Verts-PS : vers une division de la gauche aux régionales

Posté le 16 juillet , 2009, 12:00
4 mins

Les Verts, forts de leur succès aux européennes, envisagent de présenter des listes autonomes dans toutes les régions, pour les prochaines élections régionales de 2010.

Cette perspective semble effrayer le PS. Celui-ci joue gros en effet : majoritaire dans toutes les régions sauf l’Alsace (je ne parle pas du cas particulier de la Corse où la gauche est majoritaire, mais où l’exécutif est dirigé par la droite), il ne peut guère que perdre des exécutifs locaux au profit de la droite.
La perspective de partir désunis aux régionales est donc risquée pour les partis de gauche.

Au demeurant, Dany le rouge ne prend pas ses partenaires en traître : l’enjeu des régionales est bien de confirmer le succès écologiste et donc faire passer le « leadership » à gauche du PS aux Verts. Quitte, naturellement, à faire gagner la droite : cela n’est pas dit, mais tout le monde l’entend…
C’est, de toute façon, un classique de la politique : le danger vient plus souvent de son propre camp que du camp d’en face (rappelons-nous Giscard et Chirac, Mitterrand et Rocard, ou Sarkozy et Villepin).

Les Verts ont un atout majeur pour la partie qu’ils entament : le PS est toujours en capilotade, sans chef charismatique et sans projet présentable.

En revanche, les Verts ont également une faiblesse que les commentateurs ont peu relevée. Le réflexe du vote utile qui n’a pas fonctionné pour les européennes, dont les Français ne perçoivent pas clairement les enjeux (les « élites » se gardent bien de les leur présenter…), peut fonctionner cette fois. Les électeurs de gauche peuvent choisir de voter dès le premier tour pour le candidat PS qu’ils estimeront mieux placé.
Par ailleurs, les élections régionales se jouent à deux tours et non un seul comme les européennes. Se posera donc nécessairement la question de la fusion entre les deux tours. Si le PS refuse les exigences des Verts, que se passera-t-il ? Cohn-Bendit et ses amis choisiront-ils de faire battre les listes socialistes en se maintenant ?

Cette division à gauche est naturellement réjouissante pour les observateurs de droite. Mais ne nous réjouissons pas trop vite. La place prise par les Verts dans le jeu politique français aura des conséquences lourdes sur notre vie quotidienne. Le chef de l’État vient d’en faire la preuve au G8 en Italie, largement centré sur les questions climatiques, et en nous annonçant une nouvelle fiscalité écologique. Comme si nous avions besoin de cela pour être les contruibuables les plus matraqués du monde!

5 Commentaires sur : Verts-PS : vers une division de la gauche aux régionales

  1. FREULON

    14 février 2010

    Chez moi, en Haute-Normandie la gauche socialiste et communiste part divisée à la bataille des régionales : les communistes ont constitué leurs propres listes avec le front de gauche local, et les écologistes n’ont pas voulu s’entendre ni avec les uns, ni avec les autres et ont créé une liste. Toujours à gauche, il y a des listes d’extrême gauche séparées. Pour Le Vern, ce ne sera pas quelque chose de facile que de recueillir les voix des écologistes et des autres partis de la gauche, car les uns et les autres sont pour la réunification de la Normandie (Ecolos, NPA, LO, quelques personnalités du Front de gauche et une liste du centre-gauche).

    Donc pour Alain Le Vern et le P.S. ces listes-là sont de mauvais augure… car les divisions à gauche peuvent profiter à Bruno Lemaire qui part favori pour prendre à son rival la présidence de la Haute-Normandie.

     

    Répondre
  2. richa86

    22 juillet 2009

    """"
    Cette perspective semble effrayer le PS. Celui-ci joue gros en effet : ……… il ne peut guère que perdre des exécutifs locaux au profit de la droite.
    """""

    La droite???
    c’est quoi cette chose??
    Ou avez vous vu la droite? à l’UMPS???

    Répondre
  3. HansImSchnoggeLoch

    18 juillet 2009

    La couleur verte, reposante aux yeux, devrait être universellement protégée par un brevet pour ne pas tomber dans les pattes et griffes de gens mal intentionnés. Puis-je suggérer à celles ou ceux qui l’usurpent de remplacer ce mot par sa valeur en nm? Nous aurions ainsi le parti et la religion de "530 nm". Des lunettes spéciales permettraient de les répérer de loin et de les éviter.

    PS: 530 nm (valeur moyenne)

    Répondre
  4. deboude1

    17 juillet 2009

    Il est clair que les Verts et le PS s’entendront au 2° tour.
    Il s’agit pour DCB d’avoir une place significative et proportionnelle. On le comprend.

    Sans ce refus de s’allier au 1er tour, les verts seraient phagocytés comme d’habitude.

    Le seul problème concerne la rancoeur causée par les listes séparées du 1er tour.

    Mais ce sont des gens de gauche, comme un max d’ UMP, laquelle devra, depuis Hénin Beaumont, faire avec une belle abstention de la droite nationale.

    Répondre
  5. Lambda

    17 juillet 2009

    Les "verts" pouvaient présenter une certaine crédibilité quand ils ont émergé. Naturellement, comme se sont en majorités des "innocents", ils se sont faits récupérer par une myriade d’opportunistes qui ont tout de suite vu l’intérêt qu’ils pourraient tirer de la vague verte. Ainsi, on a créé de toute pièces le battage écologique, le réchauffement climatique devenu dérèglement climatique, et autres taxes, et les verts – pauvres couillons, n’ont même pas vu que leur bonnes idées de départ étaient soigneusement mises à profit pour faire du fric !
     A la limite, je me demande si les verts ne sont pas encore plus bêtes que les socialistes.
    Mais ils ont au moins un point commun : ruiner le plus possible de gens !

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)