Vite, une refondation syndicale !

Posté le juillet 08, 2014, 2:06
2 mins

syndicats

Le Parti Libéral Démocrate juge inutile la conférence sociale. Sa conclusion est déjà écrite, ses acteurs jouent chacun leur rôle habituel. Le gouvernement n’a aucun besoin de s’abriter derrière le jeu usuel des confédérations syndicales pour assumer des réformes vitales pour le pays comme la suspension de seuils de représentation syndicale dans les PME.

Nous appelons à une refondation du syndicalisme, actuellement moribond avec un taux de syndicalisation de 5% dans les entreprises et des niveaux d’abstention proches de 60% aux élections professionnelles. Les confédérations doivent cesser de faire de la politique à la place des élus, et s’intéresser aux salariés dont ils sont censés représenter les intérêts. Ils doivent abandonner leur culture de la confrontation, idéologique et destructrice, et devenir des forces de négociation et de proposition.

Nous proposons d’assainir leurs financements afin qu’ils ne dépendent plus exclusivement que de leurs membres, seule façon de les inciter à s’intéresser à eux et à défendre leurs intérêts réels. Nous demandons notamment de mettre fin à leurs financements occultes via des officines de formation aux prestations fictives, des nombreuses subventions cachées comme l’emploi par les administrations de “permanents syndicaux” ou l’octroi sans discernement de nombreuses “décharges syndicales”, dont le rapport Perruchot a montré qu’elles transformaient de fait des milliers de postes de fonctionnaires en emplois fictifs syndicaux.

Aux syndicats de se réinventer et de se rendre utiles, en particulier au travers des services proposés à leurs adhérents. À eux de justifier leur existence auprès des salariés.

Au siège du PLD le 07/07/14

11 réponses à l'article : Vite, une refondation syndicale !

  1. quinctius cincinnatus

    10 juillet 2014

    Marylise Lebranchu s’inquiète de la montée du F.N. chez les fonctionnaires … moi ce qui m’intéresse c’est de savoir de QUELS fonctionnaires il peut bien s’agir d’une part , et d’autre part de constater que le F.N. est devenu outre le premier parti ouvrier, le premier parti … protecteur du Tout Etat … et avec ça sûr qu’on et sur le bon chemin

    Répondre
  2. GRANDSON

    9 juillet 2014

    La securite et garantie d’un salarie est son travail

    Répondre
  3. 9 juillet 2014

    Les différents syndicats qui revendiquent haut et fort lutter pour les salariés, ne luttent de fait que pour eux. Il n’y a qu’à voir les ports de Marseille, du Havre, le problèmes de Marseille (encore) avec le ramassage des ordures, la SNCF et les cheminots qui veulent garder leurs acquis, et Dieu qu’ils sont nombreux (la prime de charbon à des conducteurs de TGV, je rêve) mais qui ne gêne pas pour ennuyer ceux qui veulent aller travailler.,l’EDF, France Télécoms et bien d’autres…. Les syndicats ont un pouvoir bloquant et ne servent à rien..

    Répondre
  4. périscope

    9 juillet 2014

    Dans le fond de ma province (mais l’internet est si mauvais !) je n’avais pas entendu parler auparavant, de ce parti.
    Espèrons qu’il rassemble des hommes d’action, pas des causeurs !

    Répondre
  5. Denis issoire

    9 juillet 2014

    En 1960, il etait très difficile de reussir à l’agrégation d’histoire et géographie, sans être affilié au parti communiste

    Répondre
  6. goasdoue

    9 juillet 2014

    Il ne faut oublier que les syndicats comme d’autres organismes ne sont pour le pouvoir et l’Administration au plus haut niveau que des faire valoir que l’on “tient” avec des “aides”.
    Je connais:
    Une réunion de négociations. Discussions, interventions. Arrêt. Les deux hauts fonctionnaires ou leur porte parole politique: la discussion est achevée. Voici nos décisions. C’était les même qu’avant la réunion dite de débat ou de concertation.
    Démocratie? On se moque du monde.

    Répondre
  7. 9 juillet 2014

    Voila le résultat malheureux des dispositions prises à la sortie de la guerre en 1945, un pacte entre DE GAULLE et le DIABLE ! (Parti communiste s’entend).
    Il faut abroger toutes ces dispositions de 1945 et revenir à une situation normale où, les syndicats sont créés et gérés par les salariés eux-mêmes et non par l’argent public, comme en Allemagne !
    Seuls les votes des salariés peuvent dire si un syndicat est représentatif ou pas et non une espèces de “loi” comme aujourd’hui !

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      10 juillet 2014

      allez dire cela aux militants de D.L.R. ( Dupont-Aignan ) qui redemandent, à cors et à cris, le mise en place d’ un nouveau C.N.R. ( Conseil National de la Résistance ) ! Comme le dit justement Fillon ( Le Mou ) les Français ne sont pas devenus ” libéraux ” ils demandent juste plus de ” libertés ” ( ils se contenteront sans doute de celles que voudra bien leur octroyer généreusement le prochain gouvernement … de ” LaDroite ” étatique et jacobine )

      Répondre
  8. frei

    9 juillet 2014

    De manière certes très grossière , on peut dire que , depuis 1945 , la France a été gouvernée par la grande collusion des technocrates et des syndicalistes .Avec les résultats que l’on voit .Il est plus que temps que les uns et les autres arrêtent de s’attribuer des pouvoirs qu’ils n’exercent que de façon illégitime .ou alors , à quoi bon voter ? Les grandes “conférences sociales” ne sont pas autre chose que l’habillage présentable de cette collusion .

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      9 juillet 2014

      résumons : depuis 1945 la France a été systématiquement pillée par les gaullistes et les communistes …les socialistes assurant la jonction !

      Répondre
  9. Oeildevraicon

    8 juillet 2014

    C’est bien ce que nous sommes nombreux à appeler de tous nos vœux et ce depuis fort longtemps.
    Alors seulement pourra t-on retrouver des syndicats en nombre restreint, qui ne s’occuperont plus de politique mais bel et bien du (camarade) travailleur.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)