Catégories

Une guerre juste?

20,00

Une guerre juste?

20,00

1 sold

« 13 mai 2005, Côte d’Ivoire. Un de mes sous-officiers de la force Licorne tue sur ordre un assassin, Firmin Mahé, qu’il avait fait prisonnier en zone rebelle. Face à Firmin Mahé, qui est coupable de tueries sauvages mais blessé et prisonnier, ce sous-officier contrevient au Droit de la guerre et au Droit humanitaire. En le tuant, il s’oppose aux règlements militaires français. Lorsque l’affaire paraît au grand jour quelques mois plus tard, il est emprisonné durant plus de six mois, tout comme les deux soldats qui étaient à ses côtés. Les supérieurs hiérarchiques directs sont mis en examen par la justice française et mutés. Je me vois moi-même retirer les commandements que j’exerce au Kosovo et en France, et je suis contraint de rejoindre un poste à Lyon dans lequel je me morfonds pendant trois ans avant de quitter l’armée. Pourquoi ce contresens de la République, qui poursuit l’assassin de Mahé mais se désintéresse, oublie ou ignore les vies humaines innocentes massacrées par celui-ci ou par des soldats intervenant sur le territoire de la Côte d’Ivoire ? Par l’incohérence du traitement moral et médiatique dont ils ont été l’objet, ces événements m’ont conduit à réfléchir sur le rôle éthique de l’officier en opérations extérieures. »

Product Description

« 13 mai 2005, Côte d’Ivoire. Un de mes sous-officiers de la force Licorne tue sur ordre un assassin, Firmin Mahé, qu’il avait fait prisonnier en zone rebelle. Face à Firmin Mahé, qui est coupable de tueries sauvages mais blessé et prisonnier, ce sous-officier contrevient au Droit de la guerre et au Droit humanitaire. En le tuant, il s’oppose aux règlements militaires français. Lorsque l’affaire paraît au grand jour quelques mois plus tard, il est emprisonné durant plus de six mois, tout comme les deux soldats qui étaient à ses côtés. Les supérieurs hiérarchiques directs sont mis en examen par la justice française et mutés. Je me vois moi-même retirer les commandements que j’exerce au Kosovo et en France, et je suis contraint de rejoindre un poste à Lyon dans lequel je me morfonds pendant trois ans avant de quitter l’armée. Pourquoi ce contresens de la République, qui poursuit l’assassin de Mahé mais se désintéresse, oublie ou ignore les vies humaines innocentes massacrées par celui-ci ou par des soldats intervenant sur le territoire de la Côte d’Ivoire ? Par l’incohérence du traitement moral et médiatique dont ils ont été l’objet, ces événements m’ont conduit à réfléchir sur le rôle éthique de l’officier en opérations extérieures. »

Saint-cyrien, ancien officier des Troupes de Montagne, le général de Malaussène est breveté de l’École Supérieure de Guerre, ancien auditeur du Centre des Hautes Études Militaires (CHEM) et de l’Institut des Hautes Études de la Défense Nationale (IHEDN). Engagé sur plusieurs théâtres d’opérations extérieures et ancien commandant de la 27e Brigade d’Infanterie de Montagne, il a occupé de nombreux postes en école et d’état-major en administration centrale. Impliqué à son corps défendant dans l’affaire Mahé en Côte d’Ivoire en 2005, il quitte l’armée puis, voulant continuer à servir, dirige la Fondation Richard à Lyon, qui accueille des personnes ayant un handicap lourd, avant de se retirer en Savoie où il continue à consacrer du temps aux personnes fragiles.

Les droits d’auteur issus de la vente de cet ouvrage seront reversés aux blessés et familles de tués en opérations extérieures.

  • 272 pages
  • Editions Alisio
  • A paraître le 12 mars 2019
  • ISBN: 978-2379350139

Auteur

Renaud de Malaussene

Additional information

Poids 500 g

Avis

Il n'y a pas encore d'avis

Soyez le premier à donner votre avis “Une guerre juste?”