Catégories

Auteur : François Bert

Cote 418

15,00

Cote 418

15,00

2 sold

« Je sors de mon abri, dont l’humidité m’est devenue insupportable. L’odeur du rat que j’ai écrabouillé à coups de godillots la nuit dernière y est encore prégnante, puisque je n’ai pu le balancer par-dessus les lignes que ce matin. Les tranchées sont un univers olfactif en elles-mêmes : entre la boue, la poudre, le sang, la merde et la charogne, toute l’humanité concentre en quelques toises ses pires sécrétions. Sans rien relâcher de ma posture de commandement mais sans interférer dans les ordres en cours, je passe sur les positions et j’observe. Je sens l’ambiance, tâte les éventuelles tensions, cherche à déceler les blessures camouflées ou les non-dits du commandement quotidien. Je passe. Je me tais quand le chef de groupe est à la manœuvre, lui parle quand il est en retrait. Je ne contrôle pas, je suis « à côté », dans la tension juste de l’exigence déjà transmise. C’est l’occasion aussi pour ceux qui sont au repos d’avoir un accès direct à leur chef de section. Besoin de confidence, message bloqué à l’échelon intermédiaire ou simple besoin de parler. Cela crée un lien humain qui épaissit la vie collective sans dévoyer la relation de commandement. Je remarque après trois passages dans la tranchée alpha que Kutasi… » François BERT, saint-cyrien et ancien officier parachutiste à la Légion étrangère, crée en 2011 Edelweiss RH, un cabinet qui accompagne les dirigeants au « discernement opérationnel ». Après un plaidoyer en 2016 pour l’avènement des chefs naturels en politique (Le temps des chefs est venu, Edelweiss Editions), il donne à vivre dans ce premier roman, qui est d’abord un hommage aux combattants de 14-18, l’expérience intime des questionnements et des choix d’un jeune chef au cœur du chaos.

Catégories : , , Étiquettes : , , , ,

Product Description

« Je sors de mon abri, dont l’humidité m’est devenue insupportable. L’odeur du rat que j’ai écrabouillé à coups de godillots la nuit dernière y est encore prégnante, puisque je n’ai pu le balancer par-dessus les lignes que ce matin. Les tranchées sont un univers olfactif en elles-mêmes : entre la boue, la poudre, le sang, la merde et la charogne, toute l’humanité concentre en quelques toises ses pires sécrétions. Sans rien relâcher de ma posture de commandement mais sans interférer dans les ordres en cours, je passe sur les positions et j’observe. Je sens l’ambiance, tâte les éventuelles tensions, cherche à déceler les blessures camouflées ou les non-dits du commandement quotidien. Je passe. Je me tais quand le chef de groupe est à la manœuvre, lui parle quand il est en retrait. Je ne contrôle pas, je suis « à côté », dans la tension juste de l’exigence déjà transmise. C’est l’occasion aussi pour ceux qui sont au repos d’avoir un accès direct à leur chef de section. Besoin de confidence, message bloqué à l’échelon intermédiaire ou simple besoin de parler. Cela crée un lien humain qui épaissit la vie collective sans dévoyer la relation de commandement. Je remarque après trois passages dans la tranchée alpha que Kutasi… » François BERT, saint-cyrien et ancien officier parachutiste à la Légion étrangère, crée en 2011 Edelweiss RH, un cabinet qui accompagne les dirigeants au « discernement opérationnel ». Après un plaidoyer en 2016 pour l’avènement des chefs naturels en politique (Le temps des chefs est venu, Edelweiss Editions), il donne à vivre dans ce premier roman, qui est d’abord un hommage aux combattants de 14-18, l’expérience intime des questionnements et des choix d’un jeune chef au cœur du chaos.

  • Editeur Edelweiss Editions
  • Date de parution 01/11/2018
  • EAN 978-2490215027
  • ISBN 2490215027
  • Format 21 x 15 cm

Auteur

François Bert

Additional information

Poids 500 g

Avis

Il n'y a pas encore d'avis

Soyez le premier à donner votre avis “Cote 418”