Du vent dans l’atome

Posté le 29 août , 2017, 3:56
4 mins

Il semble qu’un débat de fond soit amorcé en ce qui concerne l’énergie électrique d’origine éolienne, débat qu’il serait d’ailleurs souhaitable d’étendre aux panneaux photovoltaïques souvent annoncés comme l’une des énergies du futur.

C’est évidemment une très bon­ne chose.

Pour mémoire, ces deux sources de production d’électricité é­taient présentées, il y a encore peu, comme écologiques, mais désormais comme renouvelables – ce qui est plus honnête, tant les critiques à leur égard sont justifiées et nombreuses.

Après avoir gravement porté atteinte à AREVA, tenté de fermer la centrale nucléaire de Fessenheim, la plus rentabilisée de France, pour une raison purement politique, les écolosocialistes continuent de s’en prendre désormais à EDF, en espérant arrêter pas moins de 17 tranches des programmes pluriannuels CP1 et CP2 – ce qui représente environ 15 500 MW. Rien que cela.

Cependant, les Français, qui ont comme l’on sait la mémoire courte, ont déjà oublié que ces mêmes écolo-socialistes, en 1997, profitant de la période an­nuelle d’entretien, avaient définitivement fait arrêter le surgénérateur de Creys-Malville (Isère), soit 1 200 MW, toujours en démantèlement.

Cette centrale neuve, après quelques avatars de jeunesse, avait fonctionné une année sans guère de problèmes et comportait dans ses flancs 3,5 années de production à pleine puissance.

Mais elle était jugée dangereuse par ces mêmes écolos, qui menaçaient de quitter le gouvernement de Lionel Jospin – qui serait alors vraisemblablement tombé. Les écolo-socialistes n’ont donc pas hésité à laisser ainsi au contribuable une facture estimée par EDF à 70 milliards de francs, soit 10,60 milliards d’euros, naturellement à réactualiser pour 2017.

Aucun syndicat (et ces derniers sont pourtant prompts à dénoncer tout ce qui ne va pas !) ne réagira…

De nombreux personnels rendront d’ailleurs leurs cartes syndicales, puis procéderont à l’enterrement de leur centrale. On peut encore voir la stèle du monument funéraire sur une grande pelouse située le long de la départementale 14 A.

Cette somme réactualisée représente désormais plus que le coût de l’EPR de Flamanville, dont certains semblent tout autant s’ingénier à retarder le démarrage, persuadant les Français à coups d’articles et d’informations médiatiques des nombreux et graves défauts que comporterait cette nouvelle installation.

Bref, si la France a ainsi perdu son avance technologique, au moins en matière de surgénérateur, les très vilains Russes ont continué à perfectionner la filière dont ils avaient déjà l’expérience.
Cette filière leur permettra, entre autres, de consommer à bas prix l’indésirable plutonium militaire grâce aux réacteurs rapides de la série BN qui s’annonce comme très performante – et qui est déjà reconnue par les Américains.

Pendant ce temps, en France, nous allons sans doute continuer avec nos très chers moulins à vent et autres gadgets à décorer nos collines et à brasser de l’air et le porte-monnaie du contribuable – mais ce dernier a l’habitude !

5 Commentaires sur : Du vent dans l’atome

  1. Bistouille Poirot

    30 août 2017

    Enfin une famille d’accueil qui mérite la médaille des familles nombreuses.

    Répondre
  2. Gérard Beyer

    30 août 2017

    Et un article de plus pour exciter les opposants au nucléaire contre les tenants, dans l’ignorance la plus extrême des besoins énergétiques de la planète et dans l’ignorance la plus abjecte des besoins privilégiés (toutes sources confondues) de ceux qui roulent voiture, se déplacent en train, volent en avion, lavent leur linge, récurent leur vaisselle avec ce bon vieux KW d’électricité, fait pour eux et interdit aux autres. Oui, je sais, la quasi totalité des terriens n’ont qu’une lampe de poche pour s’éclairer mais nous partageons avec eux l’énergie de notre astre solaire. Pourquoi se plaindraient ils ?
    Mais voilà que les PIB se mêlent de changer la donne et contrarient nos idées premières. Le chinois doit rester sur son vélo, l’indien sur son éléphant, les insulaires sur leurs pirogues et les brésiliens dans leurs cariocas bariolées. Votre petit, lui, aura droit pour Noël à une moto pour enfant mais équipée d’un moteur thermique donc fonctionnant avec un carburant acheté à la pompe et s’en ira tester de bonne heure une pollution que ses parents avaient attendue de créer à l’âge adulte.
    Il résulte de tout cela que les maigres économies réalisées par un milliard de riches consommateurs ne compenseront jamais le besoin de l’installation d’une seconde lampe d’éclairage pour les 6 milliards de dépourvus.
    Je fais donc partie de cette famille que nous faisons tous semblant d’ignorer et qui est favorable à une PRODUCTION MASSIVE DE TOUTES NOS RESSOURCES ENERGETIQUES en privilégiant le développement des RENOUVELABLES, celui des ENERGIES sans effet de serre, c.a.d. du NUCLEAIRE et d’ajuster le reste des besoins par l’usage des centrales thermiques classiques.
    Et le tout, en tenant compte d’une harmonisation des consommations ourdie autour des ressources existantes en attendant l’âge d’or induit par la fusion nucléaire, avec un combustible illimité, uniformément réparti à la surface du globe et sans effet radioactif sur la matière vivante. 30 à 40 ans à attendre, c’est long mais c’est un pari que je vous demande de prendre.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      31 août 2017

      y’ a pas à dire vous êtes un spécialiste !

      Répondre
  3. Jean-François VICTOR

    30 août 2017

    Je n’ai aucune opposition de principe à l’exploitation de l’énergie nucléaire. Je n’appartiens aucunement au milieu dont vous dénoncez. Mais je suis opposé aux malversations qui sont à l’origine des malfaçons de la cuve de l’EPR de Flamanville. Je vous invite à prendre connaissance de ma contribution à la consultation de l’ASN, dans un dossier qui constitue le plus grand scandale industriel de tous les temps.
    Bien cordialement
    Jean-François VICTOR
    (ex PDG de UIGM qui devient en 2003 CRESOT-MECANIQUE un des ateliers responsable de la réalisation du fond et couvercle de cuve de Flamanville 3)

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      10 septembre 2017

      de quelle nature sont ces ” malversations ” ?

      j’ avais plutôt entendu dire que ” Le Creusot ” ne maîtrisait plus cette technologie , pour la raison qu’ il ne la pratiquait plus de façon régulière

      Répondre

Répondre

  • (pas publié)