Zemmour, ou l’équation politique de 2022

Posté le février 23, 2021, 8:50
6 mins

Si l’écologie et la lutte contre les discriminations sont les deux causes incontournables des médias occidentaux et d’une certaine classe politique, les grandes préoccupations des Français semblent assez différentes.

Ils veulent nettoyer les écuries d’Augias de la dépense publique, alléger le fardeau fiscal, simplifier les méandres du Code du travail, mais, dans le même temps, reprendre la main sur leur identité, sur leurs frontières, sur leur sécurité, et cesser de courir après toutes les fantaisies sociétales et éducatives.

Pourtant, cet espace n’existe pas politiquement. Il est en effet occupé et par Emmanuel Macron, et par le Rassemblement National! C’est ici tout le paradoxe: c’est en incarnant cette évidence que le prochain candidat de la droite pourrait remporter la mise, alors même que l’échiquier politique ne laisse pas de place à ce positionnement.

Si l’on veut bien croire que, derrière les acronymes et les noms, subsistent de grandes permanences, LREM occupe peu ou prou la place de l’ancienne UDF et le RN celle du RPR. À la différence près qu’un précipice symbolique les sépare : là où les deux anciennes familles de la droite étaient capables de s’allier en période électorale, LREM et le RN surjouent le Rubicon, par peur pour les uns, et clientélisme pour les autres.

Les Républicains auraient pu occuper ce terrain, comme l’avait fait Nicolas Sarkozy en 2007, en déployant deux ailes, l’une «libérale» (travailler plus pour gagner plus), l’autre identitaire, anti-68 et sécuritaire, brillamment mise en discours par Henri Guaino. Mais ils restent prisonniers de l’erreur de diagnostic qui a suivi la défaite de 2012 et se débattent maladroitement dans l’interstice politique qui leur reste.

En effet, contrairement à l’idée servie et resservie selon laquelle ses «excès droitiers» ont coûté sa réélection à Sarkozy, il ne doit en réalité sa défaite de 2012 qu’aux renoncements trop nombreux sur ces deux terrains.

De son côté, s’il s’est évidemment imposé comme le journaliste de droite le plus talentueux de sa génération, Éric Zemmour pourrait également renouer avec une tradition française oubliée depuis près d’un siècle: l’homme de lettres en politique.

En 2017, Emmanuel Macron a réussi l’opération de Louis-Philippe de marier la bourgeoisie de droite et la bourgeoisie de gauche. L’habileté du Président et l’état de sidération pandémique lui permettent pour l’instant de tenir ce cap de funambule mais il pourrait se heurter aux limites de l’en-même-temps qui, de déceptions en déceptions, peut vite se retourner en « ni vraiment l’un, ni vraiment l’autre».

Le pari de Zemmour est différent. En réalité, le polémiste, trop facilement étiqueté «bonapartiste», devrait justement dépasser l’analyse discutable des «trois droites» de René Rémond, et rassembler tout simplement ceux qui aiment la France, ceux qui préfèrent la liberté et le respect des traditions aux tribunaux moraux et au constructivisme progressiste, et ceux qui veulent que ça marche.

Les téléspectateurs qui suivent son émission quotidienne sur Cnews auront d’ailleurs remarqué un léger infléchissement de ce qui pouvait être une forme de «chevènementisme» historique. Lutte contre l’assistanat, fin de l’audiovisuel public et des subventions aux associations communautaires, dégraissage des collectivités territoriales, sont autant de sujets qui viennent désormais accompagner son discours déjà bien rodé sur le réveil de l’identité française.

Dans le privé, le journaliste en convient d’ailleurs assez simplement; la dent dure qu’il peut avoir avec un certain libéralisme est une simplification qui tient beaucoup à un souci de clarté de communication.

Si sa candidature n’est pas encore officielle, elle fait déjà trembler toute la classe politique.

Certains parlementaires LR laissent entendre qu’ils seraient prêts à soutenir Éric Zemmour.

Et, dans l’entourage de Marine Le Pen, nombreux sont les cadres qui confient que l’enthousiasme que suscite l’écrivain auprès de son électorat naturel pourrait aller jusqu’à remettre en cause l’opportunité du maintien de la patronne du RN.

Pour l’heure, le polémiste ne polémique pas, et attend dans une ombre de moins en moins profonde son rendez-vous avec le peuple.

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

11 réponses à l'article : Zemmour, ou l’équation politique de 2022

  1. quinctius cincinnatus

    01/03/2021

    remplaçons Zemmour par Sarkozy !

    Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    01/03/2021

    ce qu’ on constate :

    un manque de lucidité aussi bien des politiques que de leurs électeurs

    une absence de hiérarchisation des problèmes

    des solutions impossibles à tenir

    en somme nous avons une majorité et une opposition qui n’ ont pas de solutions

    Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    01/03/2021

    à chaque fois que je prend connaissance des propositions des partis  » patriotes  » ( R.N. , D. L. F. de Nicolas Dupont Aignan … ) ou des souhaits et aspirations de leurs  » fans  » , je constate, à mon grand regret, que ce ne sont pas des partis de gouvernement mais des démagogues

    Répondre
  4. HOMERE

    26/02/2021

    Zemmour n’a aucune chance…..Je suis d’accord avec QC…..pas de prestance,pas de charisme,trop impatient….ses positions sont pas toujours claires…..cependant il reste un redoutable débatteur et peut attirer un grand nombre de voix…Il devrait faire partie d’un rassemblement de droite alliant Gaullistes, libéraux sociaux, nationalistes et populistes, incluant une grande frange de gilets jaunes.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      26/02/2021

      ce serait alors , s’ il était membre de ce très hypothétique  » rassemblement  » ,  » le troublion , l’ électron libre et incontrôlable de celui ci et c’ est bien sûr sur cette caractéristique, sur ce caractère agité, que comptent les  » classiques  » de la politique et du Media de fieffés roués eux ; naturellement les électeurs de la droite et de l’ extrême droite la plus bête du Monde vont y foncer comme toro sur muleta

      Répondre
    • quinctius cincinnatus

      26/02/2021

      Homère , nous aurons beaucoup de mal à trouver un candidat ou une candidate ( écriture dys-exclusive ) qui sans cocher toutes nos cases d’ exigences politiques nous convienne et qui surtout puisse faire face à un Avenir qui s’ annonce résolument insurrectionnel et révolutionnaire

      Répondre
    • quinctius cincinnatus

      27/02/2021

      en plein jour, Diogène parcourait les rues et les places d’ Athènes une lanterne allumée à la main

      les passant lui demandaient : …  » pourquoi Diogène te promènes tu ainsi ?  »

       » je cherche un homme  » répondait il

      moi, je suis à la recherche d’ un homme politique cohérent

      peut être Bruno Retailleau si Les Républicains ne lui mettent pas une chausse-trappe sur son chemin ce dont sont bien capables les Jacob et … Sarkozy

      Répondre
    • ELEVENTH

      28/02/2021

      Et « fraise des bois » , le morpion motocycliste, il en a de la prestance ? Si oui, alors je dois consulter d’urgence un ophtalmo car je vais confondre Ursulla Andress jeune avec Belloubet.
      Ceci dit, Zemmour n’a aucune intention de se présenter et tout le battage organisé par la macronerie et alliés n’est que pour troubler le débat et avoir de nouveau le comédien à la tête de l’Etat en 2022. Coucou, je revoilou !

      Répondre
  5. quinctius cincinnatus

    26/02/2021

    Zemmour est un leurre proposé à l’ électeur pour détourner des votes

    Répondre
  6. quinctius cincinnatus

    25/02/2021

    c’ est quand même bizarre !

    comme ça, d’ un seul coup ,au moment où le R.N. de M. Le P. a une petite chance de faire la Révolution au risque d’ une guerre civile ( les Révolutions ne sont elles pas des guerres civiles ? ) TOUTES les droites confondues reculent comme l’ âne de Buridan et lui opposent chacune un adversaire dans son propre camp

    Répondre
  7. quinctius cincinnatus

    23/02/2021

    ne jamais voter pour un candidat qui a des tics ( Hitler par exemple )

    souvenez vous aussi de Sarkozy auquel Zemmour ressemble beaucoup de par son  » agitation  »

    votez sérieux , votez pour quelqu’ un de  » froid  » !

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)