Vaine polémique

Vaine polémique

Les déclarations de Gérard Longuet que nous avons évoqué ici et créent une vaine polémique dont raffole le microcosme politico-médiatique :
dans le rôle du méchant, Gérard Longuet, président du groupe UMP au Sénat, ancien ministre, ancien président du parti républicain, ancien militant d’occident, qui a dit que
Malek Boutih n’était pas la personne idoine pour incarner l’ouverture de la France aux immigrés en présidant la HALDE, car lui-même issu de l’immigration, le symbole
manquerait.
Ces propos pour le moins modérés, surtout si l’on reprend l’ensemble des précautions oratoires utilisées par Gérard Longuet (voir ici), sont aujourd’hui considéré par Jean-Marie Le Pen comme une tentative de
récupérer le vote Front National (voir ) et par le journal Le Monde,
porte-parole officiel du politiquement et médiatiquement correct en France, comme :

« scandaleux. Que son intention soit, en outre, de signifier au chef de l’Etat que sa politique d' »ouverture » à des responsables d’origine étrangère et/ou de gauche n’est plus supportable par la
majorité ajoute au caractère délibéré de cette « sortie ».

Selon le Monde, l’UMP exprimerait ainsi son ras le bol envers l’ouverture… non, vraiment ?
Mais Le Monde, jouant son rôle de « journal de référence », pousse son analyse :

« Tout se passe comme si l’affaiblissement de l’extrême droite, le soulagement d’être débarrassée de la menace
du Front national et la volonté de séduire ses anciens électeurs avait levé les tabous de la droite. Et redonnait libre cours à un vieux fond, refoulé, maurrassien, nationaliste et volontiers
xénophobe. Il serait bon que le président de la République mette un coup d’arrêt à cette inquiétante dérive. »

Vraiment, si la droite française était xénéphobe, maurrassienne, nationaliste, aurait-elle votée le regroupement familial, maastricht, et le reste ? Laisserait-elle la
France devenir une terre d’immigrés avec une « identité nationale » uniquement définie « par les valeurs de la République » ?

Les journalistes du Monde savent bien que non, ils savent bien que « la droite » s’excuse toujours en France quand on lui marche sur les pieds et tend l’autre joue. Ils savent aussi
sans doute que c’est la seule façon pour eux de mobiliser les électeurs de gauche contre une droite qui n’en a que le nom…

Partager cette publication


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: