Vincent Peillon, ministre de la propagande à l’école

Posté le janvier 09, 2013, 11:11
6 mins

Vincent Peillon est actuellement l’un des rares ministres « sérieux ». Mais ce sérieux-là n’est guère rassurant, puisque, méthodiquement, notre nouveau ministre de la prétendue « Éducation nationale » (ni nationale, ni éducative), promeut son idéologie, véritablement sectaire (au double sens de fanatique et de contre-religieuse), pour faire de nos enfants de bons petits socialistes.

Depuis des années, M. Peillon s’est passionné pour l’idéologie des « prophètes » laïcistes, façon Ferdinand Buisson, qui ont transformé les écoles de France en madrassas radical-socialistes – où tout peut être critiqué, sauf la propagande d’État.

Selon ces hommes, il s’agissait moins d’instruire les enfants, en leur apprenant le sens critique, que de les endoctriner, en les coupant de leurs racines religieuses d’abord, mais aussi familiales et nationales.

Relisez la déclaration de Vincent Peillon sur la « morale laïque » et vous avez, pratiquement mot pour mot, le même fanatisme :

« Il faut être capable d’arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel. »

Soi-disant pour permettre la liberté de choix. En réalité, pour en faire un bon petit sujet de la propagande, qu’elle soit propagande d’État ou propagande publicitaire…

Pour cela, M. Peillon est disposé à rallumer la guerre scolaire.

C’est ainsi que notre ministre a annoncé des réductions drastiques des retraites des enseignants du privé, revenant sur un engagement de 2004 d’égalité public-privé. Les retraites diminueront et les cotisations augmenteront. Double peine pour les maîtres de l’enseignement privé sous contrat !

Dans le même ordre d’idée, les médias bruissent de la rumeur d’une rupture des accords France-Saint-Siège de 2008, qui permettaient la reconnaissance réciproque des diplômes. Au passage, je vois mal comment l’État socialiste obtiendra cette rupture, sans rompre en même temps les accords de Bologne, garantis par l’Union européenne. Il est assez cocasse que nos dirigeants se trouvent ainsi coincés entre leur européisme et leur anticléricalisme !

Mais, ce sont surtout les récentes déclarations du ministre sur le « mariage » homosexuel qui me paraissent ahurissantes et scandaleuses.

Le secrétaire général de l’enseignement catholique, Éric de Labarre, a demandé à ses quelque 8 300 chefs d’établissement d’organiser des débats sur ce sujet (il est vrai que s’il fallait attendre le gouvernement pour avoir un débat sur ce thème, nous pourrions attendre longtemps) et leur a rappelé la doctrine de l’Église catholique sur le mariage. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce n’était pas une déclaration de guerre. Cette liberté de débat (et même d’enseignement) est d’ailleurs garantie par la loi Debré de 1959.

Pourtant, se mettant instantanément à la remorque du Parti communiste (très puissant, on le sait, dans le ministère de l’Éducation nationale, via sa courroie de transmission syndicale, l’UNSA Éducation, ex-FEN), M. Peillon rappelle vertement à l’ordre M. de Labarre dans une lettre aux recteurs : « Il ne me semble pas opportun d’importer dans l’école le débat sur le mariage pour tous. Je considère même qu’en adressant une lettre aux chefs d’établissement, le secrétaire de l’enseignement catholique a commis une faute. »

à qui fera-t-on croire que l’Éducation nationale est protégée des débats politiques ? N’a-t-on donc jamais vu des collégiens descendre dans la rue en supplétifs des combats syndicaux d’extrême-gauche ?

En outre, sur ce sujet précis, le lobby « LGBT » intervient régulièrement dans les écoles, avec la bénédiction du ministre. Et, en octobre dernier, une ministre, Mme Vallaud-Belkacem a été faire la promotion du fameux « mariage pour tous » dans une école du Loiret. Autrement dit, ce qui est grave n’est pas de parler du « mariage » homosexuel dans les écoles, mais d’en parler avec réserve… Au demeurant, M. Peillon ne s’en cache pas. Il veut « s’appuyer sur la jeunesse pour changer les mentalités ». En bon français, cela s’appelle de la propagande.

C’est d’autant plus choquant que, dans sa lettre aux recteurs, M. Peillon a vanté une « Ligne Azur », sorte de numéro vert « d’éducation sexuelle », payé par nos impôts. Le lexique de cette « ligne » mentionne ainsi, laconiquement, la pédophilie : « Attirance sexuelle pour les enfants, quelle que soit l’orientation sexuelle de la personne. » Sans même dire que c’est moralement répréhensible et sans même signaler que la pédophilie est condamnée par la loi pénale française !

Alors, les leçons de morale de M. Peillon, nous saurons bien nous en passer !

21 réponses à l'article : Vincent Peillon, ministre de la propagande à l’école

  1. ZAKKARIA

    7 février 2014

    Ils ne sont jamais jugé les juges sont des complices, parfois même des gros pédophiles. C’est clairement pédophile !

    La ligue AZUR est pédophile on attend un procès !

    Le site est archivé, les questions réponses sont pédophiles, les jeux sont pédophiles, les manuels sont pédophiles. Des gamins peuvent témoigner aussi, c’est un piège pédophile pour les enfants en détresse.

    Répondre
  2. charlie harper

    19 janvier 2013

    @ elsaesser…

    que de clichés…..aprés maintes enquêtes je n’ai jamais entendu parler du tutroiement du prof autorisé (sauf peut être dans certaines maternelles, ou les momes les appelle aussi maman ….
    De même sur le profs qui envoient manifester les élèves, si cela est arrivé cela a du être trés minoritaire (toujours aprés enquête autour de moi)
    Puisque vous aimez la carricature, allons y :
    On pourrait affirmer que si manque d’autorité il y a , elle est le fait d’enfants qui ont des parents de votre sorte, qui expriment à l’encontre des profs leur propre frustration.
    Carricature contre carricature donc.

    Répondre
    • Elsaesser

      20 janvier 2013

      @Charlie Harper,

      Enquêtes dans le “milieu autorisé” certainement, mais bon, votre opinion et le fruit de vos recherche sont tout aussi recevables que les miens. je ne fait qu’émettre un avis qui repose sur du vécu et je ne suis pas encore suffisamment “frustré” pour m’octroyer le droit de vouloir l’imposer aux autres. On ne peut pas en dire autant de tout le monde.

      Répondre
  3. Jaures

    13 janvier 2013

    Quinctius, il faut vous mettre à la page. Le mariage est par nature temporaire depuis le divorce par consentement mutuel. Il peut donc durer de quelque mois à la vie entière (ce qui est nécessairement une limite temporelle).
    De plus, l’adultère n’est plus un délit depuis 1975. Et cela se sait, croyez moi. Il existe même des sites pour l’organiser.
    Pas besoin de lois coraniques.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      13 janvier 2013

      comme à votre habitude vous jouez lourdement les casuistes avec en plus une grande satisfaction de votre personne ; je ne ne suis pas à ce point ignorant des choses de ce monde … mais comme vous avez l’humour d’une enclume mieux vaut ne pas insister …

      Répondre
      • Jaures

        14 janvier 2013

        Comme vous y allez cher quictius ! Je ne pense pas que mes écrits vous conduisent à distinguer le bien du mal. Je me contente de montrer que ce n’est pas si simple.

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          15 janvier 2013

          je ne sais plus quel philosophe ( anglais je pense ) a dit :

          ce qui est simple est faux , ce qui est compliqué est irréalisable ”

          vous devriez méditer cet aphorisme particulièrement pragmatique ( c’est la raison pour laquelle je le crois …anglais et pas français ! )

          ce qui ne vous empêche pas de faire ” plus simple ” , c’est à dire moins ” alambiqué ” dans vos textes puisque l’humour ( qualité et spécialité anglaise ) vous semble tout à fait étranger … il est vrai que les dogmatiques ( c.f. Millière ) en sont désespérément et définitivement dépourvus et leur vie n’est plus alors que rancoeurs ( Millière ) et/ou récriminations ( vous )

          Répondre
  4. grepon

    13 janvier 2013

    Bien vu Shadok. Aux USA le president qui vient d’etre elu declarant que ses adversaires menaient une guerre contre les femmes, s’allient tres activement aux tyrans sauce coranique, et les defend. Ses nominations au CIA, Dept of Defense, et Dept of State sont des arabistes, pro Assad, pro Iran, pro freres musulmans, pro palestien quoi qu’il en est des droits des femmes.

    Cote entorses faite a l’education par les planificateurs centraux. Le maitre a penser d’Obama, Saul Alinsky, ancien terroriste domestique, ecrivain du guide “Rules for Radicals” apres avoir laisser le terrorisme, s’est mis a influencer…l’education. Sous le deuxieme mandat Obama, son programme anti-Americain et anti-education(c’est meconnaissable comme education) devient nationale. Les etatistes roulent comme ca partout. La reprogrammation de l’humain, ils imaginent, va faire fonctionner leurs utopies, avec le temps. Il y avait un epoch ou ils acceleraient les choses en elliminant des vivants par coups de dizaines de millions, mais je ne crois pas que le methode lent finira sans degats terrible, detruisant la liberte humaine pour finir dans l’etat decrit par orwell:

    Imagine a human face, under a boot, forever.

    Répondre
  5. quinctius cincinnatus

    12 janvier 2013

    le ” mariage pour tous ” en tant que loi me semble INSUFFISANT … je demande le ” DROIT à L’ADULTERE POUR TOUS ” mais , bien entendu ,dans un cadre légal … comme par exemple dans le droit coranique … ” LE MARIAGE TEMPORAIRE ”
    je n’ai pas le temps de développer aujourd’hui ( je vais chanter ) cette avancée humaniste , mais pour ceux ( et pourquoi pas … celles ) que cela intéresse je suis tout à fait disposé à en développer plus tard tous les ” attraits “

    Répondre
  6. Jaures

    12 janvier 2013

    Hans, on disait autrefois la même chose des enfants de divorcés, nés hors mariages ou issus de familles recomposées. Si les enfants souffrent de la folie de leurs parents c’est surtout quand ils manquent d’attention, subissent des violences ou sont laissés à l’abandon.
    Mais dans les pays où le mariage gay existe, les enfants sont comme les autres, ni pires ni meilleurs et plus personne ne fait attention à la nature du couple qui les élève.

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      13 janvier 2013

      Toujours la même rengaine pour justifier des actes immoraux, immonde comme d’hab!
      Quand on sait à qui on a à faire, on n’attend pas mieux.

      Répondre
  7. HansImSchnoggeLoch

    11 janvier 2013

    Ces enfants devront expier la folie de leurs parents. Ils seront stgmatisés pour toute leur vie.

    Répondre
  8. Elsaesser

    10 janvier 2013

    Si, de nos jours, l’institution qu’on appelle encore pompeusement “Éducation Nationale” s’occupait d’instruire et non pas d’éduquer (mais là aussi le doute est fortement conseillé), si l’ensemble des enseignants prodiguait un enseignement neutre et non pas partisan, ce genre de débat ne verrait même pas l’ombre d’un début de commencement.
    Comment faire confiance à une corporation qui, sous prétexte de défendre les élèves et leur avenir, envoie ces derniers dans la rue pour des manifs qui en fait défendent plutôt les acquis des enseignants ou, dans certains cas, n’ont de but que de contre-carrer le pouvoir en place?
    Alors oui, enseignant de nos jours est un métier stressant, voire dangereux, mais à qui la faute? on ne peut pas inciter les élèves dont on a la charge de l’initiation à la citoyenneté, à remettre systématiquement en cause l’autorité dès lors qu’elle est contraignante, en oubliant qu’on fait soi-même partie de l’autorité. Ce n’est pas moi qui ai instauré le tutoiement et l’appel de l’enseignant par son prénom à l’école, comme j’ai vu faire du temps où mes enfants y étaient. Il y a forcément un retour de flamme un moment ou un autre.
    Mais pour en revenir au sujet principal.
    Pour ouvrir l’esprit des enfants à une réflexion critique, il y a un moyen bien simple. Rebondir sur un sujet d’actualité, car c’est à cette période qu’il y a le plus de documents divers disponibles. Donner au moins une source d’opinion de chaque (pour/contre). Faire chercher et réfléchir pour finalement en débattre sans imposer une conclusion. C’est ça, la liberté de penser.
    Pour ma part, dans la cellule familiale, lorsque nous nous trouvions devant un sujet qui faisait l’actualité et que je voyais mes enfants intéressés ou du moins interpelés d’une manière ou d’une autre, je les orientais d’abord sur un avis en amenant les arguments pour (ou contre). Et si j’arrivais à les convaincre, ce qui fut le cas le plus souvent, et c’est normal pour des enfants en bas âge, j’inversais la vapeur pour défendre le contraire.
    Alors certes, au début ça les déstabilise un peu, mais très vite ils ont pris l’habitude d’aborder les discussions avec au minimum deux portes de sortie.
    Aujourd’hui, nous avons parfois des débats assez vifs sur les grands sujets de discussion, les avis sont souvent divergents, mais chacun enrichit l’autre de ses arguments dont une partie resterait occultée dès lors qu’on mène une réflexion partisane.
    Nos enseignants ne seraient-ils pas capable de procéder ainsi?
    Cela prend beaucoup de temps, certes, mais il n’y a pas lieu de polémiquer sur tout et n’importe quoi non plus. Il reste les matières à enseigner qui n’appellent aucune discussion, mais un travail d’apprentissage et d’acquisition de connaissances.

    Répondre
  9. Shadok

    10 janvier 2013

    Il faut lutter contre l’homophobie et le ” déterminisme “.

    Voici quelques solutions à la française.

    Afin de lutter contre l’homophobie, la France à laissé construire 2000 mosquées en 40 ans .

    Afin de lutter contre le déterminisme, l’homophobie et la discrimination homme/femme plusieurs centres culturels islamiques sont aujourd’hui en construction.

    Afin de lutter contre l’homophobie et la discrimination homme/femme Monsieur Delanoe souhaite bon ramadan à ses amis musulmans mais pas joyeux Noël aux catholiques..

    Par contre Monsieur Peillon veut donner des leçons de laïcité aux catholiques.

    Ne serait-ce pas plutôt de la schizophrénie ?

    Répondre
  10. Shadok

    10 janvier 2013

    Vous avez dit ” déterminisme ” ?

    Euh….LGBT intervient – elle aussi dans les écoles coraniques et les écoles juives ?

    S’il y a bien un ” déterminisme ” c’est bien celui que de naître musulman, car on né musulman, mais on ne né pas catholique ou chrétien, on le devient..

    Répondre
  11. HansImSchnoggeLoch

    9 janvier 2013

    Peillon est-il ministre de la propaqande socialaud ou ministre du redressement éducatif à l’instar de son comparse de Montebourg?
    Jaures nous remet sa sauce favorite parfumée à la menthe cueillie dans un goufre .à l’ouest de la tour de Londres.
    Insipide comme d’hab!

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      10 janvier 2013

      à ma connaissance Arnaud n’a pas ( encore ) été anobli … nous ne sommes pas au Royaume Uni ( pour l’instant )
      arrêtez de ” particuliser ” ce bellâtre ( voir définition de ce mot dans un bon dictionnaire ! )

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        11 janvier 2013

        Quinctius, ce quidam ou bellâtre ( comme vous voulez) ne possédait-il pas un château*) par mariage il y a quelque temps encore et avant de fréquenter la mulâtre qui l’a quitté récemment?

        *) Château de Gambais

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          14 janvier 2013

          oui, notre ” nationalisateur ” fils d’un boucher-charcutier d’Autun , avocat de son métier ayant concouru pour le prix d’éloquence du Barreau , , avait épousé en premières noces une ” personne ” de sang bleu descendante d’une grande famille bourguignonne sans doute pour ,en preux chevalier ( qu’il n’est pas ), se mettre le pied à l’étrier et affronter avec écu et bannière les barons locaux ( ou barbons ? ) °dans les tournois… politiques… mais comme la particule ne se transmet pas par les femmes ( encore une anomalie pour laquelle il faudrait demander à Hollande-Taubira un texte rectificatif de loi ) il demeure simplement Maitre Montebourg comme on est ( on nait ? ) Maitre Kanter !

          Répondre
  12. Jaures

    9 janvier 2013

    Relisons la phrase incriminée: “Il faut être capable d’arracher l’élève à tous les déterminismes: familial, ethnique, social intellectuel”. Pour de Thieulloy, il s’agit là du discours de celui qui voudrait livrer les enfants à “la propagande d’Etat ou publicitaire”.
    Que faut-il donc faire ? Car si l’on prend le contrepied de la phrase du ministre, il faudrait laisser l’enfant dans son déterminisme, c’est à dire que le fils d’ouvrier demeure ouvrier, que l’enfant épouse mécaniquement les idées de ses parents, qu’il fréquente uniquement ceux qui lui ressemblent. Bref, faire le contraire de ce à quoi sert l’éducation et la culture à savoir s’émanciper, s’ouvrir, comprendre par soi-même. Dans ce cas, il faut pousser la logique à son terme et revenir sur l’école gratuite et obligatoire ou proposer une éducation à deux vitesses, comme dans les ex-colonies, avec une école réservée à certaines classes et une autre au rabais.
    Pour le reste on assiste à un double discours assez stupéfiant. Imaginez que le ministre ait envoyé aux chefs d’établissements publics une missive leur conseillant d’organiser des débats autour d’un thème (le mariage pour tous, l’ISF, les retraites,…) en rappelant au préalable la position du gouvernement. Vous voyez d’ici l’édito assassin !
    De même, on demande que l’Etat comble le lourd déficit de la caisse complémentaire des enseignants du privé. Je trouve d’ailleurs juste que les enseignant luttent pour leurs droits. Mais dans ces mêmes colonnes, s’il s’agissait d’une autre corporation, on ne se gênerait pas pour hurler que ce n’est pas au contribuable de payer pour les régimes spéciaux.
    Enfin, si le LGBT intervient dans les écoles (et c’est le cas depuis de nombreuses années), c’est pour endiguer l’homophobie. Il faut savoir qu’un homosexuel sur quatre a été victime d’homophobie. Demande-t-on ici que le CICAD cesse d’intervenir dans les écoles pour lutter contre l’antisémitisme ou que des antisémites interviennent officiellement pour rétablir l’équilibre des opinions ?
    Bref, cette polémique est totalement artificielle et l’on cherche ainsi à dramatiser un débat en en changeant les termes: le débat sur le mariage pour tous devient une polémique public-privé sans doute plus porteuse.
    Enfin, la définition de la pédophilie donnée dans le lexique est celle du dictionnaire. Sans doute le Petit Robert est-il un instrument de propagande gouvernemental…

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      10 janvier 2013

      ” il faut savoir qu’un homosexuel sur quatre a été victime de l’homophobie … ”
      qu’en sera t il des enfants nés de parents homosexuels ?

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)