Une vision de la sécurité à géométrie variable

Posté le juin 25, 2019, 9:47
2 mins

Vendredi 21 juin 2019, la Sécurité routière a communiqué les chiffres de la mortalité routière pour le mois de mai dernier.

Ceux-ci font état d’une baisse de 7,5% du nombre de tués sur les routes françaises par rapport au même mois l’an passé, soit 248 personnes tuées.

L’association «40 millions d’automobilistes» se réjouit de cette baisse, mais dénonce une vision de la Sécurité routière à géométrie variable.

Naturellement, le Délégué interministériel à la Sécurité routière (DISR) attribue cette baisse de l’accidentalité encourageante après un mauvais premier trimestre 2019 à la seule réduction de la limitation de vitesse à 80 km/h.

Mais, pour l’association « 40 millions d’automobilistes», cette interprétation n’est que la traduction de la volonté du Gouvernement de justifier à tout prix sa politique, pourtant rejetée par une large majorité de la population.

Cette baisse peut, en effet, s’expliquer par de nombreuses autres raisons.

Par exemple, le fait que le mois de mai 2018 n’ait pas été particulièrement bon (268 tués, au regard des 224 de mai 2013) – il est donc logique que les chiffres s’orientent à nouveau à la baisse cette année (sans atteindre le plus bas historique).

Ou encore le fait que la circulation routière ait été en diminution en mai dernier, par rapport à mai 2018 (-1,2% de consommation de carburants routiers selon le Comité professionnel du Pétrole), engendrant ainsi un effet mécanique de baisse de l’accidentalité.

Enfin, alors que le DISR n’avait pas manqué d’attribuer la reprise à la hausse de l’accidentalité routière constatée au premier trimestre 2019 aux nombreuses dégradations commises sur les radars, ce facteur ne semble plus jouer aucun rôle, depuis que les chiffres sont de nouveau orientés à la baisse.

Pourtant, le parc radars reste largement inactif, la plupart des appareils n’ayant pour l’heure été ni réparés, ni remplacés.

C’est bien la preuve d’une vision de la Sécurité routière à géométrie variable.

Pierre Chasseray

2 réponses à l'article : Une vision de la sécurité à géométrie variable

  1. Jean-Pierre MACABET

    27/06/2019

    Les « élites françaises » se targuent d »avoir l’esprit logique et font et publient à grand bruit des statistiques comparatives sur un mois:
    On prend vraiment les citoyens pour des C…

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      01/07/2019

      et pas seulement les Français et  » on  » a bien raison

      prenons l’ exemple de la sécurité dans le domaine du médicament

      au Louvre manifestation contre le financement du Musée par les … opiacés

      décryptage :

       » les Sackler des mécènes américains *** dont l’ argent commence à sentir le soufre  » nous dit  » La Croix  »

      *** ces mécènes américains ( trois frères ) sont les descendants directs d’ une famille d’ émigrés juifs européens arrivés à la fin de la première guerre mondiale à N. – Y. et qui ont fait fortune grâce à l’ l’ OxyContin une molécule opiacée à haut  » potentiel  » addictif et qui fait plus de morts aux U.S.A. que le … Sida ( en France les morts par usage des opiacés ont triplé ces dernières années )

      rien de nouveau sous le soleil du capitalisme anglo – américain, certains immigrés mais pas que, un … Ecossais aussi, avaient déjà fait fortune dans la Banque grâce à l’ opium à la fin du XIX ième

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)