Après la pandémie, le désastre…

Après la pandémie, le désastre…

Quasiment toutes les nouvelles qui me parviennent de la France montrent un pays glissant vers le désastre.

Un assassin islamiste antisémite est déclaré irresponsable de ses actes parce qu’il avait fumé du haschich et avait été pris d’une «bouffée délirante»: comme il ne s’agissait que d’une «bouffée», il ne restera pas dans l’institution psychiatrique dans laquelle il avait été placé le jour même de l’assassinat qu’il a commis.

Il sera vraisemblablement bientôt dehors, pourra retourner à la mosquée, fumer à nouveau du haschich et, s’il assassine à nouveau, la justice lui aura donné l’opportunité de le faire.

Un autre islamiste, impliqué dans l’assassinat de deux jeunes filles à Marseille a, lui, bénéficié d’un non-lieu.

Dire que la justice française est imprégnée de lâcheté islamophile, d’aveuglement servile face à l’antisémitisme musulman et de déliquescence serait bien en deçà de la réalité.

En parallèle, la gestion de la pandémie reste ubuesque et ne cesse de montrer à quel point ce pauvre pays est dirigé par des crétins cyniques.

Les « vagues » supposées n’en finissent pas de se succéder, les confinements aussi.

Des réouvertures sont envisagées en mai, mais il se dit que le couvre-feu devrait se poursuivre jusqu’à l’automne, sauf changement de dernière minute.

Les médicaments qui soignent ne peuvent toujours quasiment pas être prescrits et la campagne de vaccination est erratique.

Les chiffres réels indiquant la situation économique du pays sont absents et les chiffres maquillés abondent.

L’argent créé ex nihilo continue à être distribué, et nul ne sait quand la distribution cessera, car, lorsqu’elle cessera, ce sera le moment de vérité.

Il deviendra flagrant à ce moment que la France est en situation de banqueroute, que le chômage et la pauvreté ont explosé, que des milliers d’entreprises maintenues en respiration artificielle sont condamnées à mort.

Et il semble flagrant que Macron veut retarder l’échéance et voudrait sans doute la retarder jusqu’à l’élection de 2022: mais distribuer de l’argent créé ex nihilo ne peut se faire à l’infini.

Macron espère être réélu et pouvoir, pour cela, diaboliser suffisamment Marine Le Pen, qui semble le seul candidat susceptible d’arriver au deuxième tour.

J’avais, avant la pandémie, achevé l’écriture d’un petit livre sur la France, et je l’avais appelé «Y a-t-il quelqu’un pour sauver la France?».

Le livre était pessimiste.

Il venait vingt ans après un autre livre que j’avais écrit sur le même sujet, appelé, lui, «Un goût de cendres, France, fin de parcours?».

J’avais écrit il y a six ans un autre livre encore, appelé «Voici revenu le temps des imposteurs», consacré à ceux qui gouvernent la France et à expliquer comment le pays en était arrivé là.

Je disais dans «Y a-t-il quelqu’un pour sauver la France?» que, si je devais utiliser à nouveau l’expression «fin de parcours», je pourrais difficilement recourir encore à un point d’interrogation.

Et que, si je devais parler d’«imposteurs», le mot me paraîtrait désormais très en dessous de la réalité.

Je parlais de l’effroyable gestion du pays par Macron.

La pandémie est survenue, et j’ai compris que je devrais réécrire le livre.

Le pessimisme qui m’imprégnait et que mes analyses venaient étayer ressemblait presque à de l’optimisme, et la situation présente, treize mois après le début de la pandémie, est – et je l’écris le cœur serré – de l’ordre du cataclysme.

La pandémie a mis au jour l’immense délabrement de toutes les institutions françaises, l’infinie médiocrité de l’essentiel de la classe politique française, l’existence d’une clique de professeurs de médecine corrompus, l’esprit de soumission de l’immense majorité des journalistes français, l’horrible incompétence de Macron, et son insondable mépris pour le peuple français.

Il y aura un moment où nous serons après la pandémie: ce que verront ceux qui ouvriront les yeux à ce moment sera un paysage d’horreur.

Sera-t-il possible à ce moment de rebâtir? J’aimerais le penser. J’aimerais vraiment.

Je n’en suis pas certain.

Je suis d’autant plus enclin à l’extrême pessimisme aujourd’hui que la France est loin d’être le seul pays à être tout au bord du gouffre.

Je crains qu’un déclin irrémédiable soit en train d’affecter la civilisation occidentale tout entière.

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

Partager cette publication

(2) Commentaires

  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    Citation:
    Je suis d’autant plus enclin à l’extrême pessimisme aujourd’hui que la France est loin d’être le seul pays à être tout au bord du gouffre.

    Avec Macron ici en France et Bidon du côtè US faisons un grand bond en avant pour sortir de la pandémie.
    Le gouffre sans fond, également connu sous le vocable « poubelle de l’histoire » saura nous engloutir écologiquement, cela va de soi.
    Sur les abords de gouffre les scientifiques pourront peut-être un jour lire le déroulement de la déconstruction dans l’horizon des évènements.
    Cela nous fera naturellement à toutes et tous une belle jambe.

    En attendant clamons haut et fort.
    « Ave Imperator, morituri te salutant… »

    21/04/2021 à 14 h 03 min
  • theodule Répondre

    Un ministre disait à l’époque (1969) « 1968 atout défloré et rien fécondé)
    Que cession matière des anté, d’éducation, de culture , d’économie ou de socité, le quinquennat Macron a beaucoup DETRUIT et RIEN CONSTRUIT

    20/04/2021 à 12 h 10 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: