Vers une candidature de droite contre sarkozy

Posté le novembre 22, 2006, 12:00
4 mins

Chaque élection présidentielle, depuis la première en 1965, s’est déroulée de façon particulière, nonobstant des règles qui, à l’exception des 500 parrainages obligatoires pour se présenter au premier tour, sont demeurées stables.

Les enseignements que nous apportent les sept consultations précédentes vont dans des sens variés. Un candidat doit-il partir tôt ou au contraire tard ? L’exemple de Jacques Chirac en 1995 plaide pour la réponse du premier type mais plusieurs autres cas démontrent la pertinence de la réponse du second type…

En tout cas, la campagne finale, celle des trois derniers mois, est déterminante. Aussi bien pour départager les concurrents d’un même camp que pour faire émerger les champions.

On ne sait pas encore quelles seront les écuries effectivement représentées sur la ligne de départ le 22 avril 2007. Mais on peut d’ores et déjà avancer, avec peu de chances de se tromper, que le tiercé final de la course du premier tour se jouera entre Nicolas Sarkozy, Jean-Marie Le Pen et Ségolène Royal.

S’agissant des deux premiers, ils ont suffisamment fait la preuve de leurs qualités de présentation et d’expression pour qu’on soit assuré qu’ils sauront cravacher jusqu’à la ligne d’arrivée. Mais s’agissant de Ségolène Royal, rien n’est moins sûr. Il faudra attendre encore de longs mois pour savoir si elle est ou non un « tocard » (comme se sont révélées l’être, en leur temps, des personnalités aussi différentes que Jacques Chaban-Delmas ou Alain Poher…).

Contrairement à ce que disent les enquêtes d’opinion publiées, Jean-Marie Le Pen a toutes les chances d’arriver en première ou en deuxième position du premier tour. On voit mal en effet pour quelles raisons le vote protestataire qu’il rassemble serait moindre en 2007 qu’en 2002.
La candidate du Parti socialiste, si elle ne commet pas de trop grand faux-pas, sera portée par la nouvelle ferveur qui bénéficie – en particulier chez les journalistes – au Parti socialiste. Spontanément, pour ne pas voir revenir « le spectre » du 21 avril 2002, les électeurs de gauche seront enclins à voter pour le candidat du PS dès le premier tour.

Dans ces conditions, la tâche de Nicolas Sarkozy est difficile. Depuis plusieurs mois, on devine que le clan Chirac est prêt à tout pour l’empêcher de gagner. Pour qu’au mieux, il ne soit que le troisième du tiercé.

Tel serait le seul objectif d’une candidature Villepin, Alliot-Marie, voire même du Président sortant.

36 réponses à l'article : Vers une candidature de droite contre sarkozy

  1. Yann

    20/12/2006

    @haviland : Vous vous paluchez peut etre dans l’espoir de ce score mais Le Pen n’a jamais était en dessous de 15% depuis 15 ans et bénéficie du socle électoral le plus fidéle, ajoutez à cela la nullité du nain qui sert de candidat à la droite molle et les évènements dramatiques survenu depuis 5 ans et vous obtenez un Front National à 20% au strict minimum et en tête du premier tour. Bonne raclée en 2007 !..

    Répondre
  2. sas

    19/12/2006

    a havilland………10% tu peux rêver mon gars……jean marie sera entre 16 et 20 pions…….assurément

    y a qu’à voir l’affolement dans les clans mafieux et initiés…..

    sas qui se marre…

    Répondre
  3. havilland

    17/12/2006

    le président de l’UMP gagnera l’élection de 2007 – mad.Alliote Marie n’a pas de vision politique – c’est une potiche – concernant le président du FN  il ne dépassera pas 1O% – c’est un eternel perdant .  personnage mobilisé par la haine . Sa campagne, tout en contradiction prouve son inquiétude.  Sa vision du monde est altéreé –  Mad. S.R. n’a pas le contenu politique nécessaire au monde actuel. C’est une démagogue à l’image de son parti –  En revanche DV risque de surprendre.

    Répondre
  4. sas

    15/12/2006

    A une jeune……..lecture : méthode sybillique ou globale ??????

    tu as lu ?…….. et bien comprend maintenant….

    sas

    Répondre
  5. Un "jeune"

    06/12/2006

    Le programme politique le plus égoïste et renfermé de la terre. (Je l’ai lu.)
    Electeurs de JMLP, vous devez être bien malheureux !

    Répondre
  6. sas

    28/11/2006

    Lorsque le "droite" la plus con du monde…….rencontre la goooôvhe la plus hétéroclite du monde……c’est jean marie qui se frotte les mains…….

    Et pourquoi pas un lepen plébicité au 1 er tour ?????? pour l’intérêt supérieur de la nation….qui n’est à ne plus douter , absolument la priorité de segoléne la royale des colonies(martinique…)……..et encore moins du naguy bocsa…….l’intrus du p p f (payaysage politique français.

    sas un français , une fonction, un passeport…..

    Répondre
  7. Pierre

    27/11/2006

    Jaures se rejouis implicitement que certains electeurs pensent a voter Sarkosy! mais pourquoi donc…? parce que Sarkosy est l’autre candidat du socialo-immigrationisme!

    Cordialement

     

     

     

    Répondre
  8. Jean-Claude THIALET

    27/11/2006

    27/11/06 – "4-V"

    Je pense que Nicolas SARKÖZY, s’il n’était pas aussi entiché de lui-même, aussi imbu de sa supérioité et, surtout, aussi fermé aux pensées des autres, devrait avoir beaucoup de mouron à se faire.

    S’il n’a pas, en effet, à se soucier d’une éventuelle candidature d’une Michèle ALLIOT-MARIE(1), d’un VILLEPIN ou même d’un CHIRAC, il devrait s’inquiéter de la vengeance de ce dernier. La façon dont celui qui, malgré toutes ses tares, tous ses mensonges et tous ses échecs, avait été réélu par 82% de "voix républicaines" a montré, en 1981 comment il a réglé ses comptes avec GISCARD – en faisant élire MITTERRAND – pour se venger de celu dont il avait été le Premier Ministre. Celle dont MITTERAND a torpillé Michel ROCARD qui se voyait lui succèder, est un modèle du genre. Avec une mémoire d’éléphant digne du socialiste qu’il n’était pas, MITTERRAND qui se souvenait d’avoir été traité d’ "archaïque" par ROCARD l’avait nommé Premier Ministre pour mieux le broyer. La Riche tarpéïenne …

    Pour en revenir à Nicolas SARKÖZY, après ces deux exemples "historiques", il aurait dû se comprendre qu’ayant  trahi une première fois en 1995 CHIRAC (dont il avait été "mieux que le poulain", si l’on en croit la Première Dame de France) en  suivant BALLADUR dont il se voyait déjà le Premier ministre, son mentor lui ayant rendu sa confiance du bout des lèvres, ce n’est pas en le critiquant sans cesse publiquement, en désavouant régulièrement Dominique VILLEPIN (oubliant là qu’il appartient lui-même au Gouvernement !), en jouant le Président lors de ses déplacements à l’étranger, etc., qu’il pouvait effacer l’affront de la mémoire de son patron en politique, et recouvrer toute sa confiance …

    N’étant pas politologue, ni, surtout, devin, je ne sais pas ce que Jacques CHIRAC réserve à celui qui aura mérité amplement sa rancune. Mais à la place de Nicolas SARKÖZY, je me méfierai : s’il n’est pas un "éléphant" socialiste, ni une mule du Pape, celui qui laisse entendre qu’il pourrait briguer un troisième mandat fera tout pour empêcher celui qui ne cesse de le défier, s’installer à sa place à l’Elysée. Et puis, Marie-Ségolène a tellement de charme qu’il se trouvera bien une majorité d’autruches gaulliennes pour pardonner à CHICHI ce coup de pied de la mule. Comme il s’en était trouvé, en 1981, pour ne pas voir que MITTERAND n’avait dû son accession au "trône républicain" qu’avec la complicité de CHIRAC (2). Pour ce qui me concerne, entre la peste P.S. (ne voyez là aucune allusion personnelle à la personnalité de Marie-Ségolène ROYALE) et le choléra UMP, mon choix est déjà fait. Pour le premier tour, comme pour le second. Même si d’aventure certain "borgne" de ma connaissance était interdit de participation… N’en déplaise à toutes les autruches, à toutes les grenouilles de bénitier répiblicain, à tous les anti-fascistes, anti-racismes, etc qui peuplent la France !

    Cordialement, Jean-Claude THIALET 

    (1) )  à celles et ceux qui seraient tenté(e)s à la perspective d’un duel  "M.S.R"/"MAM", dussè-je essuyer leurs foudres, je ne me lasserai pas de rappeller que Michèle ALLIOT-MARIE, après avoir géré de façon calamiteuse, comme Présidente de l’UMP, la rivalité SEGUIN/TIBERI (qui a abouti à voir Paris, ville "de droite", dirigée par la gauche), puis, comme Ministre des Armés, le dossier du "CLEMENCEAU" qui, après une lamentable odyssée dans l’Océean Indien, achève de pourrir le long d’un quai, dans le plus parfait silence médiatique. Et qu’ayant montré ainsi ses limites, elle ne me paraît pas avoir la capacité à gérer les affaires autrement compliquées du "FRANCE-TITANIC".

    (2) je dois dire que, certain décembre 1981, j’avais entendu des amis chiraquiens (me sachant électeur du FRONT NATIONALE) accuser méchamment Jean-Marie Le PEN d’avoir été l’instrument de la défaite de GISCARD. Il leur aura fallu attendre le récent livre et les déclarations publiques de Marie-France GARRAUD (la femme qui a "fabriqué" CHIRAC !) pour admettre le rôle de CHIRAC sans cette affaire.. Du bout des lèvres… Ayant moi-même une mémoire d’éléphant (sans la racune !) je ne m’étais pas privé de leur rappeler certaine Saint-Sylvestre mouvementée ! Et de leur annoncer qu’il devraient peut-être à leur président favori l’accession à la présidence de la première femme. Sans m’attirer leurs dénégations …

     

     

    Répondre
  9. Bernard

    27/11/2006

    Parmi les commentaires précédents je félicite J C Thialet, qui fait allusion au Bildenberg Group, effectivement ce sont les cercles de : fin d’une démocratie programmée. Ces cercles sont constitués de personnages qui se rendent discrets mais oh combien influents …. le mot mondialisation n’est plus un paravent !

    Les avis et impressions d’un électeur dans le cadre de sa liberté d’expression citoyenne n’a que la valeur de ses convictions, qui parfois peuvent être partagées …. n’est-ce pas le compromis d’espoir, issu de la contradiction ?

    Personnellement M Sarkosy me fait peur d’avoir peur , et, il ne réside pas une des 650  Z U S ,  hélas recenssées en France. Personne ne s’aventure sur le changement de constitution nationale, parce que le cadre actuel favorise le carrièrisme politique , tout courant confondu. Merci aux généreux contribuables !

    Dans une Entreprise la créativité est liée à l’ambition de changement, avec une limite d’âge  avec une condition de non cumul de mandats simultanés et dans le temps.

    A quand ce changement de clivage un peu de proportionnelle, certes, plus difficile à gérer mais au moins on aurait des lois d’intérêt général, et non d’intérêt majoritaire même si c’est présenté comme étant la recherche du soit disant bien faire 

    Baver sur les personnes n’est pas mon sentiment, ne pas avoir confiance ou l’inverse passe par un bulletin civique, qui devrait être obligatoire. On a besoin de changement et surtout de transparence de gestion de l’Etat, une Femme de quel opinion soit elle offre un petit espoir.

    Répondre
  10. Jean-Claude THIALET

    27/11/2006

    27/11/06 – "4-V"

    Je pense que Nicolas SARKÖZY, s’il n’était pas aussi entiché de lui-même, aussi imbu de sa supérioité et, surtout, aussi inaccessible aux idées de autres, devrait avoir beaucoup de mouron à se faire.

    S’il n’a pas, en effet, à se soucier d’une éventuelle candidature d’un Michèle ALLIOT-MARIE, d’une VILLEPIN ou même d’un CHIRAC, il devrait s’inquiéter de la vengeance de ce dernier. La façon dont celui qui, malgré toutes ses tares, tous ses mensonges et tous ses échecs, avait été réélu par 82% de "voix républicaines" a montré, en 1981 comment il a réglé ses comptes avec GISCARD- en faisant élire MITTERRAND – devrait servir de leçon  à Nicolas SARKÖZY" sur les pouvoirs de nuisances des grands" dès lors qu’ils ont à se venger. La façon dont MITTERAND a torpillé Michel ROCARD qui se voyait lui succèder, est un modèle du genre. Avec une mémoire d’éléphant digne du socialiste qu’il n’était pas, MITTERRAND qui se souvenait d’avoir été traité d’ "archaïque" par ROCARd l’avait nommé Premier Ministre pour mieux le broyer. La Riche tarpéïenne …

    Pour en revenir à Nicolas SARKÖZY, après ces deux exemples "historiques", il devrait se souvenir qu’il avait lui-même trahi CHIRAC

     

    Répondre
  11. Pierre

    27/11/2006

    Sarkosy-Chirac et Royale, bonnet blanc et blanc bonnet!

    Cordialement

     

    PS: Salutations a nos cousins canadiens, belges et suisses, qui j’espere ouvriront les yeux de nos compatriotes sur l’etat delabreux dans lequel les partis de l’etablissement ripoublicains (UMP-PS-UDF-PC-MDC-VERTS) ont plonge notre pays!

     

    Royal, Sarkozy et le foulard bleu

    Il y a plus d’un mois, nous prédisions que les violences en France allaient faire des morts, car la police, face aux agressions dont elle est l’objet, serait contrainte de faire usage de ses armes. C’est arrivé le jeudi 23 novembre au Parc des Princes. Cela arrivera n’importe où demain. Et ce sera l’embrasement général.

    Quels que soient les voyous qui sont à l’œuvre dans ces affrontements, il s’agit d’une situation qui est devenue incontrôlable. Le gouvernement ayant donné consigne aux forces de l’ordre de se retirer des zones dites « sensibles », les jeunes gens violents se répandent en dehors de celles-ci et choisissent les lieux les plus fréquentés pour y perpétrer leurs actes. Sans compter les faux contrôles de police auxquels ils se livrent sur les routes ou les rodéos automobiles qui sèment la terreur dans les rues.

    Ces évènements dramatiques ont une cause unique : la faiblesse de l’Etat. Paralysé par sa lourdeur et par la pusillanimité de ses dirigeants, celui-ci en est arrivé à oublier sa mission première : assurer la sécurité des citoyens. Tracassier et impérieux avec les honnêtes gens, l’Etat, comme tous les faibles, s’aplatit devant ceux à qui il ne fait pas peur. Et ces derniers sont de plus en plus nombreux, car chaque recul de l’autorité publique accroît le nombre des hors-la-loi.

    Toutes les violences ne sont pas le fait de jeunes gens issus de l’immigration, mais elles le sont en grande majorité. Face à ce qui est devenu le premier problème national – et qui va l’être chaque jour davantage – le pouvoir politique est désarmé. Il s’incarne aujourd’hui dans un président vieilli et paralysé par un humanisme de pacotille qui lui fait croire qu’affirmer à chaque occasion un antiracisme digne des bondieuseries d’antan va lui valoir les applaudissements du pays et du monde entier, et dans les deux principaux candidats à la prochaine élection présidentielle, dont aucun n’a la moindre chance de réussir dans les fonctions auxquelles ils aspirent.

    Ségolène Royal, même si elle a reçu une éducation de droite contre laquelle elle s’est d’ailleurs rebellée en devenant socialiste, est soutenue par les forces politiques qui ont toujours prôné les vertus d’une immigration sans frein ni limites, qui hurlent au racisme à la première tentative de réduction du flux migratoire et qui ne voient de salut que dans la hausse des prélèvements obligatoires et dans la redistribution généralisée. Quoi qu’elle pense – et à la vérité personne n’en sait rien puisqu’elle se garde bien de prendre la moindre position claire – la candidate socialiste ne pourra résoudre, si elle est élue, aucun des problèmes du pays.

    De même, Nicolas Sarkozy est une réincarnation de Gorbatchev qui prônait une  "rupture" de façade, faite de menus aménagements et de rafistolages, et dont il espérait follement qu’elle améliorerait la dramatique situation du pays assez pour permettre au système de se perpétuer et garantir ainsi son maintien au pouvoir. De plus, en choisissant de privilégier le communautarisme, M. Sarkozy ferme la voie à l’intégration républicaine et ouvre celle qui conduit à la libanisation de la France.

    De tout cela les Français sont conscients, même s’ils ne l’expriment pas toujours bien. C’est ce qui fait de la prochaine élection présidentielle un théâtre d’ombres, dont nul ne croit qu’elle peut donner à notre pays les chances de son redressement.

    Comme toujours dans les grandes crises nationales, c’est du tréfonds du peuple que viendra le salut. Déjà des hommes et des femmes au foulard bleu se sont dressés pour appeler au refus de l’abaissement et de la prétendue fatalité. Un simple geste suffit désormais à chaque Français pour marquer son appartenance au camp du courage et exiger le vrai changement : le port du foulard bleu. Nul ne pourra rien contre une exigence populaire puissamment exprimée.

    Claude Reichman
    Porte-parole de la Révolution bleue

    Répondre
  12. Jaures

    27/11/2006

    Le bon sens commence à prévaloir sur ce forum. Le Pen est évidemment une impasse. Jacques, comment pourriez vous voter pour un type dont l’anti-sémitisme est si avéré qu’Israël a refusé de recevoir une délégation d’élus où figurait sa fille. Si Le Pen peine tant à trouver ses signatures, c’est qu’il a toujours méprisé les élections locales, ne s’ y présentant jamais et se fachant systématiquement avec les maires de son propre parti (Vitrolles, Toulon, Orange,..).

    Enfin, la mobilisation des deux blocs droite-gauche, échaudés par 2002, ne permettra sans doute pas au "vieux"  de réitérer son exploit. Les électeurs d’extrème-gauche notamment n’ont pas oublié qu’on leur a expliqué que Jospin et Chirac c’était la même chose, pour ensuite les mobiliser pour défendre les 35h. A ce sujet, Damocles, peut-être préférez-vous une vie sans congés-payés, sans 35h, sans allocations familiales, sans sécurité sociale, sans SMIC, sans code du travail, etc…C’est votre droit. Reste pour vous à convaincre les électeurs que la vie est bien plus agréable dépourvue de tous ces inutiles gadgets.

    Répondre
  13. gaius

    27/11/2006

    Autant pour moi Mike , Mr de Villier avait fait 4,7 % en 1995 et non pas 2002 (le temps passe à une vitesse !) …ips , je me suis trompé.

    Répondre
  14. Pierre

    27/11/2006

    Le deuxieme tour Le Pen-Royale aura egalement le merite de recontruire la droite sur des bases de droite, rompant avec le socialisme bis et l’anti-democratie de Sarkosy-Chirac, Chirac et compagnie…

    Vivement 2007!

    Cordialement

    PS: il ne faut pas oublier que c’est bien a cause de L’UMP-PS-UDF-PC-MDC-VERTS que les electeurs du FN sont des pariahs!

    Répondre
  15. Anonyme

    27/11/2006

    "On ne l’a jamais entendu emettre la moindre objection envres la politique de Chirac"

    ??????????????????????,

     

    Vous êtes sérieux, là ?

     

    Bon, sinon, à part Sarko, je ne vois pas qui peut gagner à droite, surtout qu’à gauche l’effet 21 avril va les motiver à voter utile dés le premier tour. Sarko n’est pas parfait, c’est certain, mais au moins il veut changer les choses. Avec Ségoléne, la glaciation Brejnevienne va continuer 5 an de plus…

    Répondre
  16. jacques2

    26/11/2006

    Pour moi Chirac se presente l’annonce au dernier moment et bascule Sarko en 3 ° position au premier tour ;

    2 ° tour Royal-Le Pen

    avec "tout le monde " dans la rue contre le facho-racisto-nazisme apocalypse comme en Avril 2002.

    Segolene sera Présidente mais ça ne resoudra rien du tout ,au bout de 6 mois malgré le soutien continu des médias depuis 2 ans ,tout continuera de péricliter ,car ce pays géré à la ,"petite semaine " depuis trop longtemps

    continuera de ne pas étre gouverné .

    Répondre
  17. Damoclès

    26/11/2006

    "Les français ne veulent pas de changement. Le petit déclin pépère vous convient mais enrobé de criailleries anti américaines et d’éructations antimondialistes. De toute manière, l’Europe c’est Berlin et Bruxelles et tant que ces deux-là se tiendront la main, on continuera à investir chez vous. Ne vous inquiétez vous resterez notre destination préférée pour notre vernis culturel."

    Tout à fait d’accord avec Marville. Les Français veulent le beurre, l’argent du beurre et la crémière aussi, mais ne veulent pas qu’on ravale la crèmerie. Ils préféraient crever plutôt que de renoncer à leur Sécu, à leur RMI, 35 heures, longues vacances, allocations familiales, y compris et surtout parmi les gens les plus aisés. Interrogez vos parents, amis, collègues, etc. et vous verrez à quel point ils ne veulent pas qu’on touche au système.

    Répondre
  18. Gino

    25/11/2006

    A Jacques,

    tu comprends pas pourquoi on voterait Sarko ? Ben moi qui déteste Sarko je voterai quand même pour lui, et pour n’importe quel autre d’ailleurs, dans le cas où, au second tour,  il trouverait en face de lui la garce du Poitou (déguisée en fée-clochette). 

    Certes je reconnais bien volontiers à Sarko les défauts que tu énumères.  Mais je veux pas qu’on remplace des mecs nuls par une femme archi nulle.  Je veux surtout lutter contre les journaleux vérolés, et également contre tous les débiles mentaux qui répètent comme un mantra qu’une femme ça aidera enfin les choses à changer.

    Mais de toutes façons Sarko aura la route copieusement savonnée par la droite chiraquienne .

     

    Répondre
  19. Pierre

    25/11/2006

    Trouvé sur se site et j’aime bien.

    Monsieur CHIRAC, je vous en supplie, rendez un dernier service à la Nation française : faites voter une loi sur la durée du prochain mandat présidentiel. Réduisez-le à 5 jours. Nicolas Sarkozy, s’il est élu, ayant eu «  son joujou » nous laissera en paix par la suite. !!!!

    http://www.santeducation.com/

    Répondre
  20. jacques

    25/11/2006

    En tant que canadien qui regarde de loin la campagne, je n’arrive pas à comprendre qu’on puisse être intéressé à voter pour Sarkozy.

    La raison est que Sarkozy ne represente rien. Ses idées changent au jour le jour, d’un auditoire à l’autre, et pire dans au moins un cas dans le même discours. C’est à croire que ses discours sont fait par une meute de publicitaire qui ne regardent que les sondages d’opinion et qui ne se consulte pas même pas entre eux après chacun avoir fait une partie du discours. Ne pourrait-on pas engager au moins une autre personne pour relire les discours et s’assurer de la cohérence de l’ensemble?

    Dans une telle mesure, voter pour Sarkozy c’est le risque total car on a AUCUNE idée de ce qu’il va faire. Il a proposé:

    – l’abolition de la laicité

    – la selection par les notes à l’université

    – la non-selection par les notes à l’Université

    – le service civil obligatoire, puis facultatif, et maintenant peut-être plus du tout

    – la rupture, mais il continue la même politique alors même qu’étant chef de l’UMP et des parlementaires il aurait le pouvoir de forcer la main à Villepin s’il le voulait, mais de toute évidence il ne veut rien du tout, il ne veut qu’être élu. C’est de l’ego à un niveau caricatural.

    – il se dit pour l’entreprenariat mais ne va pas pratiquement touché à l’impôt sur le revenu

    – il se dit pour revaloriser le travail, et sa principale mesure est d’abolir l’impôt sur l’héritage de milliards d’euro!

    Personnellemnt je votrait Villepin, Le Pen ou même Royal.

    Dans le cas de Le Pen, le programme est clair: on aime ou on n’aime pas mais au moins on sait ce qu’on aura. J’aime les politiciens qui sont précis et font ce qu’ils disent (sur ce dernier point, on ne peut se prononcer sur Le Pen)

    Villepin: on a une bonne idée en le voyant agir de ce qu’on aurait. Superbe politique étrangère, timide réforme libérale, solidité sur les principes.

    Dans les cas de Royal, on n’a pas encore grand chose comme contenu mais c’est compréhensible car l’obtention de l’investiture sociale lui imposait un certain silence pour éviter de s’aliéner l’aile gauche. Mais maintenant tout est à voir. Un virement au centre-droit  pourrait la rendre intéressante si elle proposait l’abolition des 35 heures, l’assouplissement du code du travail, et la modification de l’impôt en faveur de l’entreprenariat. Elle pourrait littéralement assomer Sarkozy si elle le voulait avec un tel programme. Il ne resterait alors comme électeur de Sarkozy que les futurs héritiers de multi-millionnaires (un nombre insuffisant d’électeur en France par les temps qui courrent…).

    Bref avec un programme centriste marqué, je donne un balaiement spectaculaire à Royal. Dans le cas contraire, dans un duel à trois, l’année s’annonce très très bien pour Le Pen. Dans le cas de non-obtention des signatures dûe à des manoeuvres anti-démocratique de Sarkozy (pour compenser sa faiblesse et son insécurité personnelle), je suggèrerais aux électeurs de Le Pen de se porter sur Royal (et même la faire élire au premier tour!) pour donner une leçon de démocratie bien nécessaire à un comportement abject de Sarkozy.

     

    Répondre
  21. PdB

    24/11/2006

    Arretez de nous pomper l’air avec Sarkozy. Il n’est qu’un Chirak en plus jeune, sans idee propre (comme le disait si bien Pasqua a propos du guignol de l’Elysee).

    De plus, Sarkozy a decide de sacrifier la France sur l’autel de sa carriere politique. Il a ete recemment "initie" et s’est ainsi converti a l’immigrationnisme et a l’islamisation de la France.

    Sarkozy est un batisseur de mosquees sur le territoire francais avec l’argent public. Un simple collabo qui voit dans l’invasion mahometanne une opportunite pour prendre le pouvoir (voir a ce sujet sa recente visite en algerie pour annoncer une simplification administrative pour la delivrance de visas, comme s’il n’y avait pas deja assez de musulmans en France).

    Toute la clique au pouvoir meprise les "de souche" comme vous ne pouvez meme pas l’imaginer. Ils ont jure l’extermination du peuple autochtone pour le remplacer par une extension de l’ouma.

    Dans 15-20 ans, vous aurez un imam a l’Elysee !

    Répondre
  22. marville

    24/11/2006

    Ne vous inquiétez les français, Le pen n’arrivera jamais au pouvoir…Vous avez déjà oublié l’entre-deux tours de 2002, Hitler ressuscité était au porte du pouvoir…Les français ne veulent pas de changement. Le petit déclin pépère vous convient mais enrobé de criailleries anti américaines et d’éructations antimondialistes. De toute manière, l’Europe c’est Berlin et Bruxelles et tant que ces deux-là se tiendront la main, on continuera à investir chez vous. Ne vous inquiétez vous resterez notre destination préférée pour notre vernis culturel.

    Répondre
  23. Mike

    24/11/2006

    A Gaius : je maintiens que De Villiers n’était pas présent lors de la présidentielle 2002. D’où sortez-vous vos 4,5% ?

    Et puis quand bien même ? Quel que soit son adversaire au second tour, Le Pen sera battu. La France ne veut pas de lui. Elle a peut-être tort, mais c’est comme ça, et il a d’ailleurs beaucoup aidé à ce rejet de lui-même.

    Oubliez le FN : en trente ans il n’est arrivé à rien. C’est un échec total, qui fut aussi nuisible à la droite que ne l’a été Chirac.

    Cordialement,

    Mike

    Répondre
  24. gaius

    24/11/2006

    Pour Sarko les carottes sont cuites , pour répondre à Mike , Mr De Villier était là en 2002 , et oui il fera plus que les 4,5 % de 2002 , mais il prendra des voix à l’UMP pas aux FN qui va avoir des voix supplémentaires de tous les milieux politiques.

    Rappelez vous mon pronostique , Lepen en tête , suivit de Royal , Sarko troisième avec 14 % , il ne sera jamais président .

    Répondre
  25. sas

    23/11/2006

    sas donne à la piétaille française profane…….quelques chiffres à méditer….comprendre…..interpréter

    UMP…..300 000 encartés(militant actifs)

    SOCIALISTES…..MOINS DE 150 000 encartés à 20 euros……ils en sont fiers

    FRANCS MACONS……..moins de 100 000 en france dont 70 % à l’ASSEMBLEE NATIONALE ET 90 % au SENAT…….

    Nombre de gaulois………66 MILLIONS D4HABITANTS EN france. soit 0,1 % du peuple

    Voilà en chiffre le réel problème de notre ripoublique……..une poignée infime , plutot riche,initiée, combineuse, déviante, utopique,malhônnete,congénitalement atteinte………manipule et dirige la très grande majorité contre leur gré et vers des destinées suicidaires et mortifères.

    SAS

    Répondre
  26. Pierre

    23/11/2006

    Albert68 a tres bien resume la situation, Sarkosy 2007 = Chirac95/Mitterrand81-88!

    Sarkosy-Chirac resume aussi tres bien la situation!

    Cordialement

    Répondre
  27. Anonyme

    23/11/2006
       Il est imprudent de conjecturer sur les résultats de l’élection présidentielle de mai 2007. Nos médias, et leurs affidés les professionnels de la communication, ont perdu tout sens de la mesure, si tant est qu’ils en aient un jour possédé une once.
     
       Par exemple, ils évoquent Ségolène Royal en termes d’adoubement, de plébiscite, de sacre, de victoire éclatante et incontestable. Elle aurait gagné haut la main. La participation aurait été écrasante. D’aucun parle de succès historique. Le phénomène pourrait donner à penser à un citoyen sortant d’une période d’hibernation que les élections présidentielles de 2007 viennent d’avoir lieu. La France est sauvée, Jeanne d’Arc est arrivée. Au festival du superlatif tous les thuriféraires sont pathétiques.
     
       Benjamin Disraeli, le talentueux Chancelier de l’Echiquier de la reine Victoria, avait coutume de distinguer trois sortes de mensonges.
     
       Le plus grossier consiste à dire le contraire de la vérité. Il figure en bonne place dans l’arsenal des personnes rustiques et ne résiste pas longtemps aux épreuves de l’enquête, de l’analyse et du recoupement. Ses praticiens sont très vite localisés et déconsidérés. Ils deviennent rapidement inopérants, malgré le célèbre axiome « Mentez, mentez, mentez encore, il en restera toujours quelque chose ».
     
       Le second, un peu plus subtil, est le mensonge par omission. Il constitue un élément des techniques de manipulation. Il consiste à déclencher le travail de l’imaginaire chez les individus et les foules après l’avoir préalablement conditionné et orienté. Le praticien de la chose est un spécialiste de la pirouette sémantique du style : «  … je ne vous l’avais pas dit ? … je pensais que vous l’aviez compris … vous auriez du me le demander … » etc.
     
       Le troisième ? …… la statistique ! … combien de contribuables sont encore persuadés aujourd’hui qu’un premier abattement de 20% suivi d’un second de 10% débouchent au total sur un résultat de 30% de remise ?
     
       Nos médias ont donc décidé de pratiquer allégrement la statistique pour emmener les français dans les arcanes du mensonge par omission et obtenir de façon plus ou moins subliminale les résultats bruts du mensonge rustique.
     
       Réfléchissons sans passion à partir de données élémentaires objectives et incontestables.
     
       Il y aurait en tout et pour tout en France 218 771 militants socialistes. C’est en tout cas ce qu’on nous écrit. Qu’est-ce qu’un militant si ce n’est précisément quelqu’un qui a fait la démarche de s’engager, démarche basée sur des convictions éprouvées. Soit dit en passant cela signifie déjà que 99,5% des électeurs inscrits ont fait une autre démarche ou n’en ont fait aucune. Premier constat, puisque la participation au vote fut de 80%, un peu plus de quarante mille militants n’a pas cru utile de se prononcer ! … il serait intéressant de connaître le niveau et la consistance de leurs convictions. En clair, personne ne leur ayant collé une arme sur la tempe pour les forcer à adhérer, que font ils dans ce parti ?
     
       Compte tenu du taux d’abstention des militants frileux et des voix qui se sont portées sur ses deux colistiers, Ségolène Royal a été élue avec 108807 voix. C’est en tout cas ce qu’on écrit. Cela représente 49,74% des militants. On ne peux donc déjà plus parler de majorité écrasante, ni de plébiscite.
     
       Qu’omet-on par ailleurs de préciser, au passage, aux Français ?
     
       En 2002, lors du second tour des élections présidentielles, 41 191 169 personnes étaient inscrites sur les listes électorales. Considérant la représentativité actuelle de la challenger du parti socialiste elle pèse donc, pour le moment, 0,24% des électeurs inscrits.
     
       Le raz-de-marée politique dont on nous sature l’espace sonore et audiovisuel n’est, en réalité, qu’une tempête dans un dé à coudre. Or, l’idée s’installe progressivement dans l’esprit de nombreuses personnes que le « phénomène Royal » s’impose irrémédiablement. Son caractère inéluctable est de plus en plus admis ! ! ! … Les jeux seraient déjà faits.
     
       Oh ! …… les chloroformés du système, réveillez-vous, on tente de vous endormir. Dans quels buts ? … A votre avis, quelles sont les intentions de ceux qui, habituellement, pratiquent l’anesthésie ? … vous faire passer un moment agréable ? … Si vous appartenez aux 108 807 français qui le pensent, rien ne vous interdit de continuer à le croire. Nous permettrez vous toutefois de vous interroger après le réveil ?… Par contre, si vous faites partie des 99,76% qui ne se sont pas encore prononcés, essayez de garder votre sens critique jusqu’au moment de déposer votre bulletin dans l’urne, car précisément les jeux ne sont pas faits.
     
       Tant de choses ne sont pas encore discernables ! … tant de choses n’ont pas encore été entendues ! … car tant de choses n’ont pas été dites.
    Répondre
  28. Albert68

    22/11/2006

    T’es gentil Florin, avec ton troc – mais cette cuisine politicarde on va faire en sorte d’en finir en votant pour le Vieux en 2007.

     

    J’étais UMP il y a pas encore longtemps, et puis il y a deux mois j’ai fait tilt : Sarko2007 = Chirac95

    Un coup à droite, un coup à gauche, la balle au centre, lui au pouvoir, il jouera les rassembleurs et pour pas perdre la face vis à vis de la soit disante opinion bien pensante, il ne fera quasiment rien, droit dans le mur je te dis.

    Regarde son numéro bras sur l’épaule de celui qui nous crache à la gueule en Algérie.

    Relis bien son discours de Perrigueux, de Saint Etienne.

    Le gouvernement des médias et de l’opinion gouverne Sarko. Voter pour lui, c’est perdre encore 5 ans.

    Les députés de l’UMP d’aujourd’hui n’ont qu’une pensée aujourd’hui: comment garder mon siège en 2007 – le reste………………….. pschittt

     

    Jeunespopulaires REFLECHISSEZ BIEN – il y en a qui y ont cru en 1995. ……………………!

     

     

     

     

    Répondre
  29. Florin

    22/11/2006

    Sarko en position difficile à cause de … MAM et de Villepin ? un peu de sérieux, quand-même !!! chacun ne représente guère plus de 3% du total des voix, et si Chirac se représentait, il ferait 1% à tout casser.

    Cela dit, c’est vrai, si au lieu d’avoir 29% on n’obtient que 25% à cause des tocards cités, alors que le Pen est à 30% et la Ségo à 26%, les carottes sont cuites pour Sarko, et le Chichi aura atteint sa cible.

    Donc, faut négocier … "on t’évite la taule si t’arrêtes de nous le briser menu" – c’est un message clair et à la portée de tout énarque qui se respecte …

    Répondre
  30. Pierre

    22/11/2006

    Sarkosy-Chirac a le meme programme que Chirac et ses amis socialo-communistes (Royale et compagnie).  Leurs bilans et programmes sont catastrophiques! Alors que Sarkosy-Chirac, Chirac, Royale et la gauche declaree ne soient pas au deuxieme tour des elections presidentielles 2007 sera une benediction!

    Cordialement

    Répondre
  31. Jean-Claude THIALET

    22/11/2006

    22/11/06

    A OLIVIER : vous avez certes raison de faire remarquer "l’incohérence" de la position de SATKÖZY. Ce qui explique d’alleurs qu’elle risque de devenir de plus en plus inconforrable.

    La véritable "rupture", celle qu’il prône  – comme il y a un peu plus de quatre ans celui qui fut son mentor la "lutte contre certaine fracture" –  aurait consisté, l’an dernier, à faire ce qu’il n’a pas osé faire :  marquer son NON à l’UNION EUROPEENNE (1) telle qu’on nous l’ "fabriquée", en reprenant à son compte l’Appel de COCHIN (2) et en prenant la tête du "NON" au referendum sur le projet de Traité Constitutionnel(3). Je lui avais écrit à ce sujet (NB. je n’appartiens pas à l’UMP) pour le lui conseiller en lui promettant une élection de Maréchal en 2007. Hélas (pour lui !), il n’est sans doute que "de la faïence dont on fait les bidets et non de la porcelaine dont on fait les statues", comme l’avait regretté Marie-France GARRAUD au sujet de Jacques CHIRAC.

    Pour ma part, je crains (toujours pour lui, car, personnellement, je ne l’ai jamais vu en sauveur de la France) que SARKÖZY, l’homme qui porte(portait ?)(4)  les ultimes espoirs de la ‘"droite modéré" qui, de cocuage en cocuage  est restée la plus bête du monde (5). La question étant de savoir pour combien de temps encore quand on voit tous les doutes qui montent manifestent  à l’intérieur  – jusque dans son proche entourage – et aux abords de l’UMP, je crains, dis-je, que SARKÖZY ne soit en définitive qu’une réincarnation du général BOULANGER. Souhaitons-lui simplement de ne pas en connaître la fin tragique. Même si, dans ses comportements tant comme Ministre de l’Intérieur, président de l’UMP et candidat potentiel à la présidentielle, il a davantage le comportement d’un simple sous-lieutenant (il en a pourtant passé l’âge depuis longtemps !) que d’un futur président !

                                                                                 Cordialement, Jean-Claude THIALET

    (1) et non à l’EUROPE comme on veut nous le faire croire abusivement !

    (2) je le tiens à votre disposition … Je vous rappelle qu’il avait été rédigé non pas CHIRAC, mais par Marie-France GARRAUD. Un CHIRAC qui, après avoir lu cet Appel historique s’est empressé d’arrimer encore davantage de "FRANCE-TITANIC" au vaisseau "unionniste". Décevant mes millions de gogos qui avaient cru à cet "appel". Comme tant d’autres l’avaient été par certain autre "appel" ou par un certain "Je vois ai compris" ! La seule chose qu’il y ait à comprendre chez les PS. et UMP (pour ne parler que des politiciens "gouvernementaux"), c’est qu’ils ne pensent qu’à leur carrière. Et non à l’avenir de la France. Pas même au bien-être des Français qui les ont mandatés ! Je dis bien des "FRANCAIS" !

    (3) il n’avait rien à voir avec ubne véritable "CONSTITUTION" !

    (4) pour combien de temps encore quand on perçoit les craquements et les doutes quil s’installent au sein même de l’UMP, jusque parmi certains proches sur les capacités de SARKÖZY à mener l’UMP à la victoire. Je n’ose pa dire "à sauver le "FRANCE-TITANIC" du naufrage. Ce dont se moque d’ailleurs l’intéressé qui n’ai manifestement qu’un seul objectif  obtenir l’invesiture et devenir "calife à la place du calife. " Avec les voix de l’électorat "juif", de l’électorat des "banlieues", et même "nationales" (il y a partout des électeurs qui ont la vocation de cocu !),  comme en témoignent ses incohérences tant verbales que gestuelles !

    (5) tout comme nous avons ce que j’appelle "la gauche la plus archaïque du monde".  Une gauche également "caviarde"  (on n’ose écrire "caviardée" malgré les affaires qui "plombent autant le PS que l’UMP  ) : quand on se souvient que le  fils de "milliardaire" FABIUS, et le millionnaire DSK, également membre éminent du "BILDENBERG", récemment battus dans la "candidature à la candidature", avaient la prétention de se situer  "plus à gauche" que la "droitière" Marie-Ségolène ROYAL !

    Répondre
  32. bragulat

    22/11/2006

    Le commentaire d’Olivier,appelle une petite mise au point. Si Sarkozy,fait partie du gouvernement,il n’a pas les moyens de faire ce qu’il veut,croire le contraire est stupide,celui qui tire les ficelles est le Président. Donc attibuer à Sarkozy tous les maux de la terre,ne tient pas debout ! Personnellement,j’at-   tends le début de sa campagne pour juger,pour voir s’il prend ses distances avec Chirac et sa politique socialiste menée jusqu’ici. Dire que Sarkozy bénéficie du soutient des médias et des journalistes,ne tient pas plus la route,c’est vraiment manquer de discernement. C’est la Royal que l’on   voit partout,à la télé dans la presse,bref,pour les journalistes elle est déjà Présidente ! Si demain les Français l’élisent,grand bien leur fasse,mais ils paieront très cher leur stupidité ! Croire qu’elle veuille changer quoi que ce soit,est une stupidité. Elle appliquera le programme socialiste, et    rien que lui,avec les conséquences que celà impliquera. Les 35heures,la connerie du siècle,ont mis la France pratiquement en faillite, avec Marie -Ségolène,ce sera le dépôt de bilan ! Au fait, quel est  son programme ?  Où est son livre,qu’elle devait sortir ?

      

     

     

     

    Répondre
  33. legio8888

    22/11/2006

    trés bien comme analise

    Répondre
  34. Mike

    22/11/2006

    La raison pour laquelle il est au contraire probable que JMLP ne refasse pas le score de 2002 tient à la présence de De Villiers, qui à l’époque n’avait pu se présenter. S’il parvient à le faire cette année, il cantonnera Le Pen en dessous des 15%.

    Pour Olivier : je ne crois pas que la position de Sarkozy soit incohérente. Elle est surtout délicate. Que devait-il faire pour montrer son rejet du chiraquisme ? Quitter le gouvernement (ou refuser d’y revenir) et renoncer même à la direction de l’UMP, ce puissant moteur, sous prétexte qu’il s’agit du mouvement pour la majorité présidentielle, donc à l’origine destiné à soutenir Chirac ? C’était suicidaire… et puis pourquoi se soustraire au soutien des militants qui ne jurent que par lui ?

    Les choses cependant me paraissent relativement claires : sauf énorme coup-fourré, Sarkozy est la seule figure présidentiable de droite. MAM, Villepin ou – rire – un troisième mandat de Chirac (qui prendrait alors la gifle de sa vie) n’auront le soutien de personne.

    Le second tout opposera Royal (pour qui la campagne – révélant son manque flagrant de maîtrise et de solidité – risque d’être bien cruelle) à Sarkozy. Le question est : Royal gagnera-t-elle plus de voix dans la droite molle (Bayrou et les chiraquiens anti-Sarko) qu’elle n’en perdra dans la vraie gauche (PS dur, coco, LCR, Verts etc.) ;

    Cordialement à tous,

    Mike

    Répondre
  35. le comte vert

    22/11/2006

     

    LE CLAN DU  CHIRAKISME  EST EFFECTIVEMENT PRET A TOUT

    ET A DE QUI TENIR

     

      –  entretiens secrets chez la future ministre CRESSON , de chirak avec MYTHE ERRANT en 1981

         et consignes de vote de CHIRAK  POUR CE MYTHE ERRANT

        pour faire rater le DESTAING de  ZZZZZISCARD  .

     

     – manoeuvres pour faire échouer BALLADURIAN   !!

      – un artiste , l ‘ex-ami de SATAN HUSSEIN    !!!

    Répondre
  36. Olivier

    22/11/2006

    Le problème de Sarkozy est que sa position est incohérente : il prone "la rupture" avec une politique qu’il a lui-même menée pendant des années en tant que ministre et chef du parti majoritaire à l’assemblée. On voit mal comment il pourrait convaincre les électeurs de ses intentions. On ne l’a jamais entendu emettre la moindre objection envres la politique de Chirac, ni faire quoique ce soit contre. Ceux qui sont mécontents n’en on qu’à tirer les conclusions, et ne pas se laisser impressioner par le soutien dont il bénéficie de la part des médias.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)