2014 : une année sombre – 2015 : guère mieux !

2014 : une année sombre – 2015 : guère mieux !

Comme chaque année, j’entends tirer ici le bilan de l’année qui s’achève et tracer des perspectives pour l’année qui commence.

Il serait difficile de ne pas dire que l’année 2014 a été une année très sombre pour la France. Le Président Hollande a parachevé dans le grotesque l’abaissement de ses fonctions en allant faire le pitre à scooter, rue du Cirque. Il a procédé à un changement de gouvernement aux allures de jeu de chaises musicales, sans la musique, et a prétendu amorcer un virage politique qui n’en a jamais été un. L’économie du pays a continué à stagner et à s’enliser.

L’inepte Christiane Taubira est restée ministre de la Justice. Le dogmatique et robespierriste Vincent Peillon a quitté le ministère de l’Éducation pour être remplacé par la féministe à géométrie variable Najat Vallaud-Belkacem. Arnaud Montebourg a cessé de s’occuper du secteur entrepreneurial pour reprendre ses études et aller apprendre comment fonctionne une entreprise (il aurait pu l’apprendre avant de devenir ministre).

Manuel Valls a laissé le ministère de l’Intérieur à un homme qui a appelé à manifester contre un journaliste – ce qui est sans précédent de la part d’un ministre de l’Intérieur. Emmanuel Macron propose des simulacres de déréglementation qui n’auront pas même des résultats cosmétiques.

L’UMP s’est décomposée dans des guerres picrocholines. La justice a montré qu’elle était très largement aux ordres. Le Front national est devenu le premier parti du pays avec un programme économique de gauche.

À l’échelle internationale, le conflit ukrainien a montré l’impuissance délétère de l’Europe.

La montée en puissance de l’État Islamique sur les décombres de la Syrie et de l’Irak a montré que la décomposition du monde arabo-musulman, enclenchée avec ce que d’aucuns ont appelé le « printemps arabe », se poursuivait et enfantait des monstres.

Elle a montré aussi que le monde post-américain dont rêvent certains et que veut très activement Barack Obama est un monde plus chaotique et plus sanglant. La décision prise par Barack Obama de sauver la dictature castriste à Cuba a montré que le monde post-américain serait, aussi, un monde moins propice pour la liberté et plus propice pour tyrans et satrapes.

L’année 2015 ne devrait pas être plus reluisante. Elle devrait voir la débâcle socialiste en France se poursuivre, tout comme la décomposition du monde arabo-musulman.

Nicolas Sarkozy voudra tenter de rebâtir l’UMP. Tout sera fait pour que ce ne soit pas le cas. Alain Juppé sera de plus en plus nettement le candidat de re­change des socialistes.

François Hollande tentera de regagner de la crédibilité, ce qui, vu son niveau actuel, ne sera pas très difficile.

Marine Le Pen continuera sans doute à progresser, sans aucune chance d’être élue en 2017.

L’islam radical continuera son œuvre de destruction. Barack Obama tentera de laisser sa marque dans l’histoire en tentant de se rapprocher des mollahs iraniens, mais Khamenei refusera le rapprochement, ce qui laissera les États-Unis affaiblis et humiliés (ce qui est, en fait, le souhait d’Obama).

Le reflux des islamistes en Tunisie et le retour à une ère Ben Ali, sans Ben Ali, seront une mince lueur d’espoir, tout comme la reprise en main poursuivie de l’Égypte par le maréchal Sissi.

La Russie restera ce qu’elle est : un régime autocratique s’efforçant de ne pas sombrer. La Chi­ne continuera à s’essouffler.

Le seul espoir réel serait que les États-Unis renouent avec le dynamisme et la puissance, mais rien ne vient conforter cet espoir : après le premier noir Président, devrait se mettre en place la perspective pour 2016 : la première femme Président. Après Barack, Hillary. Personnes différentes, mêmes penchants gauchistes. Si Hillary est élue en 2016, il sera vraiment temps de s’inquiéter et ceux qui ont détesté l’ordre américain pourront se réjouir du désordre généralisé et des orages lourds montant à l’horizon…

Guy Millière

Partager cette publication

(5) Commentaires

  • Bryan Travis Répondre

    Alors 2015 sera une annee moyenne: meillieur que 2016, et pire que 2014, donc moyenne. (Mes apologies a Glenn Reynolds, le formidable Instapundit)

    10/01/2015 à 8 h 10 min
  • Claude Roland Répondre

    Vous doutez que Mr Millière ait raison avec son positionnement pro-israélienne ? Vous n’avez pas tort…

    Les islamistes sont instrumentalisés. Mais par qui ?…Là est la vraie question.

    L’histoire se répète, malheureusement, parfois sous d’autres apparences, mais elle se répète pour qui est cultivé et sait être lucide, malgré les voeux des benêts genre « plus jamais ça ».
    Pour comprendre la réalité de ce qui s’est passé et va se passer dans le monde, je recommande vivement de lire : « Des pions sur l’échiquier », de l’Amiral William Guy CARR, Ed. St Rémi.
    Ce livre extraordinaire a été enfin traduit de l’anglais. Il explique, par un ancien directeur des services secrets canadiens (pas un amateur), la réalité de l’histoire du monde qui a très peu à voir avec les manuel d’histoire « arrangés ». Là, vous aurez la réalité bien documentée et vous comprendrez tout des évènements qui ont fait notre histoire nationale et mondiale. Mais attention, attachez vous à votre siège…
    Ce livre est une révélation puissante et très bien documentée par un chercheur avisé.
    Et vous pourrez juger alors si Mr Millière a raison de défendre qui il défend.

    08/01/2015 à 9 h 28 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      Nous devrions TOUS SAVOIR que TOUTES les idéologies SANS qu’ il y ait une seule EXCEPTION sont les  » matrices intellectuelles  » qui donnent naissance à des fidèles aveugles et sourds ( mais hélas jamais muets ) aux réalités de ce Monde … il faut dire qu’ elles s’ entendent à merveille à ne pas cultiver chez leurs croyants le moindre soupçon d’ esprit critique

      11/01/2015 à 19 h 53 min
  • BRENUS Répondre

    Vous faites erreur : ce n’est Hillary, mais Elle a rit , très fort. En prenant ses concitoyens non gauchistes pour des cons.

    07/01/2015 à 18 h 42 min
  • DESOYER Répondre

    Pourquoi dire Hillary et non pas Madame Clinton. Employer ce langage de supporter, c’est entrer dans son jeu.

    07/01/2015 à 13 h 33 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: