Vers une alternance illusoire ?

Vers une alternance illusoire ?

Analyse parue sur Polémia :

« (…) Même si elle n’est pas certaine (…), la défaite du président sortant se profile donc à l’horizon 2012. Ce sera alors
(…) l’alternance. C’est-à-dire un changement d’équipe gouvernementale. Mais pour changer quoi ?

Certes le scénario de la présidentielle de 2012 n’est pas encore complètement écrit mais le système médiatique montera un « match » entre
tenants de l’idéologie unique, d’accord sur l’essentiel : mondialisme, libre-échangisme, antiracisme, rupture avec les valeurs traditionnelles
. La réforme des retraites qui est annoncée
servira utilement à recréer un apparent clivage droite/gauche (…)

Aucun ne posera évidemment la vraie question : la nécessité d’un « protectionnisme raisonné et
raisonnable
», selon l’expression de Maurice Allais.
Car il est illusoire de penser rétablir l’économie (et donc les comptes sociaux) dans le cadre d’un système qui met en
concurrence la production française avec celle de pays qui n’ont pas les mêmes contraintes salariales, sociales et environnementales (…) 

En fait, quel que soit le nouveau président élu en 2012, il n’y aura pas de changement des politiques s’il
n’y a pas de changement des paradigmes dominants
: retour de la notion de « frontière » (frontière
économique, politique, culturelle) ; réhabilitation des notions de patriotisme et de préférence (locale,
nationale, civilisationnelle) ; défense de la proximité et de lidentité ; mise en place de vrais mécanismes de démocratie directe à la suisse ou à l’islandaise.

Bien sûr, cette problématique ne concerne pas seulement la France : partout en Europe, la vague populiste enfle. Reste à savoir quel sera le
premier peuple qui tranchera le nœud gordien » relayé par le Salon Beige

 

Il faut ajouter que dans ce contexte, alternance ou pas, la france se trouvera peu ou prou en 2012 dans la situation de la Grèce
aujourd’hui…

Partager cette publication


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: