CPE : le cran de Dominique de Villepin

CPE : le cran de Dominique de Villepin

Le cran avec lequel Dominique de Villepin fait front contre la meute des adversaires de son contrat première embauche, CPE, forcerait l’admiration s’il s’appliquait à une réforme plus significative d’une véritable volonté de redressement de la France. Car le fait de pouvoir recruter un jeune de moins de 26 ans en contrat de travail à durée indéterminée, tout en pouvant le licencier pendant les deux premières années, ne comporte pas, pour les futurs employeurs, un intérêt déterminant par rapport à leurs pratiques actuelles, à base de CDD et d’intérim.

Néanmoins, on voit bien que le Premier ministre, sans doute sans le savoir lui-même, a touché à un tabou : en droit, tout licenciement doit être motivé. Or, en fait, cette motivation est difficile. Si une entreprise n’est pas en difficultés financières, la motivation économique lui est fermée. Quant au licenciement pour faute, il doit s’appuyer sur des faits incontestables, ce qui est rarement le cas.

L’affaire du CPE est donc avant tout politique. Poussant en avant, comme des marionnettes, les soi disantes organisations lycéennes et étudiantes, les syndicats et partis de gauche mobilisent leurs troupes habituelles, sous l’oeil complaisant des caméras et des médias, pour donner à croire que le pouvoir est dans la rue plutôt qu’à l’Assemblée nationale. De nombreux exemples, il est vrai, montrent qu’il en est souvent ainsi…

Il semble que dans ce dossier, le Chef du gouvernement a décidé d’avancer sans être encouragé par le Chef de l’État et sans être vraiment soutenu par son ministre des Affaires sociales, Jean-Louis Borloo. Il tenait à démontrer qu’il était possible, même en fin de mandat présidentiel, de prendre des initiatives. La démonstration reste encore à faire…

Dans toutes les démocraties où les élections générales rythment la vie du pays, il y a un temps pour les réformes et un autre pour engranger ses fruits. Les cent jours, si chers à Dominique de Villepin, n’ont de sens qu’en début de mandature. C’est à ce moment-là qu’il faut opérer le corps social. Après, c’est trop tard : le patient redevient en posture de rejet. Quand on a entendu Jean-Pierre Raffarin au mois de juin 2002, déclarer, reprenant sans doute une expression de Jacques Chirac, que les réformes s’étaleraient sur les cinq années du mandat présidentiel, on avait bien tous compris qu’il n’y aurait pas de vraies réformes. Même le deuxième Premier ministre de Jacques Chirac aurait dû en tenir compte.

Partager cette publication

(95) Commentaires

  • Florent Répondre

    Cher grandpas, vous risquez d’attendre longtemops la réponse du grand militant syndical, moi ça fait un certain temps que j’attends qu’il m’explique comment, sous Jospin, la France est passé du 3e au 12e rang mondial pour le développement économique.

    11/04/2006 à 20 h 48 min
  • sas Répondre

    A grand pas, puisque tu es un esthète…je te conseille les mêmes chants , dans la nef du Mont ST michel….et tu sauras que la perfection n’a pas attendu le XXI siècle pour exister… sas qui apprécie la beauté et l’art où QU’IL SE TROUVE..

    03/04/2006 à 14 h 17 min
  • Jaures Répondre

    A grandpas: Je connai bien ces chants. Allez écouter les Kouban si ils passent près de chez vous.

    03/04/2006 à 13 h 07 min
  • grandpas Répondre

    Jaures Puisque vous aimez les chants grégoriens,vous n’êtes pas entiérement mauvais. Ecoutez donc,les chants d’église russe orthodoxe,ils sont magnifiques. Ceux de l’abbaye de Soléme(gregoriens) sont les plus beaux. Bien à vous PS:ce n’est pour cela que je vais absoudre toutes vos interventions

    02/04/2006 à 17 h 23 min
  • TL Répondre

    pour une fois sas, je vais aller dans ton sens, il serait peut etre bon que dans le public et les médias la représentativité des minorités invisibles soit plus clairement affichée. Ce serait certainemnt aussi bon pour la démocrartie que les minorités visibles.

    01/04/2006 à 22 h 00 min
  • grandpas Répondre

    Cher Jaures Vieille habitude de gauche,on répond àune interrogation par une question autre! Mais je suis du genre têtu,qu’est un emploi fictif? En temps que syndicaliste et socialiste vous devriez savoir,demander donc aux têtes de votre mouvement.Peut être vous expliqueront ils,leurs salaires de la MNEF. Mais eux,ils ont le droit comme vous de poser des questions absurdes commme celle à M Lance.

    01/04/2006 à 19 h 55 min
  • sas Répondre

    A tl, tu as raison, même dans la raclure crasse syndicale communo/trotskyste, les postes de la fonction public bardés de privilèges honteux se trasmettent de père en fils….comme dans notre olligarchie affairiste droitière d’initiés… exemple: le port de fort de france et des autres aussi: obligation d’embauche des enfants, EDF martinique…idem….france telecom aussi ….de plus ces exigeances scandaleuses et d’un autre âge sont des « revendications écrites » et acceptées par un pouvoir corrompus et aux abois….la cogestion se fait donc dans la surenchère médiocre et couteuse,à court terme et dans l’empoignade et la menace permanente…. Le CPE , n’est rien d’autre que ce procédé au niveau nationnal… nb)c’est le principe aussi des emplois de la décentralisation : fonction puiblic territoriale. sas ex-chef d’entreprise, et ex contribuable… il n’y aura point de salut par la discutaille..

    01/04/2006 à 13 h 35 min
  • sas Répondre

    A grand pas???? où fixes tu la limite de l’emploi qui ne sert à rien et qui ne produit rien,voir qui coûte plus qu’il rapporte ????? l’emploi fictif…la rente providentielle assurée…etat,région,monopole… SAS

    31/03/2006 à 13 h 46 min
  • Jaures Répondre

    A grandpas: Et une vie fictive, qu’est-ce que c’est ?

    31/03/2006 à 13 h 03 min
  • grandpas Répondre

    Jaurés C’est exraordinaire avec quelle facilité vous eludez les questions génantes. Alors un emploi fictif,qu’est ce que c’est?En temps que saint di kaliste,vous devriez avoir une idée.

    31/03/2006 à 8 h 58 min
  • Jaures Répondre

    A Jacques: Je vois que nous sommes d’accord sur l’essentiel: le Canada semblant être pour vous la nouvelle Terre Promise, de grâce, restez-y et, par pitié, emmenez avec vous Isabelle Boulay, L.Lemay et Natasha St Pier. Moi mon truc c’est les chants grégoriens.

    30/03/2006 à 19 h 23 min
  • sas Répondre

    A grand pas..un prof ou instituteur , qui fabrique des élèves qui ne savent ni lire ni écrire ou des bacheliers incultes……c’est un emploi fictif Des agriculteurs qui sont subventionnés à ne plus en pouvoir,dont lles comptes d’exploitation comporte 50 à 80 % d’aides publiques…..ce sont des emplois fictifs Quand aux pléthoires de fonctionnaires,les mains sur les couilles, qui n’ont rien vu , rien entendu, ce n’est pas eux…c’est l’autre…..ce sont aussi des emplois fictifs tout comme les « grands frères » ou emplois jeunes gardiens de « gommes « dans les écoles et patrouilleurs cyclistes….et pourquoi pas peigneurs de girafe ???? …car indésirables à THOIRRY…ou pas assez de girafe??? ce sont aussi es emplois fictifs… Quant à nos politicards voyous , de la mairie de PARIS à BRUXELLES….ce sont aussi des emplois fictifs… alors gtrand pas c’est quoi exactement ta démonstration? sas partisan de l’ordre partout et pout tout le monde,dans le respect de l’ordre naturel.

    30/03/2006 à 14 h 23 min
  • jacques Répondre

    Jaures: « Si vous étiez syndicaliste comme moi, vous connaitriez un peu mieux la réalité de ce monde sans pitié: cette femme de 45 ans licenciée de son usine de chaussures après 20 ans de boîte, ce cadre au chômage depuis 3 ans et qui doit se contenter du R.M.I, cet ouvrier viré alors que son entreprise est bénéficiaire … Je connai les drâmes qui s’ensuivent: divorces, surendettement, dépression, parfois suicide… » Je les connais encore mieux que vous du fait de mon travail. Mais moi je les aide. Vous avec vos idées irrationnelles et empoisonnées vous créez ces situations. Si vous voulez des cas pires allez dans les pays communistes: corée du nord, laos, … Si vous voulez voir comment ça pourrait mieux marcher, venez dans les pays liberaux. « cette femme de 45 ans licenciée de son usine de chaussures après 20 ans de boîte, » Eh oui, avec le chomage élévé de la France socialo/communiste et un marché de travail inflexible, cette femme n’a presque plus d’avenir … EN FRANCE … « ce cadre au chômage depuis 3 ans et qui doit se contenter du R.M.I,  » J’imagine que le « cadre » a des aptitudes au-dessus de la moyenne puisqu’il a atteint un niveau de direction (c’est généralement le cas dans de pays libéraux, … j’ose l’espérer en France également). Et bien ce cadre aura ici typiquement accumulé et investi des économies. ICI, oui il pourrait partir une entreprise, mais comme le marché du travail est bon il préfère souvent accepter un nouvel emploi. En France, vous me dites qu’il n’y a plus que le RMI pour lui? Alors dites-lui de déménager au canada libéral plutôt que de lui contaminer avec vos propos irrationnel. « vous devriez compiler vos post et les réunir en un ouvrage intitulé « Adam Smith raconté aux enfants ». » Excellente idée, je vous adresserez l’ouvrage. Encore faudra-t-il que vous la lisiez et la compreniez VRAIMENT.

    30/03/2006 à 12 h 10 min
  • grandpas Répondre

    Savez vous cher Jaures ce qu’est un emploi fictif?

    30/03/2006 à 0 h 06 min
  • Mancney Répondre

    Entendu aux Infos : « ..et voila, si monieur de Villepin nous avait consulté, et bien on ne serait pas la en train de défiler. » Voila, a peu pres, ce qu’a dit un responsables syndicaux, l’air ennuyé, interviewé le 28 Mars en pleine manif. Oui, messieurs, on balance 2 millions +/- de gens dans la rue parce que l’on a ete véxé! « Douce France, cher pays de mon enfance… » Best, Mancney

    29/03/2006 à 22 h 06 min
  • Jaures Répondre

    A TL: fonctionnaire non, syndicaliste oui. Mais moi je ne considère pas qu’être fonctionnaire est une honte: dans mon immeuble de banlieue, je côtoie des instits ou des employés municipaux. Leurs problèmes sont les miens: salaire, chômage, études des enfants, … Par contre il n’y a ni rentier ni membre du MEDEF. A Jacques: vous devriez compiler vos post et les réunir en un ouvrage intitulé « Adam Smith raconté aux enfants ». Si vous étiez syndicaliste comme moi, vous connaitriez un peu mieux la réalité de ce monde sans pitié: cette femme de 45 ans licenciée de son usine de chaussures après 20 ans de boîte, ce cadre au chômage depuis 3 ans et qui doit se contenter du R.M.I, cet ouvrier viré alors que son entreprise est bénéficiaire … Je connai les drâmes qui s’ensuivent: divorces, surendettement, dépression, parfois suicide… Alors armé de vos convictions, allez rencontrer ces personnes, les persuader qu’ils doivent créer leur entreprise, que le R.M.I c’est déjà trop et que les actionnaires payent décidément trop d’impôts. Mais ne vous étonnez pas si certains d’entre eux perdent leur sang-froid.

    29/03/2006 à 12 h 59 min
  • Florent Répondre

    Eh oui, une nouvelle année mais Jaures reste le même: Demande-t-il une formation syndicale afin de connaître ses droits? Quelle sera alors la réaction du patron ? Je ne vois pas en quoi une formation syndicale est nécessaire, il suffit d’établir une situation de confiance avec l’employeur dés le premier entretien. C’est d’ailleurs comme cela que ça fonctionnait en France avant l’industrialisation et les syndicats, ça s’appelait les corporations. Mais, crotte alors, 1789 les a supprimé, c’est bête hein? Dès que les inégalités se creusent, s’entassent alors les laissés pour compte. Vous savez très bien que ceux qui sont libres de choisir leur établissement scolaire, de contracter avec leur employeur d’égal à égal, de s’adonner à la culture, etc…sont ceux qui ont déjà acquis une position sociale confortable. Dans votre monde immaginaire peut être mais certainement pas dans la réalité, je vous rappelle que dans la plupart des bibliothèques de France, l’inscription est gratuite, il existe aussi des théâtres et cinémas à prix réduit, sans parler de la nuit des musées. Voila pour l’accés à la cuture, encore faut-il le vouloir bien sûr, ce qui est peu évident dans une société gaucho-marchande ou seuls les choses les plus tendances ( vulgaires ) sont primées. En gros, quel est le rapport de force entre un jeune Samir titulaire d’un CAP de technicien de surface et son futur employeur? Et pourquoi Samir? Des Samirs sont aussi chefs d’entreprise, préfets ou enseignants, le plus souvent partis de rien. Ce qui prouve bien que la volonté seule peut tout faire. Et que le capitalisme marche. pour le fils d’un riche entrepreneur ce sera comme la chanson Ah oui, j’oubliais, salauds de riches, même si ce sont eux qui tirent l’économie de ce qui fut la France vers le haut (enfin, le moins bas). Au fait, qu’est-ce qu’il vous dit ne doit pas lui aussi faire ses preuves, voire faire mieux que son prédécesseur s’il ne veut pas se retrouver sur la paille. Meuh non, voyons, c’est bien connu que les riches ne travaillent pas! Pour finir, je ne veux vivre ni à Cuba ni au Canada.Je reste en France pour y militer afin d’y établir une démocratie juste et performante. Ah, toujours le mot pour rire ce cher Jojo! Je vais vous livrer en exclusivité un scoop de dernière minute: la France est une démocratie et c’est même pour ça qu’elle est dans le caca depuis plus de trente ans. Et tant qu’on y est, je suis généreux, je vous livre en bonus une autre info de dernières minutes: les américains ont réussi le débarquement en Normandie en 1944. Ne me remerciez pas, c’est tout naturel Amicalement, Florent dont la bonté ne connait pas de limite

    28/03/2006 à 16 h 28 min
  • TL Répondre

    eh oui la France conserve ses « militants » et exporte ses entrepreneurs; vous êtes l’archétype du mal français « jaures le petit », surement syndicaliste et fonctionnaire. A propos de dynastie, regardez le président de l’unef, fils d’une femme maire ps au puy. Il n’y a pas que chez les grands patrons… Vous représentez la france conservatrice, trouillarde et paresseuse, qui préfère défiler, rève du grand soir, et appelle au secours les ss ( crs ) quand les cpf sortent des bas quartiers pour vous apprendre la précarité des révolutionnaires subventionnés et conventionnés, bref vous ridiculisez la france aux yeux de tous. Ouvrez vos mirettes, la rue n’appartient plus à la gauche, elle appartient aux « jeunes de banlieue », appellation d’origine immigrée contrôlée, à leurs yeux, les petits bourgeois ridicules c’est vous! Les crs qui voient les lanceurs de pavé se prendre la fessée par plus mal élevés qu’eux doivent kiffer un max de ce spectacle. Quel dommage que vous n’envisagiez pas d’exporter notre « modèle social » dans d’autres contrées plus accueillantes, mais il est vrai que pour celà il faut de l’audace et du courage.

    28/03/2006 à 14 h 01 min
  • jacques Répondre

    Jaures « Alors que pour le fils d’un riche entrepreneur … » Vous apprendrez que rien n’est gagné d’avance. Dans un pays libre comme le Canada, contrairement à la France socialiste, on ne peut pas « placer » ses enfants dans des positions gouvernementales en or ou une entreprise, car tout est trop fluide, et les études montrent qu’une entreprise familiale ne survit presque jamais à plus de 2 générations. De plus si vous étudiez la mobilité sociale aux USA (où on ne dispose d’excellentes études sur elle) vous apprendrez qu’il y a un va et vient constant et que l’ascenseur sociale n’est pas du tout en panne aux Usa (et au Canada). « quel est le rapport de force entre un jeune Samir titulaire d’un CAP de technicien de surface et son futur employeur?  » En France probablement pas trop bon. Au Canada et aux Usa, je vote pour le technicien. On manque de main d’oeuvre au Canada et une entreprise de mon village doit fait venir des travailleurs saisonniers du Mexique (et paye le voyage + le logement + le salaire canadien) ! De plus pourquoi Samir ne partirait pas sa propre entreprises comme le font des milliers de Canadiens? (Au Canada, le taux de start-up est presque le double de celui de la France) « Demande-t-il une formation syndicale afin de connaître ses droits?  » Je vais vous les donner ses droits en un paragraphe (une formation gratuite!) C’est très simple: il négocie avec le patron son contrat de gré à gré. Si aucun accord, il va ailleurs. S’il ne trouve rien, il peut ouvrir sa boite ou être plus réaliste dans ses négociations. Idem pour l’employeur: si tous les prospects refusent l’offre d’emploi, il doit mettre de l’eau dans son vin. C’est l’offre et la demande…. et ça marche TRES BIEN. Encore faut-il être ouvert d’esprit et se renseigner comment ça marche dans les pays qui marchent bien.

    28/03/2006 à 3 h 37 min
  • grandpas Répondre

    Pour Jaurés, Mias vous êtes en démocratie,vous pouvez vous exprimez en toute liberté sur ce site.Chez vos amis braillars,je n’aurais aucune chance de voir mes ecrits réactionnaires être éditer. Quant à la perfomance de ce pays,elle sera toujours supérieur a celle des pays socialo-communistes et inférieurs à ceuxx des pays libéraux ou tous les miséreux du monde se précipitent. Ces personnes doivent être mal informer sur l’horreur qui les attend,heureusement qu’une fois dans ces pays égoïstes,auront la chance de rencontrer des gens comme vous,pour leur expliquer la dette que les habitants de ces pays ont envers eux,et la façon cruelle dont il traité les parents de ces malheureux pendant la période des terribles colonies. J’arrête là et vous laisse réflechir.

    27/03/2006 à 23 h 12 min
  • Jaures Répondre

    Jacques:Je vois que vous persistez dans la rhétorique simpliste.Les entrepreneurs n’ont effectivement besoin que des connaissances rentables, les autres sont inutiles ou parasites.Un ouvrier sera bien considéré que tant que ne l’interressera que son tour. Demande-t-il une formation syndicale afin de connaître ses droits? Quelle sera alors la réaction du patron ? En fait vous raisonnez en dehors de tout contexte. Si tous les citoyens sont égaux au départ, votre système peut marcher un temps. Dès que les inégalités se creusent, s’entassent alors les laissés pour compte. Vous savez très bien que ceux qui sont libres de choisir leur établissement scolaire, de contracter avec leur employeur d’égal à égal, de s’adonner à la culture, etc…sont ceux qui ont déjà acquis une position sociale confortable. En gros, quel est le rapport de force entre un jeune Samir titulaire d’un CAP de technicien de surface et son futur employeur? Alors que pour le fils d’un riche entrepreneur ce sera comme la chanson: « Mon avenir à moi est déjà tout tracé Ce sera sup de co, ENA ou HEC Et dans le pire des cas si je ne travaille pas Faudra que je reprenne la boîte de papa ». Rejoignez moi dés que vous pourrez dans la vraie vie. Pour finir, je ne veux vivre ni à Cuba ni au Canada.Je reste en France pour y militer afin d’y établir une démocratie juste et performante.

    27/03/2006 à 13 h 48 min
  • jacques Répondre

    Cher Jaures, Je note que vous commencez à évoluez. Auparavant vous louangiez les écrits de Viviane qui étaient résumés ainsi: « L’intellect, la pensée, la culture, tout cela évidemment n’est pas très coté, puisque cela n’apporte rien aux profits économiques, » c’est-à-dire que vous pensiez (ou plutôt acceptiez benoitement tout ce que vous lisez sans réfléchir): 1) que la connaissance n’est pas utile économiquement 2) qu’elle n’intéresse pas le capitaliste Maintenant je crois que Viviane noterait une dangereuse « dérive » dans vos propos, puisqu’ayant commencé à réfléchir vous écrivez: « les nantis n’ont besoin que de personnes soumises n’ayant que des connaissances rentables à faire valoir » ce qui veut donc dire que mainteant vous reconnaissez implicetement: 1) que les connaissances peuvent être rentables 2) donc intéressez le capitaliste Maintenant vous devez apprendre ce qu’est le capitalisme et le libéralisme, puisque vous n’en connaissez que des brides incomplètes. Le principe fondamental du libéralisme est: Tous les échanges se font librement *** de gré à gré *** et le corollaire est évidemment: Que les échanges n’auront pas lieu si un des partenaires ne trouvent pas que l’échange est profitable pour lui, puisque bien entendu, toute personne qui réfléchie ne voudra pas participer à un échange qui empire sa situation. Votre: « si cette personne est plus forte, elle peut faire de moi son esclave soumis » décrit fort bien un régime socialiste et d’ailleurs ils ne s’en cachent pas: « dictature » du peuple vient de leur bouche et n’est pas un mot au hasard puisqu’il décrit la vie dans ces pays. Dans de tels pays, vous ne pouvez travaillez plus de 35 heures QUE VOUS LE VOULIEZ OU NON, vous ne pouvez étudier tranquilement MEME si les deux parties à la transactioin (votre professeur et vous) le veulent car vous devez vous soumettre à la force des bras des MANIFESTANTS. Vous ne pouvez conclure le contrat de travail que vous et votre patron désiré librement, mais êtes soumis à celui de la nomenclatura. Vous êtes esclaves d’eux. Point final. « il faut donc que le plus adroit chasse et le plus habile cueille » Une très belle description de la théorie de l’avantage comparatif probablement le principe le plus utile et fondamental de l’économie libérale. Vous voyez quand vous réfléchissez vous ne pouvez vous empêcher d’être libéral. A contraster avec la politique de votre (ex-?) camarade Mao qui envoyait les intellectuels cueillir le riz ou lieu de faire de la recherche… « si cette personne est plus forte, elle peut faire de moi son esclave soumis » Non, car il y a des lois dans les pays libres qui guarantissent la liberté d’échange. En contraste avec les pays socialistes/communistes. « quelle nécessité peut bien avoir la culture en général pour un citoyen à qui on ne demandera que de produire et d’obéir » On ne demande rien du tout au citoyen. il est LIBRE dans un pays libéral de dormir, travailler, étudier, rêver ou surfer à sa guise. En revanche, comme la liberté s’applique à tous, il ne peut EXIGER que les autres le fassent vivre à leurs dépens (à moins qu’ils l’acceptent VOLONTAIREMENT). Je sais que pour un socialiste ce concept est difficile à comprendre car un socialiste n’existe que dans un groupe, il n’a pas d’existence individuelle, indépendante. » « pourquoi on veut mettre fin au collège unique: » Un monopole légal n’est pas possible dans un régime libéral. Un libéral peut choisir l’éducation qu’il veut et juge la plus appropriée à ses aspirations (et pas seulement le collège unique d’endoctrinement de la nomenklatura (cuba, etc) Dans le cas de l’île je crois que d’abord il sera typiquement intéresser par des cours sur la construction de hutte et de bateaux, et une fois son confort assuré il pourra s’intéresser à des livres divertissants et hilarants (Viviane) et s’émerveiller de voir comment il existe des personnes dans le monde qui réfléchissent si peu, et qui, intoxiquées par une idéologie, sont incapables de s’en sortir même quand l’évidence théorique et expérimentale est accablante. Cela n’est pas sans analogie avec les personnes religieuses! Dites-moi si vous aviez le choix (et à climat et langue égale), vous choisiriez Cuba (l’El Dorado de votre idéologie) ou le Canada (lieu de résidence des méchants capitalistes et des contrats de travail hyper-flexibles… euh comme vous dites: hyper-précaires) ? Allez soyez sincères? Que pensez-vous que ferait Viviane?

    26/03/2006 à 13 h 38 min
  • grandpas Répondre

    Ah ce Jaurés! Nous déformons ses propos,lui non!C’est un saint. La vérité rien que la vérité,bien voyons!Nous allons nous soumettre. Je préfére encore notre Strigile Apocope Seringat,même si parfois il est ennuyeux au moins il est honnête dans son aveuglement. Quant au fait que vous soyez seul sur une île je ne vous donne pas 15 jours pour importer de l’eau de mer chez vos voisins îliens. Comme tous les socialo-communo-alter-mondialistes,vous trouverez bien un pauvre immigré,jeune où autre à exploiter pour votre confort,tout en lui faisant croire que vous oeuvrez pour son bien être et sa liberté. Même quand l’histoire vous démontre vos erreurs,vous et vos amis rendez responsable les pauvres héres qui ont le malheur d’ecouter des faux prophétes tel que vous et vos amis.

    26/03/2006 à 13 h 29 min
  • Jaures Répondre

    Cher Jacques, vous déformez mes propos avec un aplomb qui fleure la mauvaise foi. Vous me mettez dans la situation d’un naufragé sur une Ile déserte avec un seul compagnon. Dans ce cas, si cette personne est plus forte, elle peut faire de moi son esclave soumis. Il est donc nécessaire qu’elle consente à partager.Ensuite, nos activités vont se réduire à la survie, il faut donc que le plus adroit chasse et le plus habile ceuille. La mise en commun des produits est alors le meilleur moyen d’échange possible la pénurie étant probable. Viviane a raison: les nantis n’ont besoin que de personnes soumises n’ayant que des connaissances rentables à faire valoir. C’est pourquoi les entreprises tentent de mettre la main sur le système éducatif et pourquoi on veut mettre fin au collège unique: quelle nécessité peut bien avoir la culture en général pour un citoyen à qui on ne demandera que de produire et d’obéir.

    25/03/2006 à 14 h 59 min
  • sas Répondre

    A grand pas…tu déconnes !!! C4EST PAS UN COMMUNISTE ? c’est un jean marie messier ,moi,moi meme et moi encore J6M …HEC,inspection des finances…et patati et patata…c’est pluis grave et beaucoup plus drôle, car lui au moins ne doit rien ignorer de l’economie de marché…le communiste…fonctionnaire..en france…il ne sait même pas que cela existe. SAS

    24/03/2006 à 18 h 11 min
  • Florent Répondre

    Synonyme de Jaures: hilarant ( involontairement ) Cher Jacques: sur une ile déserte je choisirai une personne qui participe selon ses compétences et qui consente à partager. Bref, je réinventerai le communisme primaire qui sévissait au néolithique. Curieusement, en bon néo-libéral, vous choisissez vous la personne mieux à même de vous servir. J’aspire à une autre société et ne pense pas quand je croise quelqu’un dans la rue à la manière dont je pourrai au mieux l’exploiter. Jacques a justement choisi en fonction des compétences et non pour le servir. Mais bon manipuler les dires d’autrui n’est pas nouveau chez les gauchistes, pas plus que d’éviter les questions gênantes ( genre « mais ce n’est pas ma question » « non mais c’est ma réponse » d’un de vos vieux amis ). Enfin si ça vous tente tellement le communisme primaire ( pas secondaire? ou tertiaire? ), allez donc le faire tout suel sur votre île, mais de grâce surtout ne l’importez pas. On en a déjà assez avec notre communisme quaternaire. synonyme de grandpas: hilarant ( volontairement et intelligement ).

    24/03/2006 à 15 h 48 min
  • jacques Répondre

    Jaures: Je prends votre post comme un désaveu et rejet de celle que vous sembliez louangé pas plus loin que le post précédent. Effectivement, vous n’êtes incapable de la défendre sur son terrain: « et en plus, les nantis n’ont pas intérêt à voir naître face à eux des personnes libres, qui en savent long, » Vous dites maintenant (rejetant et abandonnant sans scrupule votre pauvre Viviane) que le néo-libéralisme, au contraire de ce qu’elle dit, cherche effectivement à avoir des gens les plus compétents (correct). Je vous cite: « vous choisissez vous la personne mieux à même de vous servir. » Vous êtes tout proche, encore un petit effort et vous y serez. Il vous suffit juste maintenant de corriger votre vocabulaire vieillot du 19 ième siècle: en modifiant: « …à la manière dont je pourrai au mieux l’exploiter » pour: « … à la manière dont je pourrai au mieux initier un échange mutuellement bénéfique » Voilà vous y êtes. Eureka ! Je me chagrine de votre égoïsme qu’il vous faudra corriger: « je choisirai une personne qui participe selon ses compétences et qui consente à partager. » car on a tous bien compris qui si vous n’avez rien à offrir à votre partenaire sur l’île que des idées fausses et des raisonnement irréfléchis et incohérents, votre « qui consente à partager » se traduira évidemment par « qui consente à me faire vivre gratuitement » Maintenant pour continuer la leçon on peut ajouter un nouveau choix comme partenaire sur l’île: 3) martine aubry qui s’assurera que vous ne travaillez pas plus de 35 heures par semaines pour construire votre hutte, et qui sera ferme contre les « dérives » (comme vous précipitez pour construire votre hutte avant la mousson qui s’en vient) mais qui prévoira des « aménagements » question de vous berner complètement (ce qui sera très facile dans votre cas); et qui bien entendu vous surveillera en train de travailler et suer au plein soleil en train de contruire votre hutte (ET LA SIENNE) pendant qu’elle savoure à l’ombre de son palmier un rafraichissement que vous lui aurez préparé (c’est votre impôt) en guise de remerciement pour son aide précieuse! J’imagine bien entendu que c’est votre rêve de partenaire sur une île. Souriez, c’est exactement ce que vous avez en France présentement.

    24/03/2006 à 15 h 01 min
  • grandpas Répondre

    Mettez un communiste en plein Sahara,et 10 ans aprés il importe du sable! Cher Jaurés Au néolitique,ils ne connaissaient pas ce cher Karl Marx et Le grand Lénine et son Frére d’ arme le truculent Staline,sinon ils en seraient encore de silex non taillé. Quand vous passez dans la rue et que vous croisez une personne,vous lui faites un discours sur les bienfaits du communisme primaire au néolithique! Doit se faire c…. le mec avec vous et vos camarades.Vous avez la chance où on peut encore ecrire ou dire ce que l’on veut,dans vos douces républiques prolétariennes,vos commentaires,seraient considérés comme anti-révolutionnaires et hop!GOULAG*. *Goulag:camp de vacances pour gentils révolutionnaires.

    24/03/2006 à 10 h 11 min
  • Jaures Répondre

    Cher Jacques: sur une ile déserte je choisirai une personne qui participe selon ses compétences et qui consente à partager. Bref, je réinventerai le communisme primaire qui sévissait au néolithique. Curieusement, en bon néo-libéral, vous choisissez vous la personne mieux à même de vous servir. J’aspire à une autre société et ne pense pas quand je croise quelqu’un dans la rue à la manière dont je pourrai au mieux l’exploiter.

    23/03/2006 à 21 h 34 min
  • jacques Répondre

    Jaurès: « lisez « L’horreur économique », c’est d’un abord aisé.  » J’ai été voir de quoi retourne votre ViViane Forester. Il y a sur l’interent un résumé signé Alice Granger http://www.e-litterature.net/rabat/messages/~alice_forrester_Viviane_Forrester_L'horreur%20%C3%A9conomique.html « L’intellect, la pensée, la culture, tout cela évidemment n’est pas très coté, puisque cela n’apporte rien aux profits économiques, » Etes-vous à ce point stupide Jaurès? Alors que justement il n’y a probablement jamais eu dans l’histoire un moment où l’intellect n’à été aussi bien rémunéré qu’aujourd’hui (du moins dans les pays capitalistes, pas à Cuba bien entendu) ! « et en plus, les nantis n’ont pas intérêt à voir naître face à eux des personnes libres, qui en savent long, » Le fait que je vous écrive ne prouvent-il pas le contraire? Posez vous la question: si un capitaliste se retrouvait sur une île déserte et avait à choisir son partenaire choisirait-il: 1) un ingénieur éduqué libre d’esprit, spécialisé dans la construction de huttes et de bateaux ou encore un médecin hautement qualifié? ou 2) choisirait-il plutôt Vivianne Forester ou encore un camarade socialiste/anarchique sans éducation qui propose comme futur la lutte des classes sur l’île ? Même question pour un socialiste qui se retrouverait sur une île dans la même situation et aurait à choisir son partenaire: qui choisirait-il … REELLEMENT ? Qui choiseriez-vous, vous-même, Jaurès ? Soyez honnête! Et comprennez par cet exemple à quelle point cette Forester est parfaitement ridicule et ne comprends absolument rien au capitalisme qu’elle se propose pourtant de critiquer.

    23/03/2006 à 18 h 09 min
  • Florent Répondre

    A jacques, en fait, je suis en ce moment à l’IEP de Toulouse, mais ça m’a l’air d’être du pareil au même, me trompés-je?

    23/03/2006 à 15 h 39 min
  • Florent Répondre

    Au vaillant camarade Jaures, Sur le CPE enfin, la majorité dit être contre et le peu qui reste le juge inutile (« un cautère sur une jambe de bois » selon Le Pen et Jambard de « L’Express »). Dés lors, pourquoi le garder? Bon, avant toute chose, comme dirait le chroniqueur consciencieux, des chiffres et des sources SVP! Il serait peut être temps que les socialos se rendent compte qu’ils ne représentent pas à eux seuls l’opinion française. Un certain 21 avril 2002 est là pour le leur rappeler.

    22/03/2006 à 20 h 47 min
  • Jaures Répondre

    A Jacques: merci sincèrement de votre aide. Mutualisons nos références: lisez « L’horreur économique », c’est d’un abord aisé. A pastout: L’égalité des chances n’est pas un nivellement mais l’assurance que tout le potentiel d’un pays peut être mobilisé et non seulement les enfants de. Bien entendu cela suppose des cerveaux non pollués par des a priori sociaux, ethniques ou religieux. A Florent: Je suppose que vous ètes inscrit à Assas. Auquel cas la reflexion de votre condisciple est explicable.

    22/03/2006 à 17 h 34 min
  • sas Répondre

    ARGUMENT ANTI cpe à l’attention de nos collégiens dépourvus de neuronnes ,mais pas de cartes du parti socialiste… REFUSEZ LE CPE au motif qu’il n’est ni acceptable ni légale qu’une « caste déviante et initiée » s’arroge des droits et des rémunération pharaoniques arbitraires(politiques,hauts fonctionnaires,certains corps) et des avantages honteux(logement de fonctions,véhicules,mobilier,personnel,enveloppe primes)….tel un PONCELET maçon notoire avec comptes secréts dans des paradis fiscaux, qui refuse un appart de 300 mtres carré en étage….cela ne convient pas à son chien… REFUSEZ car les politiques sont des voleurs et droits communs qui se sont fait des lois d’immunité ou d’amnistie sur mesure…et que c’est contraire au principe d’égalité Là vous pouvez descendre dans la rue et tout casser….ce sera juste et loyal…et salutaire sas le républicain.

    22/03/2006 à 12 h 57 min
  • pastout Répondre

    l’égalité des chances, c’est le nivèlement par le bas, s’adapter au plus médiocre, avancer au rytme du plus lent, avoir un revenu egal pour tous sauf evidement pour ceux qui sont plus égaux que le reste de la popultion,c’est briser toute initiative,empécher la reussite, salir celui qui entreprend car il fait des profits et il exploite. Bravo la jeunesse, elle se prepare des jours radieux avec une dette de plus de 15000€ par tête de pipe Bon curage à tous.

    21/03/2006 à 17 h 02 min
  • jacques Répondre

    Pour Jaures Je vous lit et j’ai envie de vous aider. Non pas parce que j’estime que vous avez raison mais justement par que vous ne connaissez pas encore assez comment l’économie fonctionne {(je vous suggère à ce sujet de lire n’importe quel textbook (américain ou canadien) de « micro-economics » et reliser pour comprendre parfaitement et réfléchissez longuement à toutes les implications. sincèrement, cela va changer littéralement votre vie et votre future situation financière (cela l’a été dans mon cas!). Ensuite liser Frederic Bastiat.} Maintenant revenons à mon aide quelque peu machiavellique. Je vais utilisé toutes mes ressources intellectuelles pour faire de vous une vedette socialiste et vous assurez, presque certainement, la présidence française (socialiste ou ump, (c’est à toute fin pratique le même parti)) . Voici quel devra être votre programme. Evidemment la France avance depuis 30 ans dans le socialisme, mais trop lentement. Accélérons camarades ! Accélerons! Par exemple, je trouve merveilleux qu’on interdise l’astrologie comme méthode de sélection des employeurs (cf le site du ministère du travail cité plus haut). Mais, n’est-il pas déplorable qu’on soumette les français au risque incommensurable qu’un employeur utilise la chiromancie comme méthode de sélection? Pire peut-être même la feuille de thé? Et que dire de la boule de cristal? N’est-il pas grand temps de légiférer? L’heure est grâve. Le temps presse. Il est grand temps avant que ces horribles injustices se produisent. Je compte sur vous. A la lumière de ce que vous avez écrit, camarade, j’ai confiance que vous ferez la bonne chose. Mais il faut faire beaucoup plus. Pourquoi ne pas utiliser le bon exemple de l’Uruguay qui a environ 10 ans d’avance sur la France en terme de législation socialiste du travail (ce sont des bons élèves, puisqu’historiquement c’est effectevement l’Enap qui au travers d’une néfaste coopération a spécifiquement formé la fonction publique uruguayenne!). En effet, en Uruguay les fonctionnaires (comme sûrement en France) ont leur emploi garantie à vie à moins de faute grave. Mais, ils ont beaucoup mieux que la France: on ne peux renvoyer un employé de l´état uruguayen qui a commis une faute grave (vol, absense complète et prolongé, délit majeur, etc) qui par une loi spéciale qui doit être vôté par une majorité des sénateurs ou du parlement. C’est dans la CONSTITUTION elle-même Que dites-vous de cela, camarade Jaures? Quel beau programme pour la prochaine constitution européenne ne trouvez-vous pas ? Aux yeux des uruguayens, vos confrères fonctionnaires vivent évidemment dans une « précarité » inaceptable. Allez Vite proposer ce changement constitutionnel. Vous aurez ipso facto le vote de *5 Millions* de fonctionnaires français, de quoi rendre Sarkozy fou de rage! Je vais vous aidez davantage. Inutile de réinventer la roue. Voici le texte de l’article constitutionnel en question. Il vous suffira de le traduire de l’espagnol. http://pdba.georgetown.edu/Constitutions/Uruguay/uruguay04.html (c’est l’articulo 167, no 10) Inutile de me nommer ministre pour me remercier. J’y trouverai mon compte. La chute et le renouveau de la France se seront accéléré de 10 ans ! Pour JC Lahitte: ça fait plaisir de voir qu’il existe, comme vous, des français intelligents, alertes et bons.

    21/03/2006 à 16 h 34 min
  • sas Répondre

    De mieux en mieux, élections pipés mode d’empoi….supermenteur qui avait fait beaucoup plus , que tous les dictateurs africains réunis , lors des dernières législatives….est bâtu à plate couture par une autre communiste de BIELLORUSSIE….qui se targue , lui non sans rapeller notre enclûme nationnale,et la main sur coeur…98 % au 1 er tour… Il est évident ,qu’avec de tels « sinistres » , nous allons ammener l’ensembles des pays du pays ,aux joie du suffrage universel direct… arf,arf,arf SAS

    21/03/2006 à 16 h 29 min
  • Florent Répondre

    a Jaures A ce sujet, il y a quelques semaines, les 4V annonçaient triomphalement 17000 exemplaires vendus. Sachant que ‘L Humanité » se vend à 390000 exemplaires pour 3,5% du corps électoral, cela cerne bien votre audience. Tiens, je croyais que l’huma était en déficit, mais sans doute un généreux donateur du show bizzzz ou de la magistrature a t-il put le sauver du naufrage. Comment, en plus, ce serait un vilain capitaliste? Ah ben ça, c’est à vous dégoûter d’être gauchiste. Pour rappel, sachons comment ont démarré les 4V. Sur les résultats économiques de la gauche, ils sont incontestables. Tiens, ça me rappelle les méthodes d’un certain chef d’état soviétique des années trente quand on lui disait que les résultats de l’industrialisation de son pays se payaient très chers pour la population. Sans doute une coincidence. J’aurais personnellement préféré que les baisses d’impôts soient plutôt réinvestis dans les services publics:justice, éducation, recherche. Et vous, qu’en pensez-vous? Que c’est super Jojo! Encore plus de profs marxistes, de manifestants casseurs, d’étudiants analphabètes, de magistrats corrompus et rousseuaistes, de zartistes gauchos décérébrés. Le nec plus ultra à Boboland! Pas plus tard qu’aujourd’hui, un de mes condisciples étudiants me confiait qu’à présent, il comprenait ceux qui avaient voté Lepen et qu’il se radicalisait de plus en plus. Cher Jaures, continuez donc, suscitez des vocations, des réactions comme celle là se multiplient en ce moment. Vous êtes une bénédiction pour la droite ( la vraie ).

    21/03/2006 à 16 h 14 min
  • Jaures Répondre

    A grandpas: j’avoue ne pas avoir lu l’intégralité du post de G.Lane. Je dirai simplement sur l’égalité des chances, dont le rapport avec le CPE m’échappe, que si l’on croit que l’environnement social n’est pour rien dans l’épanouissement de l’individu alors laissons faire: rien n’est acquis, tout est déterminé à la naissance. Si l’on pense le contraire il faut alors investir dans l’éducation, notamment dans là où se trouvent les plus défavorisés. Sur le Canada, beaucoup est à apprendre. Par exemple, ils ont diminué de 20% le budget militaire. Je suis pour. Sur le CPE enfin, la majorité dit être contre et le peu qui reste le juge inutile (« un cautère sur une jambe de bois » selon Le Pen et Jambard de « L’Express »). Dés lors, pourquoi le garder?

    21/03/2006 à 13 h 51 min
  • Charles Répondre

    On parle d’un mouvement de social « notre jeunesse ».Mais avez-vous seulement vu la « tête » de « nos jeunes » et l’origine ethnique des leaders des principaux syndicats étudiants, qui ménent dans nos rues ces grands troupeaux de boeufs boutonneux? Comment pourrait-il en être autrement pour cette jeunesse aveugle et décérébrée, nourrie dés le berceau à grandes doses de « touche pas à mon pote »… Maintenant ceux sont les « potes » qui ménent la révolte et ils auraient tort de se géner…

    21/03/2006 à 11 h 31 min
  • jacques Répondre

    Le figaro écrit: « Les chefs d’entreprises présents ont proposé trois pistes d’amélioration du CPE au Premier ministre. … La deuxième amélioration serait d’obliger les entreprises à justifier le licenciement, …. la troisième passerait par l’instauration d’une formation obligatoire pour les jeunes » Bref en gros, les chef d’entreprise français ont proposé de facto l’abolition du CPE puisqu’ils l’auront vidé de ce qui en faisait son intérêt. Bref, quand les chefs d’entreprises ne croient pas eux-mêmes à la liberté de commerce et à la moralité du profit, je doute qu’ils comprennent également grand chose au capitalisme, C’est ce que j’avais vu cru comprendre l’autre jour à la télé: un chef d’entreprise pour se « crédibilisé » avait commencé par bien établir qu’il ne faisait presqu’aucun profit. Bref un « bon » homme d’affaire en France ne doit pas faire de profit. Il doit avoir « honte » de réussir car « réussir » veut évidemment dire « exploiter les autres ». Bref un beau cas de marxisation des esprits. En amérique un « bon » homme d’affaire est celui qui fait le plus de profit possible, et gère une entreprise éminemment rentable (donc utile). Ils en sont fiers et les jeunes aspirent tous à faire pareil, pas a être fonctionnaire au ministère du chomage (euh… je veux dire du travail) Il n’y a donc aucune surprise que les français (incluant les socialistes) investissent massivement aux USA directement et aussi via leur fonds de pensions avec le S&P500.

    21/03/2006 à 11 h 03 min
  • Olivier Répondre

    Aux vues des manifs dans ce pays qu’est la France, et dont j’ai de plus en plus de mal à me dire que c’est mon pays (tellement je ne me sens pas du tout représenté), je me demande jusqu’où va aller la dégringolade. En effet, Ingénieur de formation, jeune -de 30ans, je travaille dans le secteur privé, déjà en situation de pseudo précarité car embauché en CDI dans une boite de prestation (interim déguisé)où dans mon secteur les sociétés d’interim commencent à débaucher des bac +5, je ne comprends pas les manifs des étudiants. Ils n’ont jamais travaillé, ne savent meme pas ce qu’est l’état du marché et les réalités économiques, car le gouvernement et les medias (de merde faut -il le preciser)aveuglent le peuple. Oui il va falloir de la precarité, car il n’y a plus d’argent en France, oui il va y avoir une guerre civile pour chasser tous les parasites qui nous succent le sang, et enfin il y aura (au moins quelques temps) le retour d’un homme fort, et on appelera ça une dictature. Il faut qu’on en finisse une bonne fois pour toute avec tous ces politicars de droite et de gauche.

    21/03/2006 à 10 h 56 min
  • Jean-Claude Lahitte Répondre

    Jacques, j’oserai dire « Les grands esprits se rencontrent ». Pas plus tard, en rentrant d’une messe anniversaire de l’ordination d’un prêtre ami, mon épouse et moi, nous nous faisions des réflexions à propos de la « nuisance » de certains fonctionnaires. Nous avions rencontré le directeur d’un centre dehandicapés et celui d’un hôpital qui nous avaient parlé de toutes les réglementations qui s’ajoutent les unes aux autres sans que les auteurs de des règlementations se soucient le moins du monde tant des moyens financiers pour les mettre en oeuvre, que de la désuhmanisation qu’elles entraînent tant à l’égard des hadicapés que des patients. Et l’on pourrait en dire autant de nos « législateurs » qui accouchent de tas de lois sans se soucier des moyens financiers qu’elles demandent, sans même se soucier de savoir si c’est « bon pour le peuple ». Il en est ainsi, bien sûr, comme vous le rappelez vous-même, pour les entreprises qui croûlent autant sous le poids des lois (combien rien qu’en matière de travail ? on le voit en ce moment avec le CPE ) et des règlementations, sans parler des charges. La France est devenue le pays de la « socialie » où l’on décourage l’esprit d’entreprise, mais aussi le travail. Pas même une « socialie à la mode « suédoise », mais une « socialie » à la mode régalienne où toute la classe politique, mais aussi une partie des fonctionnaires (ce sont eux qui, en réalité, gouvernent) se comportent comme si c’était « C’est nous qu’on est les rois ! ». Bien cordialement à vous, et à toutes et à tous, Jean-Claude Lahitte

    21/03/2006 à 10 h 36 min
  • jacques Répondre

    jc lahitte: « embaucher des fonctionnaires grassement payés à ne rien faire,ou, plutôt à faire un travail inutile » Si ce n’était que cela, ce serait un moindre mal. Mais en réalité vous sous-estimez gravement le mal français. Il y a de nombreux fonctionnaire qui non seulement sont parfaitement inutiles, mais qui sont NUISIBLE et brime la liberté d’entreprendre, la création d’entreprise, entraine un chômage (quasi-inexistent dans un pays libre comme le Canada) et condamme des millier (millions?) de jeunes dans le sous-emploi, le chômage et le désoeuvrement avec comme seul soulagement à leur malheur l’abandon dans les drogues, le « recomfort » apporter par l’appartenance à une gang de rue, et la manif occasionnel qui leur donne leur 15 secondes de gloire à la télé. Je suis un capitaliste pur et dur, fier de l’être, qui a bati ma vie à partir de rien du tout et a connu un succès bien au-délà de mes espérances (qui a 20 ans me faisaient pourtant passer pour un « irréaliste rêveur » lorsqu’on était gentil, et un fou autrement) . Il y a 3 types de gouvernement: – utile, bénéfique et indispensable: sécurité, justice, santé publique, éducation, etc – inutile. Tout le monde connait un fonctionnaire ou un service plus ou moins gâteux et inutile dont l’absence passerait parfaitement inaperçue – nuisible et dangereux. Un bel exemple est votre ministère du travail qui ne protège personne (sauf dans votre imaginaire collectif) et détruit la vie de vos jeunes, le tout par le truchement de milles et une législations loufoque et ridicules dont j’ai brièvement parlé plus haut. Malheureusement avec l’absence de leadership dans votre pays et une direction bi-céphale plus ou moins incompréhensible, ce sera dur, très dur. En 1900 l’Uruguay était un pays riche, éminemment prospère dont le niveau de vie égalait celui des pays européens, comme en témoigne les nombreux édifices remarquables qui ornent les rues de Montevideo. On s’est alors permis toutes sorte de mesures sociales « gratuites » qui assurait à chaque élection d’être ré-élu. En 1950, le pays se targuait d’être le pays le plus « socialement développé » de l’Amérique du Sud (entendre, le plus « socialiste »). Puis une crise d’origine externe s’est produite (la disparition des marchés d’exportation bovines) et comme le pays n’avait aucune flexibilité (pris dans son carcan législatif social) ce fut la descente lente mais inéluctable aux enfers. Troubles économiques grandissants, quasi-guerre civile dans les années 1970 culminant avec un dicature. Le clou dans le cerceuil fut l’écroulement de l’Argentine, pays voisin et partenaire commercial important, s’écroula. Aujourd’hui, le gouvernement engage les médecins de la santé publique pour 10,000 pesos par mois (environs 300 euros par mois) et doit sélectionné dû à l’afflut de candidats. Dans certaines département, certains fonctionnaires n’ont pas été payés pendant 3 mois. Ceux qui avaient cru qu’une promesse de protection sociale du gouvernement pouvait se baser sur la seule déclaration de droits ou la promulgation de lois ont eu droit à un réveil *** brutal ***. La Russie aussi est un autre exemple. Cela peut faire réfléchir.

    21/03/2006 à 7 h 19 min
  • Mancney Répondre

    C’est « Spring Break » en ce moment aux USA, les vacances de Printemps. Spring Break, pour ceux qui l’ignorent, c’est la grande fete des eleves des « Colleges » US, et certaines villes ont la réputation de les accueillir: Daytona Beach, PanamaCity (en Floride, pas a Panama) Fort Lauderdale, a l’étranger aussi, Cancun, les iles A. B. C. etc… Grande rigolades, concours de T Shirt mouillés, beer a gogo etc. La derniere des destinations a la vogue, ou garcons et filles mouillent également leur T-shirt, c’est la Nouvelle Orleans et ses parishes alentours. Les jeunes Américains viennent par milliers passer qqs nuits sous la tente et leurs journées a déblayer, nettoyer, et participer a l’effort de réaménagement. Ils viennent pratiquement de tous les Etats du Pays. Je viens d’en voir qqs uns interviewés sur Fox news. Ils ont l’air plutot satisfaits et fiers de ce qu’ils font, pas vraiment d’angoisse métaphysique. L’encadrement les accueille en les remerciant et en leur disant que, de toute leur vie, ils noublieront jamais ce qu’ils ont fait ici. Je présume que chacun trouve ses plaisirs ou il peut. C’est vrai qu’ils n’ont pas le CPE. Pour ceux qui veulent offrir un séjour a leurs momes en dehors des pavés et des pancartes, c’est la: http://relief.campuscrusadeforchrist.com/springbreak.htmlv Participation au frais (food, etc..) $50 pour la durée du séjour. Parce que, en plus, il faut payer sa bouffe? yep, et le voyage aussi. Pas cool l’Amérique, hein Jaures? Best, Mancney

    21/03/2006 à 3 h 35 min
  • Jean-Claude Lahitte Répondre

    ¨Pour reprendre au vol un mot du titre de l’article objet de ces « posts », et pour en terminer, je dirai que les Français sont à CRAN parce qu’ils commencent à ouvrir les yeux et les oreilles et se rendent compte qu’ils devront serrer plusieurs CRANS à leur ceinture. Auront-ils suffisamment de CRAN pour le faire ? Notamment, pour commencer, en mettant à la porte lors des prochaines élections les politiciens de tous bords qui les ont trompés en leur faisant croire que tout est possible en travaillant de moins en moins, en faisant des études pour les études (comme d’autres faisaient de l’art pour l’art). Cordialement, en méprisant ou détestant les entrepreneurs …Jean-Claude Lahitte

    20/03/2006 à 23 h 04 min
  • tl Répondre

    Jaures, comme tout bobo qui se respecte, tu lui met le nez dans son caca, et il continue à t’abreuver de ses concepts staliniens et conservateurs, c’est un vrai coq, les deux pieds dans la M. et en plus tout déplumé, il continuera de chanter. En fait en grand démocrate qu’il est, comme tous ses collègues de gauche, il ne supporte pas l’intrusion de médias internet indépendants d’esprit, ça casse le marché des journaux de ses petits copains. Au fait combien de lecteurs en plus à l’huma depuis qu’edf est rentré dans le capital ? ( ça sent le cryptocapitalisme à plein nez ça mon vieux). Félicitations à Jacques notre ami canadien qui parle d’or. Les efforts pathétiques des soit disant intellectuels français qui prétendent penser pour nous, comme ce malheureux Jaures, les efforts qu’ils font pour trouver une autre voie que le capitalisme et le libéralisme économique, alors que ces derniers ont déjà fait leur preuve partout, bref ces efforts m’apitoient. Les pauvres depuis la chute du communisme et de son économie socialiste n’ont plus de théorie « prêt à penser » pour contrer l’ennemi de classe qu’est à leurs yeux le capitaliste. Depuis trente ans qu’ils se sont posés en inspirateurs obligés de nos politiques, nou courons à la ruine morale, financière et démographique. Votre univers craque, tout ce que la gauche propose comme idéal est de faire chuter la droite, pour le reste, au niveau reflexion et perspective économique, c’est le néant sidéral, électroencéphalogramme plat.

    20/03/2006 à 21 h 24 min
  • Mancney Répondre

    Jaures : « sur les chiffres de la manif je fais toujours la moyenne entre organisateurs et police » Bien vu. c’est sans doute le plus juste. Et c’est aussi la premiere et sans doute la derniere fois ou l’on est d’accord. Ca me gene meme un peu. Que vont penser les gens? « les 4V annonçaient triomphalement 17000 exemplaires vendus. Sachant que ‘L Humanité » se vend à 390 000 exemplaires Good, devinez celui qui monte et celui qui descend.  » J’aurai personnellement préféré que les baisses d’impôts soient plutôt réinvestis dans les services publics » Celle la, vous nous l’expliquerez… Re-investir une « diminution » d’impots? Investir un négatif? Oh, oh, Jaures, c’est de l’économie socialiste, ca, investir de l’argent qui n’existe pas….A moins que vous ne vouliez dire : Supprimer la diminution d’impots. Mais non, vous n’auriez pas pensé cela. « réinvestis dans les services publics:justice, éducation, » Absolument, plus d’argent pour les manifs et plus d’argent pour les juges qui condamnent les manifestants. All the best, Mancney

    20/03/2006 à 18 h 18 min
  • grandpas Répondre

    Alors mon cher Jaures!Qu’avez vous à dire aprés lrés complet post de Georges Lane? Nous étions des millions ce Samedi,de pauvres gens trompés pas des manipulateurs professionnels de l’agitation.

    20/03/2006 à 17 h 44 min
  • sas Répondre

    A jean claude lahitte,comme je te sais curieux,précis et à la recherche d’informations cohérentes et non politiquement lisées….va sur le site de jean pierre petit, maitre de recherche au cnrs,diplômé de supaéro…touche à tout….fouineur, et cérébré….tu devrais être interessé par certains articles…fors instructifs. amicalement sas

    20/03/2006 à 17 h 03 min
  • leviet Répondre

    on aura beau gloser sur le role des minorités agissantes :celles qui bloquent toutes reformes. il faut comprendre que le Cpe est une mesurette .qu’elle ne sert pas a grand chose si ce n’est mr Villepin qui veut se presidentialiser vis a vis de Sarko. que le veritable boulot de ces enarques serait de créer de l’emploi et non de gerer le chomage. qu’il ya en France plusieurs millions de chomeurs et plusieurs millions d’immigrés vivant des avantages sociaux et mettant à mal notre systeme de santé… que depuis 30 ans on s’enfonce dans un deficit chronique ,que la France se desinstrualise,que l’on croit créer des millions d’emplois dans les services… que plutot de braquer les jeunes en installant la precarité ,on ferait mieux d’adopter une veritable politique de formations au lieu de pousser les jeunes à aller vers les 80 % de bacheliers dont la moitié au moins sont inutiles nous avons la droite et la gauche les plus betes du monde!!!

    20/03/2006 à 16 h 47 min
  • Jean-Claude Lahitte Répondre

    Il faut bien se rendre à l’évidence. La France n’est plus en démocratie (ça, je le sais depuis longtemps) comme le montrent les braillards qui, sachant qu’ils sont de futurs ratés, de futurs laissés pour compte, ont pris de force les amphithéâtres des facs avec la complicité de Présidents de Facs socialo-maxistes, et ont organisé des votes prétendus « démocratiques » (à mains levées !!!) après en avoir interdit l’accès aux non-UNEF (celle-ci ne représente pourtant que 6% environ du corps estudiantin)et fait taire, parfois brutalement, les quelques opposants qui ont pu s’infiltrer. Et la mayonnaise a pris avec la complicité d’une bonne partie du corps professoral(1) acquis à la gauche et le tamtam médiatique(2) qui a amplifié cette prétendue unanimité des étudiants. Mais il faut savoir que toutes les conditions sont réunies pour une pareille situation. D’abord, le fait que le CPE avait été conçu par des crânes d’oeufs coupés des réalités du terrain (qu’ils méprisent) et sans la moindre concertation avec les syndicats et les organisations d’étudiants(3), lesquelles, outre qu’elles ne représentent qu’une minorité, sont, elles aussi, déconnectées des réalités d’aujourd’hui. Ensuite, parce que l’Education (prétendue) nationale a enseigné à des générations d’élèves que non seulement l’Etat peut tout, mais aussi que les patrons sont des salauds qui s’en mettent plein les poches, et doivent donc PAYER, TOUJOURS PAYER(4) ! Ensuite encore, parce que les gouvernements de « droite » comme de gauche, ont signé, sans en prévoir les conséquences, et par conséquent sans y préparer, sans aider à s’y préparer, aussi bien les petites et moyennes entreprises (je ne parle pas des entreprises déjà internationales) ni, surtout, les citoyens, ont signé – dis-je – des traités qui, ouvrant la porte à la concurence internationale la plus sauvage, condamnent les entreprises qui n’ont su ou pu, à la fermeture ou à la délocalisation et créent la précarité permanente à laquelle se refusent tous les braillards de rues. Et enfin, parce que l’école, après avoir dénigré le « travail manuel » (5)(dans un esprit « lutte des classes »)a formé, et continue à former, de futurs chômeurs à col blanc sans se soucier des besoins des entreprises, ou même du marché local, et encore moins du marché international. Ainsi, chaque année, sortent des Bac + long comme le bras, diplômés en psycho, en philo, en sociologie, en Histoire, en archéologie, etc. qui ne se sont pas soucié le moins du monde des débouchés et persistant à croire que leur dîplôme suffirait à leur ouvrir toutes les portes, ave des salaires qui leur permettraient de s’offrir l’appartement (avec tout l’équipement électro-ménager) la voiture (dont, évidemment, ils ne sauraient se passer !), l’ordinateur, et, bien entendu, les voyages, de préférence exotiques. S’imaginant peut-être que l’Etat, exsangue (plus de 1100 milliards d’euros de dettes, sans parler de tous les autres problèmes récurrents), pourrait continuer à embaucher des fonctionnaires grassement payés à ne rien faire,ou, plutôt à faire un travail inutile. Il faut que la jeune génération (mais aussi leurs parents et grand’parents qui se sont comportés comme des « autruches », pas seulement en élisant d’élections en élections des incapables, doublés de pusilannimes, comprennent qu’il est plus que temps de comprendre que les patrons ne sont pas des poules aux oeufs d’or, que l’Etat ne pourra éternellement être la vache à lait de gens inutiles, ou flemmards. Et se fassent à l’idée que les diplômes ne sont pas des sésames pour trouver un emploi, mais bien plutôt leurs véritables compétences, leur ardeur au travail, leurs motivations. Et cela doit commencer par le bon choix, comme doit le faire n’importe quelle femme ou homme de marketing : celui des spécialités à étudier en fonction des débouchés, en fonction du « marché ». De l’autre côté des Pyrénées ou de la Manche, mais aussi, de l’autre côté de nos proches frontières, sans aller jusqu’aux pays à bas salaires et aux avantages sociaux quasi-inexistants, des filles et des garçons de leur âge l’ont compris. Il est vrai qu’ils ont eu la chance de ne pas avoir eu leur cerveau dénaturé par une Education Nationae rongée par le marxisme et qui refuse de se réformer, même sous l’impulsion d’un ministre de gauche, issu du sérail de surcroît, j’ai nommé Claude Allègre ! Cordialement à tous (1) où est le fameux devoir de réserve, quand on sait que jusuq’à des professeurs de lycées et même de collèges ont poussé leurs élèves (et les parents qui vont avec !, sans même avoir pris la peine d’étudier le CPE … (2) bien que n’appartenant pas à la Fédération Liberté Chérie (< www.liberte-cherie.com >, j’avais pris l’initiative de relayer un de ses courriels à Christophe Hondelatte (RTL) pourlui demander d’annoncer la manifestation anti-blocage des facs (mardi 21 mars, 14hoo, place de la Sorbonne. Sans succès. RTL, comme ses consoeurs de la Radio et de la TV a les yeux de Chimène pour les manifestants qui prétendent s’opposer au CPE. Tous de gauche ! (3) les gouvernants de gauche en font autant quand ils sont aux « affaires » (à tous les sens du mot !) comme ils disent. Tous nos gouvernants s’imaginent qu’ayant obtenu la majorité, ils disposent de tous les pouvoirs sans le moindre contrôle. Oubliant que cette « majorité », outre qu’elle ne tient le plus souvent qu’à un cheveu, n’est que celle des votes exprimés, et non de l’ensmble du corps électoral ! C’est dire combien tous se moquent du peuple. Et il ont le culot de s’étonner de récolter ce qu’ils sèment … (4) il est permis de se demander pourquoi TOUS les Français ne sont pas devenus patrons ! Non, ils préfèrent devenir, en majorité, fonctionnaires ! (5) celui où il y a le plus de débouchés pour ceux qui sont bien formés et ont le goût du travail bien fait

    20/03/2006 à 15 h 08 min
  • Kranz Répondre

    Non florent, pas la « dictature du proletariat » mais « la dictature du bordelariat » comme le disait Jean Broussey dans un bon article sur Conscience Politique récemment. Et effectivement dictature du bordelariat il y a: l’utilisation de la rue, des manifestations incessantes, de la vandalisation de matériel payé avec les imports de la population active est le contraire absolu de la démocratie. La démocratie, dès ses sébut athéniens a toujours nécessité le « logos », la parole, le dialogue, la réflexion, la persuasion; a toutjours été opposé à la force brute que le gauchistes utilisent pour tenter d’exprimer leur pauvres opinions. quoique l’on puisse penser de Villepin il est à souhaiter qu’il TIENNE car ce serait une victoire pour la démocratie (représentative) contra la barbarie « manifestative ». Malheureusement, le maillon faible n’est peut-être pas à Matignon mais à l’Elysée……

    20/03/2006 à 14 h 27 min
  • georges lane Répondre

    Pour les raisons données ces dernières semaines sur la page libérale (http://www.pageliberale.org/billet.php?niw=1428) – cf. billets sur égalité des chances (1), la HALDE, égalité des chances (2) et (3)-, et à commencer par son titre, « loi sur l’égalité des chances », la loi aurait du faire frémir tout être humain normalement constitué, c’est-à-dire qui reconnaît à son semblable le libre arbitre et la libre action responsables dont il se considère lui-même doté. De par cette loi, il ne s’agit donc plus pour l’Etat d’instaurer par la coercition l' »égalité de liberté » (cf. Spencer, fin du XIXè siècle) ou l' »égalité de revenu » (étatisme post 1945, cf. Mises, Le gouvernement omnipotent), mais l' »égalité des chances ». Deus ex machina catalogué qui aurait donc donné implicitement des chances par le passé, l’Etat se propose désormais de faire disparaître l’inégalité de celles-ci et d’instaurer leur égalité. Même Hercule ne s’était pas vu imposer un tel travail. Mais c’est quoi l’égalité des chances ? Pas de débat sur la question ! Curieusement, seuls les trois premiers articles de la loi – qui portent « sur le CPE » – ont suscité un tollé de la part de certains qui, vraisemblablement, ont du boire du petit lait en lisant des articles qui suivaient tant cela correspond à leurs idées, à ce qui leur fait refuser les trois premiers articles… A moins qu’ils aient arrêté leur lecture à l’article 4… Si tel est le cas, c’est que les rédacteurs de la loi se sont trompés dans leur entreprise d’équilibrage des avantages et des inconvénients à destination des groupes de pression dont ils veulent le bien. Question en passant : serait-il donc plus difficile de réaliser cet équilibre que d’instaurer l’égalité des chances ? Serait-ce si difficile que le gouvernement aurait buggé ? Mauvais présage pour la suite des événements … Face au tollé et comme pour corriger certaines erreurs, les rédacteurs ont reformulé le texte en y ajoutant un article et le complément (cf. ci-dessous l’article ajouté) est devenu un amendement qui a été voté par l’Assemblée nationale et le Sénat. AMENDEMENT N° 3 Rect. présenté par le Gouvernement ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L’ARTICLE 3, insérer l’article suivant : I. – Les employeurs qui entrent dans le champ du premier alinéa de l’article L. 131-2 du code du travail peuvent conclure, pour toute nouvelle embauche d’un jeune âgé de moins de 26 ans, un contrat de travail dénommé  » contrat première embauche « . L’effectif de l’entreprise doit être supérieur à vingt salariés dans les conditions définies par l’article L. 620-10 du code du travail. Un tel contrat ne peut être conclu pour pourvoir les emplois mentionnés au 3° de l’article L. 122-1-1 (il s’agit des professions du spectacle) du code du travail. II. – Le contrat de travail défini au I est conclu sans détermination de durée. Il est établi par écrit. Ce contrat est soumis aux dispositions du code du travail, à l’exception, pendant les deux premières années courant à compter de la date de sa conclusion, de celles des articles L. 122-4 à L. 122-11, L. 122-13 à L. 122-14-14 et L. 321-1 à L. 321-17 de ce code. La durée des contrats de travail, y compris des missions de travail temporaire, précédemment conclus par le salarié avec l’entreprise dans les deux années précédant la signature du contrat première embauche, ainsi que la durée des stages réalisés au sein de l’entreprise sont prises en compte dans le calcul de la période prévue à l’alinéa précédent. Ce contrat peut être rompu à l’initiative de l’employeur ou du salarié, pendant les deux premières années courant à compter de la date de sa conclusion, dans les conditions suivantes : 1° La rupture est notifiée par lettre recommandée avec demande d’avis de réception ; 2° Lorsque l’employeur est à l’initiative de la rupture et sauf faute grave ou force majeure, la présentation de la lettre recommandée fait courir, dès lors que le salarié est présent depuis au moins un mois dans l’entreprise, un préavis. La durée de celui-ci est fixée à deux semaines, dans le cas d’un contrat conclu depuis moins de six mois à la date de la présentation de la lettre recommandée, et à un mois dans le cas d’un contrat conclu depuis au moins six mois ; 3° Lorsqu’il est à l’initiative de la rupture, sauf faute grave, l’employeur verse au salarié, au plus tard à l’expiration du préavis, outre les sommes restant dues au titre des salaires et de l’indemnité de congés payés, une indemnité égale à 8 % du montant total de la rémunération brute due au salarié depuis la conclusion du contrat. Le régime fiscal et social de cette indemnité est celui applicable à l’indemnité mentionnée à l’article L. 122-9 du code du travail. À cette indemnité versée au salarié s’ajoute une contribution de l’employeur, égale à 2 % de la rémunération brute due au salarié depuis le début du contrat. Cette contribution est recouvrée par les organismes mentionnés au premier alinéa de l’article L. 351-21 du code du travail conformément aux dispositions des articles L. 351-6 et L. 351-6-1 du même code. Elle est destinée à financer les actions d’accompagnement renforcé du salarié par le service public de l’emploi en vue de son retour à l’emploi. Elle n’est pas considérée comme un élément de salaire au sens de l’article L. 242-1 du code de la sécurité sociale. Toute contestation portant sur la rupture se prescrit par douze mois à compter de l’envoi de la lettre recommandée prévue au 1°. Ce délai n’est opposable aux salariés que s’il en a été fait mention dans cette lettre. Par exception aux dispositions du deuxième alinéa, les ruptures du contrat de travail envisagées à l’initiative de l’employeur sont prises en compte pour la mise en |uvre des procédures d’information et de consultation régissant les procédures de licenciement économique collectif prévues au chapitre Ier du titre II du livre III du code du travail. La rupture du contrat doit respecter les dispositions législatives et réglementaires qui assurent une protection particulière aux salariés titulaires d’un mandat syndical ou représentatif. En cas de rupture du contrat, à l’initiative de l’employeur, au cours des deux premières années, il ne peut être conclu de nouveau contrat première embauche entre le même employeur et le même salarié avant que ne soit écoulé un délai de trois mois à compter du jour de la rupture du précédent contrat. Le salarié titulaire d’un contrat première embauche peut bénéficier du congé de formation dans les conditions fixées par les articles L. 931-13 à L. 931-20-1 du code du travail. Le salarié titulaire d’un contrat première embauche peut bénéficier du droit individuel à la formation prévu à l’article L. 933-1 du code du travail prorata temporis, à l’issue d’un délai d’un mois à compter de la date d’effet du contrat. L’organisme paritaire agréé mentionné à l’article L. 931-16 de ce code assure la prise en charge des frais de formation, de transport et d’hébergement ainsi que de l’allocation de formation due à ce salarié. L’employeur est tenu d’informer le salarié, lors de la signature du contrat, des dispositifs interprofessionnels lui accordant une garantie et une caution de loyer pour la recherche éventuelle de son logement. III. – Les travailleurs involontairement privés d’emploi, aptes au travail et recherchant un emploi au sens de l’article L. 351-1 du code du travail, ayant été titulaires du contrat mentionné au I pendant une durée minimale de quatre mois d’activité ont droit, dès lors qu’ils ne justifient pas de références de travail suffisantes pour être indemnisés en application de l’article L. 351-3 du code du travail, à une allocation forfaitaire versée pendant deux mois. Le montant de l’allocation forfaitaire ainsi que le délai après l’expiration duquel l’inscription comme demandeur d’emploi est réputée tardive pour l’ouverture du droit à l’allocation, les délais de demande et d’action en paiement, le délai au terme duquel le reliquat des droits antérieurement constitués ne peut plus être utilisé et le montant au-dessous duquel l’allocation indûment versée ne donne pas lieu à répétition sont ceux applicables au contrat nouvelles embauches. Les dispositions de la section 4 du chapitre Ier du titre V du livre III du code du travail sont applicables à l’allocation forfaitaire. Les dispositions de l’article L. 131-2, du 2° du I de l’article L. 242-13 et des articles L. 311-5 et L. 351-3 du code de la sécurité sociale ainsi que celles des articles 79 et 82 du code général des impôts sont applicables à l’allocation forfaitaire. Cette allocation est à la charge du fonds de solidarité créé par la loi n° 82-939 du 4 novembre 1982 relative à la contribution exceptionnelle de solidarité en faveur des travailleurs privés d’emploi. L’État peut, par convention, confier aux organismes mentionnés à l’article L. 351-21 du code du travail ou à tout organisme de droit privé la gestion de l’allocation forfaitaire. Un accord conclu dans les conditions prévues à l’article L. 351-8 du code du travail définit les conditions et les modalités selon lesquelles les salariés embauchés sous le régime du contrat institué au I peuvent bénéficier de la convention de reclassement personnalisé prévue au I de l’article L. 321-4-2 du code du travail. À défaut d’accord ou d’agrément de cet accord, ces conditions et modalités sont fixées par décret en Conseil d’État. Après cette grande et sacrée cuisine, qu’est ce que le CPE amendé ? C’est d’une part un contrat de travail réglementé « à temps plein » et non pas un contrat de travail réglementé « à temps partiel ». C’est d’autre part un contrat en CDI, avec toutes les règles du CDI (Contrat à durée indéterminée), à l’exception de celles qui concernent les licenciements. Celles-ci sont modifiées, puisque l’employeur (et le salarié) ont le droit de mettre fin au contrat sans motif pendant les 24 premiers mois, comme actuellement en CDI pendant la période d’essai. Ces 24 premiers mois sont donc une période d’essai prolongée, mais pendant laquelle les jeunes salariés bénéficient d’avantages qu’ils n’auraient pas lors d’une période d’essai en CDI ou même pendant le CDI après la fin de la période d’essai. Comme pour un CDI, le licenciement doit être notifié au salarié par lettre recommandée avec accusé de réception. Il convient de souligner que ces vingt-quatre mois sont calculés en prenant en compte les stages, CDD (contrat à durée déterminé) ou périodes d’intérim que le salarié a déjà pu faire dans l’entreprise. Par exemple, soit un salarié qui aura travaillé quinze jours en stage dans l’entreprise Y, puis qui aura obtenu de cette entreprise un CDD de neuf mois, l’employeur (et le salarié) ne pourra mettre fin au contrat sans donner de motif que pendant douze mois et demi. A l’expiration du délai de vingt-quatre mois ainsi calculé, le CDE est automatiquement transformé en CDI. L’employeur doit justifier tout licenciement, en revanche le salarié perd certains avantages (sur le montant des indemnités de licenciement). Avantages du CPE que certains feront valoir. I- A la différence de la période d’essai d’un CDI (qui permet de mettre fin au contrat sans préavis), le licenciement ouvre droit à un préavis de deux semaines pendant les six premiers mois et d’un mois ensuite (si le salarié a travaillé en stage ou en cdd (contrat à durée déterminée) dans la même entreprise, la durée du ou des stages, du ou des cdd entre en compte : ainsi, dans l’exemple précédent, le salarié aurait droit à un préavis d’un mois quelle que soit la date de son licenciement avant l’achèvement du CPE. II – à la différence d’un CDI (où l’employeur ne doit aucune indemnité au salarié s’il le licencie pendant la période d’essai et n’en doit une, après cette période, qu’après vingt-quatre mois d’activité dans l’entreprise), le salarié a droit dès le début à une indemnité de licenciement égale à 8% des salaires bruts perçus depuis le début du contrat (et donc pendant les stages ou cdd qui l’ont précédé). L’entreprise doit aussi verser 2% des salaires versés aux organismes de sécurité sociale. III- A la différence d’un CDI (pendant la période d’essai et après celle-ci, le salarié en CPE a droit à une formation dès son premier mois d’embauche (et non plus tard comme dans les CDI). IV – Toutes les protections que le code du travail assure aux femmes enceintes, aux délégués syndicaux et autres catégories protégées s’appliquent aux salariés en CPE. V – A la différence des CDD et CDI, le salarié en CPE licencié a droit à des indemnités de chômage dès qu’il a cumulé quatre mois de travail. Grands inconvénients du CPE que certains feront prévaloir La capacité juridique de licencier sans explications pendant les vingt-quatre premiers mois. Pourquoi cette capacité juridique ? Parce que les employeurs rechignent à engager des salariés, surtout des jeunes qui ne sont pas immédiatement opérationnels dans l’entreprise, qu’il faut former, s’ils ne peuvent pas mettre fin à leur contrat soit parce qu’ils ne donnent pas satisfaction (par exemple parce qu’ils n’auront pas réussi à se former pour les fonctions qu’on désire leur attribuer) ou si les affaires vont mal. Mais avec un CDI, dira-t-on, les employeurs peuvent licencier pour des  » raisons réelles et sérieuses »? Certes, mais il est très rare qu’un salarié accepte (sauf accord avec l’employeur et octroi d’une indemnité) de reconnaître que la cause du licenciement est réelle et sérieuse. Presque toujours, le salarié attaque son employeur aux Prud’hommes. Comme les entreprises, surtout les petites et moyennes entreprises, n’ont pas forcément un juriste spécialisé dans leur personnel, elles doivent faire appel à un avocat dont les honoraires sont en général de l’ordre de 450 à 600 euros l’heure, et rien que l’audience au tribunal représente deux ou trois heures. Un licenciement, même tout à fait justifié, coûte donc à l’entreprise quelque chose comme 5.000 euros sans parler du temps passé, qui leur coûte aussi. Donc les entreprises souhaitaient surtout ne pas être obligées d’avoir un procès aux Prud’hommes pour chaque licenciement. En vérité, on pourra aussi penser que certains repoussent le CPE parce qu’il élargit le choix dans le « filet de réglementations » qui entrave les entreprises. Ne soyons pas dupes, n’ayons pas d’illusion. La loi sur l’égalité des chances » porte un coup considérable à la liberté de l’être humain et à tout ce qu’il peut espérer de celle-ci. Cela n’est pas une question de chances. Pire, la loi fait renaître avec des oripeaux autres, la « planification à la française », au moment même où le gouvernement vient de fermer les portes du « Commissariat Général du Plan ». En effet, « l’égalité des chances », ce n’est plus le « plan de sécurité social » instauré en 1945 et dont nous vivons actuellement les derniers ébranlements. Ce n’est plus non plus la « planification indicative » – à la Pierre Massé – qui avait conduit le « Commissariat Général du Plan » à élaborer 12 « plans » successifs en près de cinquante années ! C’est tout simplement l’affirmation de la prétention étatiste que « agir en France » est en définitive un grand jeu de hasard, que le législateur est en mesure d’égaliser les chances de chacun et que l’égalité de celles-ci bénéficiera à tous. J’en veux pour preuve que le Premier ministre avait annoncé le 27 octobre 2005 la transformation du Commissariat général du Plan et que le « Centre d’analyse stratégique » lui succède en mars 2006. En d’autres termes, la bureaucratie planificatrice entre dans l’ère de l’incertitude déterministe et va proposer son infradéterminisme réglementaire. Quand parviendra-t-elle à l’ère de l’incertitude non déterministe, à l’ère de l’ignorance ? Bref, le CPE n’est pas le problème. Le problème est cette loi, désormais votée mais pas encore promulguée, sur l' »égalité des chances » qui a la prétention de faire gérer, directement ou non, nos chances par des réglementations bureaucratique. Georges Lane « «Les systèmes malthusiens donnent à leurs auteurs toutes les apparences de l’action généreuse, alors qu’ils organisent la misère et la ruine» (Jacques Rueff, 1934)

    20/03/2006 à 13 h 58 min
  • Jaures Répondre

    Chers tous: sur les chiffres de la manif je fais toujours la moyenne entre organisateurs et police. Ce qui donne une assez bonne idée de la réalité. A ce sujet, il y a quelques semaines, les 4V annonçaient triomphalement 17000 exemplaires vendus. Sachant que ‘L Humanité » se vend à 390000 exemplaires pour 3,5% du corps électoral, cela cerne bien votre audience. Sur les résultats économiques de la gauche, ils sont incontestables. Qu’ils furent suffisants, certes non. J’aurai personnellement préféré que les baisses d’impôts soient plutôt réinvestis dans les services publics:justice, éducation, recherche. Et vous, qu’en pensez-vous?

    20/03/2006 à 13 h 58 min
  • Florent Répondre

    Encore une fois, l’ami jaures donne en plein dans le mensonge et la désinformation, mais quoi d’étonnant pour un homme de gauche? Mais nous étons 1 million dans la rue hier. Faux, vous étiez moins de 500000, dixit les services d’ordre, toujours plus fiables que les organisateurs. Et puis, que faites-vous des 59,5 millions d’autres français qui ne participent pas à ces manifs? Sans doute doivent ils subir la dictature du prolétarait? L’ensemble des présidents d’université s’est déclaré pour la suspension du CPE. Tous des gauchistes probablement. Encore une fois faux, il y a eut des profs et des présidents d’univ contre les blocages et favorables au CPE, j’en ai moi-même rencontré un à Toulouse. Eh oui, ce sont tous des gauchistes ( PS, PCF, LCR ), tous leurs badges étaient bien visibles lors des manifs de Toulouse, mais sans doute étais-je victime d’un cas d’hallucination collective. J’ajoute que cette manif était un fourre tout puisqu’on y voyait aussi des slogans des intermittents du spectacle, sans doute passaient ils là par hasard, ou alors ils ont voulu recycler leurs vieilles pancartes. De 1997 à 2001, la France a créé 1,5 millions d’emploi, baissé les impôts (T.V.A, vignette,prime pour l’emploi),diminué le chômage de 30% (Juppé avait laissé un taux de 12,5%),avec un taux de croissance de 3,5% en moyenne et moins de 2,5% de déficit public. Comme dirait Millière, ce sont des faits, pas de l’opinion. Oui, bien sûr, nous savons tous que la France vivait merveilleusement bien sous Jospin Ier ( les dates ne sont pas choisies au hasard, n’est-ce pas? ), qu’il n’y a plus eut de chômage, jamais d’insécurité ( l’affaire Bonnal n’a jamais eut lieu ) et que la France est devenu une grande puissance économique ( Hein quoi? Elle serait passé du 3e au 12e rang en matière de puissance industrielle? N’importe quoi, rien que de la propagande pas vraie de droite! ). Ah, franchement hilarant ce Jaures, même son précédant homonyme n’aurait pas osé une telle désinformation. Au fait, étrange que vous n’ayez pas un mot pour les dégâts causés par vos chers étudiants et pour les policiers blessés ( près de 100 je crois ). Bah, tant pis, de toute façon, c’était rien que des fascos!

    20/03/2006 à 13 h 01 min
  • Ado Répondre

    « gérer la FRANCE,comme sa propre maison: EN BON PERE DE FAMILLE….(hétéro devrais-je dire) » Arf ! Excellent 😉 « exemple les MAGISTRATS…..soutenant les gros groupes capitalistes mafieux, » Mouais, qui libére les petites frappes ? « Mais nous étons 1 million dans la rue hier.  » Plus que 30 de plus et vous aurez votre majorité.

    20/03/2006 à 0 h 07 min
  • grandpas Répondre

    Je connais quelques personnes qui devraient arréter le mauvais vin même si celui est encore rouge,car leur vision est double.Allez pour faire plaisir 500 000 est cela sur tout le France,en rappelent le ban et l’arriére ban des gauchistes de tous bord qui ont été débauchés jusqu’aux collégiens,car les étudiants pourtant troupes de ligne de l’extréme gauche commencent à trouver ces gens.

    19/03/2006 à 21 h 05 min
  • jacques Répondre

    Pour Jaurès: « De 1997 à 2001, la France a créé 1,5 millions d’emploi » France http://www.insee.fr/fr/ffc/figure/CMRSOS03139.XLS emplois totaux existants 1999 24,080,578 2002 25,151,927 variation 1999-2002 (période de 3 ans) + 1.1 millions population 60 millions Canada http://strategis.ic.gc.ca/epic/internet/insbrp-rppe.nsf/fr/rd01269f.html variation 2001-2004 (période 3 ans): +2.6 millions population: 30 millions Toute proportion gardée il aurait fallu que la france cree 5.2 millions soit 4.7x plus (pas 10% plus, pas 20% plus… 370% plus !!! ) pour se comparer à la création d’emploi dans un pays avec une politique libérale. « Mais nous étons 1 million dans la rue hier. » C’est justement ce qui nous inquiète. Il ne viendrait jamais à l’idée d’un canadien de perdre son temps pour manifester pour une mesurette. Ici, on s’instruit, on réfléchi, on invente. On ne perd pas son temps à servir de marionnette de politiciens sans scrupule comme jack lang ou françois hollande. J’ai lu la biographie de François Hollande: – Licencié en droit – diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris – diplômé de l’École nationale d’administration – professeur d’Économie à l’Institut d’études politiques Avec cette éducation, je ne peux conclure que ses propos sur tf1 ont été fait de très mauvaise foi. Il a menti inpunément en parlant des contrats de travail dans le monde. Cela me dégoutte. Si c’est cela votre exemple d' »élite » qui sort de vos hautes écoles, je crois bien qu’il est grand temps qu’on arrête de gaspiller l’argent du peuple pour les maintenir. Aussi inquiétant, Villepin est de la même promotion que Ségolène Royale et François Hollande (Ecole Nationale d’Administration)… ce Villepin qui pour réformer les contrats de travail ne trouve rien de mieux qu’à ajouter 1 autre contrat aux 38 existants!… une réforme « à la française » Mais pour l’humour, il n’y a rien de mieux que les diplomés de L’Ecole Nationale. Voici ce que le ministère du travail qu’ils ont structuré écrit sur son site: http://www.travail.gouv.fr/informations-pratiques/fiches-pratiques/embauche/offre-emploi-embauche-les-droits-du-candidat-651.html  » Si l’analyse *** astrologique ***, réalisée à l’insu du candidat, fonde le refus de l’employeur de l’embaucher…la personne qui s’estime lésée par de tels procédés peut saisir le juge » Ah qu’on est bien protégé en France ! Au Canada on est complètement démuni de ce côté. C’est un pays sans foi ni loi. Il y a le vide totale de protection ! Tenez, au Canada, de gros vilains employeurs pourraient utiliser l’ *** astrologie *** pour choisir leur candidats ! Qu’attendez-vous Jaures pour venir au secours de vos « précaires » cousins canadiens, heureux, riches et optimistes ?

    19/03/2006 à 20 h 52 min
  • Mancney Répondre

    Jaures:  » Mais nous étons 1 million dans la rue hier. » Fine. Combien de Millions n’y étaient pas et devront payer pour le temps de travail perdu et les dégats occasionnés par des gens mal éduqués. Ce n’est pas gratuit, Jaures, quelqu’un va devoir payer. A combien d’euros estimer votre propre participation? « L’ensemble des présidents d’université s’est déclaré pour la suspension du CPE » Ok, et c’est eux qui vont vous embaucher, n’est ce pas? « Tous des gauchistes probablement.  » Certainement pas, mais beaucoup étaient la pour faire la fete. On devrait re-autoriser les Monomes de fin d’études secondaires; on a aussi le droit de rigoler (pas de casser) , et je comprends que vous en ayez bien besoin.  » De 1997 à 2001, la France a créé 1,5 millions d’emploi, baissé les impôts (T.V.A, vignette,prime pour l’emploi) , diminué le chômage de 30% (Juppé avait laissé un taux de 12,5%), avec un taux de croissance de 3,5% en moyenne et moins de 2,5% de déficit public. » Bravo, tres bien. Apres 2001, c’est comment? Et en 2020, Jaures, ca va etre comment? Mancney

    19/03/2006 à 18 h 25 min
  • Mancney Répondre

    Bingo, Jacques, bien vu. Merci pour ces justes bien que déplaisantes informations. Rien a ajouter, juste a réfléchir, et a agir. Merci aussi pour le site du GEM. On y trouve de sérieux tableaux de bord économiques. Faites bien gaffe a votre immigration la haut, Tabernacle! Best, Mancney

    19/03/2006 à 16 h 29 min
  • Jaures Répondre

    Nous sommes dix contre vous dit Mancney. Mais nous étons 1 million dans la rue hier. L’ensemble des présidents d’université s’est déclaré pour la suspension du CPE. Tous des gauchistes probablement.Quant aux exemples glanés ailleurs, vous les citez toujours de façon partielle. Résoudre le problème de chômage n’a rien à voir avec des mesures libérales. De 1997 à 2001, la France a créé 1,5 millions d’emploi, baissé les impôts (T.V.A, vignette,prime pour l’emploi),diminué le chômage de 30% (Juppé avait laissé un taux de 12,5%),avec un taux de croissance de 3,5% en moyenne et moins de 2,5% de déficit public. Comme dirait Millière, ce sont des faits, pas de l’opinion.

    19/03/2006 à 16 h 03 min
  • Mancney Répondre

    Oui, Ton Altesse, je fais parti des Méchants. Tu l’as compris. Bravo. Maintenant, quand j’essaie de dire a un « jeune » qu’il lui faut construire sa vie, avec ses propres ressources plutot qu’avec celles du voisin, la, je me trouve provisoirement du coté des « Gentils », non? News: Je ne regarde certainement pas le meme 20 heures que toi; le mien s’appelle le  » O’Reilly Factor  » . Tu n’aimes pas? ca vaut PPDA, crois moi. Best, Mancney

    19/03/2006 à 15 h 47 min
  • TL Répondre

    Jacques 1 – Jaures 0 L’emm…ant avec internet est que les vérités, y compris outre atlantiques finissent toujours par se savoir…

    19/03/2006 à 13 h 58 min
  • sas Répondre

    A adolphos,pour être encore plus précis,effectivement la haine et le rejet du riche et du dominant est patente en FRANCE,mais dès qu’un fonctionaire,un syndicaliste,un marxo/trotskiste,ou un immature pubère…..doivent prendre position,ils font systématiquement le jeu des « riches « et des « affairistes »…..exemple les MAGISTRATS…..soutenant les gros groupes capitalistes mafieux, en lieu et place des intérêts des petits justiciables…étonnant et constant hein??? Sur le CPE,n’attons jamais vu un patron(sauf à être con et finir en faillite rapidement) ….virer un bon employé ou un bon élément ???? sas le patron vous répond simplement: NON,NON ET NON… La vérité crasse est les suivante,le niveau des francais est collectivement si nulet si mauvais…..que cette fiente soixantehuitarde…refuse d’être évaluée et jugée D’autre part les 50 dernières étant administrées de main de cons…c’est lamentable d’avoir que le CPE à proposer pour sortir du trou…. ….l’art des méchant est là, c’est de p^roposer leurs solutions suicidaires, en n’ayant plus le chois et en faisant croire que c’est la meilleurs solution… Pour relancer l’emploi en FRANCE, il y a qu’unne facon :créeer des postes de travail, et donc casser quelques verous tous SOUS CONTROLE MACONNIQUE (le vrai pouvoir)EXEMPLE:législation du travail,casser les monopoles de fait,accéder librement au financement bancaire,casser et réformer les tribuneaux de commerce et les officijnes liquidatrices,contrôler les syndicats et les ramener à leur juste place dans la sociétée,casser les liens de tutelles qui asservissent nos finances….en fait gérer la FRANCE,comme sa propre maison: EN BON PERE DE FAMILLE….(hétéro devrais-je dire) -accrocher les choses par le haut -respecter l ordre naturel des choses -faire la contre r’evolution -avoir un chef naturel et GAULOIS… Là le salut serait possible….et c’est à l’opposé que tous nous baladent… sas le sage.

    19/03/2006 à 12 h 32 min
  • Adolphos Répondre

    C’est tout de même insensé que les « jeunes » se révolte contre une mesure qui vise à les sortir de leurs stages ! Je rappel que même la gauche (républicaine) était (officieusement, évidement) favorable au CPE. D’ailleur c’est bien pour cela qu’ils ont attendu si longtemps pour saisir le conseil constitutionnel.. Je rappel aussi qu’un jeune qui termine ses étude met actuellement entre 8 et 12 ans pour décrocher son premier CDI. Qu’est-ce qu’ils croient ? D’ailleur en CDI aussi on se fait virer : Pourquoi devrait-on être obliger de payer pour un service dont on à plus besoin ? En plus je suis effaré des discours tenu sur les forums Anti-CPE. La rue doit avoir le pouvoir, le gouvernement et chirac sont illégitime, nous sommes le peuple, le tier état, et depuis 1789 c’est le peuple qui décide, puisque 60 universités sont occupés, le mouvement est totalement légitime, puisque nous sommes les plus nombreux, on peut imposer notre point de vu aux patrons, c’est aux entreprises de s’adapter aux diplômes, et travailler fatigue. Bref, des discours bien fascistes pour le coup. Les jeunes ne connaissent visiblemet pas plus les régles de la démocratie que celle de l’économie -l’économie est un sport nationnale en France :o) Ca fait tout de même peur. C’est pourquoi j’espére que Villepin va leur dire d’aller se faire foutre, et qu’en France, il y a enfin un chef. « aussi incompétents qu’imprévoyants, n’avaient pas conscience des conséquences de leur signature. Notamment en matière de « globalisation », de « libéralisation » qui ouvraient toutes grandes les portes de la France et de l’Union à tous les produits fabriqués à bas prix, » Nos problémes actuels n’ont rien à voir avec le commerce international, sinon ses mauvais effets supposés seraient les même dans tous les pays « riches », hors ce n’est pas du tout le cas. Nos probléme sont avant tout internes. http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/054004454/index.shtml Et le résultat probable, à travers le Marxisme, de l’échec de 1789. Les haines sociales envers les « riches », les « patrons », les « actionaires », les « possédants, les « bourgeois », bref les « gros » etc.. se sont transmisent de génération en génération. Identité fantasmé, fictive, qui alimente cependant la lutte des classes, c’est à dire la guerre civil, contre l’élite économique, alors même que plus rien n’oblige celle-ci à investir en France, et que de nos jour, tout est fluide. « Ne mort pas la main qui te nouri », et bien les Français sont persuadé du contraire !

    19/03/2006 à 8 h 15 min
  • jacques Répondre

    sur tf1 francois hollande en entrevue dit: « Il n’existe aucun pays où on peut licencier sans motif » Ou bien il ment ou bien il est d’une ignorance inquiétante compte tenu de sa fonction Au Canada – l’employé peut démissionner sans motif en tout temps – l’employeur peut licencier sans motif en tout temps. Dans les deux cas, la seule obligation est une période de préavis prévue par la loi et établi en fonction de l’anciennté (2 semaines et plus) Et je serais abasourdi si ce n’était pas le cas aussi aux Usa (et dans pratiquement tous les pays d’ailleurs) Evidemment, l’intervieweuse, vraissemblement ignorante et mal préparée, a laissé passé le mensonge (ou l’énorme erreur) et les télé-spectateurs en sortent avec l’idée que l’obligation d’un motif économique pour licencier est une chose normale, internationalement reconnue, alors que c’est exactement l’opposé. J’ai en profité pour lire au sujet de vos contrats de travail: l’Express mentionne 38 formes de de contrats de travail différent, 27 régimes dérogatoires et une dizaine d’organisations du temps de travail…. (http://www.lexpress.fr/reussir/dossier/contrat/dossier.asp?ida=437005) au Canada il n’y a que deux: temporaire ou à durée indéterminé…Ils sont totalement flexible ! Quelle différence de bureaucratie ! Quelle différence de mentalité ! Plus je lis sur votre gouvernement, et plus j’apprécie le mien. J’espère qu’on arrivera à empêcher l’influence de la bureaucratie débridée de la Fracnce ici, bien qu’hélas au Québec (mais moins dans les autres provinces) déjà on note une tendance à vous imiter, et à croire au père-Noël, à la pensée magique, et à penser qu’il suffit d' »exiger des droits » (au logement, à un niveau de vie, à un travail, etc) pour qu’automatiquement ils se réalisent et qu’on s’enrichisse sans effort et sans réflexion!

    19/03/2006 à 7 h 43 min
  • jacques Répondre

    Incompréhensibles, totalement incompréhensibles les françasis ! En tant qu’honnête canadien avec une bonne éducation économique, je n’arrive vraiment pas à comprendre. 1) Villepin s’oppose à la discrimination positive si cher à Sarkozy… Que fait-il? Il propose un contrat d’embauche basé sur l’âge (discimination) justifiant cela par une fin plus haute (pour aider les jeunes)… bref un exemple frappant de discrimination « positive » 2) certains jeunes et jeunes étudiants manifestent dans la rue criant « à la discrimination! »… Mais ces idiots ne comprennent pas que ce ne sont pas eux qui sont discriminés ! C’est évidemment le chômeur de plus de 26 ans. Pour être encore plus clair: un patron, à qualité égale, va évidemment préférer engager quelqu’un de 22 ans au lieu de 28 pour profiter du contrat. 3) La sagesse dit qu’il faut savoir choisir ses batailles. Evidemment Villepin aurait dû abolir les contrats de travail existant et les remplacer par une flexibilité complète (bref un CPE pour tout le monde). Tant qu’à se battre il fallait le faire pour quelque chose qui aurait eu vraiment de l’effet. En plus, il aurait été conséquent avec lui-même et n’aurait pas fait de la discrimination positive. 4) *TOUS*, je répète, *TOUS* les contrats de travail au Canada sont du type que vous qualifié de … euh … « précaire ». Je le sais, j’ai déjà été employeur et j’ai dû renvoyé sans avoir rien à justifier à personne et sans remplir un quelconque formulaire (sauf celui pour ajuster les charges sociales à payer) 5) On dit que la globalisation, la Chine etc… cause le chômage en France. et bla bla bla. Tissus de mensonges. Au Canada, pays bien plus libéral que la France, on vit dans le même monde « global » que vous, et statistique Canada rapporte qu’en 2005, le chômage s’est établi à 6.4% le plus BAS TAUX AU CANDA DEPUIS… 31 ANS! Lisez cela une autre fois: LE PLUS BAS TAUX DE CHOMAGE EN 31 ANS. Et la qualité de vie est exceptionnelle. 6) Le Global Entrepreneurship Report de la London School of Economics donnent les statisques de nouvelles entreprise crées dans différent pays « http://www.gemconsortium.org/ » La France cette année se démarque. Le taux de création d’entreprise par opportunité (vs nécessité) qui est un bon marqueur de la vitalité entrepreneuriale d’un pays qui en France est de 1.3 est caractéristique d’un pays en voie de développement (la moyenne dans le monde est de 5.9 !) (en bas de 1.6, aux côté de la France, on retrouve le Venezuela, la jamaique, la hongrie, l’afrique du sud, la chine, le bresil et la croatie), Le taux de nouvelle entrprises est à 5.4% considérablement inférieur à la moyenne (8.4%). Conclusion: la formation d’entreprise en France est considérablement inférieure à la moyenne mondiale, et les quelques entreprise qui y sont créés le sont autant par nécessité que par réele opportunité économique. Comparé maintenant avec les pays anglo-saxons « libéraux »: Pays nouvelle entreprise opportunité/neccesité Canada 9.3% 6.0 USA 12.4% 7.2 Angleterre 6.2% 6.7 Nlle-Zelande 10,0% 12.7 Ireland 9.8% 4.2 France 5.4% 1.3 ! Si vous êtes jeunes, voici mes conseils: 1) faites une nouvelle révolution française en exigeant des réformes libérales sérieuses 2) mais, soyons sérieux, commes elles ont peu de chance de se produire (il n’y aucun parti en France qui les proposent!) avant une gravissime crise économique, émigré immédiatement en laissant derrière vos confrère socialiste se drogué et se débattre avec leur voiture brûlée et se ruiner lors de la crise à venir. et revenez en France une fois la France en voie de reforme et avec les poches pleines pour en profiter. 3) si vous vous trouvez des tendances masochistes et voulez restez en France à tout prix, alors choisissez une des 2 professions d’avenir d’une France figé dans son socialisme destructeur: policier ou pompier A bon entendeur, salut !

    19/03/2006 à 5 h 21 min
  • sas Répondre

    A mancney,si tu regarde le 20h00,que tu entends….et précisément que tu comprends(ce dont je doute sérieusement vu ton mail)….ce sont les lycéens qui déclarent « connement », et sans percuter sur l’aveu,que ce sont les profs qui mettent les gosses à annoner dans la rue… ….que les ervices d’ordres des lycéens sont organisés par des professionnel de la chianlit et l’anarchie…les syndicalistes de FO et la CGT….. Que pouvons nous penser ? si ce n’est l’évidente instrumentalisation par des subversifs coopté de la rue , cherchant à déstabiliser(ou négocier) le pouvoir INSTITUTIONNEL issu des urnes (même si c’est pipé…) le tout sous la houlette des « frangins de tous bords » roulant pour nicolas de naguy becsa….afin de plomber de villepin de galouzeau de mon cul…. Mancney , les jeunes sont déjà paumé et mal barré….ne les encourage pas dans la mauvaise voie….stp Ou alors tu fais parti des méchants, car tes positions antérieures ,même si fausses,sont souvent construites… donc toi tu réfléchis. sas

    18/03/2006 à 23 h 48 min
  • TL Répondre

    8 adhésions au PS, Jaurès va doubler la Royale pour la candidature aux présidentielles !

    18/03/2006 à 23 h 10 min
  • Mancney Répondre

    Jaures :  » Et oui les jeunes aujourd’hui préfèrent lutter que souffrir. Ce n’est pas moi qui les en blâmerai. » Alors, la, bravo, c’est grandiose! Rien de vaut la chaleur de la rue, n’est ce pas, la fraternité des camarades, épaule contre épaule, a l’assaut du Capitalisme et des Bourgeois. Ca, c’est la Vrai France! Quand a J-C Lahitte, Lartigues, Adolphos, Florent, Vezuve, T L, Kranz, Eiff, bbern, Helios, sans parler d’Al Borg, de Grandpas, meme SAS qui s’y met et les autres…, ils ont tous tort, n’est ce pas, ils sont tous stupides ou malhonnetes et manipulés en tout cas (et moi aussi by the way)…..Ca ne vous interpelle pas un peu qqs part du coté du cerveau de penser ca? Ca fait du beau monde quand meme qui s’oppose a vos belles idées, non? Le cerveau, Jaures, utiliser le cerveau pour réfléchir, pas les tripes . « Car j’ai vu trop souvent la pitié s’égarer ». St Ex. Citadelle . Au fait, ne pensez surtout pas que vous etes le héro, seul contre dix…ce sont eux, qui vous contredisent, qui sont seuls contre le French Establishment, ce sont eux qui sont les résistants et qui veulent sauver l’économie et l’avenir de leur Pays, tandis que vous ne songez qu’a conserver des acquis COLLECTIVEMENT INDIVIDUELS. Je vous souhaite de pouvoir trouver un jour, un sens a votre vie en dehors de la meute qui hurle et de la foule qui lynche, mais a l’intérieur de vous meme, de votre propre personne, et ainsi, de pouvoir contribuer au bien etre de la Société qui vous nourrit. Best, Mancney

    18/03/2006 à 18 h 32 min
  • grandpas Répondre

    Pour Jaurés Une dizaine de crétins politisés à outrance qui ennuient une majorité d’étudiants qui ont envie de travailler leurs études. Mais comme d’habitude,rassurez vous cher gauchiste,les médias vous sont tout acquits. Je me suis aperçu que vos amis de l’ultra gauche lorsqu’ils sont mis dehors pas des étudiants voulant étudier,ils se mattent à crier au complot d’extréme droite et pleurer comme de jeunes vierges. Messiuers les étudaints n’agressaient pas les gentils trublions qui ne vous venlent que du bien.

    18/03/2006 à 13 h 56 min
  • sas Répondre

    BRAVO MESSIEURS,helios,eiff,kranz….vous avez compris et je vous adoube….vous eussiez conclu en évoquant l’opération de diversion du procès actuel et correctionel de la MNEF(les agitateurs de la rue) que vous eûtes abordé , l’ensemble du problème pathétique de notre beau pays…. pour de galouzeau de villepin: le cran de quoi ?????? sas qui est content de lire du bon sens de temps en temps.

    18/03/2006 à 12 h 15 min
  • Jaures Répondre

    La teneur des commentaires ci-dessus montre que l’avenir des jeunes à bon dos pour la droite libérale. Ce qui compte pour elle c’est avant tout cyniquement amasser, surtout ne rien partager. J’ai imprimé quelques post glanés sur ce site afin de les montrer à mes camarades manifestants. J’ai déjà fait 8 adhésions au P.S. S’il vous plait, continuez. Soyez vous-même!

    18/03/2006 à 10 h 07 min
  • clodubernard Répondre

    pas joli joli tout ca……………….mais tres fiere de cette jeunesse……………j ai 59ans cele me rappelle les bons souvenirs …………….voyez ce que je veux dire.

    18/03/2006 à 8 h 53 min
  • Helios Répondre

    La protestation contre le CPE et la complaisance des médias envers les protestataires montre combien les français de gauche tiennent à leurs illusions, c’est pathétique! La sécurité d’emploi, la rigidité des règles applicables au monde du travail et l’étatisme ont un prix, le chômage et la stagnation, c’est la voie que la France a choisi. On renonce à créer la richesse et on se préoccupe uniquement de distribuer le peu qui en reste sans bien entendu sevrer les privilégiés. Sous prétexte de combattre la précarité on réduit les opportunités d’emploi et on augmente par conséquent la précarité. Bravo les français, dans moins de 10 ans les chinois mettront la France au rang du tiers monde! Helios

    18/03/2006 à 6 h 32 min
  • EIFF Répondre

    Le gouvernement chiraco-clownesque est usé, fatigué, sans perspective ambitieuse pour relancer la croissance au-delà de mesures catégorielles style CPE ou emploi-jeune et autres fadaises, il n a plus les ressources suffisantes pour mener un sursaut salvateur et réveiller les mentalités pour sortir des sables mouvants du socialisme et du gachis gigantesque des dépenses de l Etat. La petite entreprise de la chiraquie poursuit sa dégringolade folle en entrainant toute une nation derrière elle sans la moindre état d âme, à part celui des sondages, c est vraiment effrayant. 10 ans de Chirac, 10 ans de mensonges, 10 ans d échecs, 10 ans de fausse droite, 10 ans de matraquage en tous genres et la dictature des syndicats minoritaires manipulateurs toujours autant chéris par les grands médias…éffrayant.

    18/03/2006 à 4 h 11 min
  • kranz Répondre

    Que dirait-on si on exigeait du salarié qu’il s’engage ad vitam aeternam avec son employeur? Si l’on limitait le droit d’un salarié à démissioner sand motif grave? On crierait à l’atteinte à la libérté. Alors que ça soit équitable: si le salarié a la pleine liberté de partir sans motif grave, l’employeur doit bénéficier du droit de le licencier sans motif grave. Quand le français vaincront-ils cette mentalité d’avant-guerre de 40′: l’emploi à vie c’est fini, ce n’est même pas souhaitable, le communisme est tombé, l’ére des technologies de l’information et de la mondialisation est là, et l’employeur n’est plus (sauf dans les délires des marxistes survivants) l’ennemi du salarié.

    17/03/2006 à 16 h 47 min
  • Adolphos Répondre

     » retirer leurs avantages aux salariés de la sncf ou de gdf ne vous en aménera pas l’ombre d’un  » Heu, vous fichez du monde ou vous êtes réellement ignorant que ces avantages sont payés -forcément- par les salariés du privés ? « ces pauvres patrons honteusement invités à justifier les licenciements » C’est sur ca, les patrons ils embauchent massivement des jeunes sans expérience, c’est connu. Il faut donc tous faire pour rigidifier encore un peu plus le marché du travail des jeunes, qui sont en position de force, étant donné leur immense productivité, fruit de leur miraculeuse étude Educ Nat (que le monde entier nous envie). Et puis les entreprises, c’est la croix rouges, plus elles perdent d’argent, plus elles font du social, et ca c’est bon pour lutter contre le chomage. « En fait le but est de multiplier les contrats pour dans quelques mois expliquer que tout ceci est compliqué et généraliser le CNE » Nous sommes donc d’accord : vous préférez sacrifier l’avenir des jeunes (23% de chomage) pour conserver l’illusion que vous allez conserver votre status des années 50 unique en Europe (et sur terre). C’est donc un combat générationnel, entre les privilégiers du systéme, et ceux qui en sont exclus par ces même privilégiers. Les Polonais, les Chinois, les Indiens, les américains, les Turques et les Irlandais se marrent.

    17/03/2006 à 14 h 50 min
  • TL Répondre

    à Jaures, le carreleur viré n’a quà se mettre à son compte, ce n’est pas le boulot qui manque dans ces métiers, et à lui les heures sup s’il en a envie. et quand on aura privatisé et supprimé les avantages d’edf, de gdf et de la sncf, on aura au moins une chance qu’ils arrêtent de pomper dans la poche de ceux qui bossent. Comment gagner sa vie quand on est con, pleurnichard et paresseux, enfin bref français, et de gauche, n’est ce pas jaurès? retournez donc sur les forum de libé ou le monde, vous pourrez vous défouler bien mieux qu’ici. Les pays européens qui ont la plus forte croissance sont ceux qui ont déréglemnté le droit du travail.

    17/03/2006 à 13 h 35 min
  • Jaures Répondre

    à JCLahitte: Et oui les jeunes aujourd’hui préfèrent lutter que souffrir. Ce n’est pas moi qui les en blâmerai.

    17/03/2006 à 12 h 20 min
  • Jean-Claude Lahitte Répondre

    Reçu ce matin vendredi, par Jean-Michel Apathie, sur RTL (7h50), Denis Gautier-Sauvagnac (DGS), président de l’Union des Industries et Médtiers de la Métallugie (UIMM) qui n’est pourant pas un fidèle suppôt du Gouvernement (moi encore moins !) a expliqué calmement, de façon claire, pourquoi le CPE était un progrès. Ce qu’aucun ministre, pas même le Premier d’entre eux (1) Je vais résumer ses propos. Après avoir rappelé que la France était médaille d’argent en matière de chômage des jeunes, DGS a expliqué que « le CPE, c’est d’abord un instrument supplémentaire de lutte contre le chômage et le précarité… il est, pour un jeune, plus avantageux qu’un CDI de moins de deux ans. » Notamment en matière de préavis et d’indemnités de licenciment et de chômage…Propos que, sans les avoir entendus, Raymond Barre avait résumés : « Les jeunes ont le choix entre le CPE ou l’ANPE ». Tout cela, aucun Ministre n’a su, ou n’a voulu l’expliquer aux braillards, stipendués ou non, qui s’efforcent,en empêchant les Facs et les Universités de fonctionner jusqu’à ce que les étudiants qui entendent travailler en aient plein le dos et réclament à leur tour le retrait du CPE. Une situation dont profite la gauche qui actionne par en desous, avec la complicité d’une partie du corps Enseignant (au mépris de tout devoir de réserve), sachant très bien que les gouvernements de « droite » sont composés de lâches ou de timorés. On la vu encore hier soir dans les rues de Paris où, pendant plusieurs heures, on a vu des casseurs s’attaquer aux forces de l’ordre sans même que le préfet de police ait l’idée de donner des ordres pour que ces renforts arrivent par derrière pour les cerner. Et, bien entendu, sans donner l’ordre que des sommations soient faites à des gens qui se comprtaient comme des émeutiers. Résulat : depuis plusieurs jours, les blessés sont TOUS dans le camp des forces de l’ordre. Etonnant ? non ! En France, de plus en plus, le mot « démocratie » rime avec « voyoucratie ». Une voyoucratie que nos dirigeants croient exorciser en parlant de voyous pour fdénoncer les agissements, et en arrosant ensuite les banlieues pour les calmer. Jusqu’à la prochaine fois … Cordialement, Jean-Claude Lahitte (1) c’est bien connu, une fois élus par le « Peuple » (comme ils disent, ces Messieurs (de « droite » comme de gauche) se prennent pour des dieux qui n’ont pas à rendre compte, à founir des explications, etc. Et comme ils sont de plus en plus discrédités, dès lors que le Peuple ne comprend pas, il descend dans la rue. Et s’il n’en a pas envie, des « meneurs » se chargent de lui monter la tête ! Avec l’aide de la presse qui en rajoute toujours !

    17/03/2006 à 12 h 18 min
  • sas Répondre

    Retirer les avantages honteux et pharaoniques acquis au forceps par EDF,gdf,sncf,education nationnale et hospitalier et les autres de la fonction publique….ne vous raportera rien !!!!! Jaures ,comment peut-on débiter des conneries de cette taile ???…ca diminuera la masse salariale de la fonction publique= diminution de la dette pubmique=moins d’impôts=recentrage des budget entre les besoin en investissement et les charges de fonctionement….qui sont explosées… Pour parler comme cela ,tu n’as jamais rien crée de ta vie et tu payes queudale comme impôts….comme la grande masse des français qui en fait ne savent même pas ce que c’est que le…… pognon…. sas

    17/03/2006 à 12 h 02 min
  • vezuve Répondre

    c’est bien dommage quon ne puisse dire aux francais qu’ un chef ‘entre prise n’a pas droit a l’erreur s’il il a des dificultés a payer l’urssaf par exemple il prend des penalites et s’il se casse la gueule ya pas de chomage pendant trois ans on viendra le mettre a poil chez lui pour des charges qu’il n’a pas put honorer et quand je pense que la caf offre des vacances a des familles nombreuses qui ne payent ni impots revenu ni rien d ailleurs que la caf va leur faire benificier d’avantages alors qu un viticulteur manifeste pour ses droits surtout ses charges qui l’incombe pour financer des soi disants demunis alors que lui se saigne au travail la regle doit etre que normalement tout travail merite salaire mais non

    17/03/2006 à 11 h 32 min
  • sas Répondre

    le cran de quoi???? c’est une merde et par définition une merde a pour vocation de toujours s’applatir….c’est la gravité…(loi) universelle s’il en est… en face comme d’hab…la gauche,les subversifs et manipulateur sectaires….et les couillon de crétin d’ados abusés et niqués encore une fois… c’est à désespérer… sas

    16/03/2006 à 19 h 55 min
  • Jaures Répondre

    Désolé mais je fais parti de la meute. Plutôt que ces pauvres patrons honteusement invités à justifier les licenciements, je préfère penser aux premières victimes du CNE sur lequel le CPE prend modèle: à ce carreleur remercié pour avoir osé demander qu’on lui paye ses heures sups, à ces vendeuses recrutées puis virées après les soldes, à cet employé forestier licencié après être tombé malade une semaine, … Chaque jour les témoignages affluent. En fait le but est de multiplier les contrats pour dans quelques mois expliquer que tout ceci est compliqué et généraliser le CNE, comme le souhaite le MEDEF. A quand le retour des journaliers? A Lartigues: Si on retire tel ou tel avantage à une profession, croyez vous que ce sera pour en donner aux autres ?

    16/03/2006 à 19 h 07 min
  • Jean-Claude Lahitte Répondre

    Villepin n’a effectivement qu’une issue : tenir bon. Seul, et de plus en plus contre tous car, manifestement, CHIRAC II le soutient comme la corde le pendu, tandis que Sarkozy (son rival en présidentielles) laisse manifestement pirrir la situation en ne faisant preuve d’aucune espèce d’autorité pour permettre au moins que les étudiants largement majoritaires (1)qui veulent continuer à suivre leurs cours d’entrer dans leur Fac ou leur Université. Il peut constater que l’on récolte toujours ce que l’on sème. D’abord parce qu’il a laissé concocter son projet (pas forcément mauvais, pas forcément inconstitutionnel) par des conseillers (ce sont toujours eux qui, avec les hauts fonctionnaires, tirent les ficelles de l’Etat !) sans la moindre concertation. Mais aussi, et cela n’apparaît pas dans les commentaires, parce que TOUS les gouvernants (aussi bien UMP que P.S. même si les socialistes, dans l’opposition, profitent de la situation avec un cynisme révélateur) sont totalement discrédités dans l’opinion publique. Le « peuple » (comme ils disent, à commencer par le P.C « F » qui, lui, dit « Notre peuple » !) ne croit plus aux promesses jamais tenues des ses politiciens. Et quand un texte comme celui du CPE paraît vouloir institutionnaliser la précarité, ouvrant en cela (enfin !) les yeux à la jeunesse sur le fait que l’heure est effectivement à la précarité, c’est la colère…Une colère qui serait encore plus virulente si les étudiants avaient une quelconque compétence en matière économique(2) : cette précarité qui présidera désormais leur vie est la résultante des traités internationaux (pas seulement européens) dûment signés par des ministres aussi bien « de droite » (mot que je mets toujours entre guillemets, faute de pouvoir le prendre symboliquement avec des pincettes)que de gauche qui, aussi incompétents qu’imprévoyants, n’avaient pas conscience des conséquences de leur signature. Notamment en matière de « globalisation », de « libéralisation » qui ouvraient toutes grandes les portes de la France et de l’Union à tous les produits fabriqués à bas prix, avec des salaires de misère, mais pratiquement de la même qualité (surtout s’agissant de sous-traitance, de délocalisation) par des pays qui ignorent superbement les « 35 heures », les RTT, les charges sociales et butreaucratiques de plus en plus insupportables pour les entreprises françaises. En d’autres termes, nos dirigeants actuels ont désarmé la France, comme l’avaient fait dans les années « 30 » TOUS les gouvernements, pendant que l’Allemagne nationale-socialiste se surarmait. Je crains que, lorsque l’heure de la faillite sera venue, il ne se trouve pas un « Pétain » pour accepter de relever les ruines, pour remettre les Français au travail sans plus s’en remettre à l’Etat. L’heure ne sera plus à dire « les patrons peuvent payer, les entreprises font des super-bénéfices » (3), mais à se retrousser les manches au lieu de faire la manche ! Le réveil sera sans doute encore plus terrible qu’au moment de la débâcle ! Car la génération de 39/45 avait encore en mémoire les souffrances de 14/18, elle avait appris elle-même à souffrir, elle vivait dans une certain inconfort…ce qui est loin d’être le cas de la jeune génération aujourd’hui ! Cordialement, Jean-Claude Lahitte (1) même s’ils ne sont pas tous favorables au CPE ! (2) outre que beaucoup aspirent à la Fonction publique, la plupart d’entre eux s’imaginent encore qu’il y a de l’argent dans les Caisses (celles de l’Etats, comme celle des Entreprises) et que tout s’arrange avec l’argent ! (3)oubliant que la plus grosse part de ces bénéfices proviennent de l’étranger !

    16/03/2006 à 18 h 00 min
  • LESTORET Répondre

    Il est évident que la partie faible du CPE est la facilité donnée inconditionnellement à l’employeur de licencier dans les deux ans, sans avoir à motiver son licenciement. C’est extrêmement grave quoi qu’en disent les uns ou les autres. Depuis de nombreuses années, à travers tous les gouvernements, notre droit du travail s’est efforcé de consolider les droits du salarié pour éviter qu’il soit licencié au bon gré du seul patron. Les rapports entre patrons et employés ne sont pas assez clairs dans notre pays pour que soudain et sans préparation préalable on puisse se permettre de remettre en cause les conditions du licenciement; Mr de Villepin s’est lourdement trompé en croyant qu’il pouvait d’un trait de plume supprimer un acquis social essentiel, en tous cas important. Il est évident qu’il paiera très cher cette erreur, quelle que soit l’issue du conflit en cours qui contrairement à ce que l’on pense en général, ne concerne pas seulement les jeunes.

    16/03/2006 à 16 h 28 min
  • George Répondre

    Sarkozy ne prends pas de risque en ne s’exprimant que partiellement pour le CPE et c’est de bonne guerre. Il protège ses arrières au cas ou Villepin cèderait sous la pression de la rue. Sage décision pour ne pas se mettre à dos une partie de l’électorat pour 2007.

    16/03/2006 à 13 h 45 min
  • bbern Répondre

    Mais au fait le CPE ne concerne t’il pas les jeunes sans diplome ni qualif de moins de 26 ans ? Alors contre quoi les étudiants (Sorbonne ou autres…) manifestent? Ils ne sont et ne seront pas concernés. Tout ça pue la politique , et comme d’hab,avec les consignes de notre Eduk.Nazional trotsko-lenino-etc , et la bienveillance de notre merdiacratie francofrançaise.

    16/03/2006 à 7 h 33 min
  • Jaures Répondre

    Désolé mais je fais parti de la meute.Plutôt que ces pauvres patrons obligés de justifier un licenciement je préfère avoir une pensée pour ce carreleur viré pour avoir eu le toupet de demander le paiement de ses heures sups,ces vendeuses qui ont signé un CNE et qu’on a lourdé après les soldes, ce forestier mis dehors pour être tombé malade 1 semaine (témoignages recueillis dans « Le Parisien »). On connait le but de cette réforme:accumuler les contrats pour décrèter ensuite qu’il faut simplifier tout ça. Et généraliser le CNE comme le souhaite le Medef.Bientôt le retour des journaliers. Pour Lartigues: retirer leurs avantages aux salariés de la sncf ou de gdf ne vous en aménera pas l’ombre d’un pour vous ou un autre salarié du privé.

    15/03/2006 à 18 h 52 min
  • sas Répondre

    Aux afficionados décérébrés de tous poils…vous confondé cran…et sursaut d’agonie messieurs….vilepin est F L I N G U E…et c’est pas plus mal car c’est une tanche comme les autres…la minoritée subversive et vociférante à fait son oeuvre de minorité agissante et subversive 2 % bloquant 98 % d’élèves non syndiqués….et surtout courcircuité la pub et les médias sur le procès de leur officine mafieuse de merde la MNEF et son scandale + L AEROPAGE DE CASIQUES DU PS…. CACA QUE TOUS CELA sas

    15/03/2006 à 18 h 28 min
  • LARTIGUES Répondre

    Les socialistes parlent degalites au suget du cpe.Je voudrais bien qu’ils me donne la definition du mot egalites car moi j’ai travaille 41ans dans le prive et quand je vois tous les avantages que les fonctionaire edf gdf sncf ont par rapport au prive.Je ne sais pas ce que veux dire le mot egalites.Mais la les socialistes et les syndicats n’en parle pas.Pourtant ces gents la ne sont jamais content

    15/03/2006 à 12 h 18 min
  • Florent Répondre

    Effectivement, un petit pas vaut mieux que pas de pas du tout. J’ai d’ailleurs justement discuté avec un des organisateurs de ces boycotts. Ils sont hallucinants de mauvaise foi! Ils ont le culot de dire qu’ils ont le soutient de la population, qu’ils exercent leur droit à la liberté d’expression et que le texte est anti constitutionnel (!!). Et effectivement, le licenciement est leur seul vrai argument ( enfin façon de parler ). Alors, pas question pour Villepin de cèder face à cette poignée de parasites, la réforme doit passer et point barre. Qu’ils attendent 2007 s’ils ne sont pas contents. On verra si Dominique a la carrure d’un homme de gouvernement.

    15/03/2006 à 11 h 38 min
  • Adolphos Répondre

    En tous cas, si Villepin tiens, je lui tire mon chapeau, car ce sera bien la premiére fois qu’une gouvernement de « droite » ne recule pas face à la « rue » depuis des décénies. On aimerait que Sarkozy, s’il est un homme d’Etat, apporte son soutient à cette réformette..

    15/03/2006 à 10 h 33 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: