Agression d’Éric Zemmour

Posté le mai 05, 2020, 11:42
3 mins

Eric Zemmour a été agressé, le 30 avril, pendant qu’il faisait ses courses, par un jeune homme qui a filmé la scène et s’en est vanté sur les réseaux sociaux.

Ce simple fait en dit long sur le sentiment d’impunité des racailles, d’une part, et sur le terrorisme intellectuel, d’autre part, qui sévissent dans notre pays.

Sentiment d’impunité d’abord : il faut être sûr de ne rien risquer pour assumer ainsi publiquement ses méfaits.

Terrorisme intellectuel ensuite : combien de journalistes ou de politiciens ont-ils affirmé que le discours d’Éric Zemmour était « nauséabond » ?

Qui prétendra que ce lynchage médiatique incessant n’a pas préparé la délirante agression verbale (et peut-être même physique car l’agresseur se vante d’avoir craché sur le journaliste, bien qu’on ne le voie pas dans la vidéo) ?

Bon nombre de personnalités de la caste jacassante ont apporté leur soutien à Zemmour. Mais, compte tenu de ce lynchage médiatique antérieur, je dois avouer que certains soutiens me semblent à la lisière de l’indécence.

En tout cas, cela a dû surprendre l’agresseur – qui devait supposer qu’un « facho » agressé ne recevrait aucun soutien – car celui-ci s’est fendu d’une deuxième vidéo.

Celle-ci est peut-être encore plus stupéfiante que la première. Il y déclare : « C’est impossible de parler avec lui, il est super fort, à part insulter sa mère vous voulez faire quoi ? » Fascinant hommage !

Mais cet hommage paradoxal ne vaut pas seulement pour la petite frappe qui s’est rendue coupable de cette agression. Il vaut aussi pour les nombreux ténors de la gauche bien-pensante qui veulent faire taire le talentueux journaliste en harcelant les médias qui l’accueillent – simplement parce qu’il est trop fort pour eux et qu’ils sont incapables de répondre à ses arguments.

Dans de telles situations, on mesure les reculs de nos libertés, notamment celle de penser et de s’exprimer.

On mesure aussi toute l’hypocrisie du cirque « Je suis Charlie » de 2015. En réalité, il n’était alors nullement question de liberté d’expression, simplement d’unanimisme pour éviter que François Hollande et les siens subissent la critique légitime des Français, et pour protéger l’islam de toute question.

Parmi les réactions à la fois dignes d’intérêt et dignes tout court à cette agression, je relève celle de François-Xavier Bellamy : « Ne défendre les droits que de ceux dont on partage les idées, c’est être prêt au totalitarisme. » Hélas, il y a fort à craindre que la caste politico-médiatique soit parfaitement prête au totalitarisme !

2 réponses à l'article : Agression d’Éric Zemmour

  1. OMER DOUILLE

    10/05/2020

    Antienne des muzzs de France : « Zemmour, unique objet de mon ressentiment »
    La bête doit mourir, etc….
    Comment, un descendant – Juif de surcroit – du peuple maghrebin , se permettre d’aimer la France mieux qu’un de ces salauds de koufars, c ‘est insupportable et ne pas lui cracher dessus comme ses élites genre BM-WC.
    Et puis, ce Zemmour qui nous connait bien, et pour cause, révèle aux naifs comment nous les niquons.
    Ceci peut être dommageable pour les nouveaux colons que nous sommes. Mais nous faisons confiance en la justice gaucho-islamiste pour stopper cela net.
    Nous seuls avons des droits dans cette terre de conquête. Inch’Allah.
    Arouamenachouyabarka.

    Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    05/05/2020

    le totalitarisme c’ est lorsque l’ autre a le pouvoir

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)