Criminalité minimisée

Posté le 02 juillet , 2019, 11:37
2 mins

Minimiser la criminalité, tel est l’objectif de nombreux journalistes bien-pensants.

Vous devez vous connecter ou vous abonner pour avoir accès à ce contenu.

ARTICLE PRÉCÉDENT

Instruction

ARTICLE SUIVANT

Théorie du genre

8 Commentaires sur : Criminalité minimisée

  1. quinctius cincinnatus

    9 juillet 2019

    l’ interminable procès Tapie :

    relaxe générale

    le seul qui soit ” puni ” dans l’ histoire c’ est le … contribuable … comme c’ est habituel

    ce qu’ il y a de bien dans les Révolutions c’ est qu’ on arrive, parfois, à pendre de vrais coupables !

    Répondre
  2. Elise

    7 juillet 2019

    “Un peu partout en France et en Europe, on construit des mosquées. Seule la Russie s’emploie à bâtir des édifices religieux chrétiens et à élever des cathédrales” Récit love story “les corps indécents”. En France, comme par hasard, les chapelles et les églises partent en fumées les unes après les autres. Notre Dame de Paris a subi le même sort sans que l’on sache vraiment pourquoi et surtout comment. Bizarre, vous avez dit bizarre ?

    Répondre
  3. JOSEE MARIE BAUDRY--LR

    5 juillet 2019

    Nous le savions deja – seul des gens avec un bandeau ne voulait pas le savoir – MACRON menteur — Ce sont des NIOUFS

    Répondre
  4. Alain PROTTE

    4 juillet 2019

    La cour des miracles fonctionne ainsi.

    Répondre
  5. Marie

    4 juillet 2019

    Bonjour je suis bien d accord avec vous je ne crois pas à la thèse accidentelle on nous prend pour des debiles on nous ment sur tout donc pour Notre Dame comme pour le reste ét quel reste! Les francais
    Ne dont pas dupes Ét les chrétiens non plus macron manquait d argent il a trouvé un moyen d en avoir?!
    Ignoble?! Meme chose pour un autre sujet la vie de vincent Lambert çe sont des çrimes contre l humanité
    Nous sommes avec des menteurs des voleurs des esçrocs dans tous les domaines?!

    Répondre
  6. Alain PROTTE

    3 juillet 2019

    A la “cour des miracles” ce n’était pas différent de ce que nous sommes obligés d’accepter. Le voyou y est le roi.

    Répondre
  7. Gérard Pierre

    2 juillet 2019

    Prenons simplement l’exemple le plus récent : Notre-Dame de Paris !

    Dès le mercredi 17 avril 2019, soit 2 jours après l’incendie, l’Entreprise Le Bras de Jarny, qui montait les échafaudages sur le chantier, était pointée du doigt. Cette piste s’est rapidement révélée ridicule ! …… mais, comme pour l’affaire AZF de Toulouse, il fallait rapidement évacuer la piste de l’attentat !

    Pourquoi ? …… simplement parce que s’il est établi que c’en est un, alors le rôle de l’État passe au premier plan et nécessite une réaction appropriée vis-à-vis des auteurs dudit attentat ! …… à commencer par leur identification formelle et à l’impact de cette révélation dans l’opinion !

    Alors, à partir de là, avec la complaisance des médias ‘’reconnaissants‘’, … et on sait pourquoi, (gamelle oblige), … on organise une désinformation assez capillotractée !

    Jeudi 27 juin, le Républicain Lorrain ouvre son article par ces mots : « Une cigarette mal éteinte ou un dysfonctionnement électrique … Plus de deux mois après l’incendie de Notre-Dame de Paris, les enquêteurs écartent la piste criminelle. » …… ! ! ! !

    Quelques commentaires relevés sur Facebook :

    • « Malheureusement, je pense que ce n’est pas un accident : ancienne étudiante de l’Ecole du Louvre, diplômée en Histoire de l’art, j’ai visité la charpente de Notre-Dame avec des architectes des Bâtiments de France, il y a plusieurs années. Cette charpente de bois, du Xlle siècle, était protégée comme jamais ! Chaque intervention est toujours accompagnée par des architectes, des experts, des historiens, … Aucun début de travaux n’est envisagé, sans une prudence extrême : pas de source de chaleur, aucun chalumeau, ni appareil électrique ; un système d’alarme performant et une surveillance très stricte. Je pense que nous finirons par apprendre qu’il s’agit d’un incendie criminel. »

    • « Suite à différentes questions et témoignages, il m’apparaît utile d’apporter cette info : les travaux de restauration proprement dits n’avaient pas encore débuté ; seuls les échafaudages étaient en cours de montage.
    Aucune soudure ni aucun point chaud possibles, donc. »

    • « Je partage cette analyse. Pour travailler souvent en milieu dangereux avec des ATEX (Réglementation européenne relative à l’usage de certains matériels en atmosphère explosive), je confirme que toutes les précautions sont prises sur ce genre du bâtiment, outre des mesures de prévention, drastiques. On demande d’enlever tous les matériels électriques et de travail par point chaud, comme les chalumeaux, dès la fin de la journée de travail. Tout est stocké dans des endroits appropriés. L’ascenseur, installé avec l’échafaudage servait aussi à cela.

    Le travail par point chaud est soumis à autorisation journalière ; il est supervisé par des spécialistes qui mesurent le taux de poussière dans l’air et la présence éventuelle de gaz pour éviter tout départ de feu ou explosion.

    La couleur des flammes et le dégagement de fumée sont aussi très suspects : personnellement, je n’ai jamais vu du bois sec produire des flammes aussi blanches à leur base et autant de chaleur. Il suffit de regarder les incendies de vieilles maisons, où l’on constate que les poutres sont les dernières choses qui restent, avec les murs porteurs, même après plusieurs heures de combustion.

    La charpente de Notre-Dame s’est vaporisée en moins d’une heure, comme si on avait utilisé un accélérateur de combustion du bois.

    Je ne crois absolument pas à la thèse accidentelle. »

    • « Ancien pompier, je me pose une question : jamais je n’ai vu un feu de charpente prendre sans combustible.

    La première question qui me trotte en tête est de savoir quel combustible aurait pu servir pour embraser ces poutres, de plus de 40 cm d’épaisseur.

    1e solution : un faux contact électrique. Ok, mais quand on voit les combles, personnellement j’en doute. Surtout qu’aucun combustible ne traînait.

    2e solution : un chalumeau dirigé vers une poutre pendant au moins 15 min., pour commencer à faire prendre une poutre ! Mais ensuite, pour la propagation, j’en doute aussi.

    3e solution : un effet backdraft, c’est-à-dire un feu dans un local, suivi d’une implosion à la suite d’une prise d’air. »

    • « Ancien charpentier boiseur, je puis assurer que ces pilastres multi-centenaires ne peuvent brûler comme un vulgaire fétu de paille !

    Le seul fait d’avoir été protégés durant des siècles, les a rendus imputrescibles et ininflammables.

    Il aurait fallu un feu couvant durant plusieurs jours, sans que personne ne puisse le voir, ni en voir les fumerolles ! Impossible. »

    • « Cet incendie d’une rare violence et d’une rare intensité laisse sceptique sur le fait qu’il ait démarré spontanément. Une telle puissance et une propagation aussi rapide, suscite immanquablement des questions. »

    • « Sachant que matin et soir, il y a une inspection par les pompiers qui surveillent le site, … qu’il n’y avait aucun ouvrier sur le chantier, … qu’il y aurait eu deux départs de feu (selon LCI), … que le feu s’est propagé à une vitesse exceptionnelle, … que la Basilique St Denis a fait l’objet d’un incendie volontaire, … etc., etc.

    Mais “pas de conclusions hâtives, ni d’amalgames !…”

    Pour ma part, je pense en effet qu’il y a eu plus d’un départ, pour provoquer un tel embrasement.

    En effet, vers 18h20, une première alarme incendie s’est déclenchée.

    Les agents ont fait le tour sans rien constater d’anormal. Donc, ils sont soit stupides, soit incompétents : j’aurais été vérifier dans les combles, sachant que des travaux de rénovation vont avoir lieu.

    À 18h47, une deuxième alarme incendie se déclenche, ce qui veut dire que le feu s’est propagé en 27 min. dans les combles ou qu’un autre départ de feu est survenu.

    Bref beaucoup d’interrogations. J’en ai vu, des feux de toitures, mais c’étaient des maisons isolées à la laine de verre et truffées de gaines électriques.

    Dans le cas de Notre-Dame, apparemment les combles en étaient vierges : il y avait juste des poutres, — aux dimensions monstrueuses.

    Pour rappel, la cathédrale de Nantes a subi le même incendie, — imputé à un chalumeau resté malencontreusement allumé.

    Dans le cas présent, les travaux en étaient au stade de la pose d’échafaudages. Il n’y avait pas encore de chalumeau (ni d’autre matériel).

    Bref, beaucoup de questions resteront sans réponse… »

    • « Je peux vous garantir (ou presque), que l’incendie est criminel : la sécurité et les mesures mises en œuvre sont juste hallucinantes. Chaque jour, en fin de chantier, des agents équipés de caméras infrarouge, font le tour de chaque place où les ouvriers sont installés pour travailler. Chaque soudure est contrôlée et vérifiée ; interdiction de fumer à n’importe quel endroit : caméras dans tous les coins, sous les spots et sous chaque angle (pour les vols et les cigarettes), extincteurs tous les 5 mètres, dispositifs détecteurs de fumée, en veux-tu en voilà. Ils font même des essais, matin, midi et soir pour s’assurer du bon fonctionnement. »

    • « Mon frère travaille sur le chantier de Notre-Dame depuis plus de six ans : sa firme est la seule à avoir rénové cette merveille, ces dernières années : toiture, ardoises, cuivres, charpente, boiseries, etc.). Il n’arrête pas de me répéter qu’il est impossible et incompréhensible qu’un incendie se soit déclenché spontanément : les dispositifs de sécurité pour pallier les risques d’incendie sont impressionnants et les procédures répétées chaque jour.

    Dernier à avoir mis les pieds en haut de “Madame”, pour lui refaire une beauté, il devait reprendre le chantier d’ici peu. »

    Conclusion de G.P. : il aura fallu peu de temps pour écarter la piste criminelle, mais, … en même temps, … il faudra beaucoup de temps pour savoir ce qui s’est réellement passé ! ! ! …… Si ÇA ça ne sonne pas comme un aveu alors je veux bien m’appeler Gisèle !

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      9 juillet 2019

      N. – D. de Paris c’est un peu nos tours jumelles à nous avec un raisonnement inverse ou par … l’ absurde , enfin pour certains complotistes

      Répondre

Répondre

  • (pas publié)