Vers la réélection de Nicolas Sarkozy, président baroque et postmoderne.

Vers la réélection de Nicolas Sarkozy, président baroque et postmoderne.

François Mitterrand disait en se moquant que Jacques Delors ne désirait pas être élu président ; mais qu’il voulait être nommé. Dans le cas de François Hollande, on a surtout l’impression d’un candidat qui ne voudrait pas se présenter ; qui fit ce qu’il fallait pour laisser la place à Lionel Jospin jadis, puis à sa femme, enfin à DSK qui en a fait l’usage impétueux que l’on sait. François Hollande est candidat, non pas à la nomination, mais à l’absence de candidature. On le verra le soir du débat entre les deux tours, s’il a le courage d’aller se faire croquer par un compétiteur autrement plus motivé.

On ne sait si cela part d’un résiduel sentiment incapacitant, ou d’un accès de trouille, ou d’un accord secret avec les forces qui nous dirigent ! Toujours est-il que je vois de plus en plus l’actuel président se faire réélire, dans moins de deux mois maintenant.

Il a pour lui que l’Europe prudente et vieillissante a majoritairement viré à droite, et sans doute définitivement, car la droite fille de joie dont j’ai déjà parlé a de belles heures devant elle ; il a pour lui que son bilan n’est à tout prendre pas pire qu’un autre (nous sommes brillants seconds derrière les Allemands, mais c’est ce que nous sommes depuis Bismarck) ; enfin, il a pour lui que les voix de droite, je continue et je répète, sont très majoritaires au premier tour. Je ne sais pas où les « enragés » de la presse de gauche et des sondages prennent leurs voix, mais on voit bien (sic) que le premier tour dégagera une majorité de droite de l’ordre de 55 à 60 %.

Je trouve même que, finalement, le président actuel profite de plus en plus de l’anti-sarkozysme primaire qui est le fait des médias de gauche et d’une bonne partie de ses opposants de droite. Ce qui ne le tue pas le rend plus fort, et en particulier le fait que l’hostilité à sa personne devienne le seul programme de la gauche, avec des hausses stupides et pharamineuses d’impôts pour financer toujours plus de « sozial ».

La gauche liquide de Hollande est en outre de plus en plus gênée par la gauche solide de Mélenchon, et cela se paiera le soir du deuxième tour. Le fait que le candidat le moins rentable soit le plus brillant est un gros handicap pour la gauche ; et l’électorat ne se lancera pas plus dans une aventure gauchiste présidentielle qu’il ne le fera avec le Front national. De toute manière, et je ne crois pas que Zygmunt Bauman me contredirait, je pense que la droite moderne est plus liquide que la gauche sur le plan philosophique et même politique maintenant. Il n’y a guère que Blair pour me contredire, mais il était l’idole d’un Madelin aux abois il y a quinze ans. Il a d’ailleurs aussi ruiné son pays.

Sur le fond, on peut toujours reprocher des choses à Sarkozy président. Mais on serait, comme moi, minoritaire : je crois que l’opinion était pour la guerre en Libye comme elle est favorable à une écrasante majorité à l’exécution d’Assad ou au nouvel ordre mondial ; elle aime la vidéosurveillance ou l’Amérique depuis l’élection d’Obama, sûr allié de Nicolas Sarkozy cette année, elle se reconnaît dans une société show-off et gentiment inégalitaire, une société de spectacle et de consommation, une société dominée aussi par le retour des grandes peurs et la paranoïa des réseaux. Elle a tourné la page de la culture, et définitivement ; ensuite elle va à la plage feuilleter Voici. La Fnac se met d’ailleurs à vendre des aspirateurs, ayant renoncé à nous vendre des bouquins. LVMH n’a jamais vendu autant de sacs Vuitton ou de bijoux Bulgari et le bon peuple s’identifie totalement au people. La masse populaire est devenue impopulaire à ses propres yeux, elle court après les « signes dépréciés de la vie », elle veut croquer dans la pomme d’Apple, la machine qui rend créatif.

De ce point de vue, l’actuel président incarne non seulement le fond, mais la forme du pays. Sarkozy a un design moderne, mais pas Hollande ; il est certainement l’homme d’Etat le plus connu dans le monde après Obama. Comme dirait Steve Jobs, dont je recommande l’excellente bio d’Isaacson, son design est aussi important que son produit. Après le classicisme austère des énarques, nous avons topé en France avec un nouveau bouillonnement baroque. Président liquide, Nicolas Sarkozy a imposé un autre style d’homme politique, qui n’est pas sans évoquer un acteur, un joueur, un gesticulateur. Isaacson raconte que Jobs demanda un jour à Bill Clinton de téléphoner à Tom Hanks pour que ce dernier lise le message sur les fous et les décalés qui changent le monde. C’est le président que nous avons ; il joue son rôle (comme dit Shakespeare) très bien, sa femme – qui a porté bonheur à Woody Allen et à son dernier film – et sa famille aussi ; son père est peintre, son fils dans la musique ; bref, il incarne un spectacle à lui tout seul, que l’on retrouve aussi bien à l’âge baroque, avec la cour, le trompe-l’œil ou l’opéra. A une époque où la politique ne peut que nous décevoir, on peut au moins lui demander de nous distraire.

En écrivant cela, je ne pense pas contredire mes chroniques hostiles, liées à des situations paramétrées (la dette) et déjà résolues (Lybie) ou oubliées (Syrie) ; je me soumets à mon intuition, pas à ma raison. À mon esprit de finesse, pas de géométrie. Mon intuition me dit que ce président sera réélu ; et que la gauche prendra une nouvelle fois sa raclée parce qu’elle n’a rien à proposer de neuf (l’euro ? l’Europe ? Les droits de l’homme ?), parce qu’elle ne fait ni marrer, ni rêver une opinion usée et saturée. Si je me trompe, je n’écrirai plus jamais sur la politique et je me rabattrai, tiens, sur le cinéma muet dont je redécouvre les chefs d’œuvre, comme Dujardin et comme le président devenu cinéphile !

Partager cette publication

(21) Commentaires

  • Lafon Gérard Répondre

    En fait Mélanchon est l’arme des communiqtes pour empêcher Hollande d’être élu : un meilleur que lui et qui lui raffle des millions de voix ne pourra être qu’un épouvantail radical pour gommer Hollande… Du Machiavel pur !

    10/04/2012 à 20 h 18 min
  • Olivier Répondre

    @ Clarist, J’ai été interrogé par l’un de vos grandiloquent institut de sondage. A la question du sentiment que je porte à notre actuel président, je réponds que je le vois avec méfiance … je réponds « pas tout à fait satisfait » … Et ni une ni deux, la dame s’empresse de cocher d’elle même « oui » en face de Hollande … Voilà comment sont faits les sondages … C’est édifiant. Il m’a fallu presque hurler pour faire corriger cette erreur. Je peux voir le monsieur avec une certaine défiance. C’est une chose. Mais je voterai pour lui malgré tout, et aux deux tours. Pas un de ses concurrents n’a de stature internationale, pas un n’aurait osé les réformes des retraites, l’autonomie des universités … Oui, il n’est pas parfait … mais de là à affirmer que le vote se portera sur un autre, et il y a une distance que je qualifie de certaine.

    05/04/2012 à 9 h 56 min
  • milnar Répondre

    Sarkö, toc et frime chaque jour. Affaire des islamistes radicaux de Forsane Alizza :« Nous n’accepterons aucune récupération politique de cette affaire déjà instrumentalisée par le président-candidat » prévient le Syndicat de la magistrature (syndicat de gauche). Ses représentants s’étonnent que, « dès vendredi, soit le lendemain de l’interpellation de 17 islamistes radicaux du groupe Forsane Alizza, Nicolas Sarkozy, s’érigeant en autorité judiciaire, annonçait les résultats des perquisitions sur les ondes, pour s’en attribuer le bénéfice, tout en promettant de nouvelles opérations sans avoir la moindre légitimité pour le faire ».

    04/04/2012 à 9 h 21 min
  • Euréka Répondre

    Personne ici ne relève l’esprit pétillant, bulles à souhait de Mr Bonnal. Quel talent !

    Alors je le fais et je dis Bravo ! Merci d’être aussi léger, merci de me faire rire. Dans la sinistrose actuelle vous voilà bienfaiteur de l’humanité.Mr Bonnal. .

    04/04/2012 à 2 h 35 min
  • floup Répondre

    François Bayrou peut être élu Président de la République d’une part par les voix des sympathisants du candidat sortant qui comprennent que celui-ci est rejeté par une majorité de Français et refusent François Hollande, d’autre part par ceux qui savent que François Bayrou est la chance de la France et sera son printemps. Cela fait beaucoup de monde. Mais… il faut absolument joindre l’action à l’espoir, chaque jour jusqu’au 22 avril !

    03/04/2012 à 20 h 18 min
  • Guillermo Répondre

    Il a certainement raison, M. Bonnal, sur le fait que Sarko sera vraisemblablement gagnant.  Mais ce sera pas à cause de moi, même si la gauche me dégoute au plus haut point.
     

    03/04/2012 à 16 h 38 min
  • krila Répondre

    Les sondages IPSOS et BVA qui viennent d’être publiés indiquent qu’en dépit des analyses trompeuses, tronquées et truquées qui sont assénées depuis quatre semaines, le choix d’une majorité de Français de congédier Nicolas Sarközy reste clair, net et massif. Ce choix se confirme et, mieux encore, se renforce.

    03/04/2012 à 16 h 11 min
  • killi Répondre

    Sauver les meubles ! Beaucoup de sympathisants de Sarkozy ont le temps de comprendre que voter pour lui le 22 avril n’a aucun sens, puisque Hollande le bat 15 jours après d’une dizaine de points. Leur vote ne peut donc être utile qu’en faveur de François Bayrou, qui ne leur veut que du bien. Ils ne doivent donc pas bouder en restant chez eux, puisqu’ils conservent le moyen d’échapper à Hollande.

    03/04/2012 à 14 h 58 min
  • niamo Répondre

    Si Hollande apprend que Sarközy est au deuxième tour, il fera éclater un énorme cri de victoire, ce sera : BIENVENUE ! Qui ne comprend pas cela devrait quand même s’intéresser un peu aux sondages concordants.

    03/04/2012 à 13 h 53 min
  • klaro Répondre

    Communiqué L’agence « Vessies et lanternes » tient à faire savoir que son rôle concerne seulement le premier tour de l’élection, et que si l’ex-Président se fait jeter au second elle n’y est pour rien.

    03/04/2012 à 13 h 33 min
  • Jaures Répondre

    Cher Edmond, il fut un temps où Georges Marchais cartonnait dans les médias. Cela ne l’a pas empêché de voir sous son égide le PC passer de 20 à moins de 10%. On peut snober les sondages mais Sarko en est un des principaux consommateurs (voire les dépenses somptuaires de l’Elysée pour des equêtes d’opinion). Par ailleurs, quand on voit des sondages des précédents scrutins, si des écarts de 2 ou 3 points apparaissent au 1er tour, outre que ceux-ci se font à l’intérieur du même camp, le résultats du 2ème tour est à peu près cerné début mars. En 2007, aucun sondage ne donne Mme Royal vainqueur après janvier. En 1995, la victoire de Chirac est annoncée dés la même période (un peu comme Hollande, on la prévoit jusqu’à 60% avant de redescendre à un rapport plus raisonnable).
    Les derniers sondages donnent Hollande vainqueur à 53-55% et ce malgré l’affaire Merah dont la Droite se frottait les mains. Sarkozy sera sans doute en tête au 1er tour, aidé par une Marine Le Pen crucifiée par un programme économique fantaisiste, mais sa réserve de voix au 2ème tour parait bien faible.
    Reste la part d’irrationnel ou la surprise de dernière minute (un conflit, un attentât, une crise cardiaque,…) mais objectivement il parait difficile pour Sarkozy de renverser la vapeur en un mois.

    03/04/2012 à 11 h 15 min
  • clarist Répondre

    Bonjour Madame, bonjour Monsieur, Nous nous adressons à vous ce jour, car nous croyons savoir que vous avez l’intention de voter le 22 avril pour Nicolas Sarkozy. Peut-être ne le savez-vous pas encore, les grands organismes de sondage le donnent tous largement battu par François Hollande au deuxième tour. Après réflexion, vous pourriez décider de vous abstenir de voter. Ce serait vous résigner passivement à la victoire finale de François Hollande, et cette abstention vous laisserait peut-être un goût amer. Nous vous proposons un compromis : écoutez un peu la voix de François Bayrou, elle n’est pas déplaisante, elle sonne juste, il n’est pas votre ennemi. Grâce à votre suffrage au premier tour, il peut demain présider la France. Il faut se rappeler qu’en face de François Hollande au second tour, les organismes de sondage le donnent largement gagnant.

    03/04/2012 à 11 h 12 min
  • rinald Répondre

    Ipsos, BVA et Harris Interactive : Quasi-unanimité pour les sondeurs à 19 jours de l’ouverture du scrutin présidentiel : si Nicolas Sarkozy et François Hollande sont au coude à coude au premier tour, le candidat socialiste l’emporte largement au second avec une dizaine de points d’écart. Conclusion : aller voter le 22 avril pour le fourbe ne servirait à rien, puisqu’il serait jeté le 6 mai. Alors préfère-t-on Hollande ou François Bayrou ? Bayrou, il faut l’écouter un peu, écoutons donc la différence ! Autre unanimité des sondeurs : au deuxième tour, Bayrou en face de Hollande l’emporte largement.

    03/04/2012 à 10 h 40 min
  • bliotez Répondre

    Pour le premier tour du 22 avril, certains redoutent avec juste raison beaucoup d’abstentions. On en cache la raison : la faible crédibilité des enfumeurs Sarközy et Hollande. Actuellement, plus ils parlent, moins ils sont entendus. Bayrou, lui, commence à être parfaitement entendu, on l’écoute, car il ne parle pas pour ne rien dire. Rester chez soi par dégoût est compréhensible, mais aller voter pour hisser la vérité au sommet de l’Etat est plus méritoire. Français, allez-vous priver François Bayrou de votre approbation active ? Etes-vous prêts à regretter votre abstention du premier tour pendant cinq ans ?

    03/04/2012 à 10 h 01 min
  • Anonyme Répondre

    à edmond98 : mesurer la crédibilité d’un président à son taux d’audience : bonne idée, c’est comme le titanic, le bateau pourra couler, tant qu’on a l’orchestre qui continue à jouer…

    03/04/2012 à 2 h 31 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    En plein délire maniaque le Lyonnais hispanisant … se réjouit du  retour  annoncé du Grec ! …  dont la troisième Pénélope , dans un rôle pourtant taillé à la pleine mesure de ses immenses talents artistiques …(  il a fallu refaire une séquence de 30 secondes de l’achat d’une baguette de pain " à la muette " *** plusieurs fois … ne pouvait pas en bonne top-model qu’elle fut arrêter de fixer de son regard nunuche la caméra ! ), aurait porté une chance  sans aucun doute psychanalytique au névrosé de Brouqueline !… un transfère qui aurait réussi pour une fois ! *****;  Posez vous plutôt la question : où allons nous " drivé " par un tel incapable ?

    *** comme disait l’humoriste suisse après les oscars hollywoodiens  de " The Artist "
    " j’aime les films français … quand ils sont muets ! "
    c’est aussi ce qu’on pourrait dire de bien des " journalistes" français !

    ***** moi je pense , connement  c’est certain , que c’était arrangement entre amis  ….. pour la promotion du film en France, pays où W.A. a le plus d’admirateurs au monde ce qui en soi ,  suffit à situer notre niveau de lucidité

    j’enrage , comme Louis-Ferdinand !

    02/04/2012 à 21 h 23 min
  • gloa Répondre

    François Bayrou : « Les derniers mois ont été multiplication de sujets de diversion pour le pays, pour éviter de regarder en face les vrais problèmes. De l’endettement du pays, pas un mot. Du chômage dans le pays, pas un mot. De la situation de l’Education nationale pas un mot. De la moralisation nécessaire de la vie publique, pas un mot. Des changements qu’il nous faut apporter pour rendre la confiance, pas un mot. Et des grands déchirements de la société, pas un mot. Je le dis aux journalistes et à tous les reponsables politiques, le ton et le fond de la campagne électorale doivent changer ! »

    02/04/2012 à 21 h 11 min
  • quili Répondre

    Nathalie Kosciusko-etc a tout prévu : si son employeur est éjecté au premier tour, elle votera pour Hollande au second. Faut la croire, Charles.

    02/04/2012 à 20 h 06 min
  • edmond98 Répondre

    C’est très bien vu .Avec DSK je n’aurais pas misé un kopeck sur le cheval Sarkozy.Mais je n’ai jamais cru aux sondages qui donnaient 60% à Hollande et 40% au président-candidat.Les médias ont voulu nous faire croire que Sarko ne se présenterait pas tellement il était détesté …Oui mais détesté par qui ? par les médias , les universitaires , les communicants , les instituts de sondages, les pubards…ça fait du monde mais du monde dans un microcosme , c’est peu par rapport au peuple qui ne le déteste pas.Et le bon peuple , lui il déteste les journalistes et tous ces donneurs de leçons bien planqués.
    La meilleure preuve que Sarko va gagner ne se  lit pas dans les sondages ( d’ailleurs de plus en plus inquiétants pour Hollande) mais dans les taux d’audience des émissions télé , les meetings ,les salles de provinces .Sarko écrase tous les autres candidats : il fait le show et ça passe très bien la rampe. Ce que ne veulent pas dévoiler les médias de gauche car ce serait reconnaitre que le candidat Sarkozy est le président désiré par cette société post-moderne que vous avez si bien cerné .
    Même à gauche , Hollande ne fait pas rêver.Qui peut avoir envie de voter pour un notaire de province un peu rondouillard , visiblement dominé par de maitresses femmes ( La Ségo puis aujourd’hui  la redoutable  Rottweiller ) à une époque où le peuple est fasciné par la vie des people ?

    02/04/2012 à 18 h 13 min
  • Jaures Répondre

    "je me soumets à mon intuition, pas à ma raison" Tout est dit.
    Pourquoi dés lors écrire ? Même sur le cinéma: "J’ai l’intuition que nous avons affaire à un grand cinéaste."
    Il en va de l’intuition comme de l’opinion: on peut tout dire et son contraire: "je n’y connais rien mais c’est mon opinion". Qu’importe l’engagement intellectuel, les références, les analyses les remises en cause, les débats: place à l’intuition, c’est à dire le degré zéro de l’intelligence.
    Au fait M Bonnal, qui va gagner dans la 5ème ? Que vous dit votre intuition ?

    02/04/2012 à 16 h 08 min
  • clira Répondre

    C’est en Bayrou que 70% des Français ont le plus confiance. Qui veut faire croire qu’ils voteront le 22 avril pour un menteur ? Pour eux, pour leurs enfants, pour l’avenir de la France ?

    02/04/2012 à 15 h 58 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *