2009-2019: une décennie noire ?

Posté le février 04, 2020, 10:39
5 mins

Grâce à un lecteur qui a attiré mon attention sur ce sujet, j’ai découvert avec beaucoup de retard le Baromètre de la confiance politique (réalisé par le Cevipof, centre de recherches associé à Sciences Po) de 2019.

Cette édition était particulièrement intéressante car elle était assortie d’une étude sur la décennie 2009-2019.

Et les résultats sont si explosifs que la presse bien-pensante a purement et simplement « oublié » la moitié des pages de ce Baromètre. Seul « Valeurs actuelles » a eu la curiosité d’aller y voir de plus près.

Les auteurs de l’étude parlent de « décennie noire » et ce n’est pas un vain mot. Pour la première fois depuis 1944, les Français ne croient plus que leurs enfants vivront mieux qu’eux.

La société française, dit l’étude, est marquée par « un fragile optimisme individuel et d’un fort pessimisme collectif ». Il est d’ailleurs remarquable qu’aux trois dernières présidentielles, le vainqueur ait réuni moins de 50 % des électeurs inscrits.

Ce fort pessimisme collectif s’explique aisément : tout ce qui pouvait donner aux Français le sentiment de partager un commun destin collectif a été méthodiquement détruit.

Les enfants n’apprennent plus la culture française à l’école : les humanités, qui constituaient jadis le B-A BA de notre vision du monde, ont été détruites car supposément trop « élitistes » et l’histoire est devenue une longue litanie de repentances.

Dans le même temps, l’immigration et le refus d’intégration (tant de la part d’une large part de la population immigrée que de la part des prétendues « élites ») ont conduit à une véritable politique de ghetto.

Ghetto physique d’abord : dans certains quartiers de France, nous ne sommes plus en France, mais dans une banlieue de Bamako, Ankara ou Alger. Et les Français sont chassés de ces quartiers ou sommés de se comporter en étrangers dans leur propre pays. Ghetto culturel, beaucoup plus généralement : la culture française cohabite avec beaucoup d’autres – souvent mieux traitées par l’État.

S’ajoute l’extrême individualisme qui conduit à des aberrations selon lesquelles je peux être tout ce qui me passe par la tête et le reste du monde est sommé de respecter mes moindres lubies.

Que cela conduise à des absurdités ne semble même pas effleurer la caste jacassante. Tout récemment, la présidente des Associations Familiales Catholiques, médecin de formation, se trouvait à l’Élysée et a eu l’occasion de dire à Emmanuel Macron les raisons de son opposition au projet de loi bioéthique.

Le président lui a répondu : « Votre problème, c’est que vous croyez qu’un père est forcément un mâle. Tous les psychanalystes vous diront le contraire. »

Le moins que l’on puisse dire, c’est que tous les psychanalystes ne pensent pas qu’il soit aisé de remplacer un père par une grand-mère comme le proposait Mme Buzyn.

Mais le plus extravagant n’est même pas cette ineptie : M. Macron est l’incarnation de la société rêvée par Mai 68, sans racine, sans famille, sans culture et on n’attend pas autre chose de sa part. Mais que personne ne réagisse dans la « grosse presse » en dit long sur la déconnexion de l’oligarchie, non seulement par rapport au peuple, mais surtout par rapport au réel.

Les conséquences de cette tragique déculturation, mentionnées dans le Baromètre, sont dès lors logiques : 63 % des sondés estiment que la démocratie ne fonctionne pas bien. Seuls 30 % ont confiance dans les syndicats, 25 % dans les médias et 12 % dans les partis politiques.

Bref, le rejet est immense et cette décennie noire pourrait bien annoncer la fin de la dissociété soixante-huitarde. Et annoncer alors la résurrection de la France ?

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

4 réponses à l'article : 2009-2019: une décennie noire ?

  1. quinctius cincinnatus

    09/02/2020

     » une décennie noire ?  » … non pas , mais seulement  » grise « , à la fois maussade et triste et pour certaines  » activités « , toutes celles qui échappent aux contrôles des statistiques … officielles et donc de la Justice … Nous avons déjà bien assez avec  » nos heures les plus sombres de notre Histoire  » sans avoir le masochisme d’ y ajouter des heures qui seraient, elles, noires !

    allez citoyens ! un sursaut de vitalité , de lucidité, et d’ enthousiasme !

    Vive la Nation !

    Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    06/02/2020

    à tous les hommes ( et femmes ) politiques :

    le  » principe de Peter  » est valable pour tous et pour toutes et il est cruel

    il faut connaître ses limites et savoir s’ arrêter à temps

    Répondre
  3. OMER DOUILLE

    05/02/2020

    Si j’ai bien compris, Macron estimant que le père n’ est pas forcément un « mâle », selon les psychanalystes – ils les fréquente beaucoup les psys en question?-, promeut la famille tuyaux de poele.
    Il est passé et passe encore pour « très intelligent », bien qu’il se soit ramassé a deux reprises au concourt de la rue d’Ulm, mais j’ai de forts doutes, surtout en observant sa politique, ses sorties ineptes et son attitude inutilement prétentieuse. Par contre il reste un bon comédien, comme je l’avait pressenti dès son avènement.
    Vous allez voir qu’il va nous refaire le coup des jours les plus sombres et de l’approche de l’ombre de la mort aux prochaines présidentielles . Dès lors, une majorité de craintifs se jettera de nouveau dans ses bras. Il faut dire aussi qu’il n’a pas grand chose à craindre des autres partis non plus. Donc le clown en chef va poursuivre son numéro.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      06/02/2020

      depuis bientôt un siècle la  » pensée  » française est sous l’ emprise prégnante d’ une secte la psychanalyse et d’ un charlatan le docteur Freud

      elle est aussi toujours sous la dépendance dictatoriale du marxisme

      Marx et Freud voilà la boussole et le sextant

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)