Vers un alourdissement de l’IFI ?

Posté le mars 12, 2019, 10:45
3 mins

Nous avons beau connaître par cœur la méthode des prétendues « réformes fiscales », cela ne passe toujours pas.

En tout cas, la pseudo-réforme de l’ISF s’apprête à devenir un cas d’école.

Cet impôt imbécile a coûté à la France des sommes colossales en chassant non seulement de nombreux patrimoines et de nombreux investisseurs.

Mais, comme toujours, la droite, tétanisée par la tyrannie culturelle de la gauche, n’osait pas y toucher. Mieux, elle théorisait son inaction en expliquant qu’elle avait perdu les présidentielles de 1988 à cause de cela. C’était idiot : Mitterrand avait gagné parce qu’il était meilleur que Chirac et surtout parce que la cohabitation est un piège pour le Premier ministre.

Arrive Macron, qui a enfin le courage de s’attaquer à l’ISF.

Nous aurions aimé applaudir, mais la transformation de l’ISF en IFI était une simple opération de communication – doublée d’une désastreuse analyse de la situation, puisque l’IFI frappait précisément les classes moyennes supérieures, enracinés et susceptibles d’investir en France.

L’ISF avait déjà la réputation de frapper les millionnaires en épargnant les milliardaires.

L’IFI aggravait considérablement cette curieuse conception de la « justice fiscale ».

Survient la révolte des gilets jaunes. Au départ, révolte fiscale née du ras-le-bol devant une pression fiscale aussi démesurée qu’inefficace – avant d’être détournée en crise de jalousie réclamant un alourdissement de l’impôt des autres.

Pendant des semaines, le gouvernement a affirmé qu’il était hors de question de revenir sur la réforme de l’ISF.

À la demande de sa propre majorité, il est en train de lâcher : il pourrait alourdir l’IFI pour financer la baisse de la taxe d’habitation.

Toujours ces usines à gaz où l’impôt global ne baisse jamais (bien au contraire !), mais où les clientèles du gouvernement au pouvoir obtiennent un transfert de leurs charges sur d’autres groupes !

Depuis des décennies, aucune réforme de l’État n’a sérieusement envisagé une baisse de la dépense publique ni une réflexion sur les missions de l’État.

Ce que l’on appelle baisse d’impôt désigne tantôt un ralentissement de la hausse, tantôt la suppression d’un service.

Mais, à nouveau, sous les applaudissements de la majorité, nous allons assister à un alourdissement de la fiscalité, à une chasse aux riches, et donc, finalement, à une baisse de l’investissement. Brillant résultat !

Est-ce trop demander d’avoir au gouvernement autre chose que des joueurs de bonneteau et des « communicants » ?

5 réponses à l'article : Vers un alourdissement de l’IFI ?

  1. IOSA

    17 mars 2019

    l’ IFI même très largement augmentée ne sera jamais l’équivalent de l’ ISF, le mieux aurait été de laisser le choix au contribuable de l’ ISF d’investir dans ce qu’il voulait à montant équivalent ou de le payer au fisc.

    Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    16 mars 2019

    nous savons que l’ un des [ nombreux ] freins à l’ activité économique du pays c’ est le manque de mobilité

    nous savons aussi qu’ il va manquer 150.000 logements en 2019

    une augmentation de l’ I.S.F. est donc économiquement tout à fait justifiée !

    Répondre
  3. BRENUS

    13 mars 2019

    D’accord pour un alourdissement de la taxation de l’IFI . Je propose que l’on y inclue également toutes les “cabanes au fond du jardin”. Sur la masse cela fera une belle “assiette” de taxation supplémentaire. N’oublions pas non plus les vespasiennes qui, d’ailleurs avaient été créées un peu pour cela par l’Empereur Vespasien.
    Avis aux auteurs de propos nauséabonds : il ne s’agit que de mesures de salubrité publique , inutile de tortiller……………pour….droit.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      13 mars 2019

      pour les ” cabanes de fond de jardin ” de 5 m² ou plus , c’ est déjà fait !

      il s’ agissait indiscutablement d’ une … ” niche ” … fiscale !

      Répondre
  4. quinctius cincinnatus

    12 mars 2019

    nihil novo sub sole

    chez un ” socialiste ” , même ami des … hyper-riches ,la réponse aux problèmes ne peut être que l’ impôt [ … frappant les classes moyennes ]

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)