Ce qu’il faut savoir et ne pas dire

Posté le 04 décembre , 2018, 3:36
9 mins

Les lignes suivantes sont tirées du livre de Laurent Obertone, « La France interdite, la vérité sur l’immigration », l’un des meilleurs tirages récents en Europe.

D’entrée de jeu, Laurent Obertone dit l’essentiel : « L’immigration est l’événement par excellence. Elle est l’information la plus importante de notre siècle. »

La population française ? La voici : 5,4 millions de descendants de Maghrébins, soit 8,3 % de la population ; 2,75 millions de descendants d’Africains subsahariens, soit 4,2 % de la population ; 1 million de descendants d’Asiatiques, soit 1,5 % de la population ; 625 000 descendants de la diversité « autre », soit 1 % de la population ; 600 000 descendants de Turcs, soit 0,9 % de la population ; 500 000 descendants de harkis, soit 0,7 % de la population ; 500 000 Roms, soit 0,7 % de la population ; 400 000 clandestins, soit 0,6 % de la population. Cela nous donne un total de 11,8 millions d’individus issus de la diversité visible, soit 18 % de la population métropolitaine. C’est l’estimation la plus basse qu’il soit possible d’établir avec les chiffres officiels (p. 23).
« Ne faites pas 3, mais 5 enfants. Vous êtes l’avenir de l’Europe », a déclaré Recep Tayyip Erdogan aux Turcs d’Europe le 17 mars 2017.

Selon l’INSEE, 783 640 naissances ont été recensées en 2016 en France, 30,9 % de ces nouveau-nés étaient issus de l’immigration.

En 2014, la France consacrait 34,3 % de son PIB à la protection sociale, c’est-à-dire près de 43 000 euros par habitant et par an. En 2016, l’État a versé 56 863 subventions différentes pour un montant total de 4,69 milliards d’euros. En 2013, près de la moitié des ressources des associations, soit 47,2 milliards d’euros, provenaient de l’argent public. En 2016, selon l’Observatoire national de l’action sociale, le montant des seules aides sociales départementales frôlait les 37 milliards d’euros.

Un smicard français gagne en un mois plus qu’un Africain subsaharien en un an, selon la Banque mondiale.

Chaque année, sur les 40 000 demandes de titres de séjour reçues pour raison médicale, la France en accepte les deux tiers avec prise en charge totale.

Sur les 220 000 titres de séjour accordés pour la première fois en 2015, 60 % concernaient des Maghrébins et des Africains d’Afrique noire, 25 % des Asiatiques, Turcs inclus (p. 79).

Selon Eurostat (2016), en un an, le nombre de mineurs non accompagnés a été multiplié par 4. Ils sont à 91 % des garçons venant d’Afrique noire.

L’activité des passeurs représente un chiffre d’affaires de 35 milliards de dollars par an.

Le journal allemand « Bild » du 23 juin 2018 révèle qu’un grand nombre de demandeurs d’asile sont poursuivis dans leur pays pour crimes, meurtre ou terrorisme. Le droit d’asile apparaît comme étant une filière d’immigration, la régularisation d’un acte d’invasion. Le taux officiel de criminalité s’est multiplié par 7 entre 1964 et 1984. Il faut savoir que les chiffres officiellement publiés représentent à peu près le tiers, voire le quart de la réalité (p. 82).

Les expertises médicales menées en Suède, sur 7 858 cas de mineurs étrangers, ont montré que 80 % d’entre eux étaient majeurs.

En 2013, selon le Haut-commissariat des nations unies pour les réfugiés, le nombre total de déplacés dépassait les 51 millions. Les Nations unies estiment qu’en 2025, un milliard de personnes seront déplacées dans le monde.

La population mondiale s’accroît de 83 millions de personnes chaque année.

L’Europe comptera dans 30 ans entre 150 et 200 millions d’Afro-européens contre 9 à l’heure actuelle. Pour la seule France, cela représente 50 millions d’individus (p. 97).

L’Allemagne a déboursé 29 milliards d’euros en 2016 pour l’accueil des réfugiés ; en 2017, 27 milliards.

Et des milliards sont transférés chaque année par les immigrés, vers leurs pays d’origine, notamment en Afrique.

En 2007, 71 % des étrangers infectés par le virus du Sida étaient d’origine africaine. Le seul Sida coûterait à la France plus de 1,1 milliard d’euros de soins par an.

Le risque de catastrophe sanitaire est très élevé. En 2016, l’université de Zurich a décrit le cas d’immigrés venus de la corne de l’Afrique présentant des formes de tuberculose résistantes aux antibiotiques. Le coût de telles prises en charge est considérable.

Les délinquants et criminels issus de l’immigration représentent les deux tiers des crimes et délits commis en France.

L’immigration de quantité alimente sans fin les dépenses publiques.

Les dépenses sociales ont été multipliées par trois en 20 ans.

Les prélèvements obligatoires par 8 en 30 ans. C’est le cas de la France (p. 180).

L’explosion de la criminalité et du chômage a bel et bien suivi celle de l’immigration et de la protection sociale. Immigration et socialisme sont les naufrageurs de la France. En 2016, 400 000 habitants des quartiers « prioritaires » vivaient à 100 % de prestations sociales (p. 124).

La part des prestations sociales dans les revenus des immigrés venus d’Afrique est 6 fois plus importante que celle des natifs qui paient, eux, deux fois plus d’impôt.

L’Europe, qui s’est battue pendant des siècles pour empêcher toute progression de l’islam sur son sol, se bat aujourd’hui pour la favoriser.

La distribution de la nationalité française : il existe plus de 3 millions de binationaux, très largement aux origines africaines. Ils votent.

La première religion de Seine Saint-Denis est l’islam. Depuis 2002, le prénom le plus donné est Mohamed.

C’est par milliers que les Juifs quittent aujourd’hui la France islamisée. En France, les Subsahariens ont des taux de criminalité et de chômage respectivement 8 et 2 fois supérieurs à ceux des natifs.

On a trouvé à Bobigny un Malien aux 46 enfants qui, à ce titre, recevait 7 000 euros par mois d’allocations.

0 % des étudiants africains et 1 à 3 % des étudiants maghrébins atteignent le niveau de compétence élevée en mathématique, contre 81 % des étudiants de Hong Kong et 61 % des étudiants japonais. Au nom de la lutte contre la discrimination raciale, nous aurons des aveugles africains pilotes de ligne, ce n’est qu’une question de temps (p. 293) !

« Dès le début du quinquennat, je veux créer du logement très social de manière massive, a déclaré Emmanuel Macron le 16 avril 2017. » Il s’est par ailleurs déclaré favorable à l’invasion migratoire en élargissant le regroupement familial.

Nous sommes sur la voie d’un effondrement progressif dont nous ne nous relèverons pas (p. 344).

Les problèmes évoqués ci-dessus sont insolubles. Mais si un lecteur avait par extraordinaire la solution, qu’il veuille bien la communiquer aux « 4 Vérités ».

L’utopie socialiste, c’est le refus du réel. « La carotte peut bien être en plastique, pourvu que l’âne avance » (p. 371), ajoute, non sans humour, Laurent Obertone !

 

 

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

11 Commentaires sur : Ce qu’il faut savoir et ne pas dire

  1. zoé

    6 décembre 2018

    Arrêtons de procréer, nous sommes bien trop sur terre et plus nous sommes nombreux, plus il y a de problèmes. La démographie explose alors que nous avons un chômage exponentiel, ça suffit et c’est criminel de demander aux gens de faire encore et encore des enfants, pour leur offrir quoi, quel avenir ? si macron signe le pacte de Marrakech, nous irons tout droit à la guerre civile avec des morts et des morts. Ce pacte est suicidaire et macron aura tout fait pour mettre la France dans le chaos. C’est un fou dangereux qui mène à la ruine de notre beau pays.

    Répondre
    • KAVULOMKAVULOS

      7 décembre 2018

      Ce ne sont pas les enfants des populations d’origine européenne qui posent un problème d’explosion démographique, mais bien ceux des allogènes (mélangistes compris qui ne reconnaissent jamais leur part d’héritage européen). Voyez les statistiques réelles des naissances (et pas la totalité englobant tous les mohamed et mamadou) Vous pouvez, vous et votre famille, refuser la moindre procréation, c’est sans importance : les autres s’en chargent. Et exigent, en plus, que vous preniez en charge leurs produits.
      Rêvons un peu, comme dans un film de science fiction : un groupe très discret et avec de gros moyens aurait trouvé comment exporter les blancs sur une autre planète vivable avant qu’ils se fassent zigouiller comme en afrique du sud. Ils partent et laissent la terre entière à l’afrique pour la finir. Il faudra quand même que celle-ci compte avec les chinois qui, eux, n’auront pas les pudeurs de pucelles tant à la mode en occident.

      Répondre
    • quinctius cincinnatus

      8 décembre 2018

      le ” pack ” de Marrakech se vend d’ un bloc ; il n’ y a pas de vente à l’ unité possible; à prendre ou à laisser !

      Répondre
  2. HansImSchnoggeLoch

    5 décembre 2018

    Lu dans la presse:

    // Un enseignant, âgé de 66 ans, a été tué de plusieurs coups de couteau devant l’université privée Léonard-de-Vinci dans les Hauts-de-Seine ce mercredi à la mi-journée. Un étudiant de 37 ans a été interpellé. //

    Remarques:
    Un étudiant de 37 ans??
    N’y-a-t’il pas de limite d’âge en France pour cette noble confrérie?
    Quelle est donc la nationalité du manipulateur de couteau?

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      5 décembre 2018

      // Quelle est donc la nationalité du manipulateur de couteau? //

      On en sait plus c’est un “paki”.
      Qu’est ce qu’il vient foutre alors qu’on a refusé l’asile à Asia Bibi?

      Répondre
  3. vozuti

    4 décembre 2018

    lorsqu’on nous donne des statistiques ethniques,on a toujours l’impression qu’il y a une erreur de calcul quelque part:
    11 millions,c’est seulement le nombre d’immigrés qui se sont installés depuis la loi chirac de 1975,si on se base sur le chiffre de 250000 par an.
    si on ajoute les naissances,avec un taux de natalité de 3,il faut ajouter au moins 15 millions de naissances,plus les naissances de la troisième génération.ce qui amène à 30 millions au minimum.après il faut encore rajouter ceux qui se sont installés avant 1975.
    en retranchant les immigrés d’origine européenne et les décès,on ramène peut-être le chiffre à une vingtaine des millions,mais je ne vois pas comment on peut descendre à 11.8 millions,sauf si on part du principe que les immigrés ont un taux de natalité autour de 0.

    Répondre
  4. HansImSchnoggeLoch

    4 décembre 2018

    Lu sur le site de Valeurs Actuelles
    Article: “L’Etat s’attaque de nouveau à la crèche de Robert Ménard”

    Le sous-préfet a annoncé qu’un référé allait être déposé devant le tribunal administratif de Montpellier.
    Un commentaire d’un lecteur que je ne peux m’empêcher de citer ci-dessous

    // Encore un sous-préfaillon qui fait sa crise d’autoritarisme; attention les gauleiter au petit pied, bras armés d’un Etat qui n’est plus qu’un oppresseur ,le peuple en a marre des énarques qui nous disent ou mettre les crêches. Ménard a été élu, le sous-préfet a juste été déposé comme une merde dans sa sous-préfecture. Légitimité zéro.//

    J’aime bien la tirade: “le sous-préfet a juste été déposé comme une merde dans sa sous-préfecture. Légitimité zéro.”

    Répondre
  5. KAVULOMKAVULOS

    4 décembre 2018

    Dans une récente émission de TV sur le sujet, une controverse avec, bien sûr, Zemmour et un inévitable faux-cul pro-içnvasion. Zemmour, exposant lui aussi la situation de l’immigration et ses conséquences aboutissait à trois solutions pour y faire face :
    – une levée en masse des français/européens contre, avec retour aux envoyeurs de la plupart des auto-invités. Mais quasi impossible à réaliser.
    – l’instauration dans une ou deux decennies d’une république islamique (voila qui fera plaisir à l’idiot de service)
    – la partition évoquée par Hollande.
    Ne pouvant me résigner aux deux premières alternatives je pense qu’il faut choisir la troisième, mais sur un territoire bien
    délimité et détaché du pays dans lequel tous les pseudo-français de papiers pourraient être acheminés. J’aurais bien pensé à la Corse qui rechigne a rester dans la république, mais c’est trop petit, même si ses élites sont prêtes à recevoir le flots africain dans ses ports selon les dires de leurs grandes bouches.
    Finalement, je crois que la Bretagne ferait l’affaire, pour la totalité de sa péninsule, d’autant qu’elle semble très ouverte à l’arrivée de contingents africains. Elle pourrait même se choisir une duchesse bronzée avec un nom exotique genre Hatsabigouden.
    Dès lors, plus question de double nationalité franco machin chose en jouant les sangsues sur les “gaulois” et autres “faces de craie”. Tu es français ou pas . Point. Et si tu ne l’es pas tu ne viens pas nous emmerder .

    Répondre
    • Hilarion

      6 décembre 2018

      La partition. Territoriale certes, mais il y aura par nécessité un cordon ombilical, qui de la partie qui sait faire de la richesse, la partie de souche, vers les territoires partitionnés dont on ne voit pas pourquoi il se mettraient subitement à en produire. Ce cordon ombilical sera obligatoire car si la partie partitionnée se paupérise, elle réenvahira la partie de souche. Les de souches seront donc contraints de porter sur leurs dos une population exogène à vie.
      Que l’on se rassure, cette situation s’est déjà produite. De 1940 à 1944 la France payait 400 millions des francs par jour de l’époque à l’Allemagne pour la dédommager de ses frais d’occupation. Bon d’accord, l’affaire s’est mal terminée, il y a eu de la vaisselle cassée sur la fin.

      Répondre
      • KAVULOMKAVULOS

        6 décembre 2018

        Je crois que vous m’avez mal compris lorsque j’évoquais la partition territoriale. Dans mon esprit, ce n’est qu’une cession définitive de territoire a une population envahissante. Un peu comme les anciens rois de France avaient “donné” la normandie aux pillards normands pour qu’ils s’y installent et nous foutent la paix . Non pas de “cordon ombilical” : le nouveau territoire – un autre pays – que vous pouvez appeler comme vous voulez : bretagnistan, afribretagne ou zoulouland, on s’en fout, devient un pays étranger indépendant à tous points de vue y compris financièrement. Si ce “nouveau” pays est incapable de se nourrir c’est l’affaire de ses citoyens (ou esclaves, si vous voulez). Nous les ignorons et leur interdisons de franchir la frontière. Point barre. Ceux qui pronent le “vivre ensemble” à tout prix s’y installent avec la permission éventuelle de leurs maitres allogènes.
        Cette solution devient urgente car, ne l’ignorez pas, Macron doit aller le 11 décembre prochain signe le “pacte de Marakech” rendant obligatoire l’acceptation de l’invasion massive avec punition a la clé de ceux qui ne seraient pas d’accord. Si vous ne me croyez pas, lisez le texte ou voyez sur Youtube le commentaire de Asselineau qui est pourtant un chaud partisan d’une nouvelle Union avec le Maghreb après la sortie de l’EU. A noter que les USA, l’Australie, l’Autriche, la plupart des pays européens de l’est et même la Belgique ont refusé cette TRAHISON. De sorte que la destination finale des flux africains, c’est pour qui ? Devinez . Vous approchez.

        Répondre
        • Hilarion

          6 décembre 2018

          Je comprends bien ce que vous envisagez en terme de partition. Mais ceci fait, et ce nouveau territoire sous administration allogène ne pouvant pour les raisons culturelles bien connues, se maintenir à notre niveau économique, ses ressortissants ne tarderons pas à loucher vers leur ancienne patrie et à y revenir dare dare. On se retrouverait dans la situation de l’Algérie par exemple dont les ressortissants très heureux de nous avoir virés n’ont qu’un souhait: revenir en France bénéficier du bien être qu’ils sont incapables de se créer.
          Deux situation alors
          1/ Ou nous avons les ahuris qui nous gouvernent actuellement et au bout de dix ans on est revenu à la ci-devant situation.
          2/ On construit un mur fortifié avec miradors style séparation des deux Allemagnes et régime militaire de type Palestino/israélien
          3/ La plus simple des solutions remise en ordre dans la cadre d’une loi martiale confiée à un service spécial style KGB doté des pleins pouvoirs. La gauche française n’a t-elle pas toujours trouvé sympathique un parti communiste qui en URSS fonctionnait de cette manière. La république a montré en 1793/94/95 comment en Vendée elle avait su massacrer pour faire respecter l’ordre.

          Répondre

Répondre

  • (pas publié)