13 janvier : la révolte du pays réel

13 janvier : la révolte du pays réel

Depuis des décennies, nous savons que le « pays légal » a bien peu à voir avec le « pays réel ». Et, à peu près une fois par génération, le pays réel, qui passe son temps à avaler des couleuvres, se lève pour dire non aux dérives.

Ce fut le cas en 1968, quand la France travailleuse est descendue dans la rue pour dire non à la « chienlit ». Ce fut le cas en 1984, quand la France catholique est descendue dans la rue pour défendre la liberté scolaire.

Et ce fut le cas le 13 janvier dernier, quand la France du bon sens est descendue dans la rue pour dire non au mariage et à l’adoption par des couples homosexuels – c’est-à-dire, en définitive, pour dire non aux bobos et aux pseudo-valeurs de mai 1968.

Le succès est inespéré. Avant l’été, je pensais que cette loi passerait comme une lettre à la poste. Début septembre, quand il fut question de descendre dans la rue, j’avais applaudi. Mais, dans mon esprit, il s’agissait d’un baroud d’honneur.

Jamais, je n’aurais parié sur une telle mobilisation en si peu de temps. Mobilisation plus impressionnante, à certains égards, que celle de 1984, qui avait mis près de deux ans à germer. À l’ère d’internet, la résistance du pays réel peut s’exprimer pratiquement à égalité avec la « ty­rannie médiatique » (le mot est de Jean-Yves Le Gallou, animateur de Polémia).

Il va sans dire (mais cela va mieux en le disant) que s’opposer au prétendu «mariage pour tous» n’a rien à voir avec une opposition aux personnes homosexuelles. Ni même nécessairement à l’homosexualité.

Je préfère le dire ainsi que d’affirmer que je ne suis pas « homophobe ». Car ce terme d’homophobie est précisément une arme de la tyrannie médiatique. Mme Bertinotti, ministre de la Famille (sic !), a ainsi pu déclarer que s’opposer à l’adoption d’enfants par des couples homosexuels relevait de l’homophobie…

Nous étions près d’un million donc. Et le gouvernement fait la sourde oreille (alors que le président a reçu en 24 heures l’inter-LGBT représentant quelques centaines de personnes…). Pourtant, la victoire est à portée de main. À deux conditions : maintenir la pression et ne pas se diviser.

Ne pas diviser, cela implique de ne parler que du point sur lequel tout le monde est d’accord, à savoir le retrait du projet de loi. La principale porte-parole, « Frigide Barjot », serait bien avisée de s’en souvenir. Celle-ci est, d’ailleurs, culturellement beaucoup plus proche des bobos de la tyrannie médiatique que des manifestants du pays réel – ce qui a pu représenter un énorme avantage, puisqu’il fut très difficile à la caste médiatique de la « diaboliser », mais peut dorénavant constituer un handicap majeur.

Maintenir la pression est sans doute le plus difficile. Après l’effort considérable fourni pour la réussite de la manifestation du 13 janvier, il est rude de se remettre au travail.

Mais c’est indispensable. Et, encore une fois, internet nous aide puissamment. Dès dimanche soir, une revendication de référendum, adaptée à cette nouvelle étape du combat, a été lancée : laissez-nous-voter.org. Il faut absolument la soutenir de toutes nos forces. Le gouvernement ne pourra pas nous refuser indéfiniment le débat populaire.

À ce propos, il faut noter une chose : depuis plusieurs semaines, la seule justification théorique (je dis bien : la seule ; il n’est plus question d’arguments plus ou moins solides, mais seulement de cette espèce de mantra pseudo-démocratique) au passage en force du gouvernement tient en une phrase : les Français ont choisi François Hollande.

Eh bien, c’est faux ! Même si c’était vrai, cela ne donnerait pas à François Hollande la légitimité de faire le « changement de civilisation » dont ont parlé ses ministres. Mais c’est faux. D’abord parce que c’est bien davantage contre Nicolas Sarkozy que pour François Hollande que les Français ont voté. Ensuite, rien ne permet de supposer que, dans le programme du candidat Hollande, ce point ait particulièrement motivé les électeurs. Enfin, et surtout, François Hollande est le seul président de la Ve République à avoir été choisi, même au 2e tour, par une minorité de votants (je ne parle même pas des inscrits) : 48,2 % des votants.

Cela ne signifie pas qu’il ne soit pas légalement président de la république. Mais cela signifie que ce pseudo-argument de la légitimité électorale ne tient pas !

La seule issue possible, pour François Hollande, c’est l’appel au peuple. Faute de quoi, la vraisemblable victoire du PS au parlement se paiera tellement cher (car il peut compter sur nous : cette immense lame de fond populaire ne retombera pas !) que François Hollande regrettera d’avoir gagné…

Partager cette publication

(25) Commentaires

  • Jaures Répondre

    Sancenay, votre colère serait juste si j’avais tenu de tels propos. Malheureusement, comme beaucoup, vous ne lisez pas et me tenez les propos que vous souhaiteriez que je tienne.
    Un rabbin peut être philosophe, et nul ne lui discutera ce droit, en tout cas pas moi. Mais outre que, philosophe ou rabbin, je ne suis pas obligé de souscrire à ses idées, je ne crois pas à cette dichotomie idéologique qui nous ferait distinguer, selon le public auquel il s’adresse, qu’à tel moment c’est le rabbin qui s’exprime plutôt que le philosophe ou inversement.
    Bernheim est rabbin et philosophe, comme d’autres sont philosophes et athées, musulman, chrétien, que sais-je ? Essayer de dissocier l’un est l’autre est à mon sens une supercherie intellectuelle. Très bonne année à vous également.

    22/01/2013 à 17 h 28 min
  • Sancenay Répondre

    L’argument de défense de la faculté des docteurs de la religion du Progrès contre l’humanité repésenté par « Jaurès » est pitoyable : pourquoi un Rabbin ne pourait parler également en philosophe ? devrait-il au nom de cet obscure erzatz de religion du « progrès » contre l’humanité parler en privé au nom de sa foi ? et en public seulement au tritre de « philisophe », ramené ainsi au niveau de tant d’imposteurs proclamés et promu comme tels par la propagande.
    Pour les penseurs libres de « la France d’en-bas », il est clair que les propos de Grand Rabbin avec, celles de ses homologues catholiques fidèles et raisonnables, ainsi que protestants, volent au-dessus du niveau des lois et conbtribueront à les éclairer.Il faudra vous y habituer, cher « Jaurès ».
    Il n’est d’ailleurs nullement répondu sur le fond.
    Ce type d’oukase a été suffisemment répandu avec les dégâts que l’on sait, de la pointe du raz à l’Oural depuis plus de deux siècles, pour qu’il n’en soit pas tenu compte.
    Point final, pour ma part, de la discussion, puisque comme le disait un philosphe authentique devenu Pape, et dont dont les interventions sont universellement reconnues aux deux titres: » on ne discute pas avec un idéologue on attend qu’il meurt.  » Bonne année et bonne santé malgré tout, » Jaurès » et bien le bonjour à Denise et au poisson rouge.

    22/01/2013 à 15 h 13 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    il faudra vous faire à cette évidence que le pays que vous nommez  » réel  » est un troupeau de moutons en transhumance ; il va là où le bon berger lui dit que l’herbe est savoureuse , riche et nourrissante … avant la tonte puis le méchoui !

    22/01/2013 à 10 h 44 min
  • Jaures Répondre

    Sancenay, qui nie ici la possibilité d’être philosophe et rabbin ?
    Personne. Mais il ne faut pas changer de casquette selon et prétendre qu’en émettant telle opinion c’est le philosophe qui parle et non le rabbin ou vice versa.
    Quinctius, il est probable statistiquement que sur les 560 signataires de la pétition certains soient homosexuels. Et alors ? La signature d’un homosexuel selon vous vaudrait-elle pour zéro ? Je n’ai pas vu ce slogan affiché lors de la manif du 13.
    Que diriez-vous si je disais que l’opinion de Bernheim ne vaut rien car il est hétérosexuel ? Et encore une fois, si ce qui motive les antis est le sort de l’enfant, qu’ils manifestent contre les problèmes avec lesquels certaines familles se débattent avec les enfants en première ligne victimes de conditions de logement déplorable, de malnutrition ou d’accès aux soins et à l’éducation détériorés.

    20/01/2013 à 10 h 16 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      vous êtes un « incompris  » , puisque vous êtes un  » imbécile  » ( dans le sens non injurieux , où  » vous manquez tout simplement de compréhension même la plus élémentaire « … bien sûr )

      20/01/2013 à 17 h 22 min
  • Sancenay Répondre

    On lit ici sans grand étonnement que pour nêtre pas politiquement chloroformé, un philosophe ne saurait en aucun cas être reconnu comme Rabbin, et à fortiori comme le Grand Rabbin de France, par les docteurs de la religion du « progrès » contre l’humanité.
    On ne sera pas étonné de trouver là une preuve , si besoin était encore, de « l’héméneutique de la continuité » de celle-ci, au gré de tels remarquables dogmes, proférés continûment dans le fil ininterrompu de la Terreur .
    Entre sus de l’ éclairage gracieusement projeté sur le prolongement actuel des obscures « Lumières » à l’origine de toute pensée autorisée ,cela a au moins le mérite de souligner la vision prophétique ,en son temps et pour autant mal comprise, de Sa Sainteté Jean-Paul II à Assises, où il avait intentionnellement , par avance, invité les religions à resserer les liens face aux présentes persécutions, qu’il pressentait venir contre elles.
    Que l’auteur « référant » de ce rappel pédagogique que ne renierait pas l’IUFM « de base », en soit abondamment remercié par nous autres, humbless « apprenants » de la France d’en bas.

    19/01/2013 à 11 h 37 min
  • Jaures Répondre

    Quinctius, il ne faut pas dans cette affaire en rajouter dans l’hypocrisie. Quand G.Bernheim avance ses opinions, il y a quelque chose de faux à affirmer que ce n’est pas le grand Rabbin de France qui parle mais le philosophe. Par ailleurs, 560 psychanalystes ont signé une pétition pour soutenir le mariage pour tous. Depuis quand les lois civiles sont soumises aux querelles d’écoles ? On peut aisément trouver des psychanalystes qui vont vous parler des conséquences éventuelles sur les enfants du divorce, de la différence de salaire en faveur de la femme, de la mère trop présente, du père trop absent,…
    Les couples devront-ils passer un test psychanalytique avant d’obtenir le droit d’enfanter ? Est-on sûr que les parents d’Hitler, de Staline ou de Jacques Mesrine ne l’auraient pas obtenu ?
    Cessons ces arguties. Nous ne sommes pas novateurs. La question du mariage gay n’est même plus posée dans les pays où il a été mis en place. Passons à autre chose.

    18/01/2013 à 10 h 12 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      je ne m’adressais pas à vous , je n’en ai que faire puisque je ne lis plus votre prose ( sauf quand on me signale qu’elle m’est adressée ) prose qui , avec sa suffisance verbeuse , se veut à la fois moderne et bien-pensante et qui est , en réalité banale et l’expression même de la sclérose de l’intelligence

      bien que je n’ai pas à me  » justifier  » à vos yeux , je puis quand même vous préciser ce que vous n’avez pas compris ( ce qui est habituel chez vous ) ; je disais clairement aux  » nostalgiques  » de ce blog , que leur politique de communication était à la fois stupide et contre-productive
      étant un spécialiste de l’enfant je pense être mieux placé que vous concernant ce sujet , vous qui appuyez votre discours sur une  » pétition  » ( et d’ailleurs qui vous dit que ces 560 psychanalystes ne sont pas pour nombre,d’entre eux des homosexuel(le)s ? ) … ce qu’on nomme un biais dans les statistiques !

      D’autre part si je n’avais pas précisé que Gilles Bernheim était également professeur ( agrégé ) de philosophie vous n’auriez certainement pas pu développer votre casuistique habituelle

      dans la vie j’aime l’idée et dans l’idée j’aime la vie

      18/01/2013 à 15 h 48 min
    • HansImSchnoggeLoch Répondre

      @Jaures; Les couples devront-ils passer un test psychanalytique avant d’obtenir le droit d’enfanter ?
      Il faudra beaucoup de doigté et d’habileté pour faire faire enfanter un des deux parents homosexuels mâles. Mais Jaures avec son intelligence raffinée saura prouver que c’est possible.
      Pour les lesbes, chacune qui enfantera sera la mère de son rejeton et le père de celui de sa compagne. Difficile de faire mieux dans une famille.
      Mais pourquoi faire simple quand compliqué c’est si beau, n’est-ce pas Jaures?

      18/01/2013 à 19 h 03 min
      • quinctius cincinnatus Répondre

        en attendant la parthénogenèse !

        19/01/2013 à 14 h 22 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    addenda :

    plutôt que dire  » subtilité sémite  » il aurait été préférable , car plus  » culturel  » , que je dise :  » subtilité askhenase  » : cette habilité de l’intelligence si typiquement yiddish et redoutable par son alliance avec la rigueur de la pensée Allemande

    18/01/2013 à 9 h 25 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    j’enfonce le clou et bas le fer tant qu’il est chaud !

    la protestation ( contre le mariage homosexuel ) ne devrait pas se faire sur des concepts religieux et pour exemple je prend pour modèle ce que dit Gilles Bernheim , Grand Rabbin de France ( et par ailleurs professeur agrégé de philosophie ) qui se préoccupe surtout de garder , dans cette affaire , les grands équilibres de la CULTURE FRANçAISE et qui ne cite JAMAIS le texte biblique dans ses interventions affirmant même que :

     » l’homosexualité n’est pas LA question  »

    son épouse psychanalyste réputée ajoutant habilement ( comme moi ! ) que :

     » toute l’affection du monde ne suffit pas à produire les structures psychiques DE BASE qui répondent aux BESOINS de l’enfant de SAVOIR d’où il vient  »

    les  » penseurs  » à l’état brut ( lecteurs et journalistes des  » 4V²  » ) feraient bien de s’inspirer de la subtilité sémite … (je suis là pour ça sur ce blog !)

    merci de ne pas m’insulter en retour !

    18/01/2013 à 8 h 40 min
  • dissident Répondre

    pourquoi donc Flamby ce sectaire refuserait de recevoir Frigide Bardot, cette femme a vote a de nombreuses fois socialaud, elle a meme appele a voter F Mitterrand en 1981 en tant que jeune responsable a l epoque des jeunes chiraquistes, enfin rpr jeunes

    17/01/2013 à 20 h 37 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      autre question et dans une formulation autre :

      pourquoi DEVRAIT il la recevoir ?

      cette rencontre ferait elle changer d’avis Monsieur Homais ?

      c’est une promesse facile à tenir , pas comme l’inversion de la courbe du chômage même avec une manipulation grossière des statistiques , et il a déjà suffisamment peiné le Marais Vert et Bobo pour se parjurer une fois encore !

      18/01/2013 à 19 h 34 min
  • dissident Répondre

    AZ j aime bien » enfin facon de parler le terme « forces reactionnaires », encore un qui est nostalgique du Goulag ou au moins du mur de Berlin! continuez a debiter vos c;;;;tout le monde a droit de s exprimer ici meme vous!

    17/01/2013 à 20 h 34 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      Hé bien pour une fois @ A.Z. a une vision réelle de l’Histoire
      C’est en continuant imperturbablement sur cette voie défoncée , malgré les avertissements et semonces du passé , que la droite de tradition(s) verse son chariot au fossé

      18/01/2013 à 14 h 44 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    Pourquoi le gouvernement ne ferait il pas la sourde oreille ?
    C’est bien LE gouvernement élu démocratiquement ( peut être pas désiré , mais voulu ) par une majorité de Français !

    Le mariage entre personne du même sexe c’est Sodome et Gomorrhe pour certains et l’Amour pour d’autres

    Le problème véritable est bien celui de l’enfant , comme à l’école le problème devrait être l’élève et son avenir et non pas le seul bien-être ( physique et intellectuel ) de l’enseignant !

    C’est la raison pour laquelle un combat mené sur des bases et principes a priori  » religieux  » est voué inéluctablement à l’échec à moins d’être en Terre d’Islam !

    P.S. et N.B. des  » mariages  » entre hommes ont été célébrés aux IX et X ième siècle par l’Eglise Orientale Grecque

    17/01/2013 à 18 h 23 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    Jaures, le bla bla continue…
    Chaque PC est pourvu d’un bouton d’arrêt, faites en bon usage, la planète et les 4V vous en seront reconnaissants!

    17/01/2013 à 16 h 46 min
  • Demain Répondre

    La révolte du pays réel contre le mariage homo c’est bien. La révolte du pays réel contre le changement de civilisation, le changement de culture ça serait encore mieux. Les français ont-ils conscience que leur belle culture est vouée à disparaitre ? (Livre « les corps indécents ») Les musulmans, par leur nombre croissant, deviendront majoritaire d’ici une génération. L’immigration-invasion nous est imposée par le Traité de fonctionnement de l’Europe (articles 67, 69 et 79) et se conjugue avec leur très nombreuse progéniture. Déjà à Mulhouse on compte 60 % de musulmans suivant les affirmations d’Arlette Grosskost députée UMP (interview parue dans le Journal Dernières Nouvelles d’Alsace en février 2011). Il semblerait que la situation soit assez identique à Roubaix, Evreux, Amiens etc. Cela n’a pas l’air de préoccuper le peuple de France. Demain il sera trop tard.

    17/01/2013 à 13 h 48 min
    • Banro Répondre

      Oui, « Demain il sera trop tard. » !
      Il est temps que les vrais patriotes français se révoltent contre l’islamisation de notre pays et plutôt que d’aller faire la guerre au Mali, alors que la France a soutenu les islamistes tunisiens, égyptiens et syriens, elle ferait mieux de s’attaquer aux zones de non-droit où la pomlice ne peut plus entrer !
      Aux armes citoyens …

      17/01/2013 à 21 h 28 min
  • AZ Répondre

    – La distinction entre « pays légal » et « pays réel » est une invention de Maurras, c’est-à-dire d’un individu né sous le Second Empire, condamné à la dégradation nationale et à la prison à perpétuité pour intelligence avec l’ennemi.

    – Au demeurant, cela n’est pas le plus marquant : Maurras n’a cessé, durant toute sa vie, de soutenir les idées les plus ringardes et de perdre tous ses combats idéologiques (à commencer par son combat contre Dreyfus). Quelle référence !

    – Par ailleurs, je signale que si, en mai 1968, les élections se sont traduites par un raz-de-marée électoral de la droite, c’est-à-dire par une victoire « politique », du point de vue idéologique, la révolution de mai 1968, a été pour la droite, à moyen et long terme, une défaite à plates coutures…

    – En effet, ce sont toutes les valeurs de mai 1968, rigoureusement toutes, qui se sont imposées, et parfois même par la droite et avec la droite : l’autorisation de l’IVG (remboursée), l’émancipation des femmes, la dépénalisation de l’homosexualité (et la pénalisation concomitante de l’homophobie), la mise sur un pied d’égalité des enfants nés hors mariage avec les enfants dits « légitimes » (quel horrible adjectif !), la pénalisation du racisme, etc.

    – Il s’est passé en 1968 la même chose que ce qui s’était passé, 120 ans plus tôt en 1848 : toutes les révolutions ont été écrasées, à l’époque, par les forces réactionnaires, mais 20 à 25 ans plus tard, leurs objectifs ont triomphé (certes partiellement), avant de triompher définitivement en 1918, avec la disparition des trois grands empires qui, cent ans plus tôt, avaient tant contribué à étouffer la France révolutionnaire…

    17/01/2013 à 10 h 39 min
  • Shadok Répondre

     » Si un million de musulmans demandent la construction de mosquées avec minarets ?  » dit @Jaures.

    Aucune raison de manifester pour cela , on a construit en France 2000 mosquées en 40 ans, sans compter les centres  » culturels  » islamiques.

    D’Autre part si 100.000 musulmans avaient manifesté contre le mariage homo plutôt que la France  » moisie et catholique  » il y a fort à parier que le projet de loi aurait été reporté ou retiré.

    17/01/2013 à 10 h 20 min
  • Daniel Grosmaire Répondre

    -1: Qui a signé cet article aux 4 Vérités? Est-ce monsieur de Thieulloy?
    -2: Venant de Toulouse, j’ai participé à cette manif pour tous au départ de Denfert Rochereau et ai écouté les discours tenus sur le podium dressé sur le champ de Mars par les différents organisateurs. Je n’ai pas du tout aimé la teneur du discours tenu par Frigide Barjot (elle n’a d’ailleurs pas gagné la palme à l’applaudimètre, loin s’en faut) et partage l’avis du rédacteur.

    16/01/2013 à 19 h 13 min
    • Banro Répondre

      Oui c’est bien : par Thieulloy (de) Guillaume, c’est écrit en titre de l’article.
      Quant à Frigide Barjot, je partage votre avis.

      16/01/2013 à 23 h 50 min
  • Jaures Répondre

    F.Hollande n’est pas mécontent du succès de la manifestation. Cela lui permet de dire non à une population qui n’a probablement jamais eu ne serait-ce que l’idée de voter pour lui, et de ressouder sa majorité autour d’un projet commun en passant à bon compte pour un président fort. Pour l’avenir, il n’a pas à s’inquiéter (sur ce point, du moins). Partout où le projet est passé (même après des manifestations aussi imposantes comme en Espagne), il a fait consensus en quelques années.
    L’article souligne bien d’ailleurs les limites du mouvement: pas de leaders crédibles (vous pensez que F.Hollande va recevoir Frigide Barjot à l’Elysée ?), majorité parlementaire unie, sociologie du mouvement réduite (population de droite, catholique, plutôt âgée).
    Par ailleurs, l’argumentaire est une boîte de Pandore. Si un millions de manifestants selon les organisateurs est suffisant pour obtenir satisfaction, que faire si un million de fonctionnaires défilent pour obtenir une augmentation ? Si un million de musulmans demandent la construction de mosquées avec minarets ? Si un million de salariés exigent l’interdiction des licenciements ? Croyez-moi que si un nombre donné de manifestants suffit pour faire fléchir un gouvernement, les défilés vont s’enchainer et battre le pavé parisien va devenir la sortie à la mode.

    16/01/2013 à 15 h 55 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: