Université "réparer les dégâts de mai 68" ?

Université "réparer les dégâts de mai 68" ?

« D’ici à 2012, j’aurai, je l’espère, réparé les dégâts de mai 1968, qui avait cassé l’université », a déclaré ce matin dans Les Echos, Valérie Pécresse, la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Si elle souhaite « réparer les dégâts », ce n’est  « pas seulement au sens propre en éclatant les disciplines dans des établissements séparés, mais aussi en instaurant une gouvernance illisible et en refusant la professionnalisation« , a-t-elle précisé.

La première étape de cette évolution serait la loi sur l’autonomie des universités, votée en 2007. La suivante, l’opération campus a été lancée en 2008 pour fournir aux étudiants des logements.  Reste la troisième, le grand emprunt de 22 mds pour faire des labos de pointe, développer les partenariats avec le monde de l’entreprise, etc.

La ministre est très confiante : « Même si elle revient au pouvoir en 2012, la gauche ne reviendra sur rien. Je fais la réforme avec les universitaires, et ils sont majoritairement de gauche. Je crois qu’ils attendaient cette réforme. »

On peut dès lors douter de l’ampleur de lréforme, même si elle va dans le bon sens…

Partager cette publication

Comments (4)

  • Charlot Répondre

    L’autonomie a été une grande et bonne mesure. Ce n’était pas gagne tant les retissances etaient fortes.

    28/09/2010 à 20 h 04 min
  • VILLARD Répondre

    Il eut été essentiel de commencer par désengorger les universités de tous les bacheliers sans cause qui l’encombrent avant d’aller grossir les rangs des « demandeurs d’emplois » après deux ou trois années infructueuses. On a raté cela, et le reste, qu’il soit fait avec ou sans les universitaires de gauche, prend moins d’importance.
    C’est tout le système éducatif qui est à remettre en cause, en commençant par l’abandon du collège unique et de la scolarité obligatoire jusqu’à 16 ans. Mais on a également abandonné cela aux premières protestations des syndicats d’enseignants. Le système éducatif (scolaire et universitaire) est devenu une machine à produire des chômeurs.

    28/09/2010 à 10 h 16 min
  • TOLOMIO Répondre

    Point de vue partagé.
    La gauche sait que l’Education Nationale, l’Université ont été cassées par l’esprit de 68 et que cette démolition est utilisée pour installer la fin de la culture soit disant dominante, celle qui dit-on, boit le thé à 5 heures de l’après midi.

    27/09/2010 à 22 h 50 min
  • MERCIER Répondre

    N’oublions pas que la première action de cette crypto-gauchiste a été d’interjeter appel d’un jugement déboutant l’UNEF d’une action intentée contre Gilles GUYOT, alors qu’il y avait d’autres décisions à prendre.

    27/09/2010 à 22 h 26 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: