ce sera pire la prochaine fois.

    Ne sortez plus ! Restez chez vous !

    13/05/2010 à 18 h 24 min
  • candide Répondre

    C’est une belle histoire qui, j’en suis certain, plaira a notre ami JORAISSE, grand excuseur devant l’éternel.

    Blague (si l’on peut dire) à part, j’adhère à ce constat, à peine exagéré, comme a bien d’autres d’ailleurs.

    L’ennui, au final, est que jamais une solution pratique et réalisable se soit proposée. En dehors des voeux pieux, des "si", etc… Là réside le véritable problème. Car il est bien bien clair qu’il ne faut compter sur aucun politique pour règler ces questions.

    13/05/2010 à 17 h 44 min
  • grepon Répondre

    shht!   Il y a encore des etrangers qui imaginent des vacances romantiques et tranquilles a Paris.  Sans blague.   Je connais quelques couples qui se croient branches et sophistiques chez qui leur Paris imaginaire est plein de culture vrai, debordant de sophistication, de bon gout etc.     Vous avez besoin de leurs sous, alors, shhht.

    13/05/2010 à 17 h 38 min
  • ozone Répondre

    Une grande gueule,c’est tout ce qu’il est

    13/05/2010 à 14 h 21 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: