Guy Montarien, l’homme qui plantait des âmes

23,00

Guy Montarien, l’homme qui plantait des âmes

23,00

0 sold

La foule qui, en 2005, se pressait aux funérailles de l’abbé Guy Montarien, à la chapelle polonaise de Paris, témoigne du rayonnement extraordinaire de celui dont la devise était pourtant beati mites, « bienheureux les humbles ». Il n’a pas fondé de communauté, ni écrit de livres. Son apostolat s’est « limité » à une absolue disponibilité à chacun, scouts, étudiants et lycéens dont il était l’aumônier, aussi bien qu’à des inconnus croisés dans le métro et qu’attiraient à lui son sourire et sa soutane. Cette soutane, il n’a jamais voulu la quitter, tant elle représentait à ses yeux la marque visible de son sacerdoce. Une fidélité, dans l’obéissance, qui lui valut d’être marginalisé dans l’Église de l’après-Concile en proie au marxisme et à la sécularisation. S’il en souffrit, il n’en tira jamais aucune amertume, conservant une inaltérable bonne humeur qui dissimulait sa souffrance. Sine dolore, non vivitur in amore, sans souffrance, on ne vit pas dans l’amour, aimait-il à dire, citant L’imitation de Jésus-Christ. Quinze ans après sa mort, il éclaire encore le chemin de tous ceux qui l’ont rencontré.

Catégories : ,

Description du produit

La foule qui, en 2005, se pressait aux funérailles de l’abbé Guy Montarien, à la chapelle polonaise de Paris, témoigne du rayonnement extraordinaire de celui dont la devise était pourtant beati mites, « bienheureux les humbles ». Il n’a pas fondé de communauté, ni écrit de livres. Son apostolat s’est « limité » à une absolue disponibilité à chacun, scouts, étudiants et lycéens dont il était l’aumônier, aussi bien qu’à des inconnus croisés dans le métro et qu’attiraient à lui son sourire et sa soutane. Cette soutane, il n’a jamais voulu la quitter, tant elle représentait à ses yeux la marque visible de son sacerdoce. Une fidélité, dans l’obéissance, qui lui valut d’être marginalisé dans l’Église de l’après-Concile en proie au marxisme et à la sécularisation. S’il en souffrit, il n’en tira jamais aucune amertume, conservant une inaltérable bonne humeur qui dissimulait sa souffrance. Sine dolore, non vivitur in amore, sans souffrance, on ne vit pas dans l’amour, aimait-il à dire, citant L’imitation de Jésus-Christ. Quinze ans après sa mort, il éclaire encore le chemin de tous ceux qui l’ont rencontré.

AUTEUR Jean-François Chemain, docteur en histoire, enseignant en ZEP durant dix ans, oeuvre au sein d’une association de soutien aux convertis persécutés. Il a récemment publié Tarek une chance pour la France ? (Via Romana, 2017) et Ils ont choisi le Christ (Artège, 2019).

  • Éditeur : VIA ROMANA (21 janvier 2021)
  • Langue : Français
  • Broché : 190 pages
  • ISBN-10 : 2372711679
  • ISBN-13 : 978-2372711678

Information additionnelles

Poids 500 g

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Guy Montarien, l’homme qui plantait des âmes”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *