Vers une union des droites ?

Posté le 05 décembre , 2017, 2:57
3 mins

Lundi 4 décembre, Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, était reçu par Sud-Radio. Il y a notamment déclaré : « Mme Le Pen ne gagnera pas seule ; M. Wauquiez ne gagnera pas seul ; M. Philippot non plus. Donc à quoi ça sert ces divisions ? »

Le dirigeant souverainiste a ajouté : « Si les droites ne se réunifient pas autour d’un programme sérieux d’alternative à Macron, vous aurez un duo Macron-Mélenchon. Je n’ai pas envie de voir la France détruite par Macron, ni par Mélenchon. »

Nicolas Dupont-Aignan a, sur ce sujet au moins, parfaitement raison.

Bien que la gauche soit minoritaire en France, elle peut parfaitement se maintenir au pouvoir, grâce à la division entre les différentes droites.

S’unir n’implique nullement de renoncer à ses spécificités.

Mais il ne devrait pas être trop difficile de trouver 4 ou 5 sujets fondamentaux sur lesquels tous les électeurs de droite sont d’accord, pour bâtir un programme de restauration nationale.

De toute évidence, les électeurs de droite s’entendent sur un arrêt de l’immigration massive, sur une réduction du fiscalisme, sur le refus du laxisme judiciaire, etc.

Ne peut-on pas travailler sur ces sujets prioritaires, sans s’atteler immédiatement aux sujets de désaccord ?

Je comprends, par exemple, d’autant mieux qu’on soit favorable à la sortie de l’euro que j’étais, pour ma part, hostile à la création de la monnaie unique. Mais pourquoi ne pas restaurer d’abord les finances publiques ? Cela nous permettrait de nous poser la question de la sortie de la monnaie unique dans des conditions favorables.

Cessons donc de voir ailleurs les causes de nos problèmes.

Bien des choses peuvent se régler chez nous, avec un minimum de volonté politique.

Stopper l’immigration n’impose pas de dénoncer les traités internationaux. Baisser la dépense publique non plus. Révoquer les juges libérant des assassins peut être décidé par le parlement.

Et ainsi de suite.

Bon nombre de décisions stratégiques pour notre avenir peuvent se prendre en France. Les pays de l’est, pourtant membres de la même Union européenne que nous, et souvent utilisateurs du même euro que nous, montrent que l’action politique reste possible.

Cela n’exonère pas l’Union européenne de ses responsabilités dans nos difficultés. Mais commençons donc par ce qui nous est accessible.

On se demande parfois si les dirigeants politiques n’utilisent pas Bruxelles ou l’euro afin de se trouver un alibi pour ne rien faire. Ce n’est pas ainsi que nous reprendrons le pouvoir et que nous redresserons la France !

8 Commentaires sur : Vers une union des droites ?

  1. quinctius cincinnatus

    11 décembre 2017

    le ” coordinateur ” ( mais oui un … co-or-di-na-teur façon puzzle ) du P.S. a pour patronyme TEMAL : un nom de … circonstance !

    Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    8 décembre 2017

    Christophe Lagarde président de l’ U.D.I. :

    ” il n’ y aura pas d’ alliance avec L.R. si Wauquiez est élu ”

    on ne peut pas reprocher à Macron , véritable poisson exotique dans le bocal politique français, d’ avoir eu une intelligence supérieure à celle du poisson rouge qui caractérise ” LaDroite “

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      8 décembre 2017

      comparaison et raison :

      il en est de même en Allemagne où le S.P.D. laminé par les électeurs se retrouve cependant en position de … force pour imposer ” son ” programme aux Conservateurs

      Répondre
  3. Noel Fouchard

    7 décembre 2017

    Comment fait-on pour s’inscrire gratuitement pour seulement signer les pétitions

    Répondre
  4. BRENUS

    6 décembre 2017

    “L”union des droites” : l’éternel voeu pieux . Qu’un seul parti de droite soit suffisamment fort et “couillu” pour prendre et appliquer les quelques mesures indispensables et ce serait déjà bien. Le mariage de la carpe et du lapin : très peu pour moi.

    Répondre
    • quinctius cincinnatu

      6 décembre 2017

      ce n’ est pas un voeu, même pieux, tout simplement un mirage … et les électeurs ” droitiers “, ces éternels cocus préfèrent encore y croire comme à une autre Jeanne D’ Arc … le bourgeois a le ventre mou et le cerveau lâche

      Répondre
  5. quinctius cincinnatus

    5 décembre 2017

    mais s’ unir signifie renoncer à son ” ego ” et c’ est cela qui est difficile ! en conséquence la seule issue est celle d’ un nouveau mouvement qui réfléchisse en dehors des têtes depuis longtemps connues , sur un programme qui soit réaliste et réalisable … et il me semble que pour le moment c’ est plutôt D.L.F. qui tient la corde !

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)