Vers une candidature d’Éric Zemmour?

Vers une candidature d’Éric Zemmour?

La rumeur de la candidature d’Éric Zemmour à la prochaine présidentielle enfle chaque jour.

Il est difficile de discerner ce qui, dans cette rumeur, relève de l’intoxication politicienne, de la réalité ou du simple jeu médiatique qui consiste à vendre en diffusant des feuilletons plus ou moins vraisemblables. Tant que l’intéressé n’aura pas dit ce qu’il en était, ces conjectures de mes éminents confrères sont un peu vaines.

Mais ce qui n’est pas vain, c’est de réfléchir à la situation politique de notre pays et aux possibilités de la droite.

La plupart des commentateurs n’entrevoient l’actualité politique que sous l’angle – passablement biaisé – de ce que telle décision «fait le jeu» de telle formation politique.

En l’occurrence, on entend souvent que la candidature d’Éric Zemmour «ferait le jeu» d’Emmanuel Macron en affaiblissant Marine Le Pen.

Mais, comme on entend aussi le «son de cloche» inverse – à savoir que la candidature d’Éric Zemmour serait le pire cauchemar d’Emmanuel Macron, puisqu’elle marquerait la fin du «front républicain» mitterrandien –, ce genre de pronostic politique m’apparaît à peu près aussi solide que les prévisions des horoscopes!

Tout d’abord, ce n’est pas parce que les sondages donnent Éric Zemmour autour de 10-12% d’intentions de vote à un an du scrutin que ce serait le résultat s’il était finalement candidat.

Jean-Pierre Chevèvement caracolait à peu près autour de ces chiffres un an avant l’élection de 2002 et il finit à 5,7%. À l’inverse, ces chiffres peuvent être un socle à partir duquel s’envoler vers 18 ou 20%.

Tout dépendra évidemment des candidats sur la ligne de départ, de la qualité de la campagne – et du «courant», comme dirait Jean-Claude Gaudin!

Ce qui est certain, c’est que la candidature d’Éric Zemmour chamboulerait bien des choses à droite, notamment au sein de cette droite orpheline que l’on appelle aujourd’hui «hors les murs» (entre le RN et les LR).

Sur une ligne de défense de l’identité et des libertés, Éric Zemmour «écraserait» vraisemblablement toute con­currence sur ce «créneau».

Et nous pourrions avoir, pour la première fois depuis la fondation de l’UMP en 2002, un bloc de droite susceptible de soutenir soit le RN, soit les LR, selon les cas. C’est-à-dire que nous pourrions sortir du piège mitterrandien.

Au passage, notons que ce piège mitterrandien ne se résume pas à empêcher toute alliance entre la droite «parlementaire» et le RN, mais aussi à empêcher le dialogue entre des droites diverses: Jacques Chirac boucla le piège en fondant l’UMP, qui a certes l’avantage de l’union électorale (mais RPR et UDF ne parvenaient-ils pas à s’entendre avant 2002?), mais a aussi détruit toute réflexion programmatique dans la grisaille de l’uniformité.

Pour gagner, il faut à la fois l’union et la différence.

Sur ce double plan, la candidature d’Éric Zemmour pourrait changer la donne. D’une part, il ne serait certainement pas lié par l’interdit mitterrandien de toute alliance avec le FN. D’autre part, les idées seraient au cœur de sa campagne.

Certes, avec des si, on mettrait Paris en bouteille.

Mais je n’évoque ces hypothèses – à la suite de Jean-Yves Le Gallou et de quelques autres – que pour contester l’idée que Zemmour diviserait le «camp patriote» au bénéfice de Macron.

D’abord, je ne crois pas que Macron ait intérêt à affronter un autre candidat que Marine Le Pen.

Ensuite, la candidature d’Éric Zemmour ne priverait pas nécessairement Marine Le Pen de qualification pour le 2e tour.

Enfin, dans ce dernier cas, celle-ci aurait tout intérêt à disposer d’une réserve de voix et d’un allié qui soit complémentaire.

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

Partager cette publication

(4) Commentaires

  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    Eleventh,
    vous pensez sans doute à Muselier, son féminin doit être Muselière.
    Avez vous une idée comment cela s’épelle en écriture inclusive?

    18/06/2021 à 21 h 52 min
  • ELEVENTH Répondre

    @ HANS
    Ne parlez pas de malheur. Nous avons déjà notre dose par ailleurs.
    De toutes façons, Zemmour ne présentera pas de candidature mais il sera bien plus utile sans.
    J’attends avec impatience le résultats des régionales en PACA pour voir si le traitre marse- aille- ai (petit fils d’amiral) devra ou non manger son chapeau. Ce sera une bonne indication pour l’année suivante.

    18/06/2021 à 17 h 18 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    QC de retour?

    18/06/2021 à 13 h 44 min
  • raymond meunier Répondre

    pour ceux qui connaissent l’ Histoire de l’ Iran Eric Zemmour est et serait le Sayed Zia français lesquels Français attendraient toujours Raza Kahn !

    16/06/2021 à 16 h 15 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: