Catégories

Auteur : Jean Fleury

La France en guerre au Mali, les combats d’AQMI et la révolte des Touareg

18,50

La France en guerre au Mali, les combats d’AQMI et la révolte des Touareg

18,50

0 sold

Au cours des dernières années, le Mali fut miné par la rébellion des Touareg, leur revendication sur l'Azawad, les dissensions interethniques et les contrecoups de la chute de Kadhafi avec le reflux d'armes et de miliciens de Libye, ce qui ne pouvait que fortifier et alimenter AQMI.

UGS : 9782864772736 Catégories : , Étiquette :

Product Description

Au cours des dernières années, le Mali fut miné par la rébellion des Touareg, leur revendication sur l’Azawad, les dissensions interethniques et les contrecoups de la chute de Kadhafi avec le reflux d’armes et de miliciens de Libye, ce qui ne pouvait que fortifier et alimenter AQMI.

Les islamistes s’emparent de l’Azawad et visent à occuper tout le pays : après Tombouctou, les insurgés foncent sur Bamako en appliquant la charia la plus barbare, telle que la lapidation des femmes adultères.

L’État malien est sur le point de s’écrouler et le pays d’éclater, de disparaître. À très brève échéance.

La France réagit dans l’urgence pour éviter ce tremblement de terre mortel pour cette région d’Afrique, avec des répercussions dramatiques en France, notamment, à partir de ces banlieues dites pudiquement « sensibles ».

L’auteur analyse les hésitations occidentales voire algériennes (avant la prise du site gazier d’In Amenas), décrit l’intervention militaire française, notamment dans l’Adrar des Ifoghas, les négociations pour bâtir une force d’intervention un tant soit peu efficace dans un pays où régnent la corruption et divers trafics (en particulier de drogue).

Un livre qui dit crûment les vérités chocs sur une situation dont les conséquences pourraient être terrifiantes.

Auteur

Jean Fleury

Additional information

Poids 500 g

Avis

Il n'y a pas encore d'avis

Soyez le premier à donner votre avis “La France en guerre au Mali, les combats d’AQMI et la révolte des Touareg”