Vœux pour 2012

Posté le septembre 30, 2011, 12:00
6 mins

Ce que les Français aimeraient entendre sortir de la bouche du Président, c’est l’assurance d’une mise en oeuvre immédiate des réformes structurelles s’il ne veut pas, en 2012, n’avoir présidé qu’un quinquennat blanc. Le grand danger, c’est que le président face à la crise et aux résistances multiples cède aux solutions de la démagogie et de la facilité. Ces réformes structurelles, de plus en plus urgentes, sont en priorité les suivantes :

1 : Une réforme drastique de l’Etat providence.

2 : La réforme généralisée de la fiscalité. Flat taxe et fin de l’ISF du bouclier fiscal.

3 : La réforme de la sécurité sociale et des retraites, égalité, responsabilité.

Avec notre droite française très « sociale » qui n’a pas eu le courage de faire des réformes radicales, notre pays décline inexorablement. En France, le libéralisme politique, sociétal est admis comme une valeur républicaine. Le libéralisme économique mondial est avec la crise le bouc émissaire facile, de nos faiblesses et donc responsable de tous nos malheurs!

Des ruptures réelles et sérieuses! Vitales et nécessaires au vu de la situation économique de notre pays. Cela, pour terrasser notre trio infernal : prélèvements énormes, impôts très lourds et dettes abyssales. Avec pour résultat notre chômage de masse, fruit amers de nos déficits à répétition. Déficits qui détruisent, depuis trois décennies, notre économie et nos emplois. Plus de 60 chantiers de réformes qui, forcément, fâchent les publics concernés et inquiètent notre sphère publique. Néanmoins, elles sont indispensables pour que la France entre dans la compétition mondiale en force, avec ses atouts, débarrassée des contraintes fiscales et réglementaires qui la font régresser. L’addition des divers "Non" politiques, syndicaux, aboutit, au final, à un résultat qui affaiblit notre pays.

Redonner aux citoyens la liberté d’entreprendre

Souvent nos réformes a minima sont vidées de leur substance, donc de leur efficacité, par un gouvernement tétanisé par la peur de la rue, des députés peu courageux, des sénateurs conservateurs, une haute administration qui freine et pervertit les décrets d’application, voire ne les met pas en application. Une honte pour notre représentation nationale ! 40 % des lois votés ne sont jamais appliquées !

Les multiples réformettes mises en place par notre gouvernement donnent donc naturellement de petits résultats. Ce qui rend les Français, déjà démoralisés, impatients et sceptiques vis a vis de la classe politique. Seule une réforme fiscale radicale peut nous sortir du dragon tentaculaire qui paralyse notre économie, démoralise nos concitoyens, ruine nos enfants. Pour faire face aux problèmes de la France, la réduction des dépenses publiques est indispensable ! Ce n’est pas au programme ?

Avec, en plus, une lutte féroce contre les 120/150 milliards de nos folles dépenses inutiles. Fraudes et gabegie aggravée par une gestion calamiteuse, étatique, avec des fraudes fiscales et sociales ! Fraudes facilitées par notre assistanat dispensé par des organismes multiples, phagocyté par l’extrême gauche.

En résumé, l’Etat devrait exercer avec rigueur ses fonctions régaliennes (ce qu’il ne fait pas) et redonner aux citoyens la liberté d’entreprendre (ce qui est difficile avec nos contraintes fiscales, des charges sociales très lourdes aggravées par un secteur publique excessif.)

Carla, interrogée par ailleurs sur la politique menée par le chef de l’Etat français, a fait valoir que « comparée par exemple aux conservateurs américains », l’UMP (droite), la formation de Nicolas Sarkozy, était « presque un parti de démocrates de gauche ». Avec des résultas de gauche : folles dépenses, emprunts, dettes, impôts, taxes, et pour finir chômage avec la mort de nos usines, l’émigration des entrepreneurs, des investisseurs.

11 réponses à l'article : Vœux pour 2012

  1. Jaures

    03/10/2011

    François, si, selon votre analyse, la majorité vote contre ses intérêts et rejoint "la minorité qui gueule le plus fort", elle n’a à s’en prendre qu’à elle- même.

    Hans, l’adjectif possessif ne signifie pas forcément que l’on possède ce que l’on désigne (ma voiture, ma bouche) mais aussi ce dont on fait partie (mon pays, ma famille, mon équipe). C’est le cas pour mon entreprise. Par ailleurs, je ne "consomme" pas pas mon travail (consommer c’est détruire) mais j’effectue des tâches qui rapportent à mon patron. Si cela ne lui rapportait pas, il supprimerait mon poste.

    Homère, que tout le monde veuille tout et son contraire n’est pas surprenant. C’est la démocratie qui permet d’aboutir à un équilibre. Il est vrai que les salariés veulent un travail stable, valorisant, bien rémunéré avec congés payés et la retraite au bout.
    Les chefs d’entreprise voudraient des salariés soumis mais créatifs, disponibles, peu regardants sur les horaires, payés au bon vouloir des actionnaires, bien formés et expérimentés, dynamiques et toujours en bonne santé. Ceci bien entendu sans payer ni charges, ni impôts.
    C’est pourquoi il est nécessaire de négocier pour que les intérêts des uns et des autres soient pris en compte.

    Répondre
  2. HansImSchnoggeLoch

    02/10/2011

    <<Je ne sais pas ce que vous faites dans la vie mais je puis vous assurer que personne dans mon entreprise ne prône des réformes libérales.>>

    <<Son entreprise!!!>>,quelle formule péremptoire, pourquoi pas "son peuple"?
    Cet intervenant n’a jamais créé une entreprise de sa vie et n’a fait que consommer du travail que son patron lui a fourni. Il faut vraiment avoir une sacrée dose d’autosuffisance pour parler de la sorte.

    Gérard Gelé est assez explicite pour expliquer ce qu’il faut faire, c.à.d. se débarasser de l’état providence. Lui reposer les questions auxquelles il a déjà répondu dans son article révèle une réelle mauvaise foi de la part de l’intervenant.

    Répondre
  3. François

    02/10/2011

      Petite précision:
      Ceux que l’on entend parce qu’ils gueulent le plus fort ne veulent pas des propositions de M. Gelée.
      Ors, tout le monde sait bien que ceux qu’on entend parce qu’ils gueulent le plus fort ne sont qu’une petite minorité.
      Par contre, ceux qui font marcher la boutique et qui payent pour ceux qui gueulent plus fort que les autres bien qu’étant minoritaires sont d’accord avec M. Gelée.
      Alors pourquoi ne le disent ils pas dans leur vote? Parce que ceux qui nous gouvernent et ceux qui veulent prendre leur place écoutent ceux qui gueulent le plus fort et ne proposent rien qui pourrait les défriser.
      Finalement, comment sont contraints de voter ceux qui ne disent rien et font marcher la boutique en payant pour ceux qui ne fichent rien et gueulent plus fort que les autres? Pour l’un ou l’autre des prétendants qui caressent tous dans le sens du poil ceux qui gueulent le plus fort bien qu’étant minoritaires.
      Et voilà pourquoi votre fille est muette…
     

    Répondre
  4. vozuti

    02/10/2011

    homere,  je crois plutot que les français sont comme vous:           ils votent pour le parti qui impose les taxes les plus lourdes du monde en croyant que c’est un parti libéral.        parcequ’ils sont enfermés dans des shémas de pensée forgés par une propagande omniprésente.          

    Répondre
  5. sas

    01/10/2011

    putain de nous autres…..

     

    france DERNIERS PAYS COMMUNISTE DU MONDE ET D EUROPE……..

    le nouveau président du sénat…..est un ancien de la LCR

     

    ET merde…..la france est fouttu….etpourquoi pas hollande ou la folle en 2012 ?????

     

    merde, merde et remerde…

     

    sas

    Répondre
  6. HOMERE

    01/10/2011

    Pour que Sarkozy applique ce dont vous listez intelligemment le contenu,il faudrait d’abord qu’il soit élu….

    Le temps est venu pour l’explication finale……d’un coté les libéraux  et de l’autre les dirigistes (PS,FN,Parti de Gauche….) Les Centristes sont toujours du coté des libéraux…c’est comme çà !!

    Dans la curée des chiens et des souchiens sur l’os Sarkozy,il se trouvent tous unis comme au premier jour pour gôuter la substantifique moelle…..fallait les voir après son élection,éructer et dégueuler le Sarko…Médias, Syndicats,Front National,PS,PC,Verts,Fonctionnaires,Intellos,….le premier jour !!

    Je voyais ces jours çi le Désir du passé,jouir déjà la bave aux lèvres se voyant Ministre des Etranges Affaires….les ex miss en examen se partageant les maroquins, les fossiles du passé pointer leur nez pour renifler les coups fourrés….

    Oui Jaurès a raison : Les français font le voeu d’une France dispensant de plus en plus d’aides en tous genres, de vacances infinies, de durée de travail famélique, d’immigration rentable,de fonction publique extensive, d’allocations et subventions plétoriques….oui les français veulent celà !! ils veulent aussi ne pas payer d’impôts, de taxes, de contributions en tout genre,….de la paix civile sans bouger leur cul, des guerres sans mort, des routes sûres sans contrôles,des tribunaux sans complaisance pour les autres,de l’électricité sans centrales nucléaires, des voisinages sans voisins….

    Tout celà seule la gauche peut leur donner (leur promettre) avec le FN qui promet d’autant tout qu’il ne sera jamais au pouvoir…

    Oui alors le temps est venu d’une France parvenue au summum de la paraplégie étatique.

    Mon Dieu !!….vont ils devenir asservis par leur farouche volonté de le devenir ?

    Prions mes frères ….Dieu bienveillant,dans sa bonté infinie nous consacrera limaces éternelles !!

    Eternellement !!

    PS (Oui) J’ai beaucoup de pitié pour Vozuti…..le pauvre ! il n’a encore rien vu…

    Répondre
  7. vozuti

    01/10/2011

    jaurès se plaint régulièrement que le programme du FN est trop socialiste à son gout.        il devrait plutot etre scandalisé par le socialisme extremiste dans lequel est tombé l’UMP : car devenir les contribuables les plus taxés au monde,ça c’est du socialisme concret et massif.   et ça fait plus mal que quelques mesures pour se protéger des délocalisations,dans le programme du FN.                                 mais reconnaitre que l’UMP est devenu plus socialiste que le PS,cela casserait toute la rhétorique du débat droite-gauche qui attrape les électeurs comme des mouches avec de la glue pour faire élire l’UMP ou son jumeau le PS.                                   quant à la rhétorique anti-FN,si la qualification d’extreme droite n’effraye plus les électeurs,il faut trouver autre chose…..pourquoi pas extreme gauche? peut-etre que ça peut marcher ça?  n’est-ce pas,  jaurès?

    Répondre
  8. IOSA

    01/10/2011

    Ce que les Français aimeraient entendre sortir de la bouche du Président, c’est l’assurance d’une mise en oeuvre immédiate de son départ des commandes de l’ Etat !!!!

    Et ce qu’il ne veut pas entendre sortir de la bouche des français, je vais le dire tout haut…..DEGAGE !

    IOSA

    Vivement le printemps des francais

    Répondre
  9. ozone

    30/09/2011

    Detruire la France n’est t’elle pas une réforme suffisante ?

    Répondre
  10. Jaures

    30/09/2011

    Gérard Gelé, il ne vous a pas échappé que personne n’ose proposer le quart de la moitié de ce que vous présentez comme le voeu des Français. Or, le pouvoir au plus mal dans l’opinion ne se priverait pas, si cela était populaire de procéder aux réformes que vous souhaitez et que, vous même, peinez à lister de manière précise.

    Ainsi, qu’entendez-vous par "réforme drastique de l’Etat providence" ? Si vous souhaitez la privatisation des services publiques, la suppressions des aides sociales et des allocations chômage, le remplacement de la retraite par répartition par des fonds de pension, la suppression du code du travail par des contrats individuels,… Il faut le dire !
    De même, que veut dire "flat taxe" ? Certes, il s’agit d’un taux d’imposition unique et non progressif mais cela ne veut rien dire si on n’en indique pas le taux, quels revenus sont concernés et ce que chacun paiera dans la réalité.

    Par ailleurs, je ne vois pas en quoi l’extrême gauche serait responsable des 40 milliards d’évasion fiscale recensée !

    Il ne sert à rien de dire "il faut faire" ! Si vous voulez présenter un programme libéral aux prochaines élections, faîtes-le vous même, d’autres (A.Madelin) s’y sont cassés les dents.
    Je ne sais pas ce que vous faîtes dans la vie mais je puis vous assurer que personne dans mon entreprise ne prône des réformes libérales.
    Même Mme Le Pen, vedette des intervenants de ce site, fustige "l’ultralibéralisme" et propose la "francisation" d’entreprises, un revenu parental à 15 milliards, le retour à la retraite à 60 ans pour 40 années de cotisations, la revalorisation des pensions des anciens combattants, l’exonération des charges pour les entreprise agricoles,…
    Bref, un essor de l’Etat Providence que vous ne manquerez pas de dénoncer !

    Répondre
  11. vozuti

    30/09/2011

    beaucoup pensent que l’idéologie socialiste est trop dominante en france et que la solution est de combattre cette idéologie(par des arguments libéraux).   mais cette analyse est erronée:   la majorité des français sont pour le libéralisme.  le vrai problème est que cette majorité votent pour un parti(l’UMP) qui se dit libéral et anti-socialiste mais qui mène une politique socialiste.  et ce n’est pas du demi-socialisme:   l’UMP a mis en place les taxes les plus élevées au monde ce qui fait de lui le leader du socialisme mondial.       ce qui nous amène à la cause du problème:            la france est un pays socialiste non par idéologie mais par corruption.     les voleurs lèvent des taxes parcequ’ils sont avides et pas pour des raisons idéologiques.    le débat idéologique socialisme-libéralisme n’est qu’un piège à électeurs qui fonctionne depuis des décennies et tant que l’on refusera d’admettre les faits on sera les dindons de la farce.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)